Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 499 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

L'institut: Histoire Ethnique

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Carla Scott se tenait assise, toute raide contre le dossier du fauteuil directorial de son imposant bureau face à Marion Elder. ’Laissez-moi vous dire que je comprends parfaitement ce que vous dites, chère Madame,’ dit Carla sur un ton sévère,

’vous me garantissez que ma fille recevra une instruction quotidienne dans la grande tradition des baiseurs nègres ?! ?’

’C’est exactement ce que je vous assure,’ lui répondit calmement la directrice, ’en fait nous vous garantissons que votre fille sera baisée au moins deux fois par jour par des grosses queues noires et raides qui font toutes pas moins de 25 centimètres de long!!!’

’Et les caresses buccales ?! ?’ demanda Carla Scott.

’Bien évidemment,’ dit Marion Elder en se rejetant en arrière, ’cela va de soi.’

’Je voulais juste m’assurer que nous nous étions parfaitement comprises,’ répondit Carla, ’Meredith est ma fille unique et bien sur vous comprendrez que je veux ce qu’il y a de mieux pour elle!’

’Bien sûr je comprends, Mme. Scott,’ enchaîna sur un ton doux Carla, ’nous avons une longue expérience dans la formation des jeunes femmes dans l’art de se faire baiser par d’énormes queues noires. Une expérience de plus de soixante-dix ans.’

’Je connais votre parfaite réputation,’ lui répondit rapidement Marion, ’je voulais m’en assurer par moi-même, c’est tout.’

’je n’aurais pas agit autrement,’ répondit la vieille Carla. ’Souhaitez-vous une démonstration sur notre façon d’enseigner! ?!’

Meredith s’agitait nerveusement sur son siège en écoutant les femmes, beaucoup plus âgées qu’elle, parler de sa vie sexuelle aussi simplement que si elles commandaient un hamburger. C’est avec beaucoup de dépit qu’elle entendit la réponse de sa mère à la proposition de la directrice, ’je pense que c’est une excellente idée, chère Madame. Voyons çà, s’il vous plaît !’

’Très bien,’ dit Carla en décrochant son téléphone et en demandant à Jamal de venir dans son bureau. Peu de temps après, un très beau jeune homme noir, revêtu d’un peignoir éponge blanc comme la neige fit une entrée nonchalante dans la pièce.

’Vous m’avez appelé, madame ?’ demanda-t-il d’une voix douce.

’Oui, Jamal,’ répondit Carla, ’je voudrais vous présenter Mme Marion Scott et sa fille, Meredith.’

Jamal offrit un franc sourire aux deux femmes, ’Il m’est très agréable de vous rencontrer, belles dames.’

’Comme vous le constatez, nos jeunes hommes sont polis et plein de respect pour toutes les femmes,’ continua-t-elle, ’et nous prenons garde que, bien que les jeunes femmes qui nous sont confiées deviennent incroyablement accros à ces grandes queues noires, nos jeunes hommes ne profitent pas de la situation.’

’ Vous avez devancé ma question,’ dit Marion. ’Et quel est l’âge de Jamal ?’

’Un instant,’ lui jeta Carla en consultant son fichier, ’ahhhhhh, voilà, il a vingt ans, à peine deux ans de plus que Meredith.’

’ Maintenant, passons aux choses sérieuses,’ poursuivit la directrice, ’Bien, jeune homme, dévoilez votre anatomie à Meredith et sa mère, s’il vous plaît vous.’ Avec un petit sourire en coin, le jeune homme défit lentement la ceinture du peignoir et, ensuite dans une parfait mise en scène, parfaitement apprise, les faisant languir juste ce qu’il faut, il écarta les pans de son peignoir.

’ Nom de Dieu !!! ’haleta Marion.’ Il, Il est énorme , j’ai du mal à croire qu’il puisse être vrai.!!! ’

L’estomac de Meredith, qui n’était pas pourtant pas tout à fait vierge, fit un bruit incongru alors qu’elle fixait étrangement, les yeux écarquillés, ce pénis noir, massif et charbonneux, qui pendait entre les jambes de charbon de Jamal!

’Cela vous convient-il, êtes-vous satisfaite ?’ interrogea Carla, pour la forme, tant il était évident que Marion Scott était plus que satisfaite de ce qu’elle voyait..

’C’est tout bonnement prodigieux!’ s’enthousiasma Marion.

’Je savais que vous en seriez ravie,’ dit avec contentement la vielle Carla.

’Bien, à présent Jamal, permettez que Meredith goûte un peu de votre organe.’

Il se défit entièrement de son peignoir, parcourut les quelques pas qui le séparaient de Meredith et présenta, sous le nez de la jeune femme abasourdie, son pénis monstrueux.!

Le cour de Meredith battait la chamade à tout rompre dans sa poitrine. Des laves en fusion courraient dans ses veines. Avec précaution elle ouvrit sa bouche pour permettre au gland proéminent de se glisser entre ses lèvres.

’Et quel goût a-t-il, ma chérie ?! ?’ soupira Marion. La bouche maintenant bien pleine de cette chair noire et épaisse, la jeune fille ne réussit qu’a prononcer des paroles indistinctes, du genre : ’Mmmmmmmmmmm!!!’

’Ainsi que vous pouvez le voir,’ lui fit observer Carla, ’nos jeunes gens ont une parfaite maîtrise de leurs sensations.’ ’Peu d’hommes pourraient avoir un tel contrôle en se faisant sucer par une si jeune femme!’

La vue de sa fille taillant une pipe d’enfer au jeune noir eut un tel effet sur la pauvre Marion Scott que , sans même s’en rendre compte, elle remonta sa jupe au-dessus de ses cuisses et commença à se masturber sa chatte bien humide à présent, comme la dernière des dévergondées! ’Oh, mon Dieu, çà semble tellement bon!’ gémit Marion tandis qu’elle faisait courir comme une furie ses doigts sur son clit cramoisi..

’ Souhaitez-vous voir Jamal en train de la baiser ?’ interrogea perversement Carla.

’Oh ouuuuiiiiiiii!!’ jappa Marion. ’Faites moi voir comment il baise!!!’

Jamal jeta un oil en direction de la directrice et après un léger signe d’approbation de la tête, il retira sa queue tendue de la jeune bouche affamée et fit allonger Meredith sur le sol. A travers ses yeux mis clos, fixés sur la queue noire battante, Marion Scott regarda en frissonnant Jamal se baisser sur le corps de la fille et lui arracher sa culotte. Il pointa son énorme matraque sur la toison féminine! Meredith poussait des gémissements de plus en plus fort tandis qu’il faisait aller la tête de son gland sur la fente humide et qu’il s’enfonçait progressivement. Et tandis que Marion se masturbait comme une guenon vicieuse, il poussait lentement dans la petite chatte serrée ses trente centimètres de chair noire, grasse et tendue!

Lorsque le dernier centimètre de queue se fut engouffré dans la chatte distendue, les gémissements de Meredith se métamorphosèrent en cris perçants. Elle avait l’impression que sa pauvre petite vulve éclatait sous l’assaut du monstre. Son vagin enserrait fortement le puissant envahisseur qui épousait étroitement ses parois intimes.

’Elle va exploser!’ gémissait Marion Scott.

’Mais non, regardez juste comment elle se trémousse, elle a la baise de sa vie!!!’ ’Et c’est juste un début,’ rajouta doucement Carla, ’au cours des neuf prochains mois elle sera enfilée au moins deux fois de la même manière.’

’Il la baise comme un forcené!!!’ glapissait Marion. ’Il va la déchirer!!!’ ’N’est-il vraiment pas en train de te massacrer, chérie ?! ?’ haleta-t-elle

. ’Ohhhhhhhh, noooooooon!!!’ râla Meredith. ’Je me sens si pleine, si bien remplie, je suis incapable de décrire exactement ce que je ressens!!!’

Quand la malheureuse Marion fut proche d’un deuxième orgasme la futée Carla lui tendit un objet, ’Essayez-le, Mme. Scott,’ c’est le moulage de la bite raide de Jamal! ’ Marion tourna des yeux hagards vers la directrice pour constater qu’elle venait de lui déposer, entre les mains, un godemiché, noir et énorme et qui, effectivement, semblait l’exacte réplique de la queue de Jamal! D’une main tremblante elle le soupesa, le porta dans sa bouche et en savoura la grosseur et la longueur. Quand elle l’eut bien humidifié et e lubrifié de sa salive, elle fit descendre sa culotte aux chevilles et, sans une once d’hésitation, elle enfonça le godemiché, d’un coup sec, au fond de sa vulve fiévreuse! Elle poussa un cri guttural qui fit relever la tête de Meredith qui eut juste le temps de voir les trente centimètres de latex épais s’engouffrer profondément dans la chatte chaude de sa mère!

’Oh, mon Dieu!!!’ haleta Meredith en jetant un étrange regard à sa mère qui se défonçait la vulve à grands coups de godemiché, puissants et féroces.

’Oh, la s..., quelle p.. de Mère’, gémissait-elle, ’nous sommes toutes les deux enfilées et bien enfilées !!!’

Même la directrice était gagnée par l’excitation de toute cette scène et, quelques instants après avoir pressé le bouton de l’interphone, sa secrétaire fit son apparition dans la pièce. Elle se dirigea vers le bureau, se glissa dessous à genoux et entreprit de lécher la vulve velue de sa patronne!

La présence de ces femmes en chaleurs et lui seul mâle, eurent raison de ses forces et bien qu’il ait été éduqué pour retenir au maximum l’instant ultime de la jouissance, il fut finalement trahi tandis qu’il barattait comme un beau diable la chatte juteuse et ouverte de la petite et mignonne blonde Meredith! ’’ Je, je suis vraiment désolé, madame!’ râla-t-il fortement. ’Je ne peux plus me retenir une seconde de plus. Ohhhhhhhhhh, je t’enfile à fond, je te baise, je viens, je vais jouiiiiiiirrrrr!!!’ De voir le jeune homme se déhancher comme un beau diable sur la corps de la frêle et tendre Meredith, fut plus qu’il n’en faut à Marion et Carla pour commencer à se tortiller de plus belle. Elles regardèrent avec grande envie Meredith se contorsionner contre son fouteur tandis qu’un orgasme dévastateur lui ravageait la chatte! Marion se poignarda encore plus durement avec le gros godemiché noir jusqu’à ce qu’elle soit secouée par un violent et brutal orgasme. Carla empoigna la tête de sa secrétaire et lui jouit des flots de cyprine brûlante sur la langue!!!

Après s’être copieusement vidé dans la chatte de Meredith, très satisfait, Jamal retira sa queue et la lui mit dans la bouche pour se la faire soigneusement nettoyer. Carla et Marion se remettaient lentement de leurs émotions.

’C’est ainsi’, commenta Carla, ’que nous travaillons à l’institut de dressage des filles pour les grosses bites de nègres!’

FIN


Elzéard

Diffuse en direct !
Regarder son live