Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 4 267 fois
  • 11 J'aime
  • 0 Commentaire

Huguette

Chapitre 2

Avec plusieurs hommes

Huguette se remet des émotions que lui ont procurés ses deux compagnons de voyage. Elle a du mal à y croire, tout a été trop rapide. Les deux garçons, en à peine trois heures, l’ont transformée en véritable succube. Hier encore elle revendiquait sa condition de petite bourgeoise, un peu pédante qui ne portait que peu d’intérêt au ? sexe ?. Henri, son mari, n’avait jamais su lui faire apprécier ce type de divertissement.


Depuis leur départ de Craighouse, Dany et Patrick lui ont fait découvrir son corps, ils ont été le détonateur du plaisir de ses sens. Elle a beaucoup appris : la fellation, la masturbation, et pour finir Dany lui a fait connaître les affres et les joies de la sodomie. Son plantureux postérieur la brûle encore légèrement, mais qu’est un peu de souffrance devant tant de jouissance ? Son sentiment de honte pigmente la situation comme, lorsque gamine, elle bravait un interdit.


Huguette ronronne telle une chatte. Elle est allongée sur la banquette, la tête sur les genoux de Dany et les jambes sur ceux de Patrick. Elle suce doucement ce sexe qui lui a procuré tant de frissons, elle entretient une semi rigidité. Patrick lui flatte l’entrejambes autant que la conduite du véhicule le lui permet. Il entretient l’excitation du minou dont il espère se gaver après la pause déjeuner.

— ? Tu es quand même mieux avec nous que dans un avion, non ? ? lui demande Dany.

— ? Ah ça... Rien à redire sur la qualité du service, vous êtes parfait ! ?

— ? A la pause casse-croûte du coté de Manchester, je te montrerai mes talents de steward ? lui dit Patrick en souriant et en plongeant un doigt dans son berlingot.

— ? J’ai hâte d’y être ! ? dit-elle en agitant le bassin afin d’en faciliter l’introduction.


Au bout de quelques heures de route, Manchester est en vue. Ils délaissent la bretelle qui y conduit et prennent la direction de Birmingham. Quelques dizaines de kilomètres plus loin, Patrick s’engage sur un parking ou sont garés de nombreux semi-remorques. Un peu de marche leur fera le plus grand bien. Le repas, pris dans un ? Fish and Chips ?, fut vite avalé. Après un passage aux toilettes ils retournent vers le camion sous le regard envieux de quelques routiers.

— ? Je n’ai pas remis mon slip, j’ai l’impression que tous ces hommes le devinent ? dit Huguette.

— ? Moi je le sens ! ? répond Patrick en la poussant dans la cabine et glissant ses mains sous la jupe.

— ? Elle n’a pas de culotte ! Elle n’a pas de culotte ! ? s’amuse à scander Dany en prenant le volant.

— ? Taisez-vous ! Je vous en supplie ! Taisez-vous ! Oh la honte. Je vais passer pour une traînée... ?


Le camion a repris son allure de croisière. Patrick demande à Huguette de se placer devant lui, en appui sur le tableau de bord.

— ? A mon tour de m’occuper de toi ma belle, je suis impatient de te faire connaître mes talents ?

Il relève la jupe et part à l’assaut de ce cul qui le nargue. Il mord ce joufflu et sa langue lèche le sillon. Se mettant à genoux il parcourt lentement la raie puis écarte les fesses de la belle. Il s’attarde sur l’anneau qui se met à frémir. Du bout de la langue, il essaie de le pénétrer.

— ? Vous êtes fou, c’est trop sale, arrêtez !?

D’un doigt il titille l’entrée. Grâce au passage de la langue, le sphincter s’est humidifié. Il introduit une puis deux phalanges et lui touille le cul. Huguette agite en cadence son arrière-train. Un deuxième doigt rejoint le premier et s’applique, par des mouvements de rotation, à élargir le passage. De son autre main il malmène le sexe déjà trempé.

— ? Je vais devenir folle, vous abusez de moi mais j’adore !! Faites de moi tout ce que vous voulez ! Je suis à vous !

— ? J’y compte bien ! T’es une sacrée chaude, allez viens te faire reluire ! ?


D’une poussée rageuse, Huguette vient s’emmancher sur le mat tendu. Elle s’immobilise un moment, savourant ce sexe qui la remplit puis se met à onduler et rythmer la pénétration. Rapidement, elle perd la mesure, surtout que Patrick lui a de nouveau fourré un doigt dans l’anus. Cette double pénétration la ravie.

— ? Dire que j’ai passée tant d’années dans l’ignorance de ses plaisirs ! ? grogne t’elle

— ? T’inquiète, ma belle on va te faire rattraper le temps perdu !

Patrick se retire et dirige son membre vers l’oeillet. En s’empalant, Huguette ravive la sensation de brûlure.

— ? Non ! J’ai trop mal ! ?

Elle se redresse pour échapper à la douleur. Patrick replonge dans son abricot, puis ressort et perfore de nouveau l’anus qui n’a pas eu le temps de refermer.

— ? Nooon ! ?

Patrick n’en a cure, il accélère la cadence et passe alternativement d’un trou à l’autre. Huguette ne sait plus où donner de la tête (si on peut appeler çà la tête...). Ses gémissements, à l’unisson des changements de cible - Oui... Non ! Oui... Non ! - se transforment vite en ? Oui ! Oh ! ?, puis en ? Oui ! Oh Oui !?

Le plaisir submerge Huguette, elle s’affaisse sur les genoux de Patrick, le pieu reste profondément fiché dans l’anus. Lui aussi a atteint le point de non retour, il asperge copieusement l’intérieur de son trou du cul.

-? Alors ! On se prenait pour un bilboquet ? ?

— ? Jeune homme, vous êtes un malotru ?. sourit elle entre deux spasmes.

— ? Avoue plutôt que c’est toi qui a mal aux trous ! ? rétorque t’il en riant.

— ? C’est vrai ! Je ne sens plus mon corps. Dire que ce merveilleux voyage va prendre fin ! ?


Ses deux compagnons lui promettent de lui faire subir encore quelques outrages avant qu’ils ne se séparent. Huguette, reconnaissante, leur sourit.

— ? A Portsmouth, nous dormirons sur le parking de l’embarcadère des ferry qui vont à Ouistreham. ?

— ? Dormir ? ? s’étonne Huguette.

— ? Oui, je te conseille d’aller te reposer sur la couchette en attendant car tu risques d’avoir des insomnies. ?


Huguette s’installe à l’arrière de la cabine, les deux garçons l’ont éreintée. Le ronronnement du moteur la berce, elle s’endort rapidement. David et Patrick roulent en silence, ils sont encore surpris d’être tombés sur pareille aubaine. Les kilomètres défilent, les conducteurs ont permutés, ils veulent être en forme pour cette soirée qui s’annonce jouissive.

— ? Elle en veut ! Eh bien on va lui en donner ! ? lâche Dany.


Après quelques heures de route le camion s’engage sur le parking des ferry. De nombreux poids lourds sont déjà là, en attente. Dany prend les papiers du véhicule pour se présenter au comptoir d’embarquement.

— ? Réveille-la gentiment, moi j’y vais ; après nous irons manger au restaurant de l’embarcadère. ?

— ? T’en fais pas je m’occupe d’elle ! ?


Huguette est allongée sur la couchette. Dans son sommeil, sa jupe s’est retroussée, découvrant ses cuisses. Patrick caresse cette chair satinée, il pousse son incursion vers l’intimité de l’endormie qui n’a pas remis sa culotte. D’un doigt il caresse la fourrure clairsemée et trouve le clitoris ; le ventre vient au devant du visiteur. ? Même dans son sommeil elle en veut ? sourit Patrick. Il accélère la manoeuvre. Huguette refait surface, en sentant le doigt qui la branle. Elle donne un petit coup de bassin et absorbe les premières phalanges.

— ? Mmmhh, quel délicieux réveil ! ?

— ? Bien reposée ? ?

— ? Très bien...mais, s’il vous plait, mettez deux doigts ! Non trois !!!

— ? Eh du calme ma petite dame ! On a toute la nuit pour ça ! ?


Après le retour de Dany, ils prennent leur repas dans la salle de restaurant où règne un brouhaha indescriptible. Huguette est la seule femme parmi tous les routiers. Outre des british, on trouve pêle-mêle : français, espagnols, néerlandais, et surtout les mal-aimés que sont les routiers des anciens pays de l’est.

— ? Ils cassent le marché... ? commente Dany.

La cuisine insipide est très vite avalée et nos compères s’en retournent, en silence, vers leur véhicule. Huguette regarde les deux hommes à la dérobée en espérant que sa dernière nuit sur le sol de sa gracieuse majesté ne sera pas uniquement consacrée au sommeil. Les deux lascars ont réveillé en elle des pulsions qu’elle veut assouvir. Elle ne pense qu’au sexe et se demande comment elle va pouvoir reprendre son mode de vie post-britannique. Elle ne se voit plus du tout, mais alors plus du tout se consacrer à son imbécile de mari ou passer ses après-midi à jouer au bridge avec ses amies qui ne pensent qu’à cancaner.


Mais l’heure n’est pas aux questions existentielles. David vient d’ouvrir une porte latérale de la remorque du camion, il en sort un petit marchepied et invite Huguette à se hisser à bord. Sa surprise est grande lorsqu’elle découvre le mobilier du client écossais : divers meubles recouverts de couvertures sont sanglés contre les parois, d’autres sont arrimés à des boucles métalliques fixées au sol, ce qui la sidère surtout c’est l’immense espace qui a été aménagé autour d’un grand lit à baldaquin.

— ? Bandes de vicieux ! ?

— ? Belle chambre d’hôtel ! Non ? ?

— ? Sales voyous ? souffle t’elle, excitée, en s’allongeant sur le lit.

— ? Patrick ferme la porte, pendant que je préchauffe le moteur de Madame ! ?


Dany enfouit son museau dans la fourche de la dame pendant que Patrick se déshabille.

— ? Allez, montre nous ce que tu sais faire, je veux un garde à vous impeccable ! ?

-? Je vais vous avaler tout cru ! ?


Dany se goinfre du sexe d’Huguette alors que celle-ci fait de même avec Patrick. Pendant un long moment, ce n’est qu’un concert de langues et de lèvres. Les acteurs sont concentrés sur leur plaisir. Huguette jouit la première sous la dextérité des doigts et de la bouche de Dany. Ce premier plaisir pris, elle s’applique, sur la bite de Patrick, qui sans crier gare inonde la bouche de la suceuse qui désormais ne craint plus ? d’avaler la fumée ?

— ? Merde ! Tout doux ma belle, à ce train là je ne vais pas tenir la distance ! ?

— ? A vos âges vous avez des réserves, vous rechargez vite vos batteries ! ?

— ? Putain, si ça continue, elle va consommer plus que notre tracteur ! ?


Huguette sourit de ces grossièretés. Patrick s’est allongé pour récupérer un peu et Dany a entrepris de la dénuder entièrement. Elle se laisse dépouiller tel un lapin. Lui a toujours la forme, il s’allonge sur le dos, la hampe dressée. Huguette enjambe le corps et vient doucement s’empaler sur cette trique. Elle dose la pénétration afin de mieux ressentir la progression, pendant ce temps Dany lui malaxe méchamment les seins mais ce n’est pas pour lui déplaire ; un peu de douleur rehausse le plaisir.


— ? Ouvre la bouche et vas-y mollo cette fois, j’ai l’intention d’en profiter un peu plus ! ?

Patrick présente son sexe et elle l’absorbe, son bassin s’active sur celui d’en dessous. Elle essaie de contrôler ses mouvements. Bassin en arrière bouche en avant, elle s’astique et astique, en vraie professionnelle. Sa langue vient agacer le méat, elle fait ressortir de sa bouche la quasi-totalité du membre, profitant au passage de laisser traîner ses dents sur la protubérance du gland. Patrick a retrouvé toute sa vigueur et ne veux pas se contenter de cette pipe pourtant magistrale. Il enjambe le corps de son pote et vient s’agenouiller derrière Huguette.

— ? Allez Dany, laisse moi la place !

— ? Nada ! Attends que je finisse. ?


Impatient, il place sa queue entre les fesses d’Huguette, il est à l’affût. Il attend que son copain se retire et hop ! D’un coup de rein il le remplace. Après quelques aller retour Dany lui grille à nouveau la priorité. Rapidement, cette compétition se transforme en jeu, le sexe de l’un s’introduit et l’autre patiente à la porte. Pratiquement à chaque coup le minou d’Huguette change de partenaire. Le jeu dure et échauffe les sens, Huguette se triture les tétons pour parfaire son extase. Le manège de ses partenaires la transforme en fontaine, les garçons eux aussi commencent à perdre un peu la cadence, les coups de queues sont plus désordonnées, Dany ne sait plus si c’est son tour, son gland est en pression sur le clito de la belle alors que Patrick est encore dans la place, il veut sa part et pousse, il réussit quand même à introduire le museau. Patrick inquiet s’immobilise, il sent la progression de son copain.

— ? Non ! Arrêtez ! Vous allez me déchirer ! ?


Dany n’entend rien ou ne veux rien entendre. La cyprine aidant, il parvient à ses fins. Il est au fond, sa bite serrée contre celle de Patrick, elle palpite. Les deux copains pourtant habitués à tout partager sont surpris de leur exploit, pour eux c’est une première. Huguette n’en revient pas, deux bites dans son con ! Un sentiment de plénitude l’envahit, elle n’ose pas trop bouger de peur que le plaisir vienne trop vite, elle veut savourer cet excès.

— ? Ca t’en bouche un coin ma belle !

— ? C’est monstrueux ! C’est merveilleux ! Je vous ai tous les deux ! C’est complètement fou !!! ?


Huguette tout doucement s’agite sur ce membre bicéphale, elle est dilatée au maximum et ressent les palpitations qui se diffusent dans tout son bas ventre. Elle accélère la cadence en prenant soin de maintenir les deux sexes en elle. Patrick ne se maîtrise plus, il se retire avant la conclusion, son sexe est d’une raideur extrême, il ajuste sa bite au centre de l’anus et force l’entrée. D’un seul coup de rein, il y pénètre de toute sa longueur ! Huguette hurle son plaisir et sa douleur. Les deux pourfendeurs ayant retrouvé de l?aisance se lancent dans une chevauchée fantastique. Huguette a perdu la notion du réel, sa vue est trouble et elle ferme les yeux. Elle n’est plus qu’un réceptacle à bites ! De nouveau le plaisir la submerge, il vient de très loin, du fond de ses entrailles, elle perd connaissance. David et Patrick atteignent le point de non retour et jouissent pratiquement ensemble, ils sont épuisés, cette femelle va les tuer !


Le peu de temps qui leur reste avant le départ du ferry est consacré au sommeil, les deux garçons ont besoin de récupérer, demain ils débarqueront en France et les dures réalités de la vie reprendront leurs droits. Huguette dort, complètement abrutie par le plaisir. Ses rêves sont peuplés de hordes de camions la pourchassant, les conducteurs ne pensant qu’à lui faire subir les derniers outrages.


Ce n’est pas un cauchemar, non ! Un beau rêve, Huguette sait que les ? routiers sont sympa ?


Bustylove.

Diffuse en direct !
Regarder son live