Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 10 410 fois
  • 34 J'aime
  • 0 Commentaire

Incapable de la satisfaire

Chapitre 2

SM / Fétichisme

Le lendemain, j’entendis Bénédicte dire par GSM à son amant, “que j’avais mangé les restes”, et ils semblaient en rire beaucoup. Quelques jours se passèrent encore. Tout allait bien entre nous, mais je sentais que Bénédicte était de plus en plus hautaine avec moi. Elle ne se gênait pas pour téléphoner à Laurent devant moi, avec des allusions à peine voilées. Lorsque vint le week-end suivant, elle m’appela dans la chambre, où se trouvait un grand miroir, ainsi que la garde-robe, et me demanda de l’aider à choisir une tenue pour le voir. Le cœur palpitant, je choisis pour elle une guêpière noire à laquelle elle pouvait fixer des bas noirs. Elle prit des bas avec un dessin un peu lourd et vulgaire, me disant avec un clin d’œil « si c’est pour faire la pute, autant ne pas le faire à moité ». Je connut l’humiliation, mais aussi le plaisir sulfureux, de me mettre à genoux devant elle pour l’aider à fixer ses bas, à enfiler sa petite culotte en dentelle noire sans l’accrocher à ses talons aiguilles. Me dominant de la hauteur de ses escarpins, elle était superbe. Et je me l’imaginais avec envie dans les bras de son amant.

Quand elle rentra aux petites heures, elle avait manifestement bu, et rit beaucoup en me voyant tout contrit, l’attendant en pyjama rayé. Elle me fit baisser mon pantalon « pour voir dans quel état j’étais » et rigola franchement en voyant mon pénis redressé . « On est loin de ce que je viens de m’enfiler » me dit-elle, « mais on voit que tu t’appliques. Sois heureux, je t’ai ramené de bon restes, encore tout frais ». Elle se coucha sur la table du salon et releva sa jupe. Elle n’avais pas remis sa culotte. « Vient ici, mon gros cocu », dit-elle. Et je m’agenouillai devant la table et enfuit mon visage entre ses cuisses maigres et musclées. Tout de suite, je sentis le goût âcre du sperme de son amant. Je n’éprouvais aucun dégoût, juste l’envie d’en profiter pleinement. Pendant que je la léchais, elle m’expliqua qu’il avait joui trois fois en elle, et qu’ils avaient décidé de me faire tout nettoyer, puisque j’aimais ça. Elle me dit « tu pourrais dire merci », et éclata de rire. Puis, l’idée lui venant tout à coup, elle prit son GSM et composa un numéro, elle dit « je te passe mon cocu, il veut te dire merci ». Je pris le téléphone en tremblant et j’entendis une voix très virile et très méprisante me dire « alors lopette, qu’est ce qu’on dit, maintenant que je t’ai baisé ta femme ? ». « Merci ». « Merci qui ? Merci pourquoi ? » « Merci Monsieur, d’avoir bien baisé ma femme ». Il partit d’un grand rire « eh bien, on va bien s’entendre alors ! ».

Je repris ensuite mon nettoyage minutieux de la vulve de Bénédicte pendant qu’elle reparlait avec son mâle de leurs étreintes de la soirée. A ma grande surprise (et délectation) j’entendais mon ex-petite catho utiliser des expressions comme « tu as bien baisé ta salope - j’ai adoré ta grosse bite bien dure qui me pénétrait – tu es mon mâle – vivement que tu me reprennes par derrière comme une chienne, etc. ».

Lorsqu’elle eut raccroché et soupiré un peu plus bruyamment sous mes coups de langue, elle me dit « et maintenant, ta petite récompense ». Je croyais qu’elle allait me permettre de la pénétrer, mais il n’en fut rien. Elle se mit debout sur la table, et m’ordonner de poser mon sexe sur le rebord. Ensuite, elle posait le bout de son escarpin dessus, en maintenant une pression suffisante pour le coincer. « branle-toi avec ma semelle » me dit-elle. Honteux et confus, j’obéis. Sa semelle m’écrasait un peu, mais je tâchais de faire aller mes fesses en avant et en arrière, jusqu’à ce que je jouisse. Elle rit encore, puis alla se coucher.

Diffuse en direct !
Regarder son live