Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 14 372 fois
  • 154 J'aime
  • 19 Commentaires

L'idée fixe de Maud

Chapitre unique

Exhibition de femmes

Voyeur / Exhibition

Pas de messages privés SVP. Bonnes lectures.



Juillet 2012…



Éveil chahuté 



À peine éveillée, l’idée de la veille me revenait en tête. C’est d’ailleurs à se demander si la conversation et ce pari proposé par Maud avaient quitté mon esprit. Très vite, des images s’étaient bousculées et je me voyais dans la situation que Maud avait proposée pour ce pari. Si je ne quittais pas mon lit sur le champ, je savais pertinemment ce qui allait se passer. Les yeux ouverts depuis quelques minutes et déjà, je me sentais mouillée. Je n’avais plus qu’une envie en tête. Me faire jouir ! Finalement, cédant à l’envie de passer le reste de la journée, dans le même état d’excitation, que celui qui me prenait le ventre depuis mon lever, je me décidais à contacter Maud.



— Je ne sais pas si j’y arriverais Maud ! Tu sais parfaitement que je ne l’ai jamais fait. Enfin… Je veux dire seule. Je ne le faisais qu’avec mon ex-mari… Bien sûr, c’est Patrick qui gérait et en plus, je me sentais tranquille. Tu le connais... Aucune chance d’être ennuyée pendant notre jeu. Il aurait vite réglé l’affaire. Mais oui, tu seras là. Bien sûr. Mais ce n’est pas pareil. Alors, je le ferais peut-être, si les bonnes conditions sont réunies. D’ailleurs, pour être franche, j’en crève d’envie. Reste à savoir si l’occasion se présentera et si ensuite, j’en aurai le courage. Et peut-être que tu oseras enfin te lancer toi ?

— L’idée m’excite beaucoup c’est sûr... Mais si ça me plairait, je n’oserais jamais...



L’idée fixe de Maud



Nous avons beaucoup de chance. Enfin je le pense à peine arrivée sur les lieux. Peut-être que je me trompe mais nous le saurons très vite. Pour une première fois, c’est l’endroit idéal. Et, si la plage est tout de même peuplée, la dune, elle, est déserte. Pas totalement déserte en fait. Et c’est parfait. Parfait pour l’idée fixe de mon amie Maud. Une amie véritable. Ma meilleure amie. 



Maud a une envie. Un désir. Un fantasme. Depuis des mois, elle en a beaucoup parlé. Et depuis que nous roulons, elle n’a pas cessé de parler de son idée fixe. Tout le temps de la route. Et nous avons roulé plus d’une vingtaine de kilomètres. Maud est autant tendue et anxieuse, qu’excitée. Et pour tout avouer, je n’en mène pas large moi non plus et ce même si mon excitation est quasi permanente depuis mon réveil.



Les dunes



Il fait plus frais que sur le sable de la plage. Le seul autre occupant de l’endroit que nous avons choisi pour nous poser, porte un short bleu et a gardé sa chemisette blanche. La dune abrite l’étendue de sable qui donne sur la mer mais elle,reste exposée au léger vent venu du large. Je me suis installée à quelques mètres à peine de l’inconnu et il a baissé ses solaires pour me regarder. Il a un léger signe de tête pour me saluer, auquel je réponds par un sourire. Quant à Maud, me suivant à quelques mètres, elle lui a lancé un «bonjour» enjoué. Et cette fois, c’est l’inconnu qui a souri en réponse. Ceci fait, l’homme se replonge dans la lecture de son journal. Je lui donnerais la cinquantaine et le classerais dans la catégorie des hommes intéressants. Son physique comme son quotient intellectuel ne sont pas ce qui m’intéresse réellement.



Installation 



Maud n’a rien voulu savoir, arguant qu’elle déciderait sur place et porte culotte et soutien-gorge sous sa robe légère. Pour moi, c’était très clair dès le départ. Mes seins sont libres sous un débardeur blanc très décolleté. De plus, le vêtement est très ouvert sous les aisselles et beaucoup trop large pour me tenir au corps. Il suffit que je bouge un peu trop pour que mes seins prennent la poudre d’escampette. Et si je n’aime pas les jupes courtes, celle que j’ai choisi pour l’occasion ne cache que le haut de mes cuisses. Et pour parfaire mon excitation latente, je suis restée nue dessous.



Nous nous sommes allongées et je me suis décidée sans tenter de me raisonner. Bien sûr, la frayeur que la situation m’échappe est présente mais j’ai opté pour un franc optimisme. Tout d’abord, je sais parfaitement me défendre. Ensuite, nous sommes deux. Et pour finir, l’homme n’a pas l’air d’un déséquilibré. Je suis d’ailleurs très vite rassurée. Notre voisin ne doit déjà plus lire beaucoup mais reste très discret. Surtout que depuis un petit moment, il sait que je ne porte rien sous mon débardeur et ma jupette. Il a même peut-être remarqué que mon pubis est totalement lisse. Allongée sur le dos, jambe droite relevée, mon roman que je ne lis pas en appui sur le genou, je me laisse parfois aller à écarter légèrement cette jambe. Comme nonchalamment, comme plongée dans ma lecture et oublieuse de tout le reste.


— J’aurai dû amener un maillot… Je suis conne des fois.


Le ton de Maud me laisse penser qu’elle est sincère. Aurait-elle oubliée le but de notre escapade ?


— Tu as tes sous-vêtements non ? Ne sois pas idiote. Nous ne sommes pas sur la plage alors, tu peux te déshabiller.


Maud a parlé à voix basse et plutôt discrètement. Pas moi. Et notre voisin a aussitôt un regard vers nous. Si l’on peut dire. Car depuis notre arrivée, il a son regard posé sur moi presque en permanence, j’en suis parfaitement consciente. Ma tenue légère n’étant pas étrangère à son comportement. Aucune page de son journal ne s’est tournée et il est resté immobile depuis que je suis allongée. Maintenant, il a baissé ses lunettes de soleil pour nous regarder.


— À moins que cela ne dérange monsieur ?


Maud doit me maudire et je souris intérieurement. Notre inconnu sera parfait. Le voyeur parfait. J’en suis soudain convaincue.


-— Non. Bien sûr que non. Allez-y. Faite comme vous voulez…


Il a un léger sourire en répondant et son regard est explicite. Il a parfaitement compris notre petit manège. Et il n’y aucune raison pour que cela lui déplaise.



Début de jeu 



Maud est une femme charmante et une très jolie femme. Nous avons le même âge mais elle paraît plus jeune que moi. Cheveux de jais coupés courts, étonnants yeux gris étincelants de gaité le plus souvent et une frimousse aux traits délicats. De taille moyenne, Maud a un corps de jeune fille mince et gracieuse. Nous sommes de vraies amies mais force est d’avouer que nous sommes attirées l’une par l’autre. Nous l’avions compris après nos divorces respectifs. Et nous nous obligions à ne pas craquer de peur d’abîmer notre si parfaite amitié.



Maud m’étonne et presque j’en resterais sans voix. Elle m’a obéit sans résistance. Très vite, elle s’est déshabillée pour se rallonger uniquement couverte d’un ensemble soutien-gorge et string rouge, au demeurant très joli mais surtout transparent. Le fin nylon du soutien-gorge ne cache rien de ses petits seins en poire et je distingue nettement ses tétons bruns dressés. Ils se voient parfaitement. Quant au string, il est beaucoup plus excitant qu’utile à quelque chose. Il offre à la vue de superbes petites fesses déjà légèrement brunies par le soleil et une délicate fente ouverte qu’il est censé cacher.



Maud s’est allongée sur le ventre et notre voyeur doit se régaler. Les fesses fermes et nues de mon amie et ses cuisses un peu écartées, doivent être bien plus passionnantes à regarder que les faits divers de son précieux « Télégramme de Brest ».


— Après tout… Tu as raison. Moi aussi je tiens à profiter du soleil. Et j’ai chaud…


Cette fois mon voisin ne bronche pas. Je sais qu’il a parfaitement entendu. Un geste me suffit pour faire passer mon débardeur par-dessus mes épaules et me voilà seins nus. Puis ma jupe est dégrafée et glisse le long de mes jambes. Je prends soin de déposer mes affaires dans le sac de plage que j’ai amené et reprend ma position première. Dans l’idée de Maud, j’étais sensée m’exhiber seule et elle se contentait de me regarder faire.



Excitante exhibition 



Depuis que je m’offre ainsi à notre voisin de plage, il n’a pratiquement pas esquissé un mouvement. Entre les fesses nues, la chatte apparente de Maud et ma nudité intégrale, je suis persuadée qu’il est très occupé à ne pas en perdre une miette. Quant à moi, je mouille de m’exhiber ainsi. La honte qu’il l’ait remarqué et l’excitation qu’il le sache, se livrent un petit combat très excitant. 



Je l’ai remarqué en bougeant pour déplacer le sac de plage afin de reposer ma tête dessus. Les mouvements de mes cuisses dont l’intérieur est devenu humide et glissant. Je suis littéralement trempée. Le haut de mes cuisses est maculé de cyprine et je sens ma mouille couler sur mon anus. Ma chatte est trempée et béante sous le plaisir que j’éprouve à me livrer ainsi. Le sac me sert maintenant d’oreiller, simple prétexte pour être à demi allongée et mieux offrir mes seins nus à notre voisin. Je veux qu’il puisse tout voir de mon anatomie. J’ai envie de tout lui offrir de moi. Pour son plaisir mais surtout pour le mien. Mon excitation devenue plus ardente me fait oser un nouveau défi et mon pied droit va lentement se poser sur mon genou gauche. J’ai senti ma chatte gluante se refermer sous le mouvement.



S’il a perdu la vue de ma grotte béante et inondée, notre compagnon de plage peut maintenant, se repaître du spectacle de mon petit trou, que mes fesses écartées ne cachent plus. Une brusque envie de jouir me prend aussitôt à cette pensée et l’idée de m’écarter largement et de me caresser devant cet homme fait monter mon excitation en flèche.


— Ah d’accord !


Maud me regarde comme ébahie. Il y a de l’excitation également dans ses jolis yeux gris. Elle était restée allongée sur sa serviette, visage tourné et n’avait pas remarqué que je m’étais mise nue.


— Pourquoi tu ne fais pas comme moi ?



L’audace de Maud 



Maud est maintenant nue elle aussi. Ses petits seins bandent tout autant que les miens et je suis sûre qu’elle aussi mouille de s’exposer ainsi. Parfois, elle écarte un peu les jambes en de timides mouvements qui ne font que traduire son envie de s’exhiber plus encore sans réellement oser. Notre voisin,lui, a fini par abandonner son journal et ne se gêne plus pour nous détailler, regard caché derrière ses solaires. Je me sens couler comme rarement et une idée me vient. Et j’ose alors un geste aussi excitant qu’il est humiliant. Sous les yeux de notre voyeur, ma main se pose sur mon sexe et j’enfonce doucement deux doigts dans ma fente dégoulinante. Aussitôt, une vague de plaisir me bouscule et je dois me forcer à retirer mes doigts. C’est une véritable torture mais un reste de timidité, de pudibonderie ou d’allez savoir quoi, m’empêche de me caresser devant mon amie et face à cet inconnu. Rouge de honte, j’ose encore porte mes doigts à mes lèvres pour les lécher et ce geste me fait presque jouir. Une bosse conséquente déforme le short de notre voisin et pourtant… 



Désagréable surprise



Les meilleures choses ont une fin et notre inconnu nous quitte après un rapide « Au revoir mesdames ». C’est une véritable fuite qui me laisse autant surprise que frustrée. Que s’est-il donc passé ? Pourquoi cet inconnu en pleine érection et donc très excité est-il parti avec une telle hâte ? Il était sans peut-être plus gêné que nous. J’avais entendu parler de ce phénomène un peu bizarre. Bien souvent, certaines personnes ne supportaient pas de se retrouver en position de voyeur. Et même si l’exhibition était excitante. J’ai dû expliquer cette théorie à une Maud qui n’avait pas compris ce brusque revirement de situation.C’était paraît-il, souvent le cas. Il était clair que Maud se sentait toute aussi frustrée que moi. 



Jouissance



Nous sommes assises l’une près de l’autre. Perplexes et un peu déçue. Puis, je me décide et sans un mot, je m’écarte, cuisses bien ouvertes et porte ma main à mon sexe. Et cette fois, mes doigts ne se retirent pas.


— Tu fais comme tu le sens mais moi je n’en peux plus…


Maud a lâché une petite exclamation de surprise comique quand elle a compris ce que j’allais faire.


— Tu ne vas tout de même pas faire ça devant moi…


Je lâche un « Oh que si » en gémissant doucement. Mes doigts fouillent ma chatte et je me pince les pointes de seins de l’autre main. C’est si bon. Me caresser devant mon amie m’excite terriblement et c’est une réelle découverte. Nous savons toutes deux, qu’un jour, nous franchirons un cap mais ni l’une ni l’autre n’ose se lancer. C’est, dirons-nous, un premier pas. Un jour, Maud et moi feront l’amour et je sais que me voir me caresser va beaucoup l’exciter.


— Oh Juliette… Tu exagères…


La voix de Maud douce d’ordinaire s’est voilée et je tourne mon visage vers elle. Ses yeux sont fixés sur ma main. Et, ma surprise prend un instant le pas sur mon excitation. Maud se caresse. Cuisses largement ouvertes, elle se doigte doucement tout en observant les doigts allant et venant dans ma fente. Je bouge pour me relever et me placer accroupie face à elle.


— Tu aimes me regarder ?


Maud ne répond pas mais son gémissement en dit long. J’ai un premier orgasme mais ne cesse pas mes caresses. Je me doigte plus fort encore, tout le temps qu’il dure. Puis mon bras gauche passe entre mes cuisses ouvertes.


— J’ai envie de doigter mon petit trou…


 Maud jouit en un léger râle à l’instant précis où je m’introduis le majeur dans l’anus, tout en lui disant que ça m’excite de le faire devant elle. Puis, à ma grande surprise, Maud s’approche et son index vient rejoindre le mien et peser sur mon clitoris.


— Oh Maud... Tu vas me faire…


L’orgasme me tord le ventre quand son doigt me pénètre.



Le retour 



La timidité, une certaine gêne également, fait que la route qui nous ramène, nous laisse silencieuses. Le fait de nous caresser ensembles. L’excitation de nous regarder le faire. Et surtout, que Maud ose me doigter. Tout cela nous a autant excitées l’une que l’autre. Mais nous n’osons pas en parler 



Il va bien pourtant falloir l’admettre. Une bonne fois pour toute. Un jour, Maud et moi…

Diffuse en direct !
Regarder son live