Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 3 419 fois
  • 4 J'aime
  • 0 Commentaire

De l'initiation à la finalité

Chapitre 8

Gay

L?armée

’Allez Damien, encore un petit verre de cognac’, me dit Hervé.

J’effectuais mon service militaire depuis six mois et mes camarades et moi fêtions un samedi soir la quille de deux copains.

L’appel était passé, nous étions tranquilles et l’ambiance était bonne bien que suite à la fête du régiment nous avions tous été privés de permission.

Je me sentais bien à l’armée au milieu des mecs.

Une bonne camaraderie nous unissait tous dans le peloton.

Les mecs ne savaient pas que j’étais homo.

Les mecs du peloton ne m’inspiraient pas particulièrement sauf Hervé, un beau brun musclé toujours aimable et gentil avec moi.

Tous les mecs parlaient de filles et je ne vivais provisoirement que de fantasmes.

Hervé, qui lui aussi nous contait ses exploits, essayait tout le temps et gentiment de me questionner sur mes aventures ’Tu ne veux

    pas le dire, mais je suis sûr que tu es pédé, homo si tu

    préfères’.

Je ne répondais jamais, si j’avais été certain que mon aveu reste entre Hervé et moi je l’aurais fait.

Je savait que mon beau petit cul cambré attirait tous les regards et souvent des réflexions que j’ignorais avec regret.

Un week-end, je n’ai pas pu avoir de permission et Hervé non plus et nous nous sommes retrouvés tous deux seuls dans la chambrée et à l’étage.

Hervé c’était un pote et nous rigolions bien tous les deux.

Nous nous sommes promenés dans le camp le samedi après-midi puis nous avons été dîner à la cantine.

Un petit verre au foyer et nous sommes rentrés dans le bâtiment de notre escadron et montés dans la chambre.

Avant de rejoindre notre chambrée, nous avons été rendre visite à deux copains Xavier et Bertrand, respectivement maréchal des logis et brigadier de service de semaine qui tenaient leur permanence dans le bâtiment voisin.

Il était déjà presque l’heure de l’appel du soir et de l’extinction des feux et le maréchal des logis nous dit ’Vous êtes

    seuls dans votre bâtiment, alors je ne viendrai pas faire

    l’appel, bonne nuit’.

Quelques minutes après Hervé me dit ’Tu vas prendre ta douche ?’

J’allais souvent prendre ma douche avec Hervé et je ne me lassais pas de voir son corps musclé et sa belle queue.

Mais compte tenu de ce qu’il essayait de savoir, je me montrais discret dans mes regards.

Nous partîmes prendre notre douche dans un petit bloc sanitaire où il n’y avait que deux douches.

À poil en premier, je me suis installé sous l’eau chaude.

Hervé a dit ’Merde l’autre douche est hors service.

- Alors attends, je finis et je te laisse la place.

- Ah! j’ai froid, je viens dans ta douche.

- Et si Xavier ou Bertrand se ramènent, on aura l’air malin.

- Ils nous ont dit qu’ils ne viendraient pas, on est tranquille

    mon petit Damien’.

J’étais content d’être si près de mon copain et en même temps troublé.

Un mec si désirable que Hervé à poil à quelques centimètres de moi j’avais peur de mes réactions.

Pendant que nous nous lavions, Hervé était obligé de me pousser de temps en temps pour se mettre sous la douche.

Quand je sentis son corps sur le mien et je me mis à frémir.

Je tournai le dos à Hervé pour cacher mon émotion.

Mais il me serra dans ses bras et je sentis sa queue dure sur mes fesses.

Hervé me caressa et me dit en m’embrassant dans le cou ’Tu vois

    que tu es pédé.

- Toi aussi tu bandes.

- Oui car j?ai envie de ton joli petit cul’.

Hervé me retourna et me roula une pelle.

Puis il mit ses mains sur mes épaules et appuya pour que je descende devant lui et je compris qu’il voulait que je le suce.

Hervé n’était pas circoncis, mais la trique lui avait fait sortir totalement le gland du prépuce et je l’ai mis dans ma bouche.

Je suçai mon pote sous l’eau chaude en lui caressant les boules.

Hervé me dit qu’il allait jouir mais je continuai de sucer de plus belle.

Quand il déchargea en râlant, j?avalai son le sperme avec délice.

Hervé me releva et m?embrasse puis me dit ’Je vais m’occuper de

    toi’.

Il me retourna pour me lécher le cul, dans l?état de manque où je me trouvai, sentir sa langue rapeuse contre ma raie était divin.

Mon mec me dit ’Tu sais Damien, la deuxième douche fonctionne très

    bien’.

après m?avoir bien excité, il m?abandonna, je lui dis ’Pourquoi ?

- J’ai beaucoup aimé notre câlin Damien, mais surtout ne tombe

    pas amoureux de moi, j’aime les filles aussi même si finalement

    j’ai beaucoup moins d’expérience que j’ai pu raconter’.

Je fus déçu de la réponse mais surtout du fait qu?il me laisse en plan alors qu?il m?avait mis en feu.

J’essayai de m’endormir mais j’étais bien trop énervé et je n’arrêtais pas de tourner dans mon lit.

Allongé sur le ventre, je commençai à sombrer dans le sommeil quand je sentis mes draps se soulever.

Hervé vint me rejoindre, il se coucha sur moi, il était entièrement nu.

Son souffle chaud caressa ma nuque, son ventre et sa queue frottaient mes fesses puis il fit descendre mon slip à mes pieds.

Sa bite bandée trouva mon sillon qu’elle parcourut, son gland humide frotta mon anus.

Je me mis à gémir, j’étais tellement excité que j?avais envie qu’il me baise tout de suite et j’écartai les jambes.

Le sexe de Hervé pénétra lentement mon petit trou qui s’ouvrit naturellement sous la pression douce et constante sans que je ne ressente la moindre douleur.

Quand sa queue fut vite entièrement en moi, Hervé commença à aller et venir lentement.

Je sentis la jouissance monter dans mon ventre jouissait sous les coups de reins de mon amant.

Alors que je me sentai partir, des ondes de plaisir s?insinuant dans mon corps, Hervé poussa un léger soupir, je sentis sa semence chaude coula dans mon fondement.

J?étais frustré que ce soit déjà fini, mon amant avait pris son plaisir mais moi je restai sur ma faim et j?avais le cul en feu.

Je le dis à mon homme mais il me répondit qu?il était fatigué et nous nous sommes endormis dans mon lit.

Le lendemain et les jours suivants, Hervé m’a enculé plusieurs fois dans la nature entourant le camp pour être plus discrets.

Contrairement à la première fois Hervé essayait de me faire jouir mais nous n?avions pas toujours le temps car il nous fallait être discret, d’ailleurs je prenais suffisamment bien mon pied avec Hervé qui n’était pas un amant égoïste.

Mais revenons à cette fameuse soirée!

Ce soir là, l’alcool aidant, j’étais particulièrement remonté, je racontai des histoires drôles et cochonnes.

Les copains s?étaient amusés à me faire boire un peu plus que je ne pouvais supporter.

Il faisait très chaud, nous avons chahuté et j’ai reçu un verre de bière sur mon tee-shirt blanc.

J’ai retiré mon vêtement mouillé et me suis retrouvé torse nu, en pantalon de survêtement.

Hervé cria ’Un strip-tease, un strip-tease.

- Sur la table’ dit un autre.

Les copains me soulevèrent et me posèrent sur la table après l’avoir rapidement débarrassée et sans que j’ai eu le temps de réagir.

La tête me tournait un peu, après tout, se mettre à poil sur la table pour amuser les copains ou dans les douches quelle importance.

En plus je me dis que ce serait bien devant Hervé, rien que pour l’exciter.

Christophe mit la musique un peu plus fort et les cinq mecs assis sur des tabourets ou sur les lits me regardaient.

Je retirai mes baskets puis je tournai langoureusement sur moi-même en remuant mon petit cul et en me caressant les seins.

Je mis les pouces dans la ceinture de mon pantalon de survêtement et je commençai à le faire descendre doucement sans mon slip tout en donnant des coups de bassin provocateurs.

Les mecs regardaient en riant, applaudissaient et avaient tous retiré leur tee-shirt.

J’ôtai enfin le pantalon que je jetai à mes copains, tout en dansant, j’enlevai mes chaussettes, un mini slip blanc constituait à ce moment mon seul vêtement.

Je continuai à danser en cambrant mes fesses, je regardai les mecs et surtout Hervé en ouvrant la bouche et en passant ma langue sur mes lèvres.

Une première fois, je fis mine de descendre mon slip et m?arrêtai pour juste découvrir le début de mon sillon.

Je me retournai pour me mettre de face et je descendis encore légèrement mon slip jusqu’à ma toison brune.

Je vis Hervé qui se caressait la bite à travers son pantalon de survêtement.

Je montrai mon cul bien cambré aux copains en écartant les jambes.

Je tirai sur le slip pour qu’il me rentre dans la raie des fesses faisant ainsi découvrir les deux lobes charnus, imberbes et rebondis.

Je descendis lentement le slip qui tomba sur mes chevilles, je me penchai pour le ramasser, dévoilant toute mon intimité à mes camarades.

Je me retournai à nouveau et jetai le slip à la figure de Hervé.

Je sautai de la table pour reprendre mon slip et me rhabiller mais de nombreuses mains me saisirent et me couchèrent sur le ventre et sur un lit.

Je voulus me dégager mais mes camarades m’en empêchèrent, c’est à ce moment que je compris que toute cette mise en scène n’avait qu’un seul but, c’était de finir en partouze.

J’avoue que cette situation m?excitait au plus haut point.

Pour le première fois depuis longtemps j’allais me faire sauter par plusieurs mecs et c’était loin de me déplaire.

Des mains, celles de Hervé me pelotèrent les fesses, ma zone érogène était atteinte et je me laissai tripoter sentant le désir monter en moi.

Des mains saisirent mes chevilles et m’écartèrent bien les jambes.

Ils me pelotèrent le cul et un doigt entra dans mon sillon et pénétra légèrement ma rosette.

J’étais si excité que je me laissai toucher le postérieur tout en gémissant.

Il faut dire que j?avais très envie d?une bonne baise et le fait qu’on me malaxe le cul et surtout le petit trou me fit monter encore un peu plus dans le bonheur.

Hervé, qui le savait déjà et pour cause me dit ’Tu vois que tu es

    pédé, puisque tu nous as si bien excités avec ton strip-tease,

    on va en profiter un peu de ton cul, en tout cas moi’.

J’eus le temps de voir Hervé retirer son pantalon de survêtement et son slip.

Il bandait bien sûr, il se coucha sur moi et sa queue trouva tout de suite mon trou qu’elle pénétra.

Cela faisait déjà un mois que Hervé me baisait tous les jours et des fois plusieurs fois par jour, mon cul s’était fait à son calibre et il avala sa bite sans problème.

Se faire sauter devant cinq mecs, certainement par cinq mecs, quel pied pour une petite salope comme moi.

D’autres mecs se mirent à poil, Jean Loup me donna sa bite à sucer tandis qu’un autre mec, Patrick, se branlait au-dessus de mes fesses.

Au bout de quelques instants Jean Loup a lâché sa purée dans ma bouche et je l’ai avalé avec délice.

Hervé me baisait tranquillement, cela devait lui plaire de me défoncer devant les autres, en temps normal il aurait déjà joui depuis longtemps.

Hervé me sautait très souvent pendant l’heure de déjeuner dans le genre vite fait, nous allions dans un local de rangement de matériel, Hervé fermait la porte à clef, je descendais mon pantalon de treillis et mon slip sur mes cuisses, me retournais en prenant appui sur le rebord de la fenêtre.

Hervé sortait sa queue de sa braguette et me baisait en vitesse, il jouissait souvent en moins d’une minute.

Il rangeait son pénis, je remontais mon slip et mon pantalon et nous retournions travailler.

Hervé travaillait dans un atelier et moi dans le secrétariat de la Trésorerie et nous ne nous voyions pas de la journée.

Je conservais en moi les traces de son plaisir, de notre plaisir, en attendant la soirée.

Nous nous retrouvions alors dans divers endroits tranquilles pour satisfaire tous nos désirs.

Hervé me possédait de toute la longueur de sa superbe queue, chaque fois qu?il l?enfonçait au plus profond de mon cul en feu je poussais des cris de bonheur.

Les autres encourageait mon amant en lui disant ’Vas-y Hervé Met

    lui tout, écoute comme elle roucoule cette petite pute, baise

    la à fond, regarde comme elle bouge son cul, continue défonce

    la cette salope’.

Sous les coups de boutoir répétés que m?assénaient mon homme, je roulais des hanches en cadence, la tête rejetée en arrière et les yeux clos, je laissais libre cours à mon plaisir.

Des vagues de désir affluaient vers mon visage chaque fois que mon mec plongeait son phallus raide entre mes fesses en ébullition, je planais littéralement sous les coups de reins redoublés et je ne fus pas long à perdre le sens des réalités.

Hervé les mains crispés dans la chair de mes hanches me besognait de plus en plus rudement, j?avais atteint le point de non-retour et je me mis à délirer.

C’est à cet instant que s’enfonçant au plus profond de mon rectum, Hervé gicla dans mon cul pour la deuxième fois de la journée en feulant, ses puissants jets de foutre crémeux m’inondèrent le fondement, un orgasme déferlant me foudroya, je tendis mon cul vers la bite qui se vidait en moi pour accentuer la pénétration, un hurlement strident pulsa de ma gorge et je m’affalai sur la couche, Hervé a retiré sa queue de mon trou et s’est assis à côté de moi sur le lit.

Patrick qui continuait à se branler et venu se placer derrière moi.

Je pensais qu’il allait me sodomiser à son tour mais il m’a d’une main écarté les fesses et j’ai reçu une belle giclée de foutre sur mon trou encore ouvert et d’autres dans la raie des fesses.

Un autre mec de la chambrée m’a retourné sur le dos, c’était notre black, Pascal, un antillais, qui se trimbalait un beau morceau de bite.

J’avais souvent vu Pascal à poil, mais pas en érection, jamais je n?avais vu une pine aussi grosse et longue.

Je salivai devant ce démesuré membre turgescent, j?écartai les cuisse totalement offert et consentant.

Pascal releva mes jambes qu’il posa sur ses épaules et m’enfourna sa belle et bonne queue dans le cul d?un violent coup de reins.

Bien lubrifié par Hervé et Patrick, mon intimité accueillit la grosse bite qui glissa sans dégât dans mon rectum en passe de revenir un trou public et en libre-service.

Pascal posa ses mains sur mon torse et commença à aller et venir en moi lentement de toute la longueur de son fabuleux pénis raide.

Son ventre musclé claquait contre mes fesses bouillonnantes.

Le désir un instant retombé après mon étreinte avec Hervé remonta en flèche en moi et je murmurai à celui qui me chevauchait ’Vas-y

    baise-moi à fond, casse-moi le cul avec ta superbe queue.

- Vos désirs sont des ordres ma petite poupée. Vous savez les

    gars c?est la première fois que je baise un pédé et bien j?ai

    l?impression de troncher une gonzesse, quel cul a cette pute’.

Je voyais entre mes cuisses l?énorme priape d?ébène entrer et sortir presque entièrement de moi pour replonger jusqu?à la garde la seconde suivante.

J?avais le cul rempli comme jamais je n?avais été rempli et je me mis à hurler chaque fois que mon amant s?enfonçait au fond de mon rectum en fusion.

Je me tortillai comme un damné sous les coups de boutoir que je recevais, dans la pièce en dehors de mes cris on entendait les bruits de succion que faisait mon anus chaque fois qu?il avalait la fabuleuse verge qui m?ouvrait un peu plus le fion à chaque poussée.

Mon homme me possédait maintenant de manière plus brusque et les grimaces qu?il faisait montraient le plaisir qu?il prenait à me sodomiser.

Je n?étais plus que jouissance et je tendais ma croupe vers ce phénoménal sexe qui me ramonait le prose pour accentuer la pénétration.

Ce que je ressentait était tellement bon que je me mis à hurler toutes les phases du plaisir par lesquelles je passais.

Pascal s’enfonça en moi me couvrant de tout son corps et déchargea en râlant me remplissant de foutre une nouvelle fois, ses jets de foutre m’inondant le tunnel me provoquèrent un orgasme dévastateur, mon corps se tendit comme un arc sous mon amant, mes jambes battirent l?air, je griffai les draps et un hurlement strident pulsa de ma gorge, puis je retombai lourdement sur le lit, baignant dans le plaisir, je sentis la verge sortir de mon cul et mon homme se lever de sur moi.

Je sentis des mains prendre mes jambes et les relever tout en les écartant et un corps se coucha sur moi.

J?ouvris les yeux et vis que c?était Christophe, son membre turgescent trouva de lui-même l?entrée de ma grotte intime et d?un coup de reins qui me fit gémir l?homme m?enfessa jusqu?à la garde puis il se mit à me ramoner à une vitesse folle.

Le plaisir prenait de plus en plus possession de mon être, j?enlaçai mon homme de mes bras et fermai les yeux tout à mon bonheur.

Christophe me besognait avec des ’HAN’ de bûcheron, me faisant avancer sur le lit chaque fois qu’il m’enfilait, je me tordais comme un damné sous lui, mes ongles étaient plantés dans ses épaules musclées, ma tête ballottait de gauche à droite et de ma bouche grande ouverte ne sortait plus qu’un ’aaaaaaaaaaaaaaahhhh’ continu.

Je ne savais plus depuis combien de temps il me bourrait le fion mais c’était si bon que je voulais qu’il continue jusqu’à ce que mon cul ne soit plus qu’un immense trou où mon homme aurait pu y entrer entier, sous ses coups de boutoir répétés je me sentais sombrer, seul comptait pour moi le phallus roide qui me forait les reins, je ne vivais plus que pour et par cette merveilleuse verge qui m’ouvrait un peu plus l’anneau chaque fois qu’elle s’enfonçait au plus profond de moi.

Des vagues de plaisir affluaient vers mon visage prenant naissance dans le bas de mes reins, mes fesses étaient bouillantes et j’avais l’impression que de mon tunnel sortait de la lave en fusion, les bruits de succion que faisait mon anus chaque fois qu’il avalait le formidable priape qui me tringlai ne faisaient que décupler mon plaisir.

J’avais perdu entièrement le sens des réalités, je m’enfonçais de plus en plus dans la jouissance chaque fois que la pine turgescente se plantait au fond de mon cul en fusion.

Soudain Christophe me leva et sans que notre étreinte se désunisse, me porta et me mit à quatre pattes sur la couche et se mit à me pilonner le cul violemment, je devais me tenir pour ne pas tomber tant ses assauts étaient rudes, son ventre musclé claquait contre mon fessier porté au rouge à me faire mal, complètement cambré je tendais encore plus mon cul vers lui pour accentuer la pénétration et me mis à rouler des hanches en cadence, j’avais rejeté la tête en arrière et tel un pantin désarticulé je subissais les violents coups de bite qui m’envoyaient au septième ciel chaque fois, j’avais le sphincter complètement éclaté.

Christophe me possédait en me tenant aux épaules, me limant de toute la longueur de son sexe, le sortant presque entièrement de mon canal pour le replonger la seconde suivante jusqu’à la garde, je n’étais plus que jouissance, toutes les parties de mon corps étaient devenues tellement sensibles que le moindre attouchement se répercutait jusqu’au fond de mes entrailles, je sentais l’explosion proche, une boule de feu s’était formée dans le creux de mon estomac et remontait vers mon visage chaque fois que le phallus érigé me défonçait, soudain n’y tenant plus je me mis à hurler toutes phases du plaisir par lesquelles je passais.

Un spasme foudroyant m’envahit, mon corps se tendit comme un arc s’offrant plus encore à celui qui me pilonnait le fondement, je hurlai de jouissance puis je me sentis tomber lourdement sur le théâtre de nos ébats et je perdis conscience.

Je ne sais combien de temps je restai dans les pommes, mais quand je revins à moi, Christophe me baisait toujours aussi violemment, quand il vit que je n’étais plus dans le cirage, il s’arrêta planté au fond de mon cul et me dit ’Remets toi à quatre pattes

    et suce Patrick’.

Flottant toujours dans l’univers cotonneux de l’orgasme j’obéis sans me rendre compte de ce que je faisais, j’ouvris les yeux et vis devant moi un vit dressé, je l’engloutis et me mis à le sucer vigoureusement, aussitôt derrière moi, Christophe recommença à me posséder à une vitesse folle, j’avais du mal à faire ma fellation tant les coups de boutoir de celui qui me ramonait l’arrière-train étaient violents, voyant cela celui que je suçais m’immobilisa la tête à l’aide de ses mains et se mit à aller et venir entre mes lèvres se servant de ma bouche comme d’un cul.

J’étais comblé des deux côtés car la bite qui me pinait la bouche était aussi de superbe taille, elle était aussi grosse que celle qui me pilonnait le trou du cul depuis au moins une demi-heure.

Soudain s’enfonçant au plus profond de mon être, Christophe éjacula en feulant, ses épais jets de sperme crémeux fusant contre mes parois intimes surchauffées me provoquèrent un orgasme dévastateur, je tendis ma croupe vers ce formidable sexe qui déversait sa semence en moi pour accentuer la pénétration, à ce moment celui que je pompais déchargea aussi, il m’envoya une abondante giclée de foutre dans la gorge tout en plaquant son pubis contre mon visage, un ’ggggrrrrraaaaaahhhhhhh’ pulsa de mes lèvres et mes deux amants m’abandonnèrent, je tombai sur le matelas couché en chien de fusil essayant de retrouver ma respiration.

Aussitôt on me mit à plat ventre, on m?écarta les jambes et une pine raide força l’orée de mon anus m’arrachant un gémissement.

Daniel car c’était lui, se mit à me besogner à une vitesse folle, je croyais qu’il allait me déchirer le cul si il continuait comme ça, son membre sortait presque entièrement de moi pour replonger la seconde suivante au fond de mon anus, le plaisir ne fut pas long à refaire surface en moi, je me mis à gémir sous les coups de boutoir que mon amant m’assenaient, son ventre musclé claquait contre mes fesses en fusion à me faire mal, sa pine coulissait sans aucune gène dans ma grotte bien ouverte et lubrifiée par les assauts de Christophe.

Soudain, mon homme s’arrêta et me prenant à la taille, me fit basculer, je me retrouvai allongé sur le dos, mon amant sous moi continuant à me pilonner le rectum avec des ’HAN’ de bûcheron.

Une verge érigée força mes lèvres, j’ouvris la bouche et me mis à la sucer avec avidité tandis qu’une autre se posai sur ma main, j’enroulai mes doigts autour de la colonne de chair et commençai à la traire.

Hervé, car c’était lui déchargea, sa liqueur gicla sur mon ventre, je lâchai la biroute à demi flaccide et entrepris de me masser la poitrine avec le foutre qui la maculai.

Je sentis sur ma langue la bite de Pascal tressauter, il colla mon visage contre son pubis et explosa en feulant, ses longs jets de semence se déversèrent dans ma gorge et je les bus avec un plaisir évident, pendant ce temps là, Daniel me possédait toujours avec la même fougue m’amenant au septième ciel, je ne vivais plus que pour et par la hampe qui me défonçait le fondement, mon fessier brûlait, je voulais que ce priape dur reste éternellement en moi tant le plaisir qu’il me donnait était grand, mon corps sautait chaque fois que mon mec me bourrait, je me sentis perdre totalement le sens des réalités, je sombrai dans l’univers cotonneux où seul compte le bonheur physique, la tête rejetée en arrière, les yeux clos, je me mis à hurler toutes les phases du fade par lesquelles je passai.

plongeant au plus profond de mon être, Daniel éjacula en râlant, ses traits de sperme fusant le long de mes parois en fusion me déclenchèrent un fabuleux orgasme, mon corps se tendit comme un arc, mes jambes battirent l’air et de ma gorge pulsa un hurlement de jouissance puis je retombai lourdement sur mon amant les yeux clos, cuisses écartées.

Daniel se retira et aussitôt, on me releva les cuisses pour les mettre sur des épaules et un formidable pénis me pénétra et se mit à aller et venir entre mes fesses avec lenteur.

Au matin, je me suis retrouvé à poil dans mon lit. J’avais mal au cul, du foutre séché plein la raie des fesses et une haleine atroce.

Je ne me souvenais plus de la fin de la soirée, j’avais aussi la gueule de bois.

Heureusement, nous étions un dimanche matin et j’ai pu aller tranquillement prendre une douche.

Je m?étais fait enculé par tous les gars de la chambrée et je les avais au moins sucé une fois chacun, pour la première fois depuis longtemps j?avais pu faire ma salope sans pudeur.

Hervé arriva derrière moi dans les douches et il vint m’embrasser et me dit ’?a va?.

- Non, j’ai la gueule de bois, je ne me souviens plus de la fin

    de la soirée, après que Daniel m?eut enculé comme une pute que

    je suis.

- Tu parles, on t?a encore sauté une fois et tu nous a nettoyé la

    bite avec ta bouche puis tu t’es endormi. Christophe et Daniel

    qui avaient encore envie de tirer n’ont pas osé te prendre dans

    ces conditions. Ils se sont juste branlés sur tes fesses, plus

    personne ne t’a pénétré et Pascal m’a aidé à te coucher.

- N’empêche que j?ai trouvé ça super, j’espère simplement que

    cela restera entre nous et que vous n?allez pas le raconter à

    toute la compagnie.

- ?coute, non, personne ne le fera, car nous avons tous bien

    déconné et on espère avoir l?occasion de recommencer encore.

- Moi aussi, une baise comme ça je veux bien recommencer.

- Ca c?est bien parlé.

- Il n?empêche que je me suis quand même comporté comme une sale

    petite pute.

- Vois le bon côté des choses, tu as pris ton pied, nous aussi

    que d’histoires pour quelques centimètres de bites et de

    quelques gouttes de sperme dans ton charmant petit cul.

Les copains ne m’ont fait aucune réflexion sinon une petite allusion sur le fait que je ne tenais pas bien l’alcool.

Ils ont été sympa comme d’habitude.

Christophe et Daniel partirent mais jusqu?à la libération je continuai à me faire baiser par Hervé et de temps en temps nous faisions une petite soirée avec Pascal et Patrick.


fkroun

GE_ESSE@yahoo.fr

Diffuse en direct !
Regarder son live