Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 5 256 fois
  • 20 J'aime
  • 0 Commentaire

Jessica & David

Chapitre 7

Inceste

Toute bancale je voulais lui faire ce plaisir. Qu’il éjacule sur moi.


J’avais le derrière du cou transpirant. Mes entrecuisses collées. Mon intimidé toute dévoilée. Les lèvres de celle-ci ouverte, gluante. J’étais lourde. Il se branlait la queue. Il avais pris le temps de se foutre au fond de mon lit, la tête sur l’oreiller, les jambes écartées. La bite dans sa main droite.


Il se branla doucement. Je souffla un bon coup. Il lécha ses lèvres. Je m’approcha de lui, de son sexe. J’avais du mal. Il s’amusait à me faire marché a quatre patte sur le lit en esquivant avec sa bite ma bouche ouverte, essayant d’attrapé sa queue. Puis il se mit à genoux, la bite toujours en main. Il commença à se branlé vite. Ma tête se trouvé en dessous de ses testicules, j’étais toute allongé, me reposant un moment. Je titillais mes seins. Il me serra la tête avec ses cuisses. Puis il se mit à quatre patte.


Il entra sa bite au fond de ma bouche. Je toussa fort. Il devenait fou. Laissant sa bite au fond de ma gorge il prit mes seins en main, les malaxant bien comme il faut. Puis il prit le dessous de mes cuisses. Sa bite au fond de ma gorge, il donnait des coups de rein. J’essayais comme je pouvais de pas trop me faire étouffé, en poussant parfois son bassin vers le haut. "Ahhhhhhhhhhhhhhh Jess". Toujours en 69 il appuya fort sur mes cuisses les remontant. Je savais pas ce qu’il se passé vraiment. Puis il se relâcha.


Il se leva. A genoux, sa main branlait sa bite. "Mets toi à genoux par terre s’il te plaît" dit-il. Je me mise à genoux au sol, coussin sous mes genoux. J’étais à proximité du lit. Il avança toujours à genoux et commença à se branlé devant mon visage. Il avait sa bite collé à mon visage. J’essayais de léché sa queue qui remuait à tout vas. Je recoiffa mes cheveux sur le côté. Puis je penchais ma tête. Je le regardais. Il accélérait. Son regard devenait insistant. Il fronçait des sourcils. Puis il passait sa langue sur ces lèvres pour par la suite mordre ses lèvres. Il était en train de jouir devant ma gueule.


"Ahhh Ahhhh Jess!". "C’est trop bon!". Je le regardais, je voulais lui donné ce plaisir, j’étais à lui, ma bouche et mon visage vers le haut étaient que pour lui, je voulais son sperme. Je pensais vouloir le faire jouir encore plus. Le regardant toujours, je pris à mon tour sa tige. Je commença à le branlé normalement. Puis un peu plus vite, puis moyennement. Je jouais sur sa jouissance. Je la contrôlais.


Il posa ses mains sur son arrière train. "Ahhh Ahhh Ahhhhhhh branle moi putain". Je le branla très vite. Sa bite partait de droite puis à gauche. Je mis contre mon visage sa bite. Puis je l’entra légèrement dans ma bouche. Puis juste sur mes lèvres humide. "Ça arrive ça arrive" manifesta t-il. Quel pied mon salaud, j’allais pouvoir avoir enfin son sperme.


"Vas y salope vas y branle je vais éjaculé sur ton visage", "Encore", "Ahh!", "C’est trop bon", "Je vais jouir sur toi".


C’était pas évident de le branlé vite. Puis il reprit sa bite, la branlant super vite, à très vive allure, c’était si rapide, je voyais même plus son gland, tellement il allait vite.


"Ahhh ça y est ça vient". "Avale avale". Très surprise je ne m’attendais pas du tout à ça. Pourquoi pas mais j’étais pas du tout préparé, puis bof. Mais je pensais à lui, j’allais le faire.


"AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAhhhhhhh Jess Jess Jess tiens". Il ralentit et mit vite fait sa bite dans ma bouche. Je goba sa tige entière. Il éjacula dans ma bouche une quantité moyenne de sperme très chaud et pas mauvais finalement. Il appuyait ma tête très fort. Il était en train de jouir intensément dans ma bouche. Il appuya fort sur ma peau, la tordant. J’arrivais pas à avalé sur le coup, mes sourcils fronçaient. Je recrachais son sperme. Je bavais son sperme, m’étouffant un peu, essayant de rattraper avec ma main le coulis de sperme. Sa semence coulait le long de ma bouche pour retombé par terre. Je recrachais puis il sortit sa bite de ma bouche. Il frottait ses couilles puis sa bite sur mon visage. Du sperme parcouru mon visage. "Ahhh Jess j’ai trop bien jouis". "Putain le truc de fou". Je souris, pas trop à l’aise avec ce sperme me maquillant.


Il relâcha doucement ma nuque pour devenir tendre. Il me caressait tendrement ma nuque, il gémissait. Il s’allongea le long du lit, la tête sur l’oreiller. Toujours mes genoux sur le coussin. Je mis ma tête sur son torse accompagnée de sa grosse main m’incitant ainsi à mettre ma tête sur son torse. Il respirait fort, son ventre bougais de trop. Je ferma les yeux et lui aussi. Sa bite à l’air toute baveuse. Elle commençait à devenir moins contracté, puis elle tomba sur son bas ventre, toujours épaisse au repos.


Je referma les yeux. Puis il dit "Merci Jessica". Je dis rien, je soupira, j’étais morte.


Après ce jour là malgré les énormes regrets, nous étions plus proche, moi et mon frère. Nous avons continué à faire l’amour ensemble. Quand on le pouvait. Quand les parents étaient pas là. On s’excitait souvent. On était de plus en plus à l’aise lors de nos baises intense. C’était devenu naturel, dégueulasse dans le fond, mais naturel. No désirs devenaient fou et ouvert. On se donnais à se chauffé sur la messagerie instantané. Je jouais à faire la chaude dans la maison. Il traînait sans gène en boxer. J’assistais un moment à le voir se branlé pour ensuite me faire prendre, faire l’amour. Il me matais quand je me masturbais seule. Et etc...


On s’échangea aussi des photos. Qu’on s’amusait à faire à part. Des photos de ma chatte, des photos de sa bite. Des photos de mes seins. Moi en petite tenue. Moi la bouche grande ouverte. Puis sans regret je lui offrit un de mes string blanc. Quand les parents étaient là c’était dur. On se chauffais sur messagerie. Puis je mouillais, de sa bite coulé du sperme. Et alors vite fait on se donnais rendez-vous dans le couloir, ainsi on s’échangeait nos bas trempés pour se touché par la suite avec. C’était énorme et surréaliste. Quand l’excitation était trop importante. Je prétextais par exemple avoir un problème avec l’ordinateur. Puis il venait dans ma chambre. Et à la va vite je soulageais son pénis très vite fait.


Voilà notre secret. Il était difficile par la suite de se projeté un avenir avec un compagnon pour moi et une compagne pour lui. Mais ça c’est un autre problème... Il fallait pas joué avec le feu.


Mais quel feu. Voilà la fin de mon histoire.


Merci.


Jess.


Diffuse en direct !
Regarder son live