Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 11 666 fois
  • 168 J'aime
  • 6 Commentaires

Initiation entre filles

Chapitre 2

D’une découverte lesbienne à une première orgie ..

Orgie / Partouze

Le jeu n’est même plus un prétexte. Je m’approche d’elle, rendue plus audacieuse sous l’emprise de l’alcool.

Je la cherche, la provoque, entre effleurements de poitrines et baisers furtifs.

Paradoxalement, la température monte d’un cran quand je parcours son buste avec un glaçon en prenant soin de m’attarder sur ses tétons pour les faire pointer et durcir.


Forte de son expérience elle ne me laisse pas le choix, colle brusquement mon visage sur son bas ventre rasé. Elle a volontairement renversé un shot dessus et je me retrouve à manger une chatte agréablement parfumée par l’alcool.


Jusque là, j’ai juste joué avec le feu, mais voilà, je me suis bien brûlée les ailes. Heureusement je ne suis pas une oie blanche!

S’en suivent jeux et préliminaires variés très sensuels.

Nous alternons les positions caressante/caressée, si bien que je me retrouve en soixante-neuf, entièrement nue, sous ma meilleure amie qui me lèche et me doigte et qu’est-ce que j’aime ça!


L’alcool m’a entièrement désinhibée et rendue super réceptive, hyper sensible…

Comblée par ses habiles caresses je jouis sous son regard lubrique, une vraie fontaine.


En bonne copine je lui rends la pareille.

Je commence par la doigter, elle se cambre, j’alterne en lui mangeant et jouant avec son clito.

Elle encaisse deux doigts dans le minou sans sourciller, sans prévenir j’en glisse un troisième, aisément. En revanche un cri de surprise lui échappe lorsque je lui dilate l’autre orifice. Cela m’excite encore davantage tellement elle mouille de partout!

Je ne prends même pas la peine de lubrifier et rentre facilement deux doigts dans son anus accueillant.


Sous la double pénétration de mes doigts, plus ma langue lui titillant le bouton, elle gémit.

Comme elle se cambre j’en profite pour lui insérer un troisième doigt derrière, simultanément à un quatrième dans la case trésor…

Alors d’un coup, cédant au plaisir de la dilatation, la vague l’envahit, son corps se contracte, elle expulse mes doigts. Mes mains sont trempées de cyprine. Je l’ai fait jouir!


Nous reprenons tranquillement nos esprits avant de nous doucher et faisons comme si l’on avait passé une soirée basique.

Au réveil, comme deux amantes émergeant d’une nuit passionnée nous échangeons un baiser très langoureux, avec de longs jeux de langue!


Notre amitié a pris un tournant surprenant. Mais au fond, était-ce inattendu?


Le lendemain soir, habillées très sexy telles deux jumelles, mini jupes courtissimes en jean bleu délavé pour elle, noir délavé qui vire au gris pour moi, un mini string fluo rouge faisant l’affaire en guise de sous-vêtement (pour le peu de temps que nous allons le conserver!) et d’identiques crop-tops moulants à paillettes, le soutien-gorge est jugé inutile.


Nous sommes bien décidées à profiter de ce long week-end de trois jours. La soirée commence de la même manière qu’a fini la précédente : super excitées et super chaudes!

Nous avons en commun la ferme intention de ne pas sortir de cette soirée non accompagnées.


Comme le dit l’expression « plus on est de fou plus, plus on rit »!

Nous retrouvons nos copines au bar, où l’ambiance est au beau fixe, le choix ne manque pas.


Sam, à son habitude, ne traîne pas et enchaîne les va-et-vient dans les toilettes.

Ce soir, c’est chacune pour soi. On se croise mais on ne se connait pas…

L’entendre gémir à travers la paroi des toilettes pimente le jeu. Volontairement je ne suis pas discrète non plus et suis sûre de lui faire le même effet. En tout cas nos partenaires apprécient!

Après trois/quatre aller-retours en quasi simultané je commence à être rassasiée mais il s’en faut de beaucoup pour Sam.


Nos copines parties, restent juste quatre lascars faisables. L’air malicieux elle me fait signe et nous nous retrouvons aux toilettes. Seules, cette fois, direction la dernière cabine, celle-là même qu’on a partagée tout au long de la soirée pour nos ébats.


— Sais-tu où est mon string? me demande-t-elle.

— Tu l’as laissé aux gars du bar.

— Le tien ?


Sans dire un mot, j’ouvre mon mini sac à main dans lequel on trouve la panoplie complète d’une fille en soirée : maquillage, serviette hygiénique, clés, cigarettes, capotes.

J’y ai rajouté mon string en boule, totalement inutilisable et trempé.


— Après notre première partie comme lesbiennes, serais-tu tentée par une nouvelle expérience?


Je lui réponds, non sans fierté, que j’ai déjà été prise, et bien prise, par trois hommes durant la soirée.


— Oh! Oh! La jeune fille romantique est devenue une grosse cochonne nympho! Une orgie, ça te branche? Toi, moi et quatre hommes en rut?


Pas besoin de répondre, mon regard est suffisamment éloquent. Est-ce bien raisonnable?


Peut-être Sam et moi sommes-nous trop ambitieuses et avons les yeux plus gros que le ventre? Mais je finis par accepter car on n’a qu’une vie et notre échange n’a fait que rajouter de l’huile sur le feu, de la cyprine sur ma chatte pour être plus explicite…

Car pendant que nous parlions elle a glissé deux doigts dans mon con mais j’abrège car trop de hors-d’œuvres coupent l’appétit!


On se refait une beauté et nous sortons toutes pimpantes et souriantes de ces toilettes où la nuit de tous les plaisirs à commencé. Nos quatre futurs camarades de jeu nous attendent patiemment.


Sam pose les conditions, acceptées sans surprise à l’unanimité : on y va en voiture, une suite dans un bon hôtel, de la musique, de l’alcool pour nous amuser et nous désinhiber.


Le trajet de la boîte à l’hôtel prend une dizaine de minutes durant lesquelles nous échangeons quelques baisers et caresses, histoire de chauffer nos quatre étalons.


Juste avant l’arrivée à l’hôtel nous rectifions nos tenues, c’est un quatre étoiles, à la réception nous récupérons les clefs d’une suite avec une chambre plus grande que mon appartement…


Les garçons commandent de quoi se mettre en train. Champagne, whisky, puisque nous fournissons le terrain de jeu, on se fait inviter, alors autant profiter de tout!


Bref passage à la salle de bain, nous nous débarrassons de nos mini jupes et on se balade en string, on ne passe pas inaperçues, l’effet est immédiat et les mecs passent à la vitesse supérieure.

Je n’en crois pas mes yeux, quatre belles queues bien bandées pour ma première orgie.

Nos strings ont vite valdingué à l’autre bout de la pièce et c’est à genoux sur la moquette que nous entamons cette folle partie.


Qui va sucer la première?

Qui va être la plus salope?

Nous nous mesurons du regard avant l’ultime duel pour le titre de championne du sexe!

Diffuse en direct !
Regarder son live