Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 1 086 fois
  • 6 J'aime
  • 3 Commentaires

Jeune homme, pouvez vous...

Chapitre unique

Erotique

Rescue...

Un numéro, quelques mots.

"Pourrais tu venir entre dix et quinze heures ?"

Il répond systématiquement qu’il va "essayer"...

Alors, je précise que je suis en manque, comme pour tenter de le convaincre, mais je sais bien que je ne dois pas l’attendre. Il enverra, peut-être, un "toujours dispo ?", et, 10 mn plus tard, il sera là, immense, souvent débraillé, comme sortant d’un chantier, et moi, en survet et tee shirt mou dans lesquels je trainais, sans l’espérer. Inutile de sortir le grand jeu des préparatifs, manucure, crème, épilation, tenue de pute. Nous nous déshabillerons sans discours, son temps est compté. On baise, direct, sans passer par la case préliminaires. Nada, c’est pas un rencard, c’est cash, trash, brut !

S’il a faim, il aura trouvé un prétexte pour sortir, un pote à aider, une cousine à qui confier le bébé...  Mais, souvent, je ne suis que l’étape sur un trajet.

Aucun affect, il sonne, monte les escaliers, nous nous désapons sans perdre une minute, je le pousse sur le lit, je le suce puis le chevauche... Et coule de plaisir...

... Parce que je regarde son visage et son corps tout entier dans sa métamorphose... Il se lisse et s’assouplit, s’illumine et irradie. Le jeune homme gauche, dans un corps trop massif pour sa délicatesse, devient fluide, s’étire, se détend. Il gémit, c’est si doux, c’est si beau...

Il est celui qui me suffirait, qui m’éloignerait de mes traques virtuelles chronophages, si seulement je pouvais avoir l’assurance de sa disponibilité, pour des cavalcades qui me laisseraient épuisée, mais rassasiée.

Allez, tous les quinze jours, voire toutes les trois semaines, ça m’irait, je te prépare un contrat ?

A l’aide, help, may day, hilfe, SOS !

"Viens"... Et il répondrait juste "ok"...

Ni sextos, ni confidences. Pas besoin.

Juste la certitude que nos corps savent trouver l’équilibre si particulier qui fait soudain grimper très haut.

Inutile d’emballer tout ça dans du papier cadeau et bolduc, je veux du sans-fioritures, du bestial, du primitif... On transpire et on s’achève dans ce râle qui traverse les cloisons, ok, merci, c’est tout bon pour moi, j’ai joui, je peux ouvrir un livre, continuer mon tricot, préparer un gâteau pour mon petit mari compréhensif...

Comme une cure de ginseng, une ampoule de vitamine, comme mon rendez-vous ostéo, masseuse ou mes autres rituels bien-être, il serait mon créneau "orgasme", jamais décevant, la p’tite dame, elle est toujours satisfaite du service !

Et en conclusion de séance, de sa voix douce "Whouah, c’était trop bon"... Regard plein d’étoiles.

Médic’amant.

La dose exacte, redoutablement efficace. Effets secondaires: ne rien prévoir d’autre le jour même, shootée et corps en vrac, fort risque d’accoutumance.


Deux ans plus tard, il n’a pas encore trente ans et m’appelle toujours Madame.

Deux ans plus tard, je n’ai toujours pas repris mon tricot.

Diffuse en direct !
Regarder son live