Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 99 310 fois
  • 121 J'aime
  • 7 Commentaires

l'inceste se précise

Chapitre 1

Inceste

L’inceste se précise.


Michel se fait téter par Claudine


--------------------------------------------


Résumé: Après avoir branler pour la 1ère fois la fantastique queue de son fils, Claudine

a honte d’avoir cédé à ses avances mais ne pense plus qu’à ce moment surréaliste.


Michel est toujours handicapé de ses mains, sa mère lui propose d’aller au ciné.

Ils sont dans la salle obscure en train de regarder un film. Mais Michel a une envie pressante, il murmure à l’oreille de sa mère :

-Maman, j’ai envie de pisser.

Perplexe, elle l’interroge.

— Pourquoi me dis-tu ça ?

— Ben, tu sais bien que…. Mes bandages…

— Bon j’ai compris, je te suis.

Michel se lève suivie de sa mère et entre dans les toilettes. Ils s’enferment dans celui réservé aux handicapés.

— Allez, qu’est ce que tu attends, baisse-moi mon pantalon !

Claudine est à coté de son fils, elle déboutonne la braguette et descend slip et pantalon jusqu’aux genoux, attrape sa verge qu’elle dirige dans la cuvette.

Le piège de Michel se referme, ses pensées incestueuses produisent immédiatement l’effet souhaité, il a à peine le temps de finir d’uriner que son pénis au contact des doigts de sa mère se gorge de sang, le faisant aussitôt entrer en érection.

 Elle regarde avec admiration cette matraque dans sa main prendre les proportions qu’elle commence à bien connaître mais ne lâche pas l’objet du délit.


— Oooooh maman, chaque fois que tu me touches, je bande comme un taureau, tu ne peux pas me laisser comme ça !

— Oh, fils indigne, tu exagères, tu me prends pour qui ?

Pourtant elle ne relâche pas la pression de ses doigts autour du soc massif de Michel, ne bougeant plus la main, hésitant à masturber son fils, éprouvant encore un relent de moralité.

— Ooohhh maman, j’ai mal tellement je bande pour toi, branle-moi s’il te plaît...!

Elle pourrait refuser mais ne recule pas devant l’obstacle, elle commence à masturber son énorme défonce-cul.

Sa main libère l’énorme gland violacé en descendant le long de la hampe tirant sur la fine peau du prépuce.


-Ooouuuaaaiiiss, encore maman, que c’est bon..., tu es si gentille !

Claudine, devant un tel morceau, envoie aux orties tous les tabous incestueux et entreprend avec de longs mouvements de poignet le long de se tuyau interminable, l’énorme queue de son propre fils, avec honte ou se mêle envie et plaisir qui enflamme son entrejambe.

Elle branle avec plus de vigueur cet obélisque tout dur. Sa main paraît minuscule sur ce gode géant.

« Mon dieu, quelle bite ! C’est celle de mon fils mais j’en suis folle », s’avoue-t-elle astiquant son énorme mandrin. Elle sent qu’elle mouille son string .

Michel accompagne les gestes de sa mère en donnant des coups de reins, sentant arriver le plaisir.

— Oh oui maman, branle-moi plus fort, je vais jouir !!!

Claudine prend de plus en plus de plaisir à branler frénétiquement l’énorme vit, pour elle son fils n’existe plus, elle ne voit plus qu’un mâle en rut.

La jupe a remonté découvrant son string, celui qu’il lui a offert.


— Ooooh maman, j’en peux plus!

— Jouis mon cœur, jouis bien fort, prouve-moi encore l’effet que te fait ta maman ! Ta queue est tellement belle, elle est merveilleuse, et c’est celle de mon fils... !

Emportée par le plaisir, elle ne réfléchit plus au sens de ses paroles.

— Attention maman, je vais juter, ooooooohhhh... !

Un jet d’une puissance folle s’éjecte de la verge congestionnée arrosant la faïence du mur à plus de 1m50 de hauteur, suivit d’autres tout aussi violents.

Les derniers jets de sa laitance épaisse s’écoulent paresseusement sur la main bienfaitrice, engluant les doigts de sa mère qui continue toujours à le branler.

Elle sort enfin de cet instant d’extase partagée et l’aide à se rhabiller.

-Merci, tu es un amour de maman!

— Écoute, tu abuses un peu trop de ton handicap, tu crois que je n’ai pas compris ton petit jeu ? Sors le premier pendant que je remets de l’ordre dans ma tenue et nettoie le mur, Fais le guet dehors pour que je puisse sortir des toilettes des hommes sans être vue.

— D’accord, maman, à tout de suite !

Michel va dans le couloir tout content d’avoir encore une fois amené sa mère à le branler.

Claudine réalise qu’elle prend de plus en plus de plaisir chaque fois qu’elle est confrontée à ce si beau nœud. Elle est en pleine de confusion.


Une fois le film terminé, ils ont regagné la maison, Claudine n’a pratiquement pas ouvert la bouche du retour.

-Maman qu’est ce que tu as ? Tu es fâchée de ce que l’on a fait ?

— Je suis fatiguée, je vais prendre une douche et me coucher avec un somnifère pour récupérer.

A peine sortie de la salle de bain en robe de chambre, elle s’écroule en travers de son lit terrassée par le somnifère.

Un peu inquiet de ne plus rien entendre, Michel jette un œil dans la chambre de sa mère.

Il la trouve sur le lit affalée sur le ventre et se décide de la coucher plus confortablement.

Il la retourne avec difficulté et l’étend correctement sur le dos.

Sous ses efforts, le cordon de la robe de chambre c’est dénoué et elle s’est complètement ouverte, il redresse le dos de sa mère et la lui retire.

Elle n’a pas de réaction, il a sous ses yeux les formidables obus de sa mère, deux seins énormes avec des aréoles immenses comme des soucoupes avec un téton de plus de un centimètre au centre. Une grande chatte aux lèvres charnues entourée d’une forêt de poils.

Sous cette vision, il ne se retient plus et retire son short mettant à l’air libre une phénoménale érection, sa main s’active sur son manche en admirant le si beau corps dénudé de sa mère.

 

 Il veut profiter de l’occasion et décide d’aller plus loin, le corps offert complètement à sa merci est un cadeau à sa lubricité.

Il se rapproche d’elle et pose sa verge entre ses seins.

 Il pose une main de chaque coté de ces énormes mamelles avec un peu d’hésitation de peur qu’elle ne se réveille puis les presse sur son chibre et commence une branlette espagnole incestueuse.

Sa queue est si longue qu’elle vient frapper le menton de sa mère.

Elle a la bouche entrouverte et Michel ne résiste pas à l’envie de mettre son sexe entre ses lèvres.

Il se rapproche de sa tête, la tourne vers lui et pose son gland congestionné sur les lèvres accueillantes. Il glisse son prépuce droit vers la bouche de sa mère et force pour se frayer un passage entre ses lèvres.

Petit à petit, les lèvres de Claudine cèdent laissant passer l’intrus, il fait glisser son nœud tendu comme un arc dans la bouche de sa mère ressentant aussitôt la chaleur humide de sa bouche et entreprend un va-et-vient plein de douceur.

La scène est irréelle. Dans un état de semi-inconscience Claudine écarte les mâchoires pour accueillir l’imposant gourdin de son fils.

Le gland entre avec difficulté, jamais cette bouche n’a subit pareil outrage.

— Ohh, maman, comme tu es belle, pardonne-moi, que j’aimerais que tu te réveilles pour me sucer!!!

Michel n’en revient pas de ce qu’il voit, sa mère toujours inconsciente tète sa pine comme un bébé.

— Ohhhh, maman, que c’est bon..., ahhh…, c’est merveilleux!

Il soutient la nuque de sa mère et tout doucement continue ses aller/retour de plus en plus puissants.

Un bruit de succion sort de la bouche, lors de la pénétration de cette énorme verge.

Il prend garde à ne pas s’enfoncer trop loin de peur qu’elle ne s’étouffe, son gland obstruant pratiquement les voies respiratoires de sa mère mais il ne peut se retenir est s’enfonce toujours plus loin.

Elle a maintenant engloutie la moitié de son pieu, il bute au fond de sa gorge.

Claudine a soudain de la difficulté à respirer. Il prend peur d’être allé trop loin et retire avec regret sa matraque de cette caverne accueillante.


-La prochaine foi, je veux que tu sois bien réveillé quand tu me suceras.

Il tire avec regret le drap couvrant son corps et quitte la pièce.

Michel a ressentit un plaisir fou quand sa verge glissait entre les lèvres de sa mère mais il est frustré de n’avoir pas pu aller plus loin.


Mais ce n’est que partie-remise……

Diffuse en direct !
Regarder son live