Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 13 876 fois
  • 123 J'aime
  • 1 Commentaire

Initiation de mon épouse Bernadette a la zoophilie

Chapitre 2

Zoophilie

Mon amie Sabrina m’a fait connaître comment prendre du plaisir avec nos amis à quatre pattes.

Cette histoire que je vais vous racontée, s’est passée environ deux mois après la précédente.

Un jour, après nous être aimées en compagnie de rick, qui nous donne une autre forme de plaisir, ma copine, m’annonce qu’elle voudrait connaître autre chose.

Je la regarde un peu surprise, car je ne vois vraiment pas ce qu’elle veut dire.

Elle me dit qu’elle a eu connaissance, que pas bien loin d’ici, un homme a dressé quatre très beaux berger allemand, dans le but de donner du plaisir aux femelles en chaleur, elle me fait part de son envie d’y aller voir.

Malgré ma réticence à ce projet un peu fou, elle a bien vite fait de me décider à l’accompagner à cette escapade qui ne me parait pas très raisonnable.

Elle a tout en sa possession, l’adresse et le nom du type, de plus, ce n’est pas très loin me dit elle, une trentaine de kilomètres, et si cela ne nous plaît pas, nous ne sommes pas obligées de consommer.


Une semaine après, un peu anxieuses, nous nous présentons devant un grand portail en fer forgé, nous sonnons et nous présentons à l’interphone.

La grille s’ouvre, nous roulons quatre cent bon mètres, et arrivons devant une bâtisse imposante, ou un homme assez grand, bel homme d’une cinquantaine d’années nous attends, dans ses yeux, je vois qu’il semble un peu surpris, il nous fait entrer dans une vaste salle très bien aménagée: moquette rouge au mur, de grands tapis au sol, plusieurs canapés et fauteuils genre gynéco , de grandes tentures rouge masquent fenêtres et portes, des meubles en bois sont disposés, ce sont des genre de chevalet qui ont diverses formes.

Après nous avoir fait asseoir, il nous demande le but de notre visite, Sabrina lui fait part qu’elle a eu connaissance par une amie de chiens dressés, le type a un petit sourire, et nous dit que c’est exact, et qu’il est le propriétaire.

Il nous dit que d’ordinaire il avait une clientèle un peu plus âgée, des jeunes femmes il en recevait quelques fois.

Sabrina lui demande les tarifs, il nous regarde en nous disant que c’est gratuit, si nous acceptons qu’il participe, nous nous regardons avec Sabrina en souriant, et nous lui répondons un pourquoi pas, d’autant que le mec est attirant.

Selon ses dires, il n’a pas besoin de cela pour vivre, il fait çà pour son plaisir, et surtout en donner à ses animaux.


Après lui avoir fait part de nos attentes, il nous présente un genre de registre, dans lequel se trouvent des photos de chiens en érection, pour choisir lesquels nous voulons.

Après avoir choisi, il nous demande de nous mettre en sous vêtement, pendant qu’il va préparer les deux chiens.

Avec mon amie, nous nous regardons avec un petit sourire, nous sommes assez anxieuses de ce qui va suivre, d’autant que les mâles que nous avons choisis sont pourvus d’attributs bien au dessus de ce que nous connaissons.

Il revient avec deux molosses qui sont de toute beauté, des grands chiens assez corpulents, avec une crinière impressionnante, les deux bêtes nous regardent, comme s’ils avaient compris que nous allons devenir leurs chiennes.

Le maître des lieux, nous fait signe de nous installer dans les fameux fauteuils « gynécologique », nos jambes surélevées, sont sanglées dans des étriers, les cuisses bien ouvertes, le bassin bien en avant, est à bonne hauteur pour nos futurs amants.

Nous sommes positionnées de façon que notre chatte et nos fesses soient bien ouverte, je suis tellement excitée, que je sens ma moulette fondre de plaisir, ma jouissance coule sur mon anus.

Les deux monstres sont à nos pieds, ils attendent le signal, leurs maître vient se rendre compte de notre état en introduisant un puis deux doigts dans notre grotte.

Eh bien, c’est les mâles qui vont être content, dit il avec un large sourire, il porte ses doigts tout gluant à ses narines, en laissant échapper: les salopes elles ne vont pas être déçues de ce qui les attend.


Il tape sur nos cuisses, et les deux bêtes se lèvent et se dirigent vers l’intimité des femelles.

Le premier contact m’électrise, et me laisse échapper un cri, le museau bien ancré entre mes lèvres, je sens cette appendice qui s’active sur et dans mon petit trou, elle pénètre profondément ma minette qui pleure de plaisir, l’assaillant insiste sur mon clitoris qu’il râpe, c’est une vraie toile émeri.

Mon amie à coté émet des petits cris, en encourageant son amant à aller plus loin et plus vite.

Pendant un bon moment sous les caresses de nos soupirants, nous avons transpirées, criées, sous leurs assauts, le propriétaire, leur ordonne de se coucher.

Les deux géniteurs, sont couchés, leur sexe tout rouge violacé est maintenant bien en évidence, d’une longueur et d’une grosseur qui me laisse pensive et qui m’angoisse.

Il nous libère, et nous demande de nous installer sur un genre de chevalet bien rembourré, la tête bien en bas, les fesses assez relevées, les jambes sont bien écartées et sanglées pour qu’elles restent en position bien ouvertes.

Une fois installé, le patron tapote nos fesses, et les deux mastodontes sautent sur notre dos, s’arque boutant, il enserre mon buste avec ses pattes avant, il m’embroche d’un seul coup, me faisant émettre un cri strident.

Pendant un bon quart d’heure, il s’active violemment, venant buté à chaque poussé au fond de mon utérus, m’arrachant à chaque fois une plainte.

Je ne sais plus trop ou je suis, ma tête tourne, je transpire et couine, mon vagin que je ne sens presque plus, coule de plaisir.

Ma copine à coté de moi, est dans le même état, durant ce coït, elle n’a pas arrêtée de pousser de petits cris en encourageant son partenaire à bien la baiser.


Les deux canidés, ralentissent le rythme, je sens mon vagin enfler, pendant qu’une liqueur chaude envahis mes entrailles, je suis soudée, mon partenaire, tire la langue et halète.

Le maître profite de la situation pour exhiber un sexe de bonne dimension devant notre bouche, et nous ordonne de le sucer à tour de rôle.

Cette bite est tellement épaisse, que j’ai du mal à la prendre en bouche, il pince alors mes narines, et l’enfourne, je manque à plusieurs reprises de m’étouffer.

Les deux bergers se sont désunis laissant couler un foutre presque transparent, qu’ils nettoient consciencieusement avec leur langue.


Après quelques instants de récupération, nous sommes de nouveau positionnées et sanglées sur un autre chevalet, pratiquement dans la même position, sur un signe de leur chef, les deux amants sautent sur le dos des femelles, et enfournent leur tiges d’un trait dans les entrailles, des deux filles qui sont sodomisées.

Au début, les chairs de mon étroit canal sont martyrisées et irritées, je gueule, très vite emportée par un tourbillon que cette pénétration anale me procure, l’animal continue de m’embrocher, je sens son nœud, qui élargit mon anus, un élixir assez chaud coule dans mes intestins, des gouttes de sueur, et des larmes perles sur mes joues.

J’ai joui une nouvelle fois avant que mon amant ne se détache.

Avec mon amies, nous sommes exténuées, sur le chemin du retour, nous sommes comblées, un peu honteuses, nous sommes bien des salopes….

Diffuse en direct !
Regarder son live