Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 6 309 fois
  • 38 J'aime
  • 0 Commentaire

Jeune et curieux

Chapitre 12

Gay

La soirée se termine, nus, autour d’un café en terrasse chez Hervé. Il est pratiquement 2h du matin quand nous décidons de rentrer.

Aussitôt dans la voiture, je décide de sucer Guy. Il se laisse faire et commence à conduire. Mes mouvements l’oblige à conduire moins vite et le temps du trajet risque de s’allonger un peu mais ce n’est pas grave.

Il me demande de me déshabiller et j’obéis sagement. Je me retrouve à poil, le cul à la fenêtre en train de sucer un mec dans une voiture qui traverse une zone bien éclairée mais j’adore l’idée qu’on puisse me voir.

Guy m’annonce qu’il préfère prendre l’autoroute pour rentrer. Que ce sera plus rapide et qu’il y aura moins de virage pour me faciliter le travail. Il ajoute qu’en plus, je peux laisser mon cul à la fenêtre car les chauffeurs routiers adorent ça.

Je suis excité à l’idée qu’on me voit dans cette position et je m’appliqua à sucer Guy de mon mieux tout en veillant à bien plaquer mes fesses contre la vitre de la voiture. La zone éclairée que nous venons de traverser était, en fait, le péage de l’autoroute.

Je suis appliqué à bien sucer la bite de Guy quand j’entends un bruit de moteur derrière moi. Guy double un camion et semble prendre tout son temps. J’entends le bruit du klaxonne de ce gros camion et j’imagine que son chauffeur ne doit pas perdre une miette du spectacle.

J’écarte mes fesses au maximum, mes couilles sont saisies par le froid de la vitre, je bande et le routier klaxonne de plus belle. Guy me traite de petite salope en appuyant sur ma tête et j’adore ça.

Le bruit du camion semble s’éloigner et je devine ses appels de phares. Guy double aussitôt un second camion, même manège qu’avec le premier mais Guy prend encore plus de temps que pour le premier.

Les coups de klaxonne retentissent et sont accompagnés d’appels de phares derrière nous. Je semble avoir deux fans de mon cul et cela me plaît beaucoup.

— Tu veux qu’on s’arrête ? Il y a une aire de repos dans 2 km. Me demande Guy avec un sourire pervers.

— Ho oui ! Lui dis-je.

Guy accélère et je continue à faire coulisser sa bite dans ma bouche. Il arrive à la bretelle de sortie pour l’aire de repos et s’y engage. Il ne tarde pas à s’arrêter et coupe le moteur de la voiture.

Je suis toujours à poil en train sucer Guy qui a reculé son siège quand j’entends le bruit d’un camion qui passe près de la voiture en klaxonnant, puis un deuxième. Il semblerait que mes deux voyeurs nous aient suivis.

— Montre leur tes talents de petite salope suceuse de bites. Me dit Guy en ouvrant sa portière.

Je n’ose pas relever la tête et le suce de plus en plus vite. Il se relève un peu afin de faire glisser totalement ses vêtements sur ses chevilles et j’en profite pour gober ses couilles. J’entends des bruits de pas et des gens qui parlent. J’ai trop envie d’être vu dans cette posture.

— Ça va, vous vous amusez bien les mecs ? Dit une voix que je ne connais pas mais je devine que ce doit être un des deux chauffeurs routiers.

Je ne peux pas le voir puisque Guy m’a attrapé la tête et me fait coulisser la bouche sur sa bite.

— Ho oui, regarde un peu cette petite salope. Il adore bouffer du sperme mais tout seul, il n’est pas évident à rassasier. Vous avez du jus pour lui ? .

Vous ? Ils sont plusieurs ? Donc les deux chauffeurs nous ont rejoins ?

— Ho ba on va bien lui trouver ça à ta petite garce. Et son cul, il est disponible aussi parce que j’ai mon pote dans le camion avec moi et il a trop envie de baiser !

— Bien sûr et sa portière n’est pas verrouillée, faites vous plaisir mais n’oubliez pas de venir jouir dans sa bouche.

— Pas de soucis mec !

Guy leur tend des préservatifs qu’il prend bien soin de me montrer en maintenant son sexe enfoncé dans ma bouche. J’entends des bruits de pas, des rires et ma portière qui s’ouvre. Je suis offert à des inconnus qui ne tardent pas à me claquer les fesses. Il me tripotent les couilles, la bite.

Je sens qu’on crache sur mes fesses. Des mains me caressent et de doigts jouent avec mon anus. On crache sur mon trou du cul et un doigt s’y enfonce d’un coup. Il y rentre sans trop de mal grâce aux traitements auxquels j’ai eu droit ces derniers jours.

On me met des claques sur les fesses et plusieurs doigts sont insérés dans mon orifice, peut-être deux, ou trois. Je suis humilié et traité de petite pute, garce, sac à foutre et autres petit noms, étrangement, j’adore ça. Je gémis sourdement, étouffé par la bite de Guy.

Je suis extirpé de la voiture sans ménagements, on me tire par les hanches puis on m’attrape les cheveux. Je suis plaqué sur le capot de la voiture de Guy, la tête tournée vers l’autoroute où circulent quelques véhicules, le cul offert comme une vulgaire pute.

Je suis incapable de voir les visages des obsédés derrière moi et Guy revient enfoncer sa bite dans ma bouche. Il me baise la bouche si vite que j’ai du mal à reprendre mon souffle.

Je les entend débattre derrière moi à savoir qui sera le premier à me baiser. Je ne sais même pas combien ils peuvent être. J’ai hâte qu’ils commencent, j’ai le feu au cul. Ils continuent à me doigter et lécher le cul, je n’en peux plus. Je me dégage du sexe de Guy et leur crie :

— Baisez moi comme une chienne !!


Diffuse en direct !
Regarder son live