Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 198 fois
  • 9 J'aime
  • 0 Commentaire

Jane... ou John ?

Chapitre 8

Soirée en Noir et Blanc - 2

Orgie / Partouze

Ma tante Jade organise une petite fête pour nous réunir avant la fin de mes vacances avec Joyce et Polo de retour de croisière.



La soirée est déjà bien avancée. Avec Jade, j’ai perdu au " Trivial Poursuit" ce qui nous a valu à tous les deux une fessée.



Elle est encore sur les genoux de Joyce alors que Polo la prend à la hussarde alors que je suis sur les genoux de Eve sodomisé par mon oncle Théo. Comme deux sacrifiés nous subissons les violences des hommes qui nous paraissent bien douces par rapport aux fessées reçues.



Pourtant Théo ne fait pas dans la tendresse. C’est vrai tel que je suis avec ma chevelure, mon corset et les bas couture, c’est une femme sexy, c’est Jane qu’il sodomise. Régulièrement son membre sort entièrement, descend un peu vers mes couilles et par une simple poussée remonte sur le périnée et s’enfonce à nouveau dans mes chairs ouvertes. Ça fait au moins cinq minutes qu’il me besogne, quand il me relève de force des genoux d’Eve en me prenant par les tétons.



Debout, appuyé contre sa poitrine, par abandon, ma tête part en arrière pendant qu’il continue à aller et venir entre mes reins. Eve se met à genoux face à moi et s’empare de mon sexe, en deux, trois coups de main elle lui fait reprendre toute sa virilité :



— John, je t’ai dit que ton premier jus était pour moi, alors donne-le moi !



Sans retenue elle me branle et l’autre m’encule. « Ce que femme veut, dieu le veut » sans être dieu je lui donne son breuvage et sans être femme je reçois la jouissance de Théo. Satisfaits, les deux m’abandonnent pour rejoindre les copains qui se baignent. Je quitte mon corset et mes bas et après une petite douche en extérieur, je rejoins tout le monde à la piscine.



L’eau me semble froide et me fait un bien fou aux fesses enflammées. De derrière on me caresse, c’est Jade :



— Ça va mon chéri ? Qu’est-ce qu’elle t’a mis, tu sais le paddle c’est son truc, elle m’y a fait goûter plusieurs fois.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)



— C’est plus souple que la main... mais qu’est-ce qu’elle tape fort ! Tu sais je vais t’avouer quand la peau devient chaude, je dirais que les coups qui suivent ne sont pas si désagréables que ça !



— Tu es un coquin, un peu maso et soumis. Tu as gardé son collier !



Elle me prend par les épaules pour sortir de l’eau et me fait un bisou. Je la retiens, ma langue caresse ses lèvres, notre étreinte devient baiser d’amoureux.



— Viens, on va manger quelque chose.



Notre sortie est suivie par les autres et nous nous retrouvons tous enveloppés de serviettes, autour de la table du dîner à grignoter quelques sandwichs.


Rapidement Joyce s’éloigne avec Théo sur la balancelle à l’abri des regards. Eve prend Polo par la main et l’entraîne vers la chambre matrimoniale ouverte sur le jardin. Je profite du tête à tête avec ma tante pour reprendre le câlin commencé à la piscine :



— Tu ne veux pas voir comment se débrouille ta grande sœur avec un homme ?



On pouffe de rire et allons nous poster en voyeurs. La tête de lit est face à nous. Le couple se fait un 69, on ne voit que les deux pieds écartés de Eve et la tête de Polo cachant l’entrejambe:



— Tu es magnifique Eve, tu es une vraie femme, avec un joli petit abricot fendu, ton clito est incroyable, vraiment chapeau à ton chirurgien.



— Fais doucement Polo, je suis une toute jeune femme.



On n’entend que des bisous. La tête de Polo couvre l’entrecuisse, on ne voit rien de Eve mais on entend tout... Elle suce, elle pompe, il l’accompagne de ses fesses. Les bruits de gorge s’amplifient puis :



— Viens, baise-moi !



Il change rapidement de position, Seuls son postérieur et les deux jambes d’Eve sur ses épaules sont visibles...



-- Doucement Polo ! doucement je te dis... Putain que t’es gros... tu’m déchires !



Il se retire puis Eve reprend :



— Non, ça va... viens lentement... OUFFF, reste ainsi, ne bouge plus !



Avec Jade nous sommes focalisés de ce gros morceau de chair veiné planté danse deux petites fesses frêles, visiblement ça ne se passe pas très bien :



— Attends, tu es lourd, je viens sur toi !



Avec souplesse le couple tourne et Eve le chevauche comme Andromaque son coursier. Le spectacle qu’elle nous offre est exaltant. Son dos, la finesse de sa taille tenue à deux mains, l’arrondi de ses hanches et de ses fesses rondes et fermes posées sur le destrier, le galbe des jambes sur les flancs, tout n’est que beauté. Lentement la chevauchée commence, le buste de la cavalière se penche à l’avant semblable à un jockey sur un pur-sang accélérant la course,. Nous voyons les bourses balotées et régulièrement la base du tronc qui la bourre, ses fesses écartées exhibent l’anus assez développé et sombre. C’est Jade qui me sort de l’hypnose :



— John, viens !



Elle va vers la tête du lit et me laisse au pied. Avec une infinie douceur je caresse Eve, remonte des hanches vers les épaules, puis mon doigt redescend en suivant la colonne vertébrale, la raie des fesses et se pose sur l’anus. Elle arrête sa course, cambre les reins, pousse, son œillet se développe, s’ouvre, elle m’offre son intimité, m’attend. Je me place entre les jambes de Polo et pointe ma verge sur le bouton percé.



— Oh ! Oui John, prends-moi !



En même temps que ma poussée, elle vient à moi. Eve se couche sur son amant. L’anneau s’ouvre facilement et laisse passer le gland. Dans le fourreau l’espace est plus réduit que d’habitude, je sens le sexe de Polo sur lequel je glisse en écartant les chairs rectales. Lentement mes couilles rejoignent les autres. Le couple sous moi ne bouge pas, je commence à aller et venir. Étonnamment le sphincter se façonne, le couple reste immobile, je laboure le fourreau... Les deux, caressé ou sodomisé, apprécient ma danse... Je jouis plus vite que je ne le voudrais, je l’inonde en saccades avant de me retirer. C’est Joyce, entrée dans la chambre à notre insu qui vient me nettoyer alors que Théo prend ma place et s’enfonce rapidement dans le trou béant et plein de mouille .



— Oh ! Punaise vous me défoncez ! Doucement les mecs !!!



— Eve ! Tu es une femme à présent, à nous trois on t’a fait sauter ton pucelage !



Probablement trop bien préparé par Joyce sur la balancelle, en quatre, cinq va-et-vient, il rend les armes et c’est encore Joyce qui suce l’outil.



 Eve se redresse sur sa monture qu’elle chevauche au galop. Elle s’appuie sur les épaules de l’homme pour maintenir son équilibre et son ventre saute au point de libérer la verge avant de la reprendre dans le vagin. Polo râle, Eve n’en fait rien, la chevauchée fantastique dure et... stoppe d’un coup, elle reste assise pour recevoir la semence.



— Oh, je sens comme tu jouis, comme tu te vides... oui encore une giclée, c’est bon !



Eve en sueur se couche sur la poitrine de Polo qui la caresse comme une enfant.



Jade nous demande de les laisser tous les deux. On retourne dans le jardin profiter du calme de la nuit. La fraîcheur du soir est délicieuse, la lune apparaît à l’horizon, de temps en temps un grillon appelle la femelle. On s’assied tous les deux sur la balancelle pour profiter du calme. Joyce et Théo sont assis sur le gazon un peu à l’écart puis un peu après Eve nous rejoint nous annonçant que Polo s’est endormi. On parle un moment de son dépucelage lorsque Eve se rebiffe :



— Ouais les nanas, les mecs m’ont fait monter au cocotier mais vous, rien ? Il ne se passe rien entre femmes ? Pas d’initiation ?



— Tu es une coquine, répond ma tante, nous n’avons rien fait ensemble ?



— Avec toi … peut-être mais avec Joyce, elle ne m’a même pas regardée !



Joyce se sent piquée au vif. Elle se lève et va vers Eve



— Je vais t’apprendre comment on baise entre femmes. Assieds-toi mieux que ça, écarte tes cuisses salope, tu es pleine de foutre, tu vas voir comment on se suce entre femmes. C’est vrai que tu as une petite chatte de vierge, un bel abricot fendu, par contre ton petit trou une grosse prunelle rouge-violacée.



Assise par terre entre les cuisses de la jeune femme, elle place les jambes sur ses épaules et la fait assoir au bord de la chaise pour avoir l’entrejambe directement sur la bouche.



— T’en as vraiment partout. Trois mecs t’ont vomi leur sauce et ils t’ont foutu la dose.



Et en prenant une voix d’institutrice avec les petites filles :



-- Alors pour nettoyer une chatte ou un cul, on commence par de longues traînées de langue suivies de petits coups... on suce aussi le bouton, on insiste bien sur le petit trou, on l’ouvre et la pointe de la langue fait la finition. Voilà la perfection est lorsque la fille jouit en même temps sous ta langue.



Pour accompagner ses explications elle nettoie la chatte et le fion.



— Viens Jade on va lui faire voir maintenant comment on se passe de ces machos. Équipe-toi du sénégalais et moi je vais me brancher au p’tit cul d’Eve. On va dans la chambre ça sera plus confortable.



Je retrouve Polo réveillé et avec Théo, tous les trois on se met en spectateurs sur le canapé.



Le trio de filles s’installe sur le lit. Joyce chevauche Eve couchée sur le lit, elle lui demande de tenir ses jambes écartées en l’air. Ainsi offerte, elle lui fait une magnifique feuille de rose avec une bonne dose de salive, l’anneau est resté dilaté. Elle s’arme du dong comme d’un pieu, plante profondément une extrémité dans l’anus de Eve et se fout l’autre extrémité dans le vagin. A genoux contre le postérieur de la fille, elle lui ramène les jambes sur la poitrine et vérifie que le sextoy circule bien de l’une à l’autre. Eve est pliée en deux et elle commence tout doucement à la sodomiser .



Jade équipée du gode ceinture est depuis un moment face à son mari à se faire lécher et sucer le monstre :



— Lèche mieux que ça, couvre-le de salive... Ouais prends le gland en bouche, suce, elle est grosse, hein, tu la connais bien, tu aimes que je te défonce avec … Allez, suce encore, voilà c’est bien. Regarde comme je vais lui mettre à cette grosse vache...



Avec Théo et Polo nous observons l’action des filles... C’est vrai ces salopes savent se passer de mecs et prendre leur pied.



Elle se présente à genoux entre les jambes des deux filles, un petit ajustement de position, Joyce cambre les reins, relève les fesses et présente son œillet au sénégalais. Jade prend sa copine par les hanches se positionne, c’est Joyce qui dirige le gode. Une poussée , elle exulte :



— Waouuh !... je ne me rappelais pas qu’il était si gros... Attends laisse venir !



L’objet en place, Jade se rapproche du popotin jusqu’à ce que le pieu soit digérer complètement. Les trois ajustent les positions pour que les deux sextoys s’harmonisent. Les trois parfaitement assemblées, c’est Jade qui donne le rythme. Lentement elle recule un peu pour repartir de l’avant violemment, puis recommence en amplifiant le mouvement, la danse se répercute dans les fesses de Eve. Tout coulisse bien :



— Tu sens Eve comme Jade t’encule par mon intermédiaire, ce sont ses coups de rein que tu reçois.



Les deux s’embrassent à pleine bouche, les gémissements s’amplifient, deviennent râles grossiers :



— Ah, OUAIII... Cogne fort, défonce moi le cul... Qu’est-ce qu’il est long. Qu’est-ce qu’il est gros.



Les voix se confondent, se doublent. Jade est à la manœuvre, le sénégalais va et vient sur toute la longueur.



Avec Théo et Polo je décide d’intervenir alors que les deux ont retrouvé une petite forme en se paluchant, moi j’ai la banane-macho grosse et longue. A genoux sur le lit je place ma verge entre les deux bouches qui s’embrassent, Eve et Joyce me lèchent avant que Joyce se redresse pour me la bouffer. Théo et Polo, de chaque côté d’Eve, se branlent sur les seins de la jeune femme. Ce sont eux deux qui les burettes vides déversent quatre, cinq gouttes d’eau laiteuse.. je tente de résister sans succès aux succions de Joyce et lui donne tout ce que mes couilles peuvent, au moment où Jade s’affale sur son dos.



Joyce bouscule tout le monde et démonte la pyramide de chair que nous formons. Nous nous écroulons, épuisés autour du corps d’Eve, couverte de sperme, de salive, de sueur, bras en croix et jambes écartées entre lesquelles reste fiché le dong dont la partie émergée est pleine de mouille.



Lentement nous récupérons. Eve se libère du dong, l’immense saucisse gît sur le lit, Jade détache le gode ceinture. Allongé près d’Eve je lèche les quelques gouttes de sperme sur sa poitrine. La fille est insatiable, inconsciente, d’un bras elle m’entoure les épaules alors que son autre main se porte sur son pubis par pudeur ? Non son majeur glisse en lents va et vient entre ses lèvres comme pour s’assurer ou apprécier sa féminité.



On perd alors la notion du temps et on s’endort.



Bien plus tard , au milieu de la nuit, je me réveille, le silence est total, la porte-fenêtre qui donne sur le jardin est grande ouverte, les voilages frémissent avec la brise extérieure, la lune illumine la chambre. Nous sommes quatre sur le lit, il y a Jade allongée sur mon côté et Théo tient Eve dans ses bras.



Probablement Joyce et Polo sont rentrés chez eux.



Je me rendors !


Diffuse en direct !
Regarder son live