Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Lue 5 909 fois
  • 53 J'aime
  • 0 Commentaire

L'initiée

Chapitre 2

Erotique

L’homme et la femme s’approchèrent de la couche mais restèrent debout, se dévêtirent et entreprirent de se caresser mutuellement. Ils s’embrassèrent d’abord doucement et longuement montrant à la jeune des techniques éprouvées qu’il lui faudrait utiliser à l’avenir. L’homme enfonça sa langue délicatement dans la bouche de sa partenaire qui répondit aussitôt en tournoyant la sienne, puis en parcourant le corps du mâle de ses mains dans le bas du dos et sur les fesses. L’homme avait le membre qui gonflait et durcissait progressivement pour atteindre une taille impressionnante au vu de la jeune femme pour qui le phénomène ne lui était connu que par mythes et fables. Aussi, remarqua-t-elle chacun des gestes que le couple accomplissait, des caresses de l’homme sur les tétons de la femme jusqu’au mouvement de va-et-vient que la femme donnait en retour avec ses mains sur le membre en complète érection qu’elle avait habilement lubrifié d’huile de sa jarre.


La masseuse touchât maintenant délicatement le clitoris de la jeune femme qui ne se rendit pas compte du faible cri qu’elle échappa au même moment. Elle continuait toujours de regarder le couple en face d’elle, l’homme suçant le bout des seins de sa partenaire qui savourait ces caresses la tête relevée vers l’arrière. Les faibles cris de jouissance qu’elle émettait en même temps entraient en harmonie avec les chants qui étaient maintenus par le couple près du foyer. L’homme délaissa les seins de la femme pour remonter caresser son cou, puis son oreille gauche, tout en guidant son membre chargé vers la région du pubis. Au contact des lèvres de son vagin, la femme écarta légèrement les cuisses pour l’accueillir.


Au même moment, la masseuse entra un doigt dans le sexe da la jeune initiée qui devenait lubrifié au point d’épandre un liquide qui dégoulinait sur ses cuisses. La jeune femme était maintenant guidée par l’intensité du plaisir qu’elle éprouvait et elle tourna la tête pour embrasser sa maîtresse. Instinctivement et aidée par ce qu’elle avait remarqué depuis le début de la soirée, elle entreprit d’enfoncer elle aussi sa langue dans la bouche de sa vis-à vis qui ne se fit pas prier pour retourner la faveur, tout en maintenant de lents mouvements de va-et-vient dans l’intimité de la jeune avec son doigt expert.


Pendant ce temps, le couple expert s’embrassait en baisant, l’homme ayant enfourné son membre lentement dans le tunnel de la femme qui râlait en tournoyant sa langue dans la bouche de son partenaire avec une jambe relevée sur sa hanche. La jeune initiée dégageait sa bouche de celle de la masseuse pour observer le spectacle tout en jouissant du plaisir que lui procuraient maintenant deux doigts parcourant délicatement les parois de son vagin.


Appuyé sur le bord de la fenêtre entrouverte, Godefroy était presque hypnotisé par ce qu’il observait si bien qu’il avait abandonné toute précaution pour ne pas se faire remarquer. Il jeta un autre coup d’œil vers la vieille qui le regarda intensément, ce qui le fit trébucher cette fois. De toute évidence, il était découvert. Il remonta rapidement sur son support pour se rendre compte de la situation avant de fuir. La jeune initiée parcourait maintenant la région intime de la masseuse de ses mains, comme pour mettre en pratique les techniques qu’elle venait d’apprendre. L’homme et la femme continuaient de s’accoupler en gémissant, l’homme étant maintenant positionné à l’arrière de la femme en la pistonnant vigoureusement et lui massant les seins alors qu’elle avait les mains appuyées sur la couche.


Personne n’avait quitté sa position, sauf la vieille. En quelques secondes, c’est comme si elle s’était volatilisée. Il sentit soudain une présence derrière lui.


— Godefroy de Monfort?


Godefroy se retourna vivement et vit la vieille qui se tenait là, impassible sous la pluie. Disparaître de la pièce et apparaître dans son dos en si peu de temps tenait presque de la sorcellerie!


— Qui êtes-vous? Qu’est-ce que vous voulez?


La vieille proféra des propos menaçants en regardant Godefroy de ses yeux diaboliques dont les teintes paraissaient varier du bleu au rouge.


— Vous violez les lois du Seigneur de ces terres en épiant de cette façon le domicile d’autrui.

— Par ordre du roi, je pourchassais un dangereux criminel qui s’est réfugié dans les parages, répliqua Godefroy. Je me devais de vous protéger.


La vieille hésitât quelques secondes avant de s’esclaffer.


— Ha! Ha! Ha! Bien dit, chevalier. Nous vous attendions, Godefroy de Monfort.

— M’attendiez? Mais comment?

— Suivez-moi. N’ayez crainte.


La vieille lui offrit sa main. Après quelques hésitations, Godefroy l’accepta non sans crainte et ils se dirigèrent à l’intérieur de la demeure. En franchissant le seuil de la porte, Godefroy se rendit compte que certains de ses membres étaient partiellement gelés, ce qui le fit souffrir graduellement au contact de la chaleur ambiante. Ils arrivèrent dans la pièce où se déroulaient toujours les ébats tels qu’il les avait laissés quelques minutes plus tôt.


L’homme et la femme qui chantaient avaient cessé et se dirigèrent vers lui et le débarrassèrent de ses vêtements. La femme le fit asseoir dans la cuve pour le laver. L’eau tiède aux effluves floraux lui fit grand bien. La femme était superbe. Elle avait la peau noire et un visage fin et lisse. En le lavant, elle se mit à l’embrasser à sa grande surprise, comme pour le mettre en condition. Elle lui prit sa main pour lui permettre de toucher ses seins tout en poursuivant ses caresses de sa bouche chaude et humide. L’autre main de la femme atteignit son membre et le massa lentement pour qu’il se mette à gonfler, ce qui survint après quelques autres coups de langue dans la bouche.


— Godefroy de Monfort, appela la vieille après un moment. Venez près de moi.


La femme noire s’écarta et Godefroy sortit de la cuve, son membre semi-érigé.


— Godefroy de Monfort. Ta présence ici n’est pas fortuite. Elle nous a été annoncée par l’oracle. Voici pour toi l’occasion d’accomplir ton destin selon la volonté de notre terre Mère. Si tu refuses, il ne te sera fait aucun mal. Par contre, tu ne pourras obtenir la protection dont tu as toujours fait l’objet jusqu’à présent pour accomplir ton destin. Si tu acceptes, tu auras l’opportunité d’initier cette femme aux plaisirs ultimes et notre terre Mère prévoit dans ces cas des bienfaits dont toi seul pourra bénéficier au cours de ta vie.


Godefroy était stupéfait. Il ne parvenait pas à y croire, lui qui quelques heures auparavant se tapissait sous une roche pour s’abriter de la pluie glaciale en attendant la levée du jour pour poursuivre un forcené qui pouvait le surprendre à tout moment en le tuant sur le champ. Et là, il se voyait offrir sur un plateau d’argent une jeune adulte vierge qui paraissait maintenant des plus réceptives alors qu’elle gémissait faiblement en réponse aux manœuvres de la masseuse qui s’était abaissée pour parcourir de sa langue l’entrée de son intimité.


— À toi de choisir, poursuivit la vieille.


Godefroy observait la jeune femme en face de lui qui savourait pleinement les caresses que la masseuse lui procurait avec sa langue qui triturait mollement son clitoris. La jeune femme s’était isolée inconsciemment à l’intérieur d’elle-même pour se concentrer uniquement sur les plaisirs qu’elle ressentait. Elle gémissait faiblement les yeux fermés en se mordillant les lèvres. Sans répondre à la vieille, Godefroy manifesta son choix en s’avançant vers la jeune femme qui paraissait encore plus belle que lorsqu’il la regardait de la fenêtre. Ses cheveux étaient étincelants, sa peau foncée lisse, ses seins fermes avec des pointes turgescentes et ses jambes élancées et galbées. Elle tenait à deux mains la tête de la masseuse qui poursuivait son travail dans son intimité, l’entraînant à se tortiller du bassin comme si elle anticipait la venue d’un intrus entre ses lèvres inférieures.


Godefroy embrassa la jeune femme dans le cou très délicatement. À ce moment, les chanteurs reprirent leur mantra pour recréer une ambiance mystique. Le couple à proximité poursuivait leurs ébats, la femme gémissant maintenant fortement alors que l’homme la tenait par le bassin pour mieux diriger sa pénétration. Il suait abondamment et son pénis glissait profondément à un rythme régulier à travers les abysses de sa partenaire qui râlait plus fort en sentant venir le plaisir ultime qu’elle désirait atteindre.


Dans un tel contexte, Godefroy ne mit pas de temps à s’abandonner à la mission que la vieille lui offrait. La jeune femme, se voyant embrasser le cou et les oreilles, tourna la tête vers Godefroy pour forcer l’ouverture de sa bouche avec la langue. Godefroy répondit à sa requête tout en lui touchant délicatement les seins à pleines mains. Son membre durcit sur le champ. La jeune femme le remarqua lorsqu’elle sentit la dureté du membre contre sa cuisse et se mit à le masser. Là encore, elle appliqua ce qu’elle venait de voir quelques instants auparavant chez le couple qui était maintenant très près de l’orgasme mutuel.


La masseuse qui avait si bien préparé la jeune femme se releva, laissant à Godefroy le champ libre à ses initiatives. Godefroy souleva l’initiée par les hanches, puis la déposa sur la couche, assise. Elle s’étendit aussitôt sur le dos les bras au-dessus de sa tête, invitant le chevalier à disposer d’elle comme il le souhaitait. En voyant cette déesse à la peau sombre et voluptueuse s’offrir ainsi, Godefroy décida d’explorer avec sa bouche son sexe humide. Il se pencha pour déposer sa langue entre ses lèvres et la tournoyer quelques instants, puis la remonta jusqu’au clitoris. Là, la femme leva les jambes pour les déposer autour du cou du chevalier, signifiant par là son accord total aux initiatives en cours. En poursuivant ses caresses sur le sexe en effervescence, Godefroy jeta un œil par-dessus le pubis de la jeune femme pour se rendre compte que les muscles de son ventre se contractaient, que son souffle était manifestement haletant et qu’elle affichait un sourire discret, les yeux fermés.


Godefroy sentit qu’il ne pourrait pas tenir longtemps avec son membre dur comme du roc sans expulser son sperme dans un avenir rapproché. Il se mit à embrasser la jeune femme sur le pubis, puis remonta vers la région du nombril, puis vers les seins qu’il caressa abondamment en suçant les deux bouts durcis avec ses lèvres et sa langue. À ce moment, il lui écarta davantage les cuisses et guida son sexe vers le sien. Lui touchant l’entrée de son vagin de son gland, il se mit à appliquer une légère pression afin d’amorcer la pénétration. À cet instant, il l’embrassa la jeune femme sur la bouche. Avidement, elle répondit en sortant sa langue frénétiquement tout en poussant de faibles gémissements aigus. Elle prit son postérieur à deux mains pour s’assurer qu’il ne change pas d’idée et appliqua une légère traction pour l’encourager davantage.


Godefroy ne voulait pas provoquer de douleurs inutiles et poursuivit son entrée avec extrême prudence. La femme avait un sexe effectivement étroit, mais la délicatesse utilisée par le chevalier lui fit oublier les quelques secondes de douleur qui furent nécessaires pour que l’intrus occupe pleinement l’espace disponible. Godefroy amorça de lents mouvements de bassin. Il savait qu’il ne pouvait tenir longtemps sans décharger et se mit à accélérer le rythme graduellement. Sentant les muscles internes de la jeune femme se contracter autour de son membre, il savait qu’elle pourrait atteindre l’orgasme bientôt. Il l’embrassait toujours alors qu’elle parcourait de sa langue tout l’intérieur de sa bouche avec une perte totale de contrôle et en poussant de petits étouffés.


Godefroy se mit à lui masser les seins tout en lui labourant le sexe. La jeune femme lui griffa le dos de ses ongles en poussant des cris sans retenu au rythme des coups de bassin qui se faisaient de plus en plus rapides. Au même moment, le couple qui baisait debout à l’autre extrémité de la couche atteignit l’orgasme. La femme poussa des cris rauques lorsque son mâle déchargea un torrent de sperme dans son sexe épuisé. Se faisant, Godefroy ne put se retenir lui-même plus longtemps et déchargea lui-même tout son liquide à l’intérieur de la jeune femme qui poussa à ce moment des cris aigus. La décharge dura plusieurs secondes et la femme goûta chacune d’elles avec un plaisir dont elle se souviendra toute sa vie. Elle encourageait chaque flot de sperme dans son vagin en appliquant ses mains sur les fesses de Godefroy.


Les deux couples restèrent unis plusieurs instants après leur orgasme respectif et s’embrassèrent tendrement pour se signifier que l’expérience vécue avait été parfaitement réussie. Les personnes qui assistaient dans la pièce prirent des mantes pour les offrir aux bienheureux. Godefroy se releva, prit une d’elles et recouvrit sa partenaire pour ensuite faire de même pour lui. La jeune initiée se mit immédiatement debout et vint se coller sur le chevalier en entourant sa taille de ses bras. Godefroy la regarda tendrement et la serra à son tour.


— Ma fille, dit la vieille qui était demeurée une observatrice attentive, tu viens de connaître une expérience d’une intensité que peu d’entre nous pourrons jamais prétendre avoir connue. L’oracle a vu juste en choisissant pour toi les partenaires ici présents. Tu dois maintenant remplir ton pacte et lorsque tes services seront requis, tu devras contribuer selon ce que décidera notre Terre Mère. Va maintenant, nous te quittons. Adieu, chevalier.


La vieille émit cet adieu avec un sourire moqueur, mais sans pour autant froisser Godefroy qui n’avait de pensée que pour la jeune femme qu’il venait de satisfaire. Toutes les personnes quittèrent la demeure pour se diriger à travers bois dans la nuit fraîche. Godefroy et la jeune femme restèrent seuls à se regarder dans les yeux sans rien dire plusieurs instants. Il brisa finalement le silence.


— Viens avec moi, nous allons chevaucher ensemble.


La femme acquiesça d’un mouvement de tête, affichant un énorme sourire de satisfaction.

Diffuse en direct !
Regarder son live