Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 12 133 fois
  • 141 J'aime
  • 10 Commentaires

Ioda mon basset-hound

Chapitre 1

Zoophilie

Je suis aussi une amie de Badgirl. C’est elle qui m’a fait connaître ce site et qui m’a incité à y poster ce récit. Je me suis rendue compte en lisant ceux qui avaient été publié sous son pseudo que l’un traitant de zoophilie, avait été écrit par une amie que nous avions en commun. C’est grâce à la race des deux chiens de son histoire que j’ai pu l’identifier et cette découverte a été une révélation car je me suis rendue compte ne pas être la seule à avoir vécu l’expérience que je m’apprête à vous raconter. Ça m’a conforté dans l’idée d’accepter la proposition de Badgirl puisque c’est sous ce pseudo que vous la connaissez, d’essayer de mettre par écrit mon histoire. Ce qui est marrant, c’est que cette amie commune va certainement me reconnaître moi aussi et peut-être que cela nous rapprochera compte tenu de ce que nous avons vécu. Voici mon histoire.

Quand mon homme m’a proposé d’avoir une relation sexuelle avec notre chien, j’ai cru qu’il plaisantait. Mais j’ai vite compris qu’il était sérieux alors, je me suis énervée. J’adore mon chien mais de là à le laisser me monter et m’enfiler son énorme bite dans la chatte, comme une chienne en plus en levrette, non vraiment, je ne pouvais pas envisager une telle éventualité.

Loin de se décourager, il s’est alors arrangé pour me faire visionner des vidéos zoophiles où des femmes, visiblement des amatrices, se faisaient prendre par leur chien mais à la missionnaire, face à lui. Elles avaient l’air de prendre beaucoup de plaisir à en juger par les gloussements et même les cris qui s’échappaient de leur gorge tandis qu’elles se laissaient posséder par leur bête.

Ces images firent voler en éclat mes préjugés et puis, les chiens avaient l’air d’aimer çà, forniquer avec leur maîtresse. Je n’en revenais pas qu’autant de femmes, se livrent à des pratiques zoophiles. Certaines étaient des « thons » mais d’autres, bien plus jolies que moi. Visiblement, elles n’auraient aucun problème si elles le voulaient, pour trouver un amant. C’était donc bien un choix de laisser leur chien les baiser.

Je me souviendrais toujours de cette première fois. Je voulais que ça se passe sans témoin. Juste mon chien et moi. Et puis, j’en voulais quand même intérieurement à mon compagnon de m’avoir mis cette idée dans la tête. Il n’était pas question qu’il puisse assister à cette première. Si tout se passait comme je l’avais imaginé, il pourrait alors peut-être en profiter mais pas cette fois-ci.

Je profitais d’une sortie qu’il devait faire avec ses copains. Dans ces cas-là, il ne rentrait jamais avant l’aube. J’étais tranquille pour toute la soirée et toute la nuit, si l’expérience était concluante et que j’avais envie de recommencer.

Je me préparais physiquement en prenant une bonne douche. Mentalement, c’était déjà fait. J’avais décidé que ce soir, je laisserais mon chien me saillir. C’était un basset artésien. Trop craquant avec sa bouille et ses poches sous les yeux, lui donnant en permanence un air tout triste. Par contre, pour ce qui est du côté « matos », j’étais un peu inquiète car il en avait une vraiment grosse en pleine érection. Je savais que le vagin d’une femme peut en accueillir des énormes mais bon, de la théorie à la pratique, il n’y a pas qu’un pas.

Bref, j’étais enfin prête. J’avais décidé de faire ça dans le salon sur la moquette car il était plus facile de la protéger avec une grande couverture. Je me déshabille entièrement, je me regarde dans un des miroirs du salon, je me trouve belle. Ma chatte n’a pas besoin d’être épilée ou rasée. Je suis blonde avec une toison presque invisible. Mes poils pubiens sont tellement fins qu’on les voie à peine. Mon homme en est raide dingue. Pour rien au monde, il n’accepterait que je les fasse disparaître. Ioda, mon chien n’aura aucun mal pour trouver sa cible.

Je commence par jouer un peu avec lui, le cajole, le caresse. Il se met sur le dos comme d’habitude pour me montrer sa soumission. Je lui caresse le ventre, m’approche de son sexe qui se raidit dans sa gaine au contact de mes doigts. D’instinct, il sent que le jeu n’est comme d’habitude, il s’immobilise, les pattes arrières bien ouvertes, attend. Je saisis la hampe doucement et commence un mouvement de masturbation qui ne tarde pas à lui faire de l’effet. Je sens la masse de chair grossir, grossir encore. Une boule se forme dans la gaine. Le bout de son sexe apparaît, rien à voir avec le sexe humain. Une pointe minuscule et tout de suite, la hampe épaisse, large. Du liquide est expulsé du méat. Ce n’est pas translucide comme chez mon homme quand il est excité. C’est coloré, blanchâtre presque crème. Je le branle maintenant franchement. Il donne des petits coups de reins désordonnés. Je me surprends à mouiller. Je passe mes doigts dans ma fente. Je suis trempée. Quelle salope je fais après toutes ces réticences.

Je présente mes doigts aux narines du chien qui s’empresse de me les lécher en poussant des petits jappements. Il a l’air d’aimer mon odeur, mon goût. Je passe à nouveau mes doigts dans ma fente, y fait pénétrer un doigt, deux, puis les tends vers Ioda qui se lève pour venir vers moi. Je m’empresse de m’installer, assise, les cuisses bien ouvertes, ma chatte baille déjà. Mon chien suit mes doigts que je pose sur ma fente. Il se met à les lécher puis s’attaque directement à mon sexe. Il est maladroit. Je l’aide en ouvrant plus largement ma fente en posant mes mains de chaque côté pour lui faciliter l’accès. Sa langue frotte mon clito à chaque passage. C’est bon. C’est tellement bon, que mon bouton sort de sa gaine. Il me le lèche. Je défaille. Mon dieu que c’est bon cette grosse langue pleine de bave. Des arcs électriques me zèbrent le bas-ventre. Ça m’excite un max. Je ne me reconnais pas. J’ai envie d’essayer d’aller plus loin.

Je tapote sur mon ventre pour le faire sauter sur moi mais il continue à me lécher la chatte. Sa langue me pénètre, de temps en temps, il sollicite ma rondelle qui s’ouvre de plaisir elle aussi. Il est doué le salaud. Je m’entends gémir. Je pense à mon homme qui aurait sans doute aimer voir çà. Tant pis pour lui.

Je me barbouille les doigts de mouille, les présentent à la truffe de Ioda qui enfin se décide à les suivre. Je tapote à nouveau mon ventre. Il me regarde, hésite puis finit par m’obéir. Il est à plat ventre sur mon ventre. Je l’empêche d’avancer plus pour garder son sexe à hauteur du mien puis je passe une de mes mains sous mes fesses, je le prends entre mes doigts. Il est tout gluant, en pleine érection. Je le branle un peu, glisse pour me rapprocher de lui. Il est maintenant au contact de mon entrejambe. Je sens son bout gluant se frotter sur ma peau. Il rippe dans ma fente sans parvenir à entrer, je m’impatiente, j’ai envie de sentir sa bite s’enfoncer en moi. Je le guide, le positionne dans l’entrée de ma vulve. Ça y est. Un coup de reins plus ferme. Il s’engage, écarte mes chairs. Un 2ème, il est profondément ancré en moi. Il est gros. J’accuse l’estocade en poussant un gémissement plus prononcé. J’aime çà.

Allez mon chien. Mets-là moi mon gros. Vas-y. C’est trop bon.

Ioda ne se fait pas prier. Il est carrément couché sur mon ventre. Il me baise à grands coups de reins. Je gémis de plus en plus fort. La saillie est brutale, il me pine tellement fort que d’un seul coup, il s’enfonce entièrement dans ma vulve. La douleur est vite remplacée par un plaisir indescriptible de me sentir possédée aussi pleinement. Mes gémissements sont devenus cris que j’essaie d’étouffer en mordant une de mes mains à pleines dents. L’accouplement dure. Je sens dans mon ventre, la bite qui n’en finit pas de grossir. Mes chairs s’écartent. Je crie. C’est trop bon. Je vais jouir, c’est sûr. Un de mes doigts atteint mon clito, je le fais rouler, je le pince. J’explose.

Ahhhhhhhhhhhh. Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii. Je jouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiis.

Je ne sens même plus les contractions de la bite dans mon ventre alors qu’il éjacule copieusement en moi. Je le serre contre moi, je l’aime ce chien.....

Nous restons un bon moment soudé l’un à l’autre. Il est content. Me lèche la figure, sa langue passe sur mes lèvres, il insiste. Je tourne la tête une, deux fois puis je cède. Je le laisse me lécher la bouche, sa langue soulève mes lèvres plusieurs fois. Ce n’est pas désagréable, je desserre les dents. Je me dis que je suis folle. Ioda est fou de joie. Sa grosse langue pénètre par à-coups dans ma bouche, se frotte à la mienne puis ressort. J’ouvre la bouche plus grande, il me lèche carrément à l’intérieur. C’est sûre, je suis en train de devenir dingue, de le laisser me faire çà. Mon visage est couvert de bave, mon cou également. Il m’embrasse comme çà un bon moment puis recule. C’est le moment de se séparer. D’un seul coup, je sens un grand vide entre mes cuisses. Un flot de liquide s’échappe de mon ventre, coule entre mes fesses, déborde sur mes cuisses. C’est sa semence. Il m’a mis la dose, le petit salaud. La serviette est inondée.

Il me sent la foune, reconnaît son odeur, se remet à me lécher. En profondeur, sur les bords, partout, s’attaque à mon petit trou qui n’en demandait pas tant. Le plaisir revient. Je m’ouvre tant que je peux en tirant sur mes genoux pour surélevé mon bassin. Il s’intéresse de près à mon œillet. J’adore cette caresse. Lui ne peut pas le savoir, mais mon dieu que c’est bon. Il réussit à rentrer le bout de sa langue dans mon anneau qui n’en finit plus de s’ouvrir au rythme de ses assauts. Je me penche sur le côté. Je cherche du regard son sexe. Il bande encore le coquin. Je me sens chienne. J’ai envie qu’il me prenne par la petite porte mais y arrivera-t-il ? Mon mec serait fou de jalousie car je ne lui ai encore jamais permis.

Je l’appelle :

Viens mon chien. Viens sur maman.

Il ne se fait pas prier. En 2 secondes il a repris sa place sur mon ventre. Je saisis le bout de son sexe, le dégage de son fourreau après deux ou trois aller-retours rapides. Je respire un bon coup puis le positionne entre mes fesses. Il essaie déjà de pistonner dans le vide. Ça dérape deux, trois fois. Je le laisse faire tout seul, pour écarter mes fesses à deux mains, il s’engouffre d’un seul coup. Ça y est. Il me sodomise. Mon chien me sodomise. Sa bite s’agite dans mon fondement. Je recommence à gémir sous ses assauts. Chacun de ses coups de reins m’arrache un cri de douleur ou de plaisir, je ne sais plus. Ioda n’est pas très doux. Il me pine littéralement. Son chibre me possède, grossit dans mon anus, je ne veux pas cette fois-ci que l’on reste collé aussi, je contrôle sa pénétration en passant une de mes mains entre nous. Je sens encore mieux la verge grossir et d’un seul coup, se contracter. Il jouit, il jouit encore une fois, se déverse cette fois-ci dans mon petit cul jusqu’alors inviolé. Je le laisse faire, je le laisse profiter de mon cul. C’est un bon amant, mon artésien. Ça ne sera certainement pas la dernière fois que je lui permettrais de me saillir. J’ai trop aimé. Mon petit cul, lui sera exclusivement réservé dans l’intimité, lorsque nous serons seuls.

J’ai l’œillet complétement dilaté quand il se retire. Là encore, j’expulse une grande quantité de sa semence qui va souiller ma couche improvisée. Je suis épuisée. Je n’ai pas joui cette deuxième fois mais j’ai bien aimé par ce côté.

Je le regarde se lécher le sexe encore gros, toujours sorti de sa gaine. Il ne s’occupe plus de moi. Il a eu ce qu’il voulait. Je passe ma main entre mes jambes, je n’ai pas rêvé, j’ai forniqué avec mon chien. Il me tarde de recommencer.

Diffuse en direct !
Regarder son live