Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 27 728 fois
  • 88 J'aime
  • 3 Commentaires

Jeune et curieux

Chapitre 3

Gay

Je ne comprends pas ce qui m’arrive depuis hier. Moi qui suis hétéro, j’ai des envies homos. Est-ce par esprit de vengeance envers ma copine qui semble prendre du bon temps avec un autre loin de moi ?


Toujours est-il que je me retrouve avec un plug anal enfoncé dans le cul, qu’un couple homo baise à 5m de moi et que tout cela m’excite. J’ai trop envie de voir ce qu’ils se font l’un à l’autre..


Je me lève discrètement et me dirige vers la chambre. J’entends parler et gémir. Je ne distingue pas tout. J’arrive à la porte et elle n’est pas complètement fermée. Une lumière variante semble indiquer que la TV est allumée. C’est tout à mon avantage car celle-ci étant située à l’entrée de la chambre, elle éclaire ce que je veux voir et m’offre une ombre pour me cacher. Je regarde par l’ouverture et je distingue Hervé qui suce le sexe de Guy.


Guy gémit et appuie sur la tête d’Hervé. Machinalement, j’ai sorti ma bite et je me branle. Hervé a ressorti la queue de sa bouche et il masturbe Guy en le regardant. Je ne sais pas ce que je fais ici à regarder ça, je sais seulement que j’aimerais beaucoup être à la place d’Hervé.


Hervé chuchote des mots à Guy tout en le branlant. Il lui demande s’il n’est pas excité de passer toutes ses nuits à côté d’un petit jeune qui dort nu. Ils parlent de moi ? Et Guy qui lui confirme qu’il est excité tous les soirs. Il ajoute même que, souvent, il lève le drap pour regarder mon corps et il se branle en me regardant.


Ces mots m’électrisent, je suis apeuré d’entendre ça mais excité aussi. Il faut que j’arrête de me masturber car mon anus se contracte autour du plug et il me fait mal. je m’applique à retirer le plug et j’essaie de me détendre au maximum. Je n’ai pas trop de mal à le retirer mais je dois mettre une main sur ma bouche pour étouffer ce qui semble être un soupir de plaisir.


Hervé astique la queue de Guy en lui proposant d’imaginer que c’est moi qui le branle. Guy semble accepté ce jeu de bon cœur. Hervé lui demande ce qu’il aimerait me faire et Guy lui dit qu’ii......

Merde, j’ai joui et plusieurs jets de sperme ont atterri dans la chambre. Je dois m’éclipser au plus vite sans pouvoir nettoyer quoi que ce soit. J’espère ne pas avoir été trop bruyant.


Je quitte mon point d’observation pour rejoindre mon canapé en retenant au mieux ma respiration devenue trop forte. Je suis déçu de ne pas avoir pu en voir et en entendre plus. J’ai toujours ce plug encombrant dans la main et je ne peux pas me contenter de simplement le poser. Il faut que je le nettoie. Je vais dans la cuisine sans bruit et le passe sous un mince filet d’eau. Il semble propre.


Je vérifie mon allure générale, ça va très vite, je suis en slip, le cul humide et la bite collante. Mon excitation semble s’être dissipée. Je ressors de la cuisine avec le plug et je ne sais pas quoi en faire. Seule solution, le poser sur le coin du petit meuble TV à l’entrée de la chambre. Avec les gémissements émis, je suppose que mon intervention passera inaperçue.


En arrivant à l’entrée de la chambre, je vois Guy qui s’acharne sur Hervé qui a la tête dans les oreillers. Il le prend en levrette, sans ménagements. Je reste immobile à regarder cette scène et je ne tarde pas à constater que mon sexe a repris du volume. D’un coup, Guy se retire, enlève son préservatif et le jette au sol, pratiquement à mes pieds. Moi je dépose le plug sur le meuble.


Hervé s’est retourné et gobe la bite de Guy qui se branle dans sa bouche. J’ai la main dans mon slip, le doigt qui tourne autour de mon gland gluant. Guy est en train de jouir dans la bouche d’Hervé. Celui-ci accélère ses mouvements et il semble se régaler. Moi je ne peux m’empêcher de lécher mon doigt gluant. Hervé avale et dit à Guy : « c’est pas ton petit jeune qui pourrait te faire ça ! ».


C’est à ce moment que je me suis enfuit sur la pointe des pieds. Je m’installe dans mon lit canapé de fortune et après quelques pensées et visions érotiques, je finis par m’endormir.


Le lendemain matin, je me réveille, je file aux toilettes. J’aperçois Guy qui s’active au ménage dans sa chambre. Il passe la serpillière. Le plug n’est plus sur le meuble. Je prend un café, il me rejoint dans la cuisine pour en prendre un également. Il me questionne sur mon confort nocturne dans le canapé tout en s’excusant d’avoir été éventuellement bruyant. Je le rassure en lui disant que je me suis endormi très vite.


Les heures passent, je lis un magazine et Guy est descendu aux boites à lettres. Il remonte et j’ai du courrier de ma copine. J’ouvre et lis la lettre :


« Mon chéri


Je profite d’un moment de répit pour t’écrire quelques mots. Les journées sont longues, fatigantes et ennuyeuses. Il n’y a que les soirées qui sont sympas car mon collègue et moi, on s’entend bien. J’ai bien senti ton inquiétude au téléphone l’autre jour quand je te parlais de lui. C’est pour ça que j’ai enchaîné sur un autre sujet. J’ai une bonne nouvelle qui devrait te rassurer. Il y a quelques jours, on s’est mis à parler de nos amours, il m’a dit qu’il n’était pas attiré par les filles. Il a toujours été homo mais n’a jamais franchi le pas avec un garçon. Sans vouloir te blesser, je me suis quand même dit qu’un beau gosse comme lui, homo, c’est du gâchis. Quand je m’endors le soir, je pense à toi et, tous les soirs, je me caresse. J’ai hâte de te retrouver. Tu me manques, j’ai envie de toi. Je dois quand même t’avouer qu’hier soir je me suis caressé en imaginant deux hommes ensemble. L’idée peut te sembler étrange ou même dégoûtante mais j’étais très excitée. Mes pensées ont dévié en m’imaginant avec un gode ceinture et donnant du plaisir à un homme. Je crois que c’est vraiment quelque chose que j’aimerais faire et rien que de te l’écrire, je suis déjà toute mouillée. Ceci ne restera peut-être qu’un fantasme mais comme on se dit tout, j’ai voulu te le dire.

Je t’aime.

Ta chérie

P.S: je suis en congé le mardi 7 juillet, je t’appelle chez Guy vers 17h. »


Je suis à la fois surpris et ravi de cette lettre. Je sens mon sexe gonfler en lisant ces mots et j’imagine plein de choses. Guy et moi devant elle, elle en moi, elle avec Pierre.... Je n’ai plus à avoir honte de mes récentes pensées si cela pouvait pimenter ma vie avec ma copine. Mais le 7, c’est aujourd’hui. Vivement 17h...

Diffuse en direct !
Regarder son live