Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 470 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

Jennifer

Chapitre 1

Divers

Jenny (Jennifer) est une collègue de travail. Secrétaire, elle doit avoir environ 23 ans,et je ne l’ai jamais vue en pantalons. Elle ne porte que des robes fendues ou courtes, mais surtout des jupes ultra courtes. Pour le haut, cela varie du bustier à la veste échancrée.Elle est franchement allumeuse, et elle a de quoi convaincre, avec ses superbes cuisses et une poitrine qui tend bien ses vêtements du haut.Un soir, avec Alain (un autre copain du boulot), nous avons réussi à l’inviter à boire un verre après le travail.

Rendez-vous était pris pour Vendredi soir 19 heures à notre annexe (le bistrot où nous allons régulièrement). Avec Alain, nous avons préparé le patron, qui savait qu’il devait la servir avec des doses max. Jenny est arrivée, comme prévu. Michel, le patron, a failli casser des verres ! Il faut dire qu’elle assurait:Lunettes de soleil style star, veste beige légère entrouverte sur un soutif (nous l’avons vu plus tard) à balconnets, et jupe assortie, fendue sur la cuisse, mais de toute façon très courte. Elle s’est assise à côté de moi, et la fente de sa jupe a découvert sa cuisse jusqu’en haut. En face, Alain avait une vue imprenable sur le soutif et ce qu’il était supposé cacher.Après deux tournées à parler de tout et de rien, j’ai proposé:

— ’Il me semble que tu as de beaux seins, mais je ne vois rien de ma place. Tu veux bien enlever ta veste ?’

— ’Je me doutais qu’on en viendrait là’, dit-elle.

— ’Ca m’ennuie de me mettre en soutien gorge en public...’

— ’Mais alors, comment faisons-nous ?’

Alain a eu une bonne idée:

— ’Tu peux aller aux toilettes, enlever ton soutien gorge, et remettre ta veste: on verra par le côté.’

— ’Bon, c’est d’accord à condition que mon verre soit plein à mon retour.’

Michel a rempli les verres, et Jenny est revenue, son soutif roulé dans la main, la veste fermée par un seul bouton. On voyait bien ses seins dès qu’elle se penchait un peu en avant pour boire, et j’en ai profité pour lui caresser la cuisse.Comme elle ne protestait pas, j’ai fait remonter ma main lentement, et finalement je suis arrivé où aurait dû se trouver son slip; mais je n’ai rien senti. A l’oreille, je lui ai dit:

— ’On dirait que tu n’as pas enlevé que ton soutien gorge ?’ Assez haut pour que Alain l’entende, elle m’a répondu:

— ’Même si je commence à être saoule, je sais où vous voulez en venir, alors j’ai gagné du temps.’

En même temps, elle fait tomber son paquet de cigarettes.

En me penchant pour le ramasser, je tourne la tête vers ses cuisses. C’est le moment qu’elle attendait pour les écarter et montrer sa touffe. Alain, qui a tout vu, commence à être sérieusement excité, et lui envoie la main aux seins.

— ’Attends un peu, sois patient, je n’ai pas assez bu.

— ’Maintenant, je peux défaire le seul bouton de sa veste, et elle se retrouve les seins en avant. Heureusement, nous sommes seuls, sauf Michel qui se rince l’oeil.Il annonce:

— ’C’est la tournée du patron !’

En posant les verres, il dit:

— ’Il me semble que je vais fermer de bonne heure aujourd’hui: pas de clients, rien que des amis’....et il donne un tour de clé à la porte.

Pendant que je commençais à lui caresser les seins, Alain lui caressait l’entrejambe, et Jenny s’est laissée aller sur la chaise, cuisses écartées. Elle a commencé à me masser la queue à travers le pantalon, en constatant que je bandais dur.

— ’Dis donc, on dirait que tu es bien monté !’

Michel, lui, a carrément baissé son pantalon et son slip. Il a sorti sa queue en lui disant:

— ’Tu peux comparer, si tu veux’, et il s’est avancé entre ses cuisses, écartant la main d’Alain.

En avançant à peine la tête, elle a commencé à le sucer lentement. Alain et moi en avons profité pour nous mettre à poil, et pour lui enlever sa jupe. Heureusement, il y avait un seul gros bouton à défaire.

Jenny avait uniquement sa veste, grande ouverte, les nichons, la chatte et le cul à l’air, la bite de Michel dans la bouche.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

J’ai demandé à Michel de s’enlever, pour faire mettre Jenny à quatre pattes.

— ’Je vais t’enfiler en levrette, et tu vas sucer Alain.’

— ’J’espère bien, mais attends un peu.’

Elle a mis une chaise devant elle et s’est appuyée dessus.

— ’Comme çà, tu peux m’enfiler pendant que je suce Alain, et je peux aussi branler le patron.’Je n’ai eu aucune difficulté à la pénétrer tellement sa chatte était ouverte. Elle a avalé la queue d’Alain en entier, et s’est mise à branler Michel.

— ’Quelle salope, on dirait que tu es entraînée !’

— ’Et en plus, elle me pompe à fond, je vais vite gicler.’

Je lui mettais une lime d’enfer, les deux mains accrochées aux hanches, et à chaque fois que je l’envoyais en avant, elle avalait Alain, sans oublier Michel.

Au bout d’un moment, j’ai aventuré une main vers son anus, mais Michel m’a dit:

— ’Laisse moi faire, c’est plus facile d’ici.’

Elle a gémi légèrement quand il lui a mis le premier doigt, mais je voyais son trou s’ouvrir de plus en plus. A ce moment, Alain a joui. Jenny l’a laché, en disant:

— ’Viens te vider sur le trou, çà glissera mieux.’

Je me suis retiré pour laisser passer Alain, qui lui a giclé sur le cul abondamment.

Jenny était toujours à quatre pattes sur sa chaise, la queue de Michel à la main. Je suis passé devant, et Michel a pris ma place. Elle m’a embouché immédiatement, et elle m’a tellement bien pompé que j’ai joui presque tout de suite.Avec Alain, on s’est assis pour regarder.

Michel l’a enculée tout doucement au début, et c’est Jenny qui s’est cambrée en lui disant:

— ’Tu peux y aller plus fort, c’est bon quand je suis bien préparée, vas-y, bourre-moi.’

— ’Tu es une parfaite salope, tu aimes te faire boucher tous les trous en même temps.’

— ’Ohoo oui, mais c’est pas souvent, encoore..’

Tout en se faisant enculer, elle se caressait le clitoris, et elle a joui comme çà. Michel est presque ressorti tellement elle se tordait. Il a continué pendant qu’elle jouissait.

— ’Baise moi maintenant, viens !’

La queue de Michel a changé de trou, et je suis passé sous elle pour lui sucer les nichons.

— ’Oh mon salaud, comment tu as deviné ? c’est le meilleur comme çà....ouii, encore, encore. C’est boonn....’

Elle a joui une deuxième fois, au moment où Michel lui giclait dans la chatte.

Quelques instants plus tard, après être passés aux toilettes, Michel a rouvert la porte. Jenny avait remis sa jupe, mais sa veste était assez froissée.

Nous avons pris encore un dernier verre (offert par le patron).En partant Michel nous a dit:

— ’La prochaine fois que vous m’amenez cette belle salope, on ira dans une boite que je connais: Jenny y sera comblée par autant de queues qu’elle veut, et on s’en fera d’autres si on veut. C’est un club échangiste.’

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder