Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 12 001 fois
  • 240 J'aime
  • 4 Commentaires

Hôtesse pour le salon du sexe

Chapitre 1

Hétéro

J’avais du mal à joindre les deux bouts à cette période. Je vivais seule dans un petit studio mais mon boulot de serveuse dans un petit bistrot ne me permettait pas de m’offrir quoi que ce soit. Mon salaire entier passait au loyer, charges et nourriture. J’avais pratiquement jamais plus que quelques euros en poches.



J’ai répondu à une annonce affichée je ne sais plus où. J’avais pris une photo avec le smartphone. C’était un offre d’emploi pour deux jours seulement pour être hôtesse au salon annuel du sexe. Aucun autre détail que le numéro de téléphone.



Un petit extra me permettrait d’ajouter un peu de beurre sur mon pain me dis-je. J’ai appelé au numéro inscrit. Un homme se disant s’appeler Sam me répondit. Je lui ai demandé les dates de l’événement pour voir si je pourrai faire coïncider avec mes jours de congés. Il me fixa rendez-vous à son commerce, un sex-shop pour le lendemain disant vouloir me rencontrer avant de donner tous les détails.



Le lendemain je me présentai au sex-shop et il me fit passer dans son bureau. Il m’a bien examiné de la tête au pieds. Puis il prit la parole.



-Nous payons deux cents euros par jour, sans déclaration obligatoire à l’impôt.



Il pesta un moment contre l’impôt, ce vol de l’état. Puis il enchaîna. La personne choisie devra être sexy, nous fournissons les tenues désirées. L’hôtesse distribue les publicités de quelques commerces et quatre fois dans la journée, elle fait démonstration de certaines tenues sexy en déambulant que quelques minutes sur le catwalk. Enfin, elle doit faire des démonstrations de divers objets sexuels. Elle sera filmée et les images seront retransmises sur grand écran.



-Quels objets?



-Des godes essentiellement.



-Vous voulez dire que je devrai à la vue de tous me goder la chatte?



-Oui et pas que la chatte, la démonstration doit être osée au maximum. Le but étant d’attirer les visiteurs et aussi les clients.



-Je crois que c’est pas pour moi, je ne crois pas que j’ai envie de m’exposer dans ma ville en plus où je risque d’être reconnue.



Je me suis levée. Il ajouta.



-Vous pourrez porter un masque, personne à part votre mère ne pourra vous reconnaître!



J’étais debout, réfléchissant à l’offre qui me paraissait bien payée, ne sachant plus si je devais partir ou rester. Je repris place sur ma chaise.



-Vous êtes intéressée finalement.



-C’est surtout pour me faire deux cents euros vous savez, je m’imagine mal me masturber devant plein de gens. Je suis pas de nature prude mais j’ai jamais pensé à être ainsi exposée.



-J’ai d’autres opportunités pour vous faire gagner de l’argent. Nous produisons des courts vidéos, nous recherchons toujours des modèles pour photos érotiques aussi.



Je l’observais, j’écoutais ces propositions, c’était assez alléchant, un boulot sexe mais payant. Sam était de bonne stature, un peu trapu mais des épaules larges, et il semblait être très musclé, ses veines bien apparentes sur ses bras me faisait penser à un culturiste. Il avait le crane rasé et une barbichette lui donnait un air plutôt agréable.



-Revenons à la raison de votre visite, dans dix jours s’ouvre le salon. Étés-vous réellement intéressée. Décidez vous vite, j’ai eu d’autres appels.



-Oui à la condition que je puisse porter un masque adéquat pour ne pas être reconnue.



-Levez-vous, j’aimerais vous voir vous déshabiller et ainsi apprécier vos formes.



J’ai hésité un moment mais je me suis levé puis j’ai retiré mon t-shirt, ensuite ma jupe que je fit tomber à mes chevilles. Il me fit tourner pour me regarder de tous les côtés. Il m’a demandé de retirer mon soutien-gorge et mon g-string. Étant donné la nature de l’emploi, il me semblait raisonnable de m’exposer à lui. J’ai tout retiré. Il m’a demandé de venir m’asseoir sur son bureau en face de lui, toujours bien campé dans son fauteuil.



J’étais pas très à l’aise d’être ainsi nue devant un étranger mais j’ai fait ce qu’il demandait. Il m’observa un bon moment, s’arrêtant sur mes seins et m’a demandé ma permission de les toucher. Il m’a malaxé les seins une minutes, tirant aussi mes mamelons qui durcirent instantanément. Il me fit reculer sur le bureau et a demandé de bien montrer ma chatte rasée. Il a ouvert un tiroir de son bureau et me présenta un gode noir de bon gabarit et une bouteille de lubrifiant et en a fait couler sur mon pubis et dans ma main me demandant de bien préparer ma chatte.



J’ai répandu le lubrifiant sur mes lèvres et fit pénétrer mes doigts dans mon vagin. Il a pris le gode et l’a présenté à l’entrée.



-Faites moi une petite démonstration je vous guiderai à ce que je veux voir.



J’avais le gode en main et l’introduisit délicatement dans ma chatte. J’obéissais à ses ordres mais j’étais en quelque sorte excitée de cette situation insolite. Je faisais de courts va et vient un moment et il a demandé plus vite et plus profond. J’ai poussé le gode au complet ne laissant qu’une poigne pour le tenir de quelques doigts puis j’ai accéléré le mouvement et je me mise à gémir assez bruyamment. Il me fit me retourner sur le côté, sur la hanche tout en continuant à m’insérer ce machin frénétiquement. Mon plaisir augmentait. L’instant d’après j’étais en levrette sur son bureau et il avait une belle vue sur mon cul et l’action du gode dans mon antre. J’allais jouir, je me laissais aller devant un inconnu. J’ai ralenti la cadence, je continuais mais au ralenti.



Il posa du lubrifiant sur mon anus et il l’a étendu avec ses doigts insérant une phalange puis poussant le doigt en entier ouvrant mon trou. J’allais m’objecter mais la sensation était bonne, il était délicat. Il a ajouté plus de lubrifiant et je ne sais s’il a introduit deux ou trois doigts mais j’avais cette impression d’être écartelée. J’en retirais du plaisir ainsi je ne dis rien le laissant faire. Il a ouvert un tiroir et en a ressorti un autre gode, qu’il me montra, un plug anal de bonne dimension qu’il introduisit doucement et me demanda de continuer moi-même à me pousser ce truc dans mon cul.



Il a sorti un autre dildo, une réplique d’une bite et m’a demander de la sucer, de manière obscène, de jouer la comédie comme si j’avais du fun. J’avais pas besoin de feindre, j’avais plaisir à me goder la chatte et le cul, l’épaule appuyé sur le bureau il poussait le gode doucement dans ma bouche.



Je me sentais salope mais je continuais recherchant le maximum de plaisir de ces objets que j’utilisais à me pistonner les trous. C’était inconfortable sur le bureau en levrette, je me suis retourné sur le dos en continuant mes actions. J’allais jouir à nouveau.



-Haaaaaaaaaa putain je jouit!



Un moment d’arrêt, j’ai repris mon souffle, il avait repris place sur son fauteuil, L’instant d’après il a saisit un gode immense, il l’a enduit de lubrifiant et l’a planté sur le sol, il avait une ventouse pour le maintenir en position. Il était clair qu’il s’attendait à ce que je m’empale sur cet engin disproportionné. J’ai pris position et j’ai découvert qu’il était pas si dur et se rétractait prenant la taille de mon vagin, cela me remplissait totalement. J’ai commencé à m’empaler et il a sorti sa bite et commencé à se branler avant de se lever et de me pointer son membre.



J’ai pas résisté et je l’ai pris en bouche pendant qu’il se branlait frénétiquement. En trois minutes il éjacula dans ma bouche et sur mon visage. Toujours empalée sur le gode, je continue tant bien que mal à essayer de le sucer tout en jouissant, mes mouvements de masturbation sont désordonnés, l’homme est toujours dur et après quelques minutes, il finit par se répandre dans sa bouche à nouveau. Je me suis  écroulée sur le dos en gémissant sa jouissance.

J’étais engagée!


Diffuse en direct !
Regarder son live