Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 7 010 fois
  • 22 J'aime
  • 0 Commentaire

Histoires de voisinage

Chapitre 4

Trash
22
5

Je vous prie de m’excuser mais une erreur a fait que j’ai malencontreusement envoyé mon récit alors que voulais simplement le sauvegarder donc je continue.

A la demande de Marika j’envoyais ma main à la rencontre de la fente à Lisiane qui était tout comme moi une fieffée menteuse qui faisait semblant de voir ma bitte pour la première fois amors que la semaine précédente je l’avais ramonée et faite grimper aux branches.lorsque mes doigts furent en contact avec sa chatte il était évident que celle ci n’avait rien d’une simple humidité,on aurait pu croire que notre partenaire s’était laissée aller et était en train d’uriner cela ruisselait le long de ses cuisses.

-’A en jugeait je crois que tu as raison mon amour elle ne mouille pas mais lache les grandes eaux ’.Marika ne répondais pas car elle avait embouché ma queue et me pomper à merveille.Je fis allonger mon épouse sur le dos et me plaçait de part et d’autre de son visage afin de réintroduire ma verge dans sa bouche alors que j’attirais Lisiane vers moi et plongeais la tête entre ses cuisses pour aller lui titiller le clitoris,à peine mes lèvres posées sur celui-ci ,au premier coup de langue elle se mit à jouir à gros bouillon.Durant se temps ma bitte était admirablement bandée et gorgée de sang les couilles pleines me faisaient mal.J’obligeais Marika à cesser sa fellation pour me placer de telle sorte à investir le con de Lisiane et aussitôt je présentais mon gland et l’insinuer entre les lèvre de sa chatte,elle était brulante et d’un puissant coup de reins je me propulsais tout au fond de son ventre tandis qu’elle même venait à ma rencontre.

-’Oui prends moi bien à fond,lime moi,plus fort vas-y.....!!!!!’.Tandis que je la pistonnais Marika me carresser les bourses,puis vint placer sa chatte devant mon visage,écartant son coquillage elle l’offrait à ma langue qu’elle savait experte et qui bien souvent la faisait jouir.

-’Moi aussi je veux ta bite dans ma moule’.Et elle vint se placer à nos côtés à genoux pour une invitation en levrette ce qu’elle aimait également.Propriété oblige , je délaissais le con de Lisiane pour investir celui de ma moitié dans lequel les allers et retours allaient à la cadence d’un marteau piqueur,elle hurlait de bonheur, je ne pouvais pas prendre ses lèvres pour atténuer ses cris et se fut Lisiane qui se mit à l’embrasser à pleine bouche ce qui fut accepté par Marika qui non seulement se laissait mais qui semblait participer.Ma bite démeusurement gorgée de sang paraissait avoir grossi plus que de coutume et faisait des ’FLOPS’ à chaque fois qu’elle sortait entièrement de ma partenaire,ce fut à ce moment là que sentant monté la sève?Marika me connaissant s’apperçut que j’étais à point et que j’allais envoyer la sauce.

-’Non attends pas dans moi mais dans Lisiane’.

-’Non,je ne prends pas de pillule et je risque gros’.

-’Tu risques quoi ce que ton mari n’est plus capable de faire,ne t’inquiète pas pour lui il ne dira rien trop content de faire croire qu’il en est le père’.N’attendant pas son approbation, je la fis s’allonger et sans plus attendre je l’enfilais et la labourais la fente à grands coups de reins , je butais au fond lui arrachant des gémissements qui allaient de concert avec mes mouvements de vas et vients et je terminais en la remplissant de mon sperme épais et très abondant,tandis qu’elle sombrait dans l’inconscience.A peine sorti de ce délicieux fourreau du plaisir Marika entreprit la toilette de ma queue avec sa langue,lorsqu’elle jugea la chose proprette,elle s’allongea à mes côté et me dit.

-’Quand tu auras repris des forces tu t’occuperas de mon minou et j’espère que l’une comme l’autre tu nous auras ensemencer pour que nous ayons un gros ballon à porter pendant neuf mois’.

-’Pas besoin de reprendre des forces regarde je suis prêt’.Effectivement,je l’étais à nouveau,peut-être est-ce la présente de deux femmes à mes côtés qui décuplait ma vigueur et je ne me fis point prier pour satisfaire ma moitié sur le champ et tout le temps que dura notre accouplement Lisiane ne cessa de nous caresser à tour de rôle .Lorsqu’enfin nous finîmes je pris la parole en m’adressant à Marika

-’Je ne savais pas que tu avais un penchant pour les filles,c’est la première fois ou tu avais déjà essayé?’.

-’C’est la première et certainement pas la dernière’,dit-elle en se penchant sur Lisiane pour lui rouler un patin.

-’Moi je vous aime tous les deux,vous êtes vraiment des amis’

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder