Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 696 fois
  • 264 J'aime
  • 12 Commentaires

L'inconnue du thé dansant

Chapitre 2

Lesbienne

Les jours précédents ce rendez-vous, je pensais très souvent au moment insolite d’une rencontre avec une parfaite inconnue. Est-ce qu’elle me plaira ? Comment vais-je m’habiller ? Sexy, soft, oui, mais quelle tenue ? Est-ce que la rencontre sera plus excitante que le fantasme ?

Toutes ces pensées m’émoustillaient fortement, à chaque fois, c’était le même épilogue. Je glissais ma main sur ou dans ma culotte pour me caresser le minou. En me disant tu es vraiment une vieille salope.


Pour moi le mot salope n’a jamais été vulgaire, dans mon cas, cela a toujours été un compliment. Une salope, c’est une femme qui aime le sexe, le plaisir. Elle sait conjuguer érotisme et orgasme tout au long de sa vie et de ses rencontres. Mon ex-mari ou mes amants me disent souvent salope, cela m’excite. J’ai une amante qui me dit toujours qu’elle veut faire l’amour avec moi, car je suis sa salope.


Ces jours-là, j’ouvrais mon dressing et je cherchais quelle tenue j’allais porter ?

Je me voyais dans cette tenue vinyle noir, soutien-gorge ouvert aux tétons, string bien moulant, que j’avais porté sous mon manteau maxi avec des cuissardes vinyle en exhibe, dans le parc de la mairie d’une ville voisine. Pour un jeune homme qui m’avait branchée sur un site de rencontre échangiste. Accompagnée de mon ex-mari qui faisait des photos. Le souvenir de ce moment fou m’excitait encore. Je voyais encore son regard ébahi, quand j’ai ouvert le manteau. Quand sa langue a pris ma bouche, j’ai senti mouiller ma chatte lisse ! Je m’émoustillais à nouveau en pensant à ses doigts sur le vinyle contre mon clito gonflé.


Toute cette rêverie ne solutionnait pas ma question sur ma tenue pour mon rencard. On verra suivant le temps de samedi, pensais- je.

Le samedi est arrivé, j’étais électrique, je m’étais promis de ne pas me masturber pour garder toute l’excitation au fond de moi.

Douchée, pomponnée, légèrement maquillée pour cacher mes rides, il me fallait choisir ma tenue, il faisait beau, mais pas très chaud, j’optais donc pour mon long manteau noir, celui de mes nombreuses sorties exhibitions.


Dessous, je vais me mettre cul nu, chatte lisse à l’air, juste des bas autofixants, et mes talons hauts, je me mis à rire.

Ce n’est pas possible, j’ai dit sexy soft. Pourtant je m’imaginais bien moitié à poil (et vous, vous m’imaginez ? ) j’optais pour un body nylon violet transparent, bien moulant mes gros nichons, et ma grosse chatte lisse de mature. Des bas chair dim up.

Dessus, un corsage satin blanc ouvert sur mon décolleté profond, et une jupe mi-cuisse, fendue devant, pour faciliter le passage d’une main des fois que ! Je chaussais une paire d’escarpins vernis noirs, à talon pas trop grand. Je me plaisais dans cette tenue sexy, mais pas trop.


Il était 14H, tout juste le temps d’arriver pour l’heure prévue. J’envoyais un texto à Dom.


— Je serai comme promis au parc pour 15 h sur le banc près de la statue d’Apollon. Bisous ma chérie.

— Bisous ma belle à tout de suite.


Une demi-heure de voiture où j’ai fantasmé comme jamais. Je gare ma voiture pas très loin, il est moins dix, il fait frais, le parc est presque désert, juste un jogger et un papi avec son chien.

Je m’assois sur le banc. Pas de Dominique en vue, mais il n’est pas 15 H.

L’adrénaline monte, mon bas-ventre chauffe, à mon âge, une rencontre cul me rend toujours aussi folle qu’à 30 ans. Cela me rassure, la veille a toujours le feu au cul. Je sens mon corps trembler d’excitation.


15 H, je vois une femme entrer dans le parc, c’est une femme rousse aux cheveux mi-longs, est-ce Dom ? Elle porte un trench-coat beige, cette dame a de la classe, elle vient dans ma direction, oui c’est Dom ! J’ai déjà vu cette femme au thé dansant. Je la trouvais jolie au bal, elle est un peu plus petite que moi environ 1,68 m, je fais 1,71 m. Elle a aussi de belles rondeurs. Rien ne me laissait penser qu’elle fantasmait sur moi.


Elle vient droit vers le banc où je suis assise, pas de doute c’est Dom, j’apprécie son audace, elle a osé venir, c’est bon signe, elle est motivée, on va certainement se faire du bien ! Je suis toute chamboulée. C’est bon.


— Bonjour Eve, me dit-elle en souriant.

— Bonjour Dom, je t’ai reconnue de loin, je t’avais remarquée à la guinguette.

— Ah oui qu’avais-tu remarqué ?

— Je trouve que tu as beaucoup de charme, je suis ravie de faire ta connaissance.

— On s’embrasse ?

— Oui bien sûr.


Elle pose sa bouche sur ma joue, je tourne mon visage pour poser mes lèvres sur les siennes, je lui vole un premier baiser.


— Oh Eve si tu savais depuis combien de temps je rêve d’un baiser féminin.

— Aucune femme n’a jamais posé ses lèvres sur les tiennes, même par inattention ?

— Non hélas, mais que c’est bon.


De suite, je l’embrasse à nouveau deux fois sur la bouche, voilà un bien joli début. Je la regarde dans les yeux et lui souris. Je suis allumée, sous le charme, apparemment Dom fond littéralement sur place. Elle ne peut plus dire un mot, seul son sourire illumine son visage, ses yeux pétillent de désirs.


— Tu me plais beaucoup Dom.

— Merci Eve, je suis sur un nuage, je tremble de partout, tu me fais un effet dingue, le fantasme d’un amour entre femmes m’excite depuis longtemps, ces premiers instants sont plus beaux que tous mes fantasmes.


Je lui prends la main, mon autre main sur son épaule, ma bouche va chercher un nouveau baiser, cette fois j’ouvre la bouche, pour lui rouler notre premier patin de gouinettes.

Elle ouvre ses lèvres et sa langue trouve la mienne. Nos langues se cherchent, se trouvent, s’emmêlent.

Nous échangeons nos salives, ma langue roule autour de la sienne, que c’est bon, elle embrasse bien comme j’aime. Je suis dans un état de folie.

Cette galoche dure, dure encore. Je sens Dom complètement excitée, elle se colle à moi, je sens son corps se serrer contre moi malgré nos manteaux. Cela fait à peine 10 minutes qu’on se connaît et nous sommes bouches soudées, à nous faire vaciller et faire gonfler nos seins.


Cela promet des jouissances de folles.

Nos jambes tremblent, il nous faut reprendre notre souffle, nos bouches se quittent. On s’assoit sur le banc pour reprendre nos esprits et réaliser ce qui nous arrive. Nos doigts sont unis ensemble, main dans la main.


Je réalise qu’on vient de s’embrasser sans nous soucier de notre entourage, le désir nous a fait oublier où nous étions. Je le dis à Dominique, qui semble complètement partie ailleurs. Je jette un regard circulaire autour de nous, le papy au chien est assis discrètement assez loin de nous, il nous regarde. Je le dis à mon amie, elle sort de sa torpeur,


— Oh que c’était bon ma chérie, je suis vraiment toute chamboulée, en plus devant un voyeur. Si j’osais, je te dirais que j’ai mouillé ma culotte.

— J’espère qu’on a fait durcir sa pine, hihihi.


Il se lève et tout aussi discrètement quitte le parc.

Nous revenons doucement à la réalité de cette rencontre entre deux vieilles femmes avides de se donner des jouissances lesbiennes.


— Ma chérie, que portes-tu sous ton trench ? Je suis voyeuse, tu sais !


Elle se lève, et déboutonne son manteau, puis écarte les pans.

J’avais remarqué aux plis de son genou qu’elle portait des bas. Avec une jupe courte en jeans qui s’est légèrement retroussée à mi-cuisse, un pull mohair cache sa lourde poitrine que j’imagine avec un soutien-gorge ouvert, ses tétons pointent sous le pull.


— Tu es jolie et sexy Dom, j’adore déjà tes formes généreuses. T’admirer me fait vibrer mon clito.

— A toi de me montrer ta tenue !

— Je suis à poil sous mon manteau ma chérie, juste des bas autofixants (rire). Je voulais venir cul nu, mais on avait dit sexy soft donc voilà et j’ouvre mon manteau ! Ecartant légèrement mes cuisses pour écarter ma jupe fendue devant, j’espère offrir de cette façon, à ses yeux le fond de mon body cachant ma grosse chatte de mature.


Ses yeux se posent sur moi, elle me mate, j’adore, j’enlève mon manteau, le pose sur le banc, je tourne un peu autour d’elle pour assouvir mon plaisir exhibitionniste. D’un petit coup de doigt, je fais sauter l’agrafe de ma jupe fendue, m’offrant à Dom en chemisier et body bien moulant. J’offre à son regard mes grosses fesses, ma raie moulée par le body, me voilà moitie nue devant une presque inconnue au milieu du parc du château. Quel pied je suis toute humide.


— Eve tu es si excitante, tu es sexy et sensuelle ! Merci ma chérie de m’offrir ce show, tu es moitie nue dehors, à l’aise. Bravo ! J’oserai jamais faire cela.

— Bien sûr que si que tu vas oser !


Je remets mon maxi, je ramasse ma jupe que je glisse dans mon sac à main.


— A toi Dom, tu vas discrètement sous ton manteau enlever ta jupette. Pour m’exciter, tu me diras si cela te donne des sensations. Domique me regarde dans les yeux, elle déboutonne sa jupe, me l’offre. Me montrant ainsi son porte-jarretelles et sa culotte assortie transparente noire.


Je devine sa fine toison rousse à travers le tulle noir.


— Ouhhhaaa MAGNIFIQUE. Tu es trop sexy, te voilà en culotte dans le parc ! Quel effet cela te fait ?

— Très bizarrement, je suis bien ! Je me sens légère ! Et je vais t’avouer, cela m’excite, mon clito me donne d’étranges sensations, ma tête se vide de toute inhibition.

— Tu viens de découvrir le plaisir de l’exhibition ma chérie.

— C’est trop excitant, je t’adore, tu me fais découvrir à mon âge des plaisirs insoupçonnés.


Je prends Dom dans mes bras, nos manteaux s’ouvrent, nos corps se frôlent moitié nue en lingerie douce et soyeuse. C’est Dom qui me donne de suite sa bouche. Nous voilà parties dans un french kiss de folles en chaleur. Nos corps se collent. Se frottent. Nos ventres entrent en contact, c’est bon, j’aime sa peau douce, je suis tout excitée. Je mouille de plus en plus. Dom tremble d’excitation. Je frotte mon pubis contre le sien, pour effectuer une touche minou minou. Ma cuisse gauche glisse entre ses grosses cuisses gainées de nylon. Les bas nylon électrisent nos peaux. Nos moules se cherchent, mon body glisse sur sa culotte nylon. Nous frottons nos chattes pour faire bander nos clitos. Nos moufettes doivent s’ouvrir de plaisir !


Pour Dom, ces sensations sont toutes nouvelles. Elle est réceptive, maintenant c’est sa cuisse qui entre les miennes, frotte mon minou. Le nylon me fait gonfler le clito. Je suis dingue de caresse du nylon sur ma fontine. J’agrippe ses fesses comme pour la pénétrer. Je descends mon ventre comme si je pouvais entrer en elle. Elle quitte ma bouche de sa langue, ses yeux se renversent !


— Oh Eve ouiiii ma chérie, oui c’est si bon OUIIIII.


Dom jouit. Elle pousse de légers petits cris bien troublants, elle a son premier orgasme lesbien.

Cette position, ma chatte gonflée emprisonnée contre mon body, contre sa culotte. Ses petits cris de jouissance m’amènent aussi à l’orgasme !

Orgasme bref, mais fort, un bon orgasme clitoridien ; l’orgasme qui te libère, mais qui ne fait qu’augmenter ton désir c’est un pur moment de folies, je reprends sa bouche buvant sa salive, pensant vite goûter à sa source d’amour.

Mais ce sera si vous le voulez une autre aventure.

Diffuse en direct !
Regarder son live