Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 15 122 fois
  • 39 J'aime
  • 2 Commentaires

Incapable de la satisfaire

Chapitre 1

SM / Fétichisme

J’ai laissé tomber ma femme pour Bénédicte, une femme plus jeune. Une femme très marrante, d’un physique un peu atypique, très mince et fine, peu de fesses et peu de seins, mais avec un je ne sais quoi qui me rendait fou. Elle venait de quitter son mari. Elle avait reçu une éducation très catho, et n’était pas du tout du genre à provoquer les hommes. A 38 ans, je n’étais que le deuxième homme de sa vie.

Au début, tout se passa bien. Elle appréciait, je crois, les attentions que je lui témoignais. Tout cela était nouveau pour elle. Même physiquement, malgré la différence d’âge (j’ai 50 ans) et mon manque de sportivité, je trouvais cela très bien.

Très rapidement cependant, il est apparu qu’elle s’énervait souvent sur moi. Nos disputes étaient très fréquentes, et pour tout dire, incompréhensibles pour moi. Nous nous réconcilions toujours et elle disait m’aimer, mais le lendemain, c’était reparti, elle claquait la porte de mon appart et rentrait chez elle. J’étais prêt à n’importe quoi pour la garder, mais je n’identifiais pas ce qui n’allait pas. Je finis par me rendre compte qu’elle attendait autre chose, sexuellement. Elle m’avoua qu’elle éprouvait du plaisir, mais pas à la hauteur de ce qu’elle recherchait. Elle s’était toujours cachée à elle-même (à cause de son éducation catho), ce besoin de sexe qu’elle éprouvait. Elle me disait que cela ne pourrait pas continuer, plus j’allais vieillir, plus le problème allait être aigu, d’autre part, elle n’avait pas envie de me quitter, mais elle pensait que cela se produirait immanquablement un jour.

J’étais désespéré, et ne savais que faire. Au bout d’une de nos nombreuses ruptures, qui avait duré plus longtemps que d’habitude, je finis par lui proposer honteusement de voir un autre homme. Elle me répondit avec sévérité que cela, elle ne l’accepterait jamais, et qu’elle me quitterait le jour où elle se donnait à un autre. Une autre dispute éclata, et elle finit par ne plus me voir. Je traînais souvent dans son quartier et je remarquais très vite qu’une voiture noire était garée devant chez elle. Je vis un jour sortir un grand type, de son âge environ, crâne rasé et mâchoire carrée. C’était donc son nouvel amant.

En lui téléphonant, elle m’avoua que c’était un ancien collègue, qui lui tournait déjà autour quand elle était mariée. Je lui demandais comment ça se passait avec lui, et elle me dit avec cruauté que le sexe était extra, et qu’il la faisait jouir comme elle n’avait jamais connu cela. Cependant, elle m’avoua qu’elle regrettait ma gentillesse, ma conversation plus intellectuelle, et un certain train de vie que je lui procurais.

Cela me trotta dans la tête pendant quelques jours et je finis par revenir à la charge avec mon offre. Bénédicte mis du temps à accepter, mais finalement, un beau jour elle débarqua à l’appart avec deux valises et s’installa comme si de rien n’était. Nous connûmes de bons moments ensemble pendant près d’une semaine. Le week-end, elle s’éclipsait le samedi soir et ne revint que le dimanche en fin de matinée, toute langoureuse. Elle ne m’empêcha pas de lui faire l’amour. Le week-end suivant, cela recommença, et ainsi de suite toutes les semaines, où elle s’éclipsait une ou deux nuits ou soirées. Je ne pouvais m’empêcher d’être excité en la voyant se préparer pour ses rencontres avec Laurent, maquillage, bas noirs avec porte-jarretelles, nuisettes de soie noire. Elle m’avait garanti que Laurent ne sortait qu’avec elle et qu’ils avaient fait un dépistage sida.



Une nuit, alors qu’elle était rentrée vers trois heures du matin, elle vint se coucher sans se déshabiller entièrement ni se doucher. Elle était donc allongée à côté de moi portant l’odeur de l’homme qui venait de la prendre, et dans la tenue sexy qu’elle avait revêtue pour lui, pas pour moi.

Je sentais l’excitation monter et moi et je commençai à la caresser. Elle répondait mollement à mes caresses et me dit qu’elle était fatiguée, et que de toutes façons, je ne pourrais pas la faire jouir comme Laurent l’avait fait. Son mépris m’excitait encore plus, et, comme dans un rêve, je me sentis descendre le long de son corps et je commençai à lui lécher le sexe. Elle avait dû se laver en quittant Laurent, mais il me semblait tout de même, en la léchant avec application, que je récoltait un peu de la semence de son amant. Elle avait gémi pendant mes caresse, et lorsque je terminais mon travail, je l’entendis dire dans un couinement « et en plus , il aime ça, le cocu ».

J’avais mis le doigt (si l’on peut dire) dans un engrenage fatal.

Diffuse en direct !
Regarder son live