Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 2 288 fois
  • 15 J'aime
  • 0 Commentaire

Into the wild

Chapitre 1

Hétéro

En ce 14 juillet nous étions tous ensemble a regarder au loin le feu d’artifice de la ville. Nous étions deux couples et deux célibataires. Nous avions décidés de passer la soirée tranquillement et de dormir tous ensemble dans une grande tente et après le spectacle nous rentrons a pied jusqu’à chez James qui habitait en rase campagne.


Il était célibataire depuis quelques mois et s’envoyait en l’air au moins 2 fois par semaine, un vrai tombeur. C’était l’un de mes meilleurs amis et il avait été très proche toute la soirée de Laura, la meilleure amie de ma copine Clarisse. L’autre couple était composé de Manuel qui avait accueilli sa copine qui arrivait de Montpellier et qui ne l’avait pas vu depuis longtemps et ils disparurent pendant près d’une heure ce soir là et revinrent tout décoiffés et le sourire aux lèvres.


Quand a moi je me prénomme Thomas, je suis plutôt bien bâti, des tablettes de chocolat sans frôler l’écoeurement, 1m90, 80kg, et de l’avis féminin générale j’ai un charme de dingue ce qui m’a valu quelques soucis au lycée avec ma belle car la gente féminine voulait profiter de mes charmes. Elle c’est Clarisse, 1m70, 55kg, une bombe atomique, au lycée elle était dans le top 3 des plus jolies filles et son charmant minois combiné a son air de petite fille sage lui avait donné un très grand succès auprès des garçons jusqu’au moment ou il me voyait. Elle n’avait pas de gros seins vulgaire, non elle faisait du 85B mais ses seins était beau et sa me suffisait largement. Son postérieur lui par contre était tout simplement somptueux, il était rond et au toucher il était parfait. Un cul dont tout les mecs rêvaient et dont je rêvais de prendre possession malgré le fait que la demoiselle n’était pas très ouverte pour ce genre de pratique.


Nous avions perdu notre virginité ensemble et depuis maintenant 2 ans nous faisions l’amour tout les jours et nous avions l’impression de grandir sexuellement de façon parfaitement synchronisée mais j’étais particulièrement frustré de ne pas pouvoir visiter sa petite porte de derrière pour plusieurs raisons ; son cul certes, mais aussi parce que la demoiselle ne prenait pas la pilule et refusait que nous fassions l’amour sans préservatif et malgré la très grande sollicitude des fabriquant sans capote c’est quand même un autre monde !


Après une dernière bière nous allons tous nous coucher dans la tente, c’était une grande canadienne dont les chambres avaient été enlevés formant une seule et grande chambre et 3 matelas 2 places nous attendaient ainsi que des couettes bien moelleuses. Pour le confort de tout le monde James et moi nous décidons de surélever le matelas du milieu ce qui laissait un tout petit peu d’intimité aux couples et les 2 célibataires se mirent dans celui du milieu et là surprise, quand ils s’allongèrent le matelas s’enfonça entre les 2 autres et formait un petit mur entre chaque couple, la scène se termina dans un fou rire général.


Les 2 célibataires étaient collés l’un a l’autre par la forme qu’avait pris le matelas mais cela n’avait pas l’air de les gêner le moins du monde. Clarisse et moi nous nous installons sur l’un des deux matelas du bord, je pris le côté contre la toile de tente et elle contre le matelas de nos deux amis. Manuel et sa copine prirent le matelas restant et nous discutions tous joyeusement dans le bordel ambiant.Je me déshabillais et me mis en short de basket et quand je me retournais je vis ma chérie mettre un short de nuit et j’eus le temps d’apercevoir la ficelle blanche de son string et là mon cerveau déconnecta complètement. J’ai toujours pensé que le succès de notre relation était parce que je bandais a la moindre occasion et que j’étais très bien doté de ce côté là et la demoiselle en avait toujours pour son plus grand plaisir.


Mais j’étais pétrifié car malgré le fait qu’elle aimait le sexe elle tenait a ce que personne ne soit au courant du fait que quand nous étions tout les deux elle se transformait en la plus grosse salope de la terre, je dis salope car pour moi c’est un compliment et je l’aimais vraiment de tout cœur. Je devais donc éviter qu’elle m’envoie chier tout en faisant en sorte que personne ne se rende compte de ce que l’on pouvait manigancer. Elle était toujours en pleine conversation avec les autres et moi j’étais au prise avec une éréction monstrueuse et je me décidais a passer a l’action.


Nous étions sous la couette et pour lui montrer mon émoi je me collais a son dos, mon sexe épousant parfaitement la courbe de ses fesses et s’enfonçant entre ses deux magnifiques globes. Elle s’arrêta de parler une dizaine de secondes et je sentis qu’elle respirait plus fort qu’avant et je décidais de glisser ma main dans son short tout doucement en suivant la toute petite ligne de la ficelle de sa culotte et je souris en sentant la chaleur augmenter en m’approchant de son sexe. Je n’eus même pas besoin de glisser ma main sous son string pour constater qu’elle mouillait énormément, le petit triangle étant complètement trempé. Je lui fis un long bisou dans le cou et remontant ma main je baissa son short jusqu’à ses genoux, elle avait la chair de poule mais continuais malgré tout a discuter avec nos amis.


Mon sexe avait encore grossi et pressait très fort contre ses fesses, je décalais la ficelle de son string et je me décalais pour délicatement lui enfoncer un doigt dans son vagin trempé mais elle bougea pour coller ses fesses contre mon sexe. Je le pris alors en main et j’étalais sa mouille sur son clitoris jusqu’à son anus, reproduisant ce geste une vingtaine de fois, j’avais envie d’elle j’étais mort de faim et elle aussi semblait beaucoup apprécier la manœuvre car elle serait mon bras très fort. Je continuais de l’embrasser dans le cou et lachant mon sexe je lui caressais les seins et le ventre.


Et là sans savoir si c’était moi qui avais poussé ou elle qui c’était reculé, je sentais mon sexe qui passait la barrière de son anus tout doucement dans une chaleur incroyable. Elle s’arrêtait alors de parler et m’embrassait tout en serrant mon bras de toute ses forces mais elle ne faisait aucun mouvement pour faire ressortir mon sexe de son cul. J’étais en érection comme jamais et je devais passer largement les 25 centimètres de chair et je poussais maintenant mon gland dans ses intestins. Ma copine étant clitoridienne je me mis masser délicatement son clitoris et je constatais qu’elle mouillait toujours énormément et je la sentis se détendre instantanément une fois que je m’occupais de son petit bouton d’amour. Mon ventre toucha enfin ses fesses et c’était tout simplement merveilleux comme sentiment, je la possédais et j’étais dans son cul et les sensations incroyable qu’il produisait sur mon sexe me rendait fou et j’étais sur que je n’allais pas tenir longtemps, bref j’étais le roi du monde.


J’entendais les autres se souhaiter bonne nuit et d’une voix rauque Clarisse leur répondis et je le fis également mais nos amis ne se doutaient du spectacle qui avait lieu sous la couette. Elle tourna sa tête vers moi et m’embrassa mais resta de dos et je me mis a faire de très léger mouvement dans son anus. Je ressortis entièrement mon sexe et toucha son anneau qui était complètement dilaté et trempé, rassuré de n’avoir causé aucun dommage a sa plomberie j’enfonçais de nouveau mon sexe dans ses intestins et tout doucement je le rentrais et le ressortais. Elle respirait de plus en plus fort et elle mordait la couette pour ne pas faire de bruit qui trahirait notre activité.


Je la sentais se tendre de plus en plus et je ressentais a travers la tension de son anus qu’elle était tout proche de l’orgasme. Elle jouis le plus silencieusement du monde en enfonçant sa tête dans l’oreiller et sous les crispations que son orgasme avait causé j’enfonçais mon sexe le plus profondément possible dans ses intestins et propulsa une quantité hallucinante de sperme. Mon sexe toujours dans son anus elle tourna la tête et m’embrassa et me souhaita une belle nuit. Je me collais alors a son dos et le nez dans ses cheveux et le sexe débandant toujours fiché dans son cul je m’endormis avec le sourire aux lèvres.



Si vous avez des remarques et des suggestions je suis preneur : philippekandinsky@gmail.com


Diffuse en direct !
Regarder son live