Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 576 fois
  • 0 J'aime
  • 0 Commentaire

Jacqueline de Tel

Chapitre 1

Divers

Jacqueline ne voulait pas s?appreesantir sur le banqueroute et sur la mort tragique de son père. C?était trop pénible. Elle voulait courageusement songer à l?avenir sans gémir sur le passé. Elle ne voulait pas se laisser engloutir sous la ruine; mais au contraire, elle voulait construire sa vie autrement. Durant des longues heures, la nuit précédente, elle avait réflechi à sa situation, et elle s?était dit qu?elle allait jouer un rôle, comme une actrice sur scène. Il fallait qu?elle se mettre dans la peau de son personnage. A quoi lui sernirait de continuer à penser qu?elle était la belle et intelligente Jacqueline de tel, autre fois immensement riche et aujourd?hui contrainte d?accepter ètre celle dont elle postulait l?emploi et oublier le reste.

Elle était enfin sortie du bureau. elle soupira de soulagement à l?idée d?avoir passé le premier obstacule et se permit enfin de regarder autour d?elle. Déjà, en arrivant en voiture par la grande allée, elle avait eu le souffle coupé en découvrant l?immense bâtise avec ses tours, ses toits pentus, ses tourelles et ses chaminés aux formes baroques se découplant sur le ciel. Son admiration n?avait fait que croître en proportions parfaites et aux hautes fenêtres. Le regret lui avait serré le coeur; plus que jamais, en cet instant, l?absence de son père lui était douloureuse.

Jacqueline ouvrait une porte menant à une piège très agréable dont les deux fenêtres donnaient sur la façade principal de la demeure, à côté de la chambre. Elle remarqua avec satisfation que dans les deux pièces il y avait d?épais tapis sur le sol. Tous les meubles étaient laqués blanc, il y avait plusieurs commodes et deux fauteuils confortables, la salle de bains est juste en face, dans le couloir. Jacqueline comprenait fort bien, car elle savait que sa mère aurait été horrifiée à l?idée de traverser un couloir pour aller dans une salle de bains. Il y a un mystère dans cette maison.

Pensa-t-elle.

Un mois se passé. En cette après midi ensoleille le fin d?avril, elle terminait plus tôt que prévu, ses obligations. A present, elle avait deux bonnes heures de liberté devant elle. Sans même prendre la peine de mettre un chapeau, elle décide de s?aventurer à l?intérieur, comme elle s?y attendit, elle découvrait au bout du couloir un petit escalier en colimaçon destiné aux domestiques, au bas des marches, une porte dérobée donnait dans les jardins. Jacqueline sortit sans bruit et s?avança dans une allée bordée de rosier en fleur, face à elle se trouvait une fontaine de piège sculpée entourée d?un large bassin, de superbes jets d?eau s?élevaient vers le ciel, parmis les nénuphares, elle aperçut des dizaines de poissons aux reflets d?or et d?argent.

Continuant sa promenade au hasard, elle traversa un grand nombre d?allée, contourna des bosquets touffus et admira de multiples massifs fleuris, avant d?atteindre le verger. Non loin du champ d?arbre fruitiers, elle vit un enclos dans lequel on avait dressé une série d?obstacles pour les cheveux.

Jacqueline s?approcha les écuries de la maison se trouvaient à quelques mètres de là. Oserait-elle aller les explorer?

Avant qu?elle ait eu le temps de se décider, elle entendit le pas d?un cheval franchissant le portail de l?enclos. Elle recula et l?observa, l?animal ruait et se cabrait, si bien que l?homme, qui le montait avait le plus grand mal à se mantenir en selle, on voyait pourtant à son allure que c?était un cavalier émérite, Il avait sûrement autant d?expérience et d?habileté que son père, songea jacqueline non sans admirations.

L?homme obligea le cheval à faire demi-tour et le dirigea vers le première obstacle. Celui-ci était haut, mais Jacqueline savait qu?elle l?aurait franchi sans difficulté. L?animal s?approcha la barrière, en même temps, il baissa l?encolure, si bien que son cavalier, malgré tous ses efforts ne put éviter une chute plutôt rude, comme s?il était de l?excellent tour qu?il venait de lui jouer, le cheval releva fièrement la tête et s?éloigne au galop. Jacqueline poussa une exclamation étouffée. Puis sans hésiter davantage, elle franchit le portail de l?enclos pour se porter au secours de l?inconnu. Celui-ci était allongé, immobile, face contre terre. Jacqueline s?agenouilla après de lui, et lui posa une main sur l?épaule. Le malheureux cavalier, encore tout étourdi par sa chute, se redressa lentement et lui lança un regard très étonné.


— Ete-vous..........Blessé? S?enquit-elle

— Oui......ête-vous donc? Un ange en personne? Balbutia l?homme.

Jacqueline s?attendit si peu à cette réaction où elle éclata de rire.


— Non ! Je ne suis pas un personne aussi important. Repondit-elle avec un sourire espiègle.


— Je ne suis que....Jacqueline L?inconnu sorrit et elle s?aperçut alors qu?il était très beau. Il ne portait ni veste, ni cravate et avait sinplement noué un foulard de soie autour de son con.


— Jacqueline ! Exclama-t-il. Je ne n?étais donc pas tellement trompé ! J?ai bien failli l?être ! Mais....Heureusement pour moi, j?avais prévu la reaction de ce satané animal.

Non loin d?eux, le cheval broutait tranquillement quelques touffes d?herbes. Mais il ne parvient pas détacher ses yeux de ses seins. Elle sorrit.

L?homme la prit dans ses bras et ses lèvres se posèrent sur la bouche de Jacqueline. Et elle crut que ses pieds ne touchaient plus le sol, qu?elle s?envoulait avec lui. Sa voix est douce et elle se laisse berger par ses paroles. Il sourrit , mais c?est plus fort qu?elle. Son regard l?envoûte, elle ne connait pas cet homme. Elle devine facilement ses intentions, consentante, elle reste immobile. Lentement presque avec hésitation, ses mains s?approchent des boutons de sa robe juste entre ses seins, un à un il les dégrafe.

Il plaqua sa bouche contre les lèvres de la jeune fille, et tandis que ses langues s?unissent dans un baiser profonde, ses mains se faufilent sous le tissu mouillé et se font caressantes. Ils frôlent sa poitrine, puis remontent ensuite les épaules, elle se déhanche légèrement pour aider la robe à tomber sur le sol. Le plaisir et le feu de l?excitation sexuelle couvre son corps. L?homme qui en est parfaitement conscient, l?enlace encore plus fort, et déjà les attaches de son soutien-gorge cédent, un spasme de plaisir l?embrase, ses bouches se séparent un instant juste le temps de libérer la poitrine des bonnets mouillés.

La jeune fille enlace la taille de lui avec ses jambes, la poitrine contre son torse. Le contact de sa peu nue sur son ventre irradie son sexe.

Jacqueline glisse doucement le gland que s?insinue entre ses petites lèvres, pendant que ses mains la saisissent par les fesses.


— Viens! Prends-moi! Je veux sentir ton sexe au fond de moi.

Elle bascule le bassin pour qu?il trouve tout de suite l?overture de la vulve liquéfiée. Son amant la laisse alors, descendre en elle et l?empale sans retenue. Pénétrant jusqu?au plus profond de son ventre. Il déclenche en elle une vague de plaisir inouï. A la force de bras, il la souleve encore, puis la laisse à nouveau retomber sur le phallus érigé. Ainsi accouplés, il debute une danse langoureuse de va et vient dans son vagin survolté. Le plaisir est violent, dévastateur. Entre deux baisers elle ouvre les yeux afin de voir son sexe dégager pour aussitôt replonge encore plus puissamments au fond de ses entrailles, les muqueuses internes ruisselles de bonheur. La jeune a l?impression de n?avoir jamais ressentir un tel plaisir.

Son ventre l?encourage en venant à la rencontre de ses coups de boutoir.

Elle est en transe. Son phallus gonfle encore. L?explosion est proche.

Jacqueline contracte ses muscles internes pour atteindre un niveau de plaisir encore plus élevé, sa jouissence est même, l?impression qu?elle monte encore d?intensité. Elle a envie de mordre, elle ne parvient plus à retenir ses cris. Le mec se tend, râle, hurle presque et explose dans son ventre. L?inonde, mélant sa jouissance dans son corps. Ils restent un moment inertes, comme terrassés par cet orgasme dévastateur. Peu à peu, son amant reprend son souffle, se reléve et l?embrasse langoureusement.

Les Joues d?elle s?enflammèrent et elle se détourna afin de cacher son embarras. Il y eut un bref silence.


— Je suis la bonne de la maison............Dit-elle, mais il ne parle rien.

Sans qu?elle s?en rende compte, l?homme l?avait entraînée dans une partie éloignée du jardin, au détour d?une allée, ils découvrirent une petit cascade qui coulait le long des rochers avec un minuscule ruisseau bordé de joncs. Celui-ci se perdait ensuite dans les méandres du jardin, avant d?aller rejoindre le lac qu?on distinguait au loin. Ils s?assirent sur un banc de pierre et Jacqueline contempla les gouttelettes scintillantes qui éclaboussaient des plantes aquatiques étranges, sans doutes ramenées d?un loingtain paix éxotique.

Elle put trouver un passage qui descendit rapidement au bord de l?eau. Une fois au bord du petit lac elle et son amant decouvrait en endroit encore plus ravissant que le précédent. Le torrent serpentait entre gros rochers et s?arrêtait parfois dans des grandes vasques naturelles, où l?eau prenait une couleur cristaline. La primière idée qui lui vint dut l?envie de s?y baigner. Elle passe sa main sur ses yeux et remontre ses cheveux ruisselants. Son amant était de l?autre coté, à travers l?eau qui trouble encore un peu sa vision. Le soleil en arrière plan du ciel, à cet distance, elle se sait pas s?il la regardes bien que ton visage soit tournée vers elle. Il se déshabille en montrant les formes de son corp. Le soleil disparaît derrière sa tête, son visage est à contre-jour et ses rayons l?entourent elle donnant l?illusion d?une déesse famtastique.

Jacqueline le fait un bien fou et il n?attend plus qu?une chose, lui faire l?amour comme jamais . ?tant donné leur difficulté à mouvoir dans l?eau. Il la rejoint à l?arrière, puis la fit s?asseoir sur son sexe......


— Allez! Encule-moi! Défonce-moi... je veux te sentir tout en moi.

Elle s?entroduit en lui sans difficulté l?immergeant de délice..........La bonne se déhanchait dans des mouvements lents pour sentir son sexe en elle au plus profond......Lui, la laisait faire avec un sourise amusé la dirige vers des mouvements plus rapides, il lui saisit un sein pour le mordre et elle s?enfonça encore plus, se tordant de plaisir. Le mec était très excité la retourna et d?un geste brut la pénétra de nouveau, il voyait son cul et ça l?excitait encore plus. L?homme s?enfonçait en elle de plus en plus vite et avec violence, il avait envi de la transpercer tellement , c?était fort et voluptueux, il la saisissait par la taille pour qu?elle suivre son mouvement, elle criait tellement qu?elle aimait qu?il la prenne comme cela.

Puis un dernier élan il jouit en elle...........


— Il faut que je rentre à presente annonça jacqueline! Les domestiques risquent de s?étonner de mon ausence.

— Je vais vous ramener jusqu?à maison. Nous emprunterons un petit sentier et personne ne vous verra.

Ils marchèrent en silence pendant quelques minutes soudain. Alors que le ciel s?assombrissait de plus en plus, ils se retrouverent devant la porte dérobée par laquelle Jacqueline était sortie.


— J?y veillerai promit l?homme en ouvrant la porte. Jacqueline se glissa à l?enterieur et se retourna.

— Merci beaucoup pour cette merveilleuse promenade.

Leur regards se croiserent troublée, jacqueline se retourna et monta rapidement le petit escalier de bois. La bonne entendit l?homme refermer la porte derrière elle.

Fin Vos commentaires sont toujours les bienvenus Ici, S?o Paulo - Brésil  ?crivez-moi site_fabuleuse@yahoo.fr

Ivan Ribeiro Lagos

Diffuse en direct !
Regarder son live