Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 20 152 fois
  • 122 J'aime
  • 15 Commentaires

Initiation au billard

Chapitre 1

Ou comment se servir correctement d'une queue et de boules…

Hétéro

Je passe ma soirée dans un petit bar « Le Pub » qui se trouve dans une petite rue à l’écart, à deux pas de l’hôtel que je testais à M...


Installée dans un profond fauteuil, près de la fenêtre. Je regarde le barman derrière son comptoir, un torchon sur l’épaule, en train d’essuyer des verres. Je lui souris lorsqu’il lève les yeux et il me fait signe qu’il va venir. Je le regarde ranger les verres sur les étagères, répondre avec le sourire à ses clients.


Après avoir pris ma commande et servi ses trois autres clients, il m’apporte mon cocktail.


— C’est la première fois que vous venez ici, me dit-il, avec un sourire chaleureux.

— Oui, en effet. Je suis en vacances.


Je croise les jambes l’une sur l’autre. Je le vois jeter un œil sur l’ourlet effiloché, ma jupe remontée sur le haut de mes cuisses, mais il fait mine de n’avoir rien remarqué. Il se passe une main dans ses cheveux bruns. Il va pour me répondre, lorsqu’un client l’interpelle :


— Stéphane, tu me remets une bière ?

— Pas de souci, j’arrive.


Avec un sourire, il s’excuse. Je le regarde s’éloigner vers le bar. Il est plutôt bien foutu : des épaules larges, un fessier bien moulé dans un jean noir. Je peux deviner sous sa chemise une belle musculature.


Je pense à la discussion que j’ai eue avec une amie sur le sexe et mes récentes expériences. Je me suis surprise à y prendre beaucoup de plaisir. C’était comme si je revivais, comme si je redécouvrais les vrais plaisirs. Je reprends contact avec mon corps. Ce soir, j’ai choisi une petite jupe en jean et un débardeur un peu moulant et un ensemble string – soutien-gorge en dentelle noire.


Je me surprends à suivre le barman du regard, à le déshabiller des yeux quand il se glisse entre les tables avec souplesse. Lorsqu’il pose son regard sur moi, je n’hésite pas à m’étirer langoureusement. Mon débardeur se tend sur mes seins, mettant en valeur leur galbe et leurs tétons. Il revient vers moi. Je me tourne vers lui, en me remontant un peu plus ma jupe sur mes cuisses.


— Vous désirez autre chose ?


Si tu savais...


Je le dévore du regard et je suis certaine qu’il le sait. Je commande une autre Piña Colada et dans un élan, je l’invite à prendre un verre avec moi, s’il n’a pas trop de boulot. Il hésite un instant, regardant ses clients, et hausse les épaules. Après un rapide aller-retour derrière le bar, il s’installe en face de moi. Nous discutons un peu.


Il prend une gorgée de bière et pose sa bouteille près de mon verre. Il lance un regard vers la table de billard :


— Ça vous dit une partie ?


J’accepte avec plaisir. Je me lève en prenant mon verre et le suis vers la table de billard. Il y installe les boules sur une moitié et la blanche à l’opposé. Puis il prend deux queues de billard et m’en donne une.


— Vous avez déjà joué ?

— Un peu, oui.


J’aime jouer avec une queue et des boules.


Il s’installe au bout de la table de billard, devant blanche. Les pieds écartés, il se penche par-dessus la table. D’un coup sec, il casse le paquet de billes. Il fait entrer deux billes pleines dans les poches. Il loupe son coup suivant et m’indique la table de la main.


J’étudie le jeu et me penche sur la table. Je sens ma jupe remonter un peu, exposant la naissance de mes fesses. Je sens le regard de Stéphane glisser le long de mes jambes, jusqu’au bord effiloché de ma jupe.


— Vous permettez ?

— Je vous en prie.


Je le sens contre moi. D’un pied, il me fait écarter un peu plus les jambes et m’appuie un peu sur le dos pour me faire un peu plus pencher en avant. Je me mords les lèvres en songeant à notre position, moi, à moitié couchée sur la table faisant aller et venir la queue entre mes doigts, et lui, collé contre mes fesses. Je tape la blanche qui va percuter l’une des billes, mais mon coup manque de force.


— Pas mal.


Il me dit cela en se redressant lentement, laissant glisser ses mains sur mes fesses. Avec un sourire sexy, il s’installe derrière la blanche. Je m’assois sur un tabouret en face de lui et pose la queue entre mes genoux légèrement écartés. Je vois qu’il a du mal à se concentrer, son regard allant de la boule à ma jupe. Je souris en sirotant mon cocktail. J’écarte un peu les cuisses, ma jupe remontée dévoile un peu plus de mon intimité. Mes doigts caressent langoureusement la queue, espérant bientôt en caresser une autre d’un genre différent. Malgré la distraction, la partie se poursuit.


Lorsque mon tour de jouer arrive, je descends de mon tabouret et fais tranquillement le tour de la table, en laissant traîner mes doigts sur son rebord, avant de me pencher de nouveau sur la table, ma langue dépassant légèrement de mes lèvres. Je jette un coup d’œil à Stéphane, en appui sur sa queue, qui ne perd rien du spectacle. Je baisse les yeux sur mon décolleté : ma position ne cache rien de ma poitrine. Je tape la boule qui atteint son objectif en faisant entrer une de mes billes dans la poche.


— Très bien.


Je refais le tour de la table. La boule blanche étant éloignée du bord, je suis obligée de me coucher un peu plus sur la table. Je sens ma jupe remonter un peu plus, découvrant un peu plus mes fesses. Dans la vitre en face de nous, je vois le reflet de Stéphane derrière moi : son regard ne porte pas sur la table, mais plutôt sur mon intimité que ma jupe ne cache plus du tout. Au moment de taper la blanche, je sens ses doigts effleurer ma peau, me faisant frissonner à nouveau et rater mon coup.


— Désolé, me dit-il. Je n’ai pas pu résister.


J’affiche un sourire un peu provocateur et me glisse entre la table et lui, me frottant légèrement contre lui. Alors qu’il s’installe devant la bille blanche, je promène négligemment mon doigt le long de mon décolleté, laissant apparaître la naissance de mes seins. Il déglutit péniblement et loupe son coup.


Deux clients nous souhaitent une bonne soirée et partent, en laissant leur règlement sur le bar. Le dernier finit de siroter sa bière.


Je refais le tour de la table et m’arrête face à Stéphane. L’espace étant petit, je le bouscule un peu et là, je sens sa main se poser sur le haut de ma taille, remontant sous mon débardeur, vers ma poitrine. L’espace étant sombre et à l’abri des regards indiscrets, il me caresse lentement à travers la fine dentelle, pinçant au passage mes tétons dressés d’excitation. J’ai du mal à retenir un gémissement de plaisir.


— Tu n’es pas farouche, toi.


Je glisse mes mains sur les siennes, l’invitant à me caresser plus fort.


— A ton avis ? dis-je, en glissant mes mains dans le dos pour dégrafer mon soutien-gorge.


Je fais glisser les bretelles de mon soutien-gorge le long de mes bras et par un mouvement habile, le laisse tomber au sol. Il me malaxe les seins sans douceur, le pressant tour à tour. Il relève mon débardeur au-dessus de mes seins dénudés. Il penche son visage, se penche et se met à me téter avec force en les mordillant et les aspirant. Je penche la tête en arrière, m’offrant à ses caresses. Sa main libre descend sur ma taille puis glisse sous ma jupe. Il saisit mon string et le fait coulisser entre mes lèvres. Le frottement m’excite. Je ne parviens pas à retenir un gémissement de plaisir.


Il me fait tourner et pencher sur le billard au point que mes tétons frottent sur le tapis rugueux. Il remonte ma jupe complètement pour mettre mes fesses à l’air. Il se penche sur moi et je sens sa main se promener sur ma peau, me faisant frissonner. Il me caresse lentement, une fesse, puis l’autre.


Je me penche un peu plus et sens Stéphane me plaquer contre la table. Posant ses mains sur mes hanches, il se frotte contre moi et la bosse dans son jean ne laisse aucune ambiguïté quant à son excitation. Je suis très excitée à l’idée qu’une autre personne soit présente dans la salle et puisse nous voir. Sa main glisse doucement entre mes fesses jusqu’à mes lèvres. Ses mains remontent sous ma jupe, qu’il remonte jusqu’à ma taille. Je lève les yeux vers le dernier client, il tourne brusquement la tête dans l’autre direction.


D’un geste brusque, il m’arrache le string. Me retrouvant les fesses et le sexe complètement à l’air, j’écarte un peu les jambes et, me repositionnant, je sens quelque chose de dur contre moi et j’imagine Stéphane en train de me titiller avec la queue de billard. Je sens qu’il essaie de la glisser entre mes lèvres humides, le bout dur de la queue m’excite. Je lâche ma queue et glisse une main entre mes cuisses. Il doit être surpris de voir apparaître mes doigts sur mes lèvres, je ne sens plus la pression de la queue dessus.


De mes doigts, je les écarte doucement, en invitation... qu’il reçoit parfaitement, car très vite, je sens ses doigts me caresser les lèvres et son souffle dans mon cou. Un doigt me pénètre lentement tandis que le pouce va décrire des cercles autour de mon clitoris. Je ferme les yeux en baissant un peu mes fesses. Il me murmure à l’oreille :


— Tu aimes ça, hein ?


Je sens son poids sur mon dos, me coinçant sur la table. Ses doigts se glissent lentement en moi, m’arrachant un hoquet de plaisir. Plaquée contre le tapis, sa rugosité m’excite les tétons, j’écarte les cuisses. Brusquement, il retire ses doigts.


Je l’entends se baisser derrière moi. Ses doigts m’écartent les lèvres et sa langue se glisse entre elles : il me lèche profondément en m’écartant les lèvres, aspire mon clitoris, me mordille... Je me tortille de plaisir. Je me mords les lèvres pour retenir mes gémissements. Levant les yeux, je vois le dernier client nous fixer, un sourire pervers sur les lèvres, tandis qu’une de ses mains s’est glissée entre ses cuisses. Je ne suis pas exhibitionniste, mais la situation m’excite.


Il se redresse et se couche sur moi en glissant ses doigts dans mon sexe ouvert tandis que de son bras libre il m’enserre la taille. Il me murmure à l’oreille :


— Ça ne te dérange pas qu’il regarde ?

— C’est la première fois...


Je sens le rouge me monter aux joues en l’entendant ricaner. Il retire ses doigts de mon sexe et les essuie sur ma peau.


— Pas tout de suite, me dit-il en me laissant un peu frustrée...


Sa main glisse de nouveau entre mes fesses, s’insinuant entre mes cuisses. Son doigt se glisse à nouveau entre mes lèvres, je frissonne. Non, il ne veut pas me pénétrer tout de suite. Il a envie de faire durer le plaisir. Stéphane recule un peu quand j’entends un bruit de chaises qui raclent contre le carrelage.


Tournant la tête, je vois de l’autre côté de la salle le client se lever et faire signe à Stéphane :


— Je vous laisse.

— Tu ne veux pas rester un peu plus longtemps ?

— Nan, je vous laisse vous amuser tous seuls.

— Bonne soirée, David.


Stéphane accompagne son dernier client jusqu’à la porte, tourne la petite pancarte et ferme la porte à clé.


Je m’appuie contre le billard. Stéphane se tourne vers moi, passant sa langue sur ses lèvres :


— J’avoue que la soirée prend une drôle de tournure.


Je lui souris, en faisant glisser mon débardeur sur la taille lui offrant une belle vue sur mes seins nus.


— Très excitante. Que me proposes-tu d’autre ?


Je défais la fermeture éclair de ma jupe, qui glisse le long de mes jambes.


Il recule un peu : mon excitation grandit en voyant son regard gourmand.


Je fais tomber mon débardeur. Je passe mes mains sur mes seins, les caressant doucement, titillant les tétons, tirant doucement dessus. Ils pointent très vite. Il se lèche les lèvres. Je vois mon débardeur par terre et m’accroupis pour le ramasser. Je n’hésite pas à écarter les cuisses. J’entends sa respiration s’accélérer quand mes mains glissent entre mes cuisses pour me caresser les lèvres. Je sens mon jus, épais et chaud entre mes doigts. Je remonte une main pour me caresser un sein.


Il se rapproche de moi en défaisant sa ceinture, il l’a fait glisser sensuellement dans les passants de son jean. Je m’agenouille en attrapant son pantalon et fais glisser lentement la fermeture éclair. Je vois son gland, gonflé, prêt à l’action. Je me redresse un peu et commence à le lécher lentement. Je sens ses mains sur ma tête. Je lui sors le sexe de son jean en le faisant glisser sur ses chevilles. Mes lèvres courent le long de sa verge. Je l’entends râler de plaisir. Sa peau est douce sous mes lèvres. Je prends son sexe, l’enfonce progressivement dans ma bouche. Il semble apprécier mes lents va-et-vient, lui suçant le gland, l’aspirant :


— Ouaiiiiis... laisse-t-il échapper. Très douée avec une queue...


D’une main, je lui saisis la queue pour continuer à le masturber, tandis que je lui mordille la peau des couilles. De mon autre main, je me caresse les lèvres, entretenant ma lubrification et pensant aussi à mon plaisir. Je le serre de plus en plus fort, j’aime le sentir dur entre mes doigts. Je le reprends dans ma bouche, ses mains appuient sur ma tête pour que je le prenne plus profondément dans ma bouche. J’accélère doucement, le mordillant à chaque fois, tandis que mes doigts se faufilent plus profondément entre mes lèvres. Il est presque au bord de jouir quand il me tire doucement les cheveux pour que je le libère. Je le regarde, toujours à genoux. Il me domine de toute sa taille.


— Lève-toi.


J’obéis en me frottant contre lui, en le léchant. Je m’arrête un instant, son sexe entre mes seins. Il me tire à nouveau sur les cheveux pour que je me lève. Obéissante, je me tiens debout devant lui. Il me pousse jusqu’à la table et me hisse dessus. Il prend le temps de me regarder, je laisse mes mains se promener sur mes seins, mon sexe en écartant bien mes lèvres trempées. Il saisit une queue de billard et pose la plus grosse extrémité sur ma bouche. Je la saisis à deux mains et la lèche, la suce en la frottant contre mon sexe :


— Putain, que tu es bandante comme ça !


Il saisit la queue et me la fait lâcher :


— C’est la mienne qui te fera jouir.


Je passe les jambes autour de sa taille, tandis qu’il cherche mon anus du pouce. Le mouillant de mon jus, il masse longuement le pourtour de mon petit trou pour l’attendrir. Je lâche un petit cri lorsqu’il me pénètre avec son pouce. Ses doigts dans mon vagin et son pouce dans mon anus me font décoller. Il grogne de plus en plus fort au fur et à mesure que ses doigts s’enfoncent en moi. Il ralentit me laissant reprendre mon souffle et dégage ses doigts inondés de mon jus pour les essuyer sur mon pubis.


— Tourne-toi.


Je m’exécute et me mets à quatre pattes devant lui, les cuisses bien écartées. Sa main me caresse à nouveau, les fesses, les lèvres, et me pince. Ses mains m’écartent les lèvres et sa langue recommence à me fouiller bien profondément. Ses doigts caressent mon clitoris. Je m’écroule un peu contre le tapis, repoussant mes fesses contre sa bouche. Ma joue s’écrase contre le tapis usé, je gémis, je halète encore lorsqu’il retire ses doigts. J’entends la table de billard gémir et suppose qu’il monte derrière moi. Il s’empare de mes fesses, les écartant largement et d’un coup de reins, m’arrachant un cri me pénètre vigoureusement. Il se penche un peu plus sur moi et agrippe mes épaules, s’enfonçant encore plus profondément en moi. Je me redresse et m’enfonce sur lui. Collant mon dos contre sa poitrine, je lui prends les mains pour les poser sur mes seins. Il me les malaxe en me mordant le cou. Je gémis encore plus fort jusqu’à crier en même temps que lui. Je sens son sexe palpiter en moi.


Je descends mes mains sur mon ventre, mon pubis, jusqu’à mes lèvres entre lesquelles son sexe coulisse doucement. Je le caresse tandis qu’il murmure à mon oreille :


— Putain, c’est bon.


Il se dégage doucement et m’allonge sur le tapis, poussant les dernières boules dans les poches. Il descend de la table, me laissant pantelante sur le tapis vert. Me mettant sur le dos, je promène mes mains sur mon corps. Il me regarde, amusé :


— Tu en veux encore ?


J’écarte mes lèvres de mes doigts, me caressant encore.


— J’en meurs d’envie.


Il me saisit les chevilles et me tire jusqu’au bord de la table.


— Tu vas voir...


Il m’écarte brutalement les jambes, et se couchant sur moi, il enfonce profondément ses doigts en moi. Ses allers-retours vigoureux me font hurler de plaisir. Je l’entends râler de satisfaction alors que je m’accroche aux bords de la table en hurlant.


— Putain, dit-il, tu me refais bander...


Il se redresse devant moi, son sexe droit et dur :


— Vas-y.


D’un coup de reins, il me pénètre à nouveau, ses mains m’écartant encore plus les cuisses. Je sens des brûlures dans mon dos : la rugosité du tapis va me laisser des traces, mais ce n’est rien par rapport à ma jouissance. Une nouvelle fois, son cri se perd avec le mien, plus profond, plus rauque que le premier tandis qu’il jouit à nouveau en moi. J’ai l’impression que mon corps entier va imploser alors qu’il se cambre sous son dernier assaut. Tandis qu’il se laisse glisser à genoux, je roule doucement sur le côté. La table n’est guère confortable, mais elle me permet de ne pas sombrer.


Lentement, je descends de la table pour récupérer mes vêtements. Stéphane se rhabille et s’assoit sur une banquette. Se passant une main dans les cheveux, il sourit :


— Waouh, je ne pensais pas que me faire une cliente serait aussi jouissif.

— Me faire sauter sur une table de billard était une nouveauté pour moi. Il faut un début à tout...

— J’aimerais qu’on se revoie.

— Je repars dans trois jours, ce sera avec plaisir.


Un sourire satisfait s’affiche sur son visage.

Diffuse en direct !
Regarder son live