Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 98 499 fois
  • 93 J'aime
  • 5 Commentaires

Inceste

Chapitre 1

Inceste

C’est après bien des hésitations que je me résous à la « confession » qui va suivre, même si le mot n’est pas très approprié. Mon obsession est trop forte. J’ai aujourd’hui … disons un certain âge, et j’ai, dans ma jeunesse, connu un cas d’inceste assez singulier, dont j’ai profité pendant trois ans avant d’y renoncer comme un idiot dans un accès soudain de moralité.


Je faisais alors mon service militaire à Toul et j’avais lié amitié avec un autre appelé. Il s’agissait d’un garçon que tous tenaient à l’écart en raison de son comportement. Pour tout dire, c’était une brute à laquelle il ne faisait pas bon se frotter. Dans l’isolement où il se trouvait, il avait été sensible au fait que j’étais pratiquement le seul qui ne le rejetait pas et nous avions pris l’habitude de sortir ensemble lors de nos quartiers libres. Un jour que nous avions fait la tournée des bars et que nous étions dans un état d’ébriété avancé, il me fit LA confidence qui devait déterminer les quelques années qui suivirent : sa mère, me dit-il, était depuis deux ans « sa salope ». Sur le moment, je mis évidemment ces mots sur le compte de l’alcool. Il s’en rendit compte et insista, me dit qu’il « la menait au mâle" régulièrement. Puisque je ne le croyais pas, je n’avais qu’à l’accompagner chez lui à notre prochaine permission. Mes parents habitaient Nancy et lui avec sa mère Vandoeuvre, une ville proche. Je pouvais donc à la fois aller chez mes parents comme à l’habitude et lui rendre visite une après-midi. Je finis par accepter. Je restais incrédule, mais j’étais intrigué.

Et c’est ainsi que je fis la connaissance de sa mère. Lorsque je me présentai à leur appartement, situé dans une cité ouvrière, le jour dont nous étions convenus, il m’accueillit à bras ouverts. Une femme d’une quarantaine d’années était assise sur le canapé, qui semblait nerveuse. C’était une blonde assez ronde, dont le visage ne laissait aucun doute : il s’agissait bien de sa mère. Sans même prendre la peine de me présenter, il lui ordonna : « Va nous chercher l’apéro, histoire qu’on se mette en train ! Et tu m’enlèves ta culotte ! » Elle se leva aussitôt en rougissant et se dirigea vers la cuisine. Je n’en revenais pas, terriblement excité. Il me regardait d’un air goguenard : « Tu vas pouvoir tremper ton biscuit, mon salaud ! Tu vas voir, elle fait sa chochotte, mais elle est chaude … Une fois fourrée, elle mouille comme une fontaine ! » Lorsqu’elle revint, elle posa son plateau sur la table, les yeux baissés et toujours rougissante. « Lève ta jupe et montre ta chatte ! » lui enjoignit-il. Elle obéit docilement. J’étais fou !

Durant trois ans après notre libération, j’ai pu ainsi participer à leurs ébats, et à ceux qu’il lui imposait en extérieur. Oh ce n’était pas une victime : elle aimait ça, aucun doute là-dessus, mais elle ne pouvait s’empêcher d’être gênée lorsque son fils apparaissait comme tel aux yeux de ceux à qui il la présentait. Trois ans … Et puis comme un imbécile …

Aujourd’hui je vis dans l’obsession de ces souvenirs, que j’alimente en recherchant sur le net des photos de femmes de son âge d’alors et de sa corpulence … « en situation » : je les revis intensément, ces situations, en commentant ces « photos fantasmes » de dialogues droit tirés du passé. Si quelqu’un est intéressé …

Diffuse en direct !
Regarder son live