Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 5 801 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

De l'initiation à la finalité

Chapitre 14

Gay

Sandji

Je pris quelques jours de repos et l’avant veille de mon départ je me dis qu’avant de quitter Abidjan, j’avais une promesse à tenir, il fallait que je couche avec le réceptionniste.

Ce n’était pas simplement la promesse à tenir, j’avoue que je commençais à avoir le cul qui me démangeait.

Ce matin après avoir pris mon petit déjeuner, j’allais voir Sandji.

Je le trouvais à son poste, il lisait le journal, je lui dis ’ça

    va monsieur Sandji.

- Oui merci et vous le séjour ?

- Très bien.

- Alors tout va bien.

- je voulais vous demander quelque chose.

- Oui ?

- Vous vous rappelez l’autre jour quand je vous ai dit qu’avant

    de partir je goûterai à votre bite.

- Je me rappelle bien.

- Eh bien si vous le voulez, je crois que le moment est venu.

- ça alors, bien je crois qu’on peut oublier le vouvoiement, je

    vais aller chercher un cousin à moi pour me remplacer et je

    reviens te voir dans dix minutes, remonte dans ta chambre et

    attends-moi.

- Si tu veux.

- A tout de suite petite pute’.

Effectivement dix minutes après Sandji frappait à ma porte, il me dit ’ça-y est je suis libre pour la journée et même la nuit, allez

    viens avec moi.

- Mais il y a ce qu’il faut ici.

- Non je ne baise jamais dans mon hôtel, suis-moi.

- D’accord’.

Je suivis l’homme jusqu’à sa maison, c’était une maison un peu délabrée mais je m’en foutais, la seule chose qui comptait pour moi c’était de prendre la bite de Sandji dans le cul.

A peine étions-nous entrés que l’homme me dit ’Bon on ne va pas

    faire de chichis, déshabille-toi’.

J’obéis, la pièce où nous nous trouvions était sale et exhalait une vague odeur de pourriture.

Quand je fus nu, Sandji me dit ’C’est vrai que tu as un beau cul.

- Et je sais bien m’en servir.

- Je n’en doute pas et ta bouche elle suce ?

- Oui très bien.

- Alors viens par-là’.

Nous entrâmes dans la chambre où des vêtements traînaient par terre, cela sentait une odeur de pieds et il flottait une obscure effluve de sperme et de merde.

Sandji me dit ’Oui je sais ce n’est pas Versailles mais ici on

    sera bien, tu seras bien enculée ma petite pute blanche’.

Mon amant ôta son tee-shirt et baissa son short, il ne portai pas de slip et je vis, émergeant d’une forêt de poils noirs, une verge longue et épaisse encore au repos.

Mon homme vit mon regard et me dit ’C’est un beau morceau et tu

    vas voir quand elle va être dressée, j’ai l’une des plus belle

    bite du pays, tout ça rien que pour ton petit trou du cul de

    salope de pédale’.

Mon mec se caressa un peu puis il se planta debout devant moi et me dit ’Allez petite pute, à genoux et suce’.

Je m’exécutai, je m’avançai devant Sandji et m’agenouillai, j’étais juste au niveau.

Je portai une main sur ses testicules poilus que je savais gorgés de sève.

Cette caresse eut pour effet de faire se dresser un peu le phallus noir, mon amant me dit ’Fais-moi bien bander salope’.

Je pris le sexe à la base et commençai à le branler doucement tout en continuant à porter de légères caresses sur les couilles duveteuses.

En un rien de temps le pénis prit des dimensions colossales, mon homme ne m’avait pas dit de mensonges tout à l’heure, son membre était d’une taille monstrueuse, il dépassait de loin celui de Lamine tant en longueur qu’en grosseur.

Le gland était particulièrement gros, on aurait dit une mandarine et au bout du méat commençait à perler quelques gouttes de liqueur translucide.

Mon mec soupira et me dit ’Tu as l’air de savoir y faire avec les

    mecs ma petite salope, tu caresses bien ma grosse bite. Hein

    elle est grosse ?

- Elle n’est pas grosse, elle est énorme, elle est belle.

- Je suis content qu’elle te plaise, tu vas voir quand tu vas la

    prendre dans le cul tout à l’heure.

- J’ai hâte.

- Chaque chose en son temps salope, d’abord fais-moi monter le

    lait avec ta bouche que je tire dans ta gueule de pute, Allez

    maintenant suce putain’.

Voyant que Sandji s’impatientait j’avançai mon visage vers le priape démesuré, un relent de sexe mal lavé m’agressa et j’eus un mouvement de recul.

Mon amant s’en aperçut et me prenant à la nuque il me força à emboucher sa hampe érigée en disant ’Tu as compris salope pourquoi

    je veux que tu me suces, c’est simplement pour me laver la bite

    avec ce qui te sert de langue’.

Surmontant mon dégoût, j’ouvris la bouche et commençai à lécher le bout durci de mon homme tout en comprimant les lèvres autour.

Mon mec sembla apprécier l’attouchement et me dit ’C’est bien

    pute, allez prends ma bite dans ta gueule et pompe’.

J’enfournai la fabuleuse pine et commençai une lente fellation en enroulant du mieux que je pouvais ma langue autour de la colonne de chair tuméfiée et en la mordillant.

Sandji avait posé sa main sur ma tête et me laissait le sucer de cette manière tout en soupirant d’aise.

Pendant plusieurs minutes j’effectuais une lente pipe sur l’imposant phallus d’ébène.

De temps en temps je sortais le pénis brillant de salive de ma bouche et le léchai sur toute sa longueur.

Du méat du gigantesque gland coulait une quantité considérable de sperme translucide, mon amant mouillait beaucoup.

Soudain mon homme bloqua ma tête entre ses deux mains et se mit à aller et venir entre mes lèvres, me pinant la bouche à une vitesse folle.

Il enfonçait tellement loin sa verge en moi que ma respiration me manquait et je me mis à avoir des haut-le-c?ur.

Mon mec le vit et continua de plus belle à ma baiser la bouche, ce qui devait arriver arriva, je me mis à vomir aspergeant le ventre de Sandji qui rigola en disant ’Alors salope, ma bite est trop

    grosse pour ta gueule de pédale’.

Au bout de plusieurs minutes de ce traitement je me laissais faire sans réaction.

Mon amant semblait apprécier ce petit jeu car il enfonçait son vit au fond de ma gorge et restait immobile jusqu’à ce qu’il sente que j’allais étouffer pour me libérer me laissant reprendre ma respiration.

Je ne sais combien de temps dura ce supplice mais soudain mon homme plaqua mon visage contre son pubis souillé de vomit et éjacula et feulant.

Je reçus une formidable giclée de sperme au fond de la gorge que j’avalais avec délice.

Mon mec me maintint comme ça jusqu’à ce que son membre se soit complètement vidé puis il me relâcha et me dit ’Tu es une bonne

    salope, allez mets-toi à quatre pattes que je m’occupe de ton

    joli petit trou du cul de pute’.

Je vis que bien que Sandji ait joui, son phallus était toujours en érection mais je savais maintenant que dans ce pays, les hommes devaient jouir plusieurs fois avant de débander.

Je pris la position demandée en écartant bien les cuisses pour ouvrir mes miches, mon amant dit ’C’est bien petite pute, j’aime

    bien te voir tendre ton cul comme ça, tu es bien une véritable

    salope, un vrai trou à bite’.

Mon homme se mit à genoux derrière moi et glissa son énorme gland dans le sillon de mes fesses.

Quand je pris conscience de la taille de ce qui allait me rentrer dans le trou du cul, je fus saisi d’une terreur incontrôlable car je savais en plus que mon mec n’y mettrait aucune douceur.

Complètement effrayé je tentais de me dérober mais me maintenant solidement aux hanches Sandji me dit ’Mais où veux-tu aller petite

    pute, tu as peur de la grosse bite de Sandji, il ne faut pas,

    elle va bien casser ton cul de salope.

- Je t’en supplie fais doucement au début, ta bite est superbe

    mais elle est énorme.

- Ne t’inquiète pas petite salope, elle rentrera dans ton joli

    petit trou du cul de pute.

- Je le sais mais fais attention de ne pas me déchirer.

- Mais non je ne vais pas te déchirer ma petite putain, je vais

    tout simplement t’enculer comme tu dois l’être.

- Mais..

- Ferme ta gueule sale pute, ce n’est pas moi qui est venu te

    chercher, c’est toi qui est venu me mettre ton cul sous le nez

    et me demander de te trancher la rondelle, alors tu veux que je

    t’encule et bien je vais bien t’enculer comme tu le mérites

    pouffiasse’.

Mon amant positionna son phénoménal bout durci contre l’entrée de ma grotte intime et me dit ’C’est vrai que ton trou du cul est

    bien petit à côté de ma bite mais ça va rentrer quand même’.

Mon homme me lubrifia l’anus en frottant la tête de son puissant sexe puis il me dit ’Allez serres un peu les dents salope, Sandji

    va t’enculer’.

Tout en continuant à me coincer d’une main ferme mon mec posta son gland turgescent contre mon ?illet puis d’un coup de reins il m’introduit son fabuleux bout durci entre les reins.

Mon sphincter résista quelques instants et quand la virilité pénétra en moi je crus qu’on m’ouvrait en deux, une violente brûlure m’envahit, je poussais un hurlement de bête blessé et des larmes jaillirent des mes yeux.

Sandji d’un deuxième coup de reins m’enfila jusqu’à la garde, quand je sentis contre mes lobes charnus bouillants les poils follets de son pubis je sus qu’il était en moi complètement.

Jamais je ne m’étais senti aussi rempli, j’avais l’impression que mon anneau allait se rompre tant j’étais écartelé.

Mon amant resta immobile me laissant m’habituer à l’incroyable présence qui m’obstruait le fondement et je pleurais à chaudes larmes.

Me mettant une claque sur les fesses mon homme me dit ’Tu vois ma

    petite salope, ma grosse bite en toute entière dans ton petit

    trou du cul, c’est bien ce que tu voulais alors arrête de

    chialer comme une sale pute que tu es.

- J’ai mal.

- Ce n’est rien, bientôt ton petit trou du cul va s’ouvrir et je

    vais bien te le casser en t’enculant.

- Je t’en prie fais doucement.

- AH AH AH !! doucement mais pourquoi ce n’est pas la peine tu

    vois bien que toute ma queue est dans ton cul de salope.

- J’ai peur que tu me déchires.

- Mais non salope, je vais te l’élargir ton petit trou c’est

    tout.

- Mais..

- Tu peux dire ce que tu veux, je suis dans ton cul et tu ne me

    feras pas en sortir avant que je t’ai bien enculé et que j’ai

    tiré mon coup.

- Je sais..

- Alors ferme ta grande gueule de pute et laisse-toi enculer car

    c’est la seule chose que tu mérites, tu sais d’ailleurs je

    crois que je ne vais pas sortir de ton trou du cul avant de

    m’être complètement vidé les couilles et je te garantis que ça

    va être long, je vais t’inonder de sperme salope. Ah tu veux de

    la bite noire, tu vas en avoir espèce de petite pédale, je vais

    complètement le casser ton trou du cul de salope. Allez

    prépare-toi à encaisser l’enculade de ta vie’.

Pendant ce temps là mon canal s’était un peu détendu et la douleur était moins vive, mon mec me dit ’Je suis bien dans ton trou du

    cul ma salope, ma bite est bien serrée par ton fion de pédale’.

Sandji me mit une claque retentissante sur la croupe et posant ses mains sur mes hanches il se mit à aller et venir lentement en moi m’arrachant à chaque passage des cris de douleur.

Peu à peu mon anneau se décontracta, la souffrance faisant place à une douce langueur, la puissante pine se mit à aller et venir un peu plus librement dans mon tunnel.

Mon amant me prenait de toute la longueur de son sexe le sortant presque entièrement de mon cul pour le replonger jusqu’à la garde la seconde suivante.

Ma pastille céda complètement et le phallus se mit à coulisser en moi sans gène aucune.

Je rejetai la tête en arrière et les yeux clos je savourai le plaisir qui prenait possession de mon corps sous les lents mais non moins virils coups de reins que mon homme m’assénait.

Au bout de quelques instants de ce traitement je me mis à soupirer de bien-être, j’entendis Sandji qui me disait ’Ca y est ma petite

    pute ton petit cul est bien ouvert, je vois que tu aimes te

    faire trancher le cul, tu vas voir je vais bien te baiser,

    je vais bien t’aléser. Tu sens comme je te nique bien hein

    petit pédé ? Tu sens ma bite dans ton petit derrière ?’.

Tout à mon plaisir je me mis à rouler des hanches en cadence.

Je me cambrais au maximum pour m’offrir totalement au merveilleux pénis qui me forait les reins m’ouvrant un peu plus la rondelle chaque fois qu’il plongeait au tréfonds de mes entrailles.

Je planais littéralement sous les virils coups de bite que je recevais

J’avais l’impression que de la lave en fusion coulait dans mon fondement, mes soupirs s’étaient mués en râles profonds et je tendais ma croupe pour accentuer la pénétration.

Le plaisir que je ressentais était intense, tout mon être était en feu, pour moi seul comptait le phallus qui me cassait la corolle.

Je bramais maintenant sous les violentes poussées que je recevais.

Mon amant me pilonnait toujours l’arrière-train en de lents assauts, en dehors de mes cris on entendait le bruit de succion que faisait mon anus chaque fois qu’il avalait le priape distendu.

Des boules de feu, prenant naissance dans mon bas-ventre, explosaient sur mon visage, je ressentais un plaisir inouï.

Longtemps mon homme me besogna de la sorte et je hurlais sans discontinuer sous ses coups de boutoir répétés.

Ma tête reposait maintenant sur le matelas nauséabond et j’étais en appui sur les avant-bras de telle sorte que j’avais le cul en l’air totalement offert.

Mon mec avait posé ses mains sur mes épaules et m’enfilait avec une régularité de métronome.

J’avais atteint la plénitude rectale et je me mis à délirer.

Un orgasme me foudroya, je hurlais à plein poumon tout en griffant le matelas.

Je tendis mon cul vers la verge qui me démolissait le sphincter pour accentuer la pénétration puis je tombai lourdement au sol en perdant connaissance.

Quand je revins à moi j’étais allongé à plat ventre, cuisses écartées.

Sandji couché sur moi me possédait en de vigoureux coup de reins, voyant que je n’étais plus inconscient mon amant me dit ’Alors

    petit pédé c’est bon ce que je fais à ton cul ? Tu sais il est

    complètement éclaté, ma bite la fouille à fond et ce n’est pas

    fini je me sens comme un taureau je crois que je vais te niquer

    encore longtemps, allez tourne-toi pour que je te baise encore

    mieux, que je t’enfonce toute ma queue dans ton trou du cul

    sans être gêné par tes fesses de salope’.

Mon homme se retira et je me mis sur le dos.

Il prit mes jambes et les replia vers mon torse de telle sorte à ce que mon intimité ressorte au maximum.

Le phallus érigé de mon mec était tout luisant de sécrétions intimes et maculé de traînées brunes.

Il positionna son gland à l’entrée de mon antre affamée et m’enfessa jusqu’à la garde d’un violent coup de reins qui me fit gémir, il me dit ’Ah là tu ne chiales plus salope, tu gémis comme

    une sale pute que tu es, tu en veux de la bite, je vais t’en

    donner sale petite pute’.

Sandji se mit à me besogner en de violents coup de boutoir qui me faisaient avancer sur le matelas chaque fois que le pénis se plantait au fond de moi.

Le désir, un instant calmé, ne fus pas long à renaître en moi.

Mon amant me pilonnait l’anus à une vitesse folle, j’avais l’impression que si il continuait comme ça il allait me déchirer complètement le fion mais c’était si bon que je voulais qu’il continue indéfiniment.

Tout mon corps n’était plus que jouissance, mes hurlements avaient repris et je me tordais comme un damné sous celui qui me chevauchait.

Les puissants assauts que homme m’assénait me faisait basculer un peu plus chaque fois dans le plaisir, je ne vivais plus que pour et par le membre qui me forait les reins m’ouvrant un peu plus le cul chaque fois qu’il s’enfonçait au tréfonds de mes entrailles.

J’avais rejeté la tête en arrière et les yeux clos tout à mon plaisir je bramais sous les coup de boutoir répétés.

Je ne sais combien de temps mon mec me baisa de la sorte, son ventre musclé claquait contre mes fesses portées au rouge à ma faire mal.

Les mains posées sur mes chevilles il me possédait de toute la longueur de son superbe priape d’ébène, chaque fois qu’il m’enfilait jusqu’à la garde il me lançait des ’Tiens salope prends

    ça dans ton petit cul’.

J’avais atteint la plénitude rectale et je me mis à hurler toutes les phases du bonheur par lesquelles je passais.

C’est à cet instant que, s’enfonçant au plus profond de mon cul, Sandji éjacula en feulant.

Ses abondants jets de semence crémeuse fusant contre mes parois surchauffées me déclenchèrent un orgasme dévastateur.

Mon corps s’arqua sous mon amant, un hurlement strident pulsa de mes lèvres.

Je tendis mon fessier vers le sexe qui continuait à se vider en moi pour accentuer la pénétration puis je retombai lourdement sur le sol flottant dans l’univers cotonneux de la jouissance.

Je sentis le pénis encore dur de mon homme sortir de mon tunnel et je restai allongé, yeux clos, cuisses écartées écoutant les dernières contractions du bonheur autour de ma corolle ravagée.

Quand je rouvris les yeux mon mec me dit ’Ca y est tu es réveillé

    salope ?

- Oui.

- Alors petite pute tu es contente, tu t’es bien défoncé ton trou

    du cul de pédale ?

- Oui tu m’as bien baisé.

- ça je le sais que je t’ai bien enculé, tu as gueulé comme une

    vraie pute que tu es.

- Pourtant au début j’ai eu mal.

- C’est normal, il fallait que ma grosse bite ouvre bien ton cul

    de salope

- Tu aurais pu être un peu plus doux.

- ça ne sert à rien avec les putes de ton espèce, il faut vous

    casser le cul c’est tout’.

Je compris qu’il valait mieux ne pas en rajouter, Sandji était un être frustre, pour lui je n’étais qu’un cul vide couilles un point c’est tout.

Sandji me dit ’Comme tu peux le voir ma bite est encore bien

    raide, elle a encore envie de ton trou du cul, j’ai encore

    envie de t’enculer.

- Moi aussi j’ai encore envie que tu me baises.

- ça je m’en fous, tu ne crois pas que j’allais te laisser partir

    après une pipe et un coup tiré dans ton trou du cul de petite

    pédale.

- Je ne t’ai rien dit.

- Bien alors tout va bien, tu sais je vais faire ce que j’ai dit

    tout à l’heure.

- C’est à dire ?

- Je vais t’enculer et je ne vais ressortir de ton trou du cul

    que quand mes couilles seront vides.

- Si tu le dis.

- Eh oui et pour être tranquille j’ai une idée.

- Laquelle ?

- je vais t’attacher comme ça je n’aurais pas à m’occuper de toi,

    j’aurais ce que je veux c’est à dire ton trou du cul de salope

    blanche.

- Tu ne vas pas faire ça !!

- mais si petite pute, pourquoi crois-tu que je t’ai amené ici ?

    Tout simplement parce que tu peux gueuler de plaisir ou de

    douleur personne ne viendra à ton secours, il n’y a personne et

    même si il y avait quelqu’un, la personne saurait bien que je

    suis là avec une pédale et ne ferait rien.

- Mais Sandji.

- Ta gueule salope, tu as voulu que je t’encule et bien je vais

    t’enculer jusqu’à ce que j’ai les couilles vides c’est tout.

- Je ne veux pas.

- Je viens de te dire de fermer ta gueule salope.

- Mais..’.

Sans que je ne vois venir le coup Sandji m’envoya une gifle magistrale qui me fit perdre l’équilibre, il m’attrapa par les cheveux et me dit ’Ecoute-moi bien pouffiasse, c’est moi qui commande et toi tu fermes ta grande gueule sinon je te bâillonne. Compris ?

- Oui.

- C’est bien tu deviens raisonnable’.

Il ouvrit la porte, prit quatre ceintures et un ceinturon, revint vers moi et posa le tout sur le lit, j’avoue que j’étais inquiet et d’une petite voix je demandai ’Que veux-tu faire avec ça ?

- C’est pour t’attacher’.

Mon mec s’empara d’une ceinture et la passa autour de mon poignet droit puis serra la ceinture, il fit la même opération pour mon poignet gauche ainsi que pour mes chevilles, je compris ce que voulait faire mon amant, il voulait m’attacher au lit afin de pouvoir me baiser à sa guise.

Même si j’avais peur, j’étais forcé de concéder que me sentir totalement soumis aux caprices de mon homme m’excitait, si celui ci n’était pas trop violent.

Mon mec prit mes bras et les ramena pour les ficeler à la tête du lit, je ne voyais pas du tout où il voulait en venir.

Sandji s’aperçut de mon étonnement et me dit ’Tu as l’air de ne

    rien comprendre ma salope, mais ne t’inquiètes pas tu vas

    bientôt le savoir’.

Mon amant prit ma jambe droite la releva au-dessus de mon corps et l’attacha à la tête du lit, il fit de même avec l’autre jambe puis s’écarta et regarda son ?uvre.

J’étais complètement à sa merci, pieds et poings liés, je ne pouvais pas bouger mes chevilles étaient écartées et ligotées à la hauteur de ma tête, de cette manière mes fesses s’ouvraient laissant mon anus ressortir.

Mon homme sourit et me dit ’Tu vois ma belle petite pédale comme

    ça j’ai exactement ce que je veux, c’est à dire ton trou du

    cul, je vais pouvoir bien le bourrer sans être gêné. Dis-moi

    est ce que tu as déjà pris fessée ?

- Oui.

- Est-ce que tu as aimé ?

- ..

- Et puis on s’en fout, ce qui compte c’est qu’à moi ça me plaise

    hein ?

- Oui.

- Tu sais ma pute j’aime quand tu es comme ça, bien docile, prête

    à tout pour me faire plaisir, enfin là on peut dire que tu n’as

    pas tellement le choix. Hein ?

- Oui.

- Bien alors tu vois comme tu es gentille, moi aussi je vais être

    gentil, je vais t’expliquer ce qui vas se passer, je vais

    d’abord t’enculer une fois histoire de me vider un peu les

    couilles car voir ton trou de balle de pute en train de

    palpiter ça m’excite. Après je vais te mettre une bonne raclée

    avec le ceinturon et..

- Non pas le ceinturon..

- Mais si ma petite pouffiasse tu vas voir tu vas aimer ça de

    recevoir une correction sur ton cul de salope, ensuite quand

    j’aurais fini de te dérouiller je vais encore te baiser sans

    sortir de ton trou du cul jusqu’à ce que j’ai les couilles

    vides, et avant enfin je te détacherai. Voilà le programme. à

    oui je te préviens si tu gueules je te bâillonne’.

J’étais totalement sans défense, je me dis que le mieux était de me taire et le laisser faire en serrant les dents, je me préparai donc à subir ce qu’il avait prévu de me faire.

Mon mec monta sur le lit et dit ’Oui c’est bien comme ça, je vais

    bien m’amuser avec ce cul’.

Il me mit une claque sur les fesses et m’enfonça violemment un doigt dans l’anus ce qui me fit gémir, mon amant retira son doigt et me dit ’Ton fion est bien mou ma salope, j’ai eu raison de te

    défoncer tout à l’heure’.

Sandji s’agenouilla devant moi, il guida son sexe dressé à l’orée de mon canal affamé et d’un brutal coup de reins m’enfessa jusqu’à la garde.

Ce rude assaut m’arracha un petit cri de douleur qui fit rire mon amant, puis posant ses mains sur mes cuisses il se mit à me besogner à une vitesse folle de toute la longueur de énorme son pénis érigé.

Au moment où une douce langueur commençait à prendre possession de mon corps mon mec se plaqua contre moi et éjacula en râlant et en disant ’Ah ce que tu es bonne ma pouffiasse, que ton cul de salope

    est bon’.

Mon amant se retira, il essuya son phallus sur moi, me regarda et me dit ’Qu’est-ce que tu as putain, tu n’as pas aimé ?

- Si..

- Mais non tu fais la gueule.

- Non je t’assure..

- Ah j’ai compris ma pétasse n’a pas pris son pied, mais je m’en

    fous ce qui compte c’est que moi je prenne le mien, et j’ai

    tiré un bon coup. Bon allez maintenant passons aux choses

    sérieuses, prépares-toi à prendre ta raclée’.

Mon homme se leva et sortit de la pièce, il revint avec deux bières, il en ouvrit une et la but d’une traite.

Quand il eut fini, il posa la canette sur le bureau et ramassa le ceinturon, il mit la boucle dans sa paume et entoura la lanière de cuir autour de sa main, il cingla l’air deux fois et dit ’Je crois

    qu’on va bien rire, enfin que je vais bien rire ma petite

    pute’.

Mon mec leva le bras et abattit violemment la ceinture sur mes miches offertes, l’intense douleur que me provoqua la morsure du cuir fut telle que je ne pus m’empêcher de hurler, Sandji éclata de rire et me dit ’Ca fait circuler le sang hein salope’.

Tel un dément l’homme se mit à me battre à coups redoublés, chaque fois que la lanière entamait la chair de mes lobes charnus je poussai un hurlement strident.

Me voir souffrir semblait exciter mon amant qui frappait de plus en plus fort chaque fois que je criais.

Je ne sais combien de temps dura ce déluge de coups, je pleurais à chaudes larmes sans réagir, en dehors de mes sanglots on entendait dans la pièce le bruit mat que faisait le ceinturon quand il claquait contre ma croupe tuméfiée.

Au fur et à mesure que les coups pleuvaient, je ressentais moins la douleur, je croyais que mon homme me battait plus doucement mais ce n’était pas le cas, j’avais atteint le point où la souffrance est telle que le corps ne sent plus rien.

Petit à petit à la place de la douleur une chaleur prit naissance dans le creux de mes reins et des bouffées de plaisir affluèrent en moi, chaque fois que la ceinture cognait mon postérieur je râlais et je me mis à rouler des hanches tout en tendant mon fessier vers l’engin qui me fessait.

Mon mec s’en aperçut et me dit ’Alors tu vois salope que tu aimes

    ça, c’est pas croyable je suis en train de te dérouiller et toi

    tu tends ton cul de pute pour en avoir encore plus. Tu en veux

    plus et bien tu vas en avoir’.

Se déplaçant pour changer son angle de frappe Sandji leva le ceinturon et l’abattit avec force, le bout de cuir heurta mon anus.

Une douleur inhumaine me submergea et je poussai un hurlement aigu, j’avais l’impression qu’on appliquait contre mon intimité un fer porté au rouge.

Mon amant éclata de rire et me dit ’Ca réveille hein pétasse ?’.

Excité par mes cris il continua de me battre de la sorte, la souffrance était telle que je pleurais à chaude larmes.

Pendant plusieurs minutes mon tourmenteur me maltraita de la sorte et petit à petit le mal s’estompa et commença à faire place à un mélange de douleur et de plaisir.

J’avais atteint le point où les extrêmes se rejoignent et je me mis à gémir sous les coups.

Mon homme à bout de souffle jeta le ceinturon et me dit ’Je crois

    que tu as assez dérouillé, maintenant je vais te baiser.

- Oui baise-moi, j’ai envie.

- Pourriture tu es vraiment une sale pute.

- Oui je suis en feu, viens encule-moi.

- Ah tu es en feu, remarque je ne suis pas étonné, tes miches

    sont rouges et ton trou du cul et bien enflé.

- J’ai besoin de ta queue, elle seule peut me rafraîchir.

- Tu as raison ma salope de pédale, je vais te rafraîchir le

    fion’.

Mon mec s’approcha de moi, il prit son sexe de sa main droite et se mit à m’uriner dessus, ses jets de pisse me souillèrent les fesses puis Sandji fit en sorte de finir en m’aspergeant la raie.

Quand il eut fini mon amant me dit ’Alors ma poule tu as le cul un

    peu plus frais ?

- Il y a plein de pisse sur le lit..

- Et alors je m’en fous c’est toi qui est dans la pisse moi j’ai

    toujours ton trou du cul en position.

- Mais..

- Mais quoi salope ? j’avais envie de te pisser dessus et c’est

    tout. Maintenant que tu as le cul refroidi je vais t’enfiler

    car j’ai une de ces trique, regarde ma petite pute comme mon

    gros bâton est dur’.

Mon homme monta sur le lit, il positionna son pénis érigé contre mon ?illet affamé puis me pénétra à fond d’un brusque coup de reins.

Cet assaut brutal me fit pousser un petit cri, mon mec complètement enfoncé en moi me dit ’J’aime bien t’entendre avoir

    mal ma petite pute, allez souris salope je vais bien limer ton

    fouinedé de pédale’.

Prenant appui sur mes cuisses Sandji se mit à me posséder violemment de toute la longueur de son phallus raide.

Au bout de quelques instants il se plaqua contre mon fessier et m’inonda le fondement en râlant.

Mon amant, comme prévu, me sodomisa toute l’après-midi et toute la nuit sans sortir une fois de mon cul.

Cet homme semblait inépuisable, il n’était pas rare qu’il me baise pendant plus d’une heure avant de tirer un coup.

J’avais l’anus complètement démoli et les chairs à vif.

Si j’avais joui comme un fou au début ce que j’endurai maintenant était innommable, pour la première fois de ma vie je soufrais le martyre chaque fois que mon homme allait et venait en moi et je me surpris à le supplier d’arrêter de me baiser tant j’avais mal.

Sourd à mes cris mon mec m’encula jusqu’à ce que ses couilles soient vides, j’avais les cuisses et la raie poisseuses de foutre.

Quand enfin il m’abandonna après s’être branlé longuement et déchargé sur moi, j’étais rempli de sperme de la tête aux pieds.

Sandji me détacha et je restai sans réaction, les cuisses écartées baignant dans le sperme et l’urine.

Mon amant me mit une claque qui me réveilla et me dit ’ça y est

    salope, j’en ai fini avec ton trou du cul de pute, rhabille-toi

    et dégage.

- ..

- Oui fous le camp, ah tu voulais de la bite et tu as eu de la

    bite même que tu m’as supplié d’arrêter de niquer ton joli

    petit trou du cul de sale pédale, je t’avais dit que je me

    viderais les couilles dans ton cul de salope avant de te

    lâcher, voilà c’est fait.

- D’accord, je suis épuisé, j’ai mal partout, je ne peux pas

    rester dormir ici ?

- Là dans la pisse et le foutre ?

- Je m’en fous je n’en peux plus.

- reste si tu veux mais c’est à tes risques et périls.

- Que veux-tu dire ?

- Moi je vais partir et il y a des gens qui rodent ici la nuit,

    s’ils te trouvent, je te garantis qu’ils vont te faire le cul.

- Tant pis, je suis trop fatigué par rentrer à l’hôtel

    maintenant.

- Comme tu veux salope, tant pis pour toi’.

Sandji s’habilla et partit, je sombrai dans un profond sommeil.

?a devait faire une heure que je dormais quand je fus réveillé par un bruit suspect, j’ouvris les yeux, il y avait quelqu’un dans la pièce.

Repensant à ce que m’avait dit Sandji je fus pris de panique et me recroquevillai sur le lit.

A cet instant un homme entra dans la chambre et dit ’Eh les gars

    venez voir, c’est la pute que Sandji a amené tout à l’heure’.

Deux autres personnes entrèrent, j’étais complètement terrorisé, le premier me dit ’N’aie pas peur petite pute, on ne va pas te

    faire de mal, on va simplement reprendre ce que Sandji a

    laissé.

- Non je vous en prie, je suis épuisé, j’ai mal partout.

- Mais on s’en fout nous, on t’a trouvé ici et on va prendre ton

    cul et c’est tout.

- Noonnn !!

- Mais si’.

Avant que je ne puisse esquisser le moindre geste, des mains puissantes me saisirent, me retournèrent à plat ventre et m’écartèrent les jambes.

Pendant de longues heures je dus subir les assauts brutaux des trois hommes qui me sodomisèrent à tour de rôle.

Pour eux je n’étais qu’un trou à bites et les queues se relayèrent sans discontinuer dans mon cul, quelques fois les hommes ne terminaient par leur éjaculation en moi et continuaient à se vider sur mes cuisses et sur mes fesses.

J’avais beau hurler, pleurer et les supplier d’arrêter tant j’avais mal à l’anus, mes tourmenteurs restaient sourds à mes paroles, pour eux seul comptait le coup qu’ils allaient tirer.

Quand enfin ils me laissèrent j’avais l’impression d’être passé sous un rouleau compresseur et de baigner dans du sperme tant ils m’avaient éjaculé dessus.

Sans demander mon reste je remis mes affaires, j’allai à la plage la plus proche, celle où d’habitude je retrouvai Lamine, et me baignais jusqu’à supprimer sur mon corps tout ce foutre puis en marchant avec précaution je rentrai à l’hôtel sous le regard goguenard de Sandji que je soupçonnais d’avoir prévenu ceux qui étaient venus après lui, je m’enfermai dans ma chambre et où je dormis pendant plus de dix huit heures.


fkroun

GE_ESSE@yahoo.fr

Diffuse en direct !
Regarder son live