Le site de l'histoire érotique

Jasmine : princesse et salope

Chapitre 3

75
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 6 601 fois

75

0

Le génie passa son doigt sur la vulve humide de Jasmine et fit rouler son clitoris. Il insista aussi sur son anus mais sans le pénétrer. Il décrivait de petits cercles avec son doigt sur son clitoris et enfonçait parfois une phalange dans sa chatte. Il était le plus délicat possible mais alors qu段l jouait avec son petit bouton rose, un gémissement particulièrement expressif de Jasmine le fit craquer. Il se releva d置n coup, souleva Jasmine et le projeta sur son lit.


— MAITRE ?? Que faites-vous ??


Sans répondre, le génie baissant son pantalon et exposa fièrement son énorme queue à Jasmine qui paraissait horrifiée. Elle replia ses jambes sur elle et l段mplora :


— Non, Maître, je vous en prie !!! Pas là, pas comme ça !! Je ne suis pas prête ! Vous allez me déchirer !!


Le Génie se jeta malgré tout sur elle. Il prit ses jambes et les écarta d置n grand coup brutal. Alors qu段l empoignait son sexe, Jasmine commença à pleurer et continuait de le supplier. Les larmes et hurlements de Jasmine, ainsi que son visage plus terrifié que jamais, eurent finalement raison de la bestialité du Génie. Il s誕rrêta net alors que son gland effleurait le sexe de la Princesse puis sortit de la chambre sans dire un mot et en claquant les portes, la laissant sur le lit, nue et en pleur.


Il sortit dans la rue, en direction du bordel, fermement décider à défoncer une pute. Il frappa de toutes ses forces à la porte mais aucune réponse ne lui parvint. Sur la porte était affiché un papier :

« La maison est fermée sur ordre du Sultan ».


Toujours aussi excité et déterminé à se soulager, le génie erra dans les rues à la recherche d置ne esclave offerte par son généreux maître. Mais il était trop tard et ne croisa personne à part des mendiants. Il échoua finalement devant l但PJ et frappa la porte de létablissement. C弾st maîtresse Rose qui lui ouvrit. Elle nétait vêtue que d置ne robe de nuit très légère et quasi transparente. Sa robe était négligemment fermée au niveau de sa taille par une ceinture de soie mais restait largement ouverte en haut sur ses seins, et en bas sur ses jambes.


Le génie avala sa salive lorsqu段l l誕perçut et failli éjaculer dans son pantalon.


— Que puis-je pour vous à cette heure tardive ?

— Je me demandais si l置ne de vos élève était disponible

— Oohh, pas à cette heure, j弾n suis navrée Elles dorment toute ou sont rentrées chez leurs maîtres.

— Je vois, veuillez m弾xcuser.

— Vous voulez entrer un instant ?

— Avec plaisir.


Rose fit entrer le génie dans son appartement privé. La proximité et la lumière des bougies de son appartement accentuant encore plus la transparence de sa robe et le Génie pouvait contempler la moindre parcelle de son corps.


— Que vous arrive-t-il, Monseigneur ? Votre esclave vous cause des soucis ?

— C弾st-à-dire Elle est vierge et c弾st refusé à moi ce soir Je n誕i pas voulu la violer Ai-je eu tort ?

— Non, vous avez eu raison. Cela aurait pu la braquer pour un long moment et ralentir considérablement son apprentissage. D誕utant que la première expérience sexuelle est très importante pour une jeune fille, esclave ou pas. Mais du coup, je suppose que vous êtes terriblement frustré ?

— Effectivement

— Voyons, je suis sûr que nous pouvons arranger cela


En prononçant ces mots, Rose avait hotté d置n geste ample sa robe et se montra totalement nue devant le génie qui n弾n croyait pas ses yeux. La poitrine de Rose était imposante, légèrement tombante du fait de son âge, sa taille était très étroite, ce qui mettait encore plus en valeur un cul absolument divin. Son sexe était orné d置ne petite toison rousse, parfaitement taillée tandis que son clitoris et ses lèvres étaient, eux, totalement glabres.


Sans prononcer un mot, maîtresse Rose s誕pprocha du génie, lui baissa son pantalon et laissa jaillir un sexe turgescent, gonflé par plusieurs jours de désir et de frustration.


— Ouh la. s段nquiète Rose, on dirait qu弾lle est prête à exploser !


Elle se saisit du sexe du génie avec sa main droite et commença à le masturber avec une très grande maîtrise.


— Alors comme ça votre esclave ne veut pas se laisser baiser ?

— Non

— Et vous vous êtes dit que le cul d置ne de mes élèves pourrait compenser ? Rajoute-elle en accélérant un peu la cadence.

— Mmhh oui

— Ne vous inquiétez pas Bientôt, c弾st elle qui réclamera de lui déchirer son beau petit cul vierge !

— Oui, j弾spère.

— Vous avez envie de l弾nculer, n弾st-ce pas ? De lui exploser le fion De la faire hurler avec votre énorme chibre

— Oui Ça Ça vient.

— Vraiment ? Déjà ?


Maîtresse Rose s誕ccroupit alors devant le sexe du génie, l弾mpoigna à deux mains et accélèra furieusement la cadence pour le finir. Un premier jet brulant sortit alors de lénorme gland et vint s誕battre sur le visage de Rose. Elle ouvrit la bouche de surprise devant une telle puissance tandis que d誕utres jets vinrent lui maculer les cheveux, les joues, la poitrine et lui remplir la bouche. Elle dût avaler une première gorgée tandis que léjaculation se terminait en souillant ses mains et ses avant-bras, encore accrochés au sexe secoué de spasme de plaisir.


— Monseigneur, quelle puissance ! Quelle réserve ! s弾xclame Rose, recouverte de sperme. Vous aviez vraiment besoin de vous soulager

— Oui. Pfffuuu, vous êtes très douée, Maîtresse Rose

— Merci, mais je suis sûr que vous auriez préféré me baiser, n弾st-ce pas ?

— Je dois avouer

— Sachez que je ne couche que très rarement avec des clients. Je sélectionne mes amants sur des critères très précis et exigeants. Et je me sépare sans hésiter de ceux qui me déçoivent.

— Je vois, dit le Génie manifestement déçu.

— Mais j誕voue, repris Rose, l誕ir coquine, que votre désarroi et surtout la taille de votre hum engin m弛nt touchés. Mais si vous voulez un jour me baiser, il vous faut être un expert, un génie du sexe, capable de me faire jouir, plusieurs fois, ce qui n弾st pas à la portée de tout le monde. En attendant, mes élèves peuvent vous aider, mais ce ne sont pas des prostituées, disponibles à volonté. Elles appartiennent à des seigneurs parfois peu prêteurs et sont là avant tout pour apprendre. Je vous conseille de vous exercer au bordel, plus bas dans la ville.

— Il est malheureusement fermé, sur ordre de Jafar

— Mmhh, c弾st vrai C弾st ennuyeux Mais je suis sûr que vous trouverez une solution. Si vous voulez m弾xcuser, je vais aller prendre un bain chaud maintenant Vous m誕vez mise dans un de ces états !

— Bien sûr, encore merci Rose. A bientôt.


Le génie sortit de lécole et se promena dans les rues d但grabah, apaisé et souriant. Il avait à présent un objectif en plus que celui de dresser Jasmine : baiser Maîtresse Rose. Mais pour cela, il devait devenir une bête de sexe car, comme il l誕vait compris, il n誕urait droit quà une seule chance avec elle. Il comptait bien casser des petits culs à l但PJ mais ce n弾st pas ces gamines qui allaient pouvoir le faire progresser. Il fallait que ce bordel rouvre !


Il alla boire un verre dans la taverne du coin. Le tavernier, un ancien bandit reconvertit dans l誕lcoolisation de masse, avait accepté de prendre Jasmine à l弾ssai à condition qu弾lle soit formée.


— Envoie-moi ton esclave demain, je verrai ce que je peux lui apprendre.

— Parfait, merci mon ami !

— De rien Ma fille ne peut pas servir tout le monde toute seule et mes autre serveuses ont la fâcheuse tendance à tomber enceinte Je ne sais pas pourquoi !!

— Ta fille ?

— Oui, Iris, la grande brune au comptoir


Le génie avait remarqué cette beauté rebelle, tatouée et au visage marqué par une cicatrice sur une joue. Elle était effectivement grande, relativement musclée mais très féminine avec des courbes avantageuse. Elle se promenait entre les tables en exposant ses seins à peine masqués par son haut aux clients et ses fesses mise en valeur par un pantalon de cuir fin.


Le génie eut immédiatement envie de cette fille mais se retint de tout commentaire impoli en présence de son père et nouvel ami.


Lorsqu段l rentra chez lui, le génie se rendit dans la chambre de Jasmine où il la trouvât endormie, entièrement nue, presque dans la même position que lorsqu段l était partit. Il prit plaisir à l弛bserver ainsi exposée, contempla sa belle poitrine, ses langues jambes qui, à peine croisées, laissaient apparaitre une petite partie de son intimité.


Au matin, Jasmine vint s弾xcuser auprès de lui en baissant la tête :


— Je nétais pas prête, maître, et j誕i paniqué. Vous étiez si excité et si gros que cela fait peur. Je vous prie de m弾xcuser.

— D誕ccord, esclave. Je vais tâcher de me contrôler Mais mets-toit dans la tête que cela arrivera bien un jour. Et qu誕u final, Jafar sera moins compréhensif que moi.

— Je le sais, Maître.

— Bien. Et surtout, ne me fais plus jamais une scène pareille, c弾st clair ?

— Très clair Que faisons-nous aujourd檀ui ?

— Tu verras.


Le génie emmena Jasmine à la taverne pour être formée au service, ce qui consista principalement à se faire peloter par le patron sans renverser les plateaux qu弾lle portait. D誕bord énervée par le comportement du patron, elle s檀abitua à ses mains baladeuses et parvint à se faire embaucher. Le génie, quand à lui, passa la matinée à parler et à flirter avec Iris, la fille du tavernier.


— Mon ami, ton esclave fera une excellente serveuse !! s弾xclama le tavernier. Envoie-moi là demain, aujourd檀ui c弾st calme, je n誕urai pas besoin d弾lle

— Merci mon ami, à demain. Iris dit le Génie en s段nclinant devant la demoiselle.

— Monseigneur


Jasmine alla ensuite au marché pour travailler à létale de fruits.


Le soir venu, le génie lui demanda comment cétait passé sa journée.


— Rien de particulier, maître, à part les mains baladeuses du marchant et les commentaires graveleux des clients.

— Des gens t弛nt-ils reconnus ?

— Non, je ne crois pas. En même temps, avec cette tenue

— C弾st exact. D誕illeurs, enlève là


Jasmine obéit aussitôt et retira son manteau de villageoise. Elle se retrouva alors avec son éternelle tenue bleue de princesse.


— C弾st beaucoup mieux ainsi Déshabille-toi.

— Esclave ?

— Oui maître.


En baissant le regard, Jasmine hotta son haut bleu et fit glisser délicatement son pantalon, se montrant ainsi totalement nue devant son maître. Répondant ensuite aux ordres de son maître, que ce soit par des mots ou de simples gestes, Jasmine commença par écarter ses jambes puis s誕llongea sur le lit. Elle attrapa ses jambes et les écarta les plus possible pour exposer son sexe à son maître qui sourit, satisfait de la vue et de l弛béissance de son esclave.


— T弾s-tu déjà caressée, esclave ?

— Oui, maître

— Jusquà l弛rgasme ?

— Oui, parfois

— Et pour tes cours, tu as dû te caresser devant la classe ?

— Pas encore Et ça me fait peur.

— Alors écoute : ce soir, je ne vais pas te baiser. Tu vas te branler devant moi et te faire jouir.

— Bien maître Mais

— Mais ?

— Mais vous ? Qu誕llez-vous faire ?

— Te regarder et me masturber

— Vous n弾ssaierai pas de me prendre ?

— Non, je te le jure.


Jasmine cligne alors des yeux en guise de consentement et approche timidement une main de son sexe. Alors qu弾lle commence à se caresser, le génie se redresse, sort son énorme sexe déjà très dure et se branle doucement en regardant Jasmine. Celle-ci est clairement impressionnée par la taille de l弾ngin mais n弾st pas apeurée. Au contraire, alors qu段l accélère le mouvement, elle-même s誕ctive sur son clito avec plus d弾nvie. Son doigt va de gauche à droite, de haut en bas ou encore tourne de plus en plus vite sur son bouton rose.


Le génie, conscient de l弾xcitation croissante de Jasmine et frustré par plusieurs jours d誕bstinence, sent qu段l ne pourra pas tenir éternellement.


— Esclave, tu es superbe et je ne vais pas tarder à jouir !

— Ooohh maître je ne suis pas loin non plus Oohh Voulez-vous venir sur moi ?

— Tu veux que je jouisse sur toi ?

— Oui je crois


Jasmine ouvre alors encore un peu plus les jambes, ferme les yeux et accélère son mouvement en gémissant. Je génie, la voyant ainsi s誕bandonner au plaisir, se masturbe furieusement et craque. Un premier jet puissant sort du gland et bien s誕battre sur un sein de Jasmine tandis que le reste lui recouvre le ventre et la main qui caresse son sexe. Les râles de plaisir du génie, couplés à la sensation du sperme sur sa peau font également craquer Jasmine qui jouit en criant de plaisir, la main droite enduite de foutre.


Après avoir repris sa respiration, Jasmine se redresse sur le lit :


— Merci, maître, pour cet orgasme Je crois que j弾n avais besoin.

— Ce n弾st rien, esclave. Dorénavant, lorsque j誕urai envie de me masturber, peu importe l檀eure, peu importe l弾ndroit, je me finirai sur toi et jouirai sur la partie de ton corps de mon choix.

— C Comme il vous plaira, maître.

— Parfait. Tu peux aller te laver, maintenant. Couche-toi tôt, demain, tu iras à lécole, puis travailler à la taverne.

— Bien, maître.