Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 31 867 fois
  • 42 J'aime
  • 1 Commentaire

Jeune première

Chapitre 2

Inceste
42
5

(voir jeune première avant celle-ci)


J’étais entrain de licher ma douce florance, un peu moins inconnue à présent, lorsque sa soeur aînée entra dans la chambre. TOut d’abord, elle fût surprise de voir sa soeur au lit avec une autre fille, puis, elle rit. Elle s’assit sur la chaise du coin de la pièce et dit lentement: ’amusez-vous, je veux simplement regarder...’ Florance sembla hésiter. Elle n’avait jamais montré son corps de femme nue à sa soeur. Maintenant qu’elle en avait déjà vu beaucoup.... Florence continua donc à me licher la chatte.. Elle jouait avec mon clitoris. Elle enfonçait sa langue en moi et masturbais mon clitoris de son pouce. J’étais face à sa soeur, Anaïs. Entre deux liches à la fente de ma douce, je vis qu’elle se masturbait sous sa jupe. J’arrêtai donc tout mouvement. Je lui fis signe de nous joindre. Elle dit non d’abord. Puis, Florenec insista. Elle était cochonne la saloppe! Alors Anaïs refusa de nouveau. Je m’avançai donc vers elle et l’embrassai tendrement. Elle avait l’air d’aimer car elle se masturbait toujours.Je lui retirai son chandail et dégraffai son soutien-george. Florence, timidement lança un: ’ c’est pas juste, tes seins sont plus gros que les miens et tu n’as que 16 ans!’ Je ris un peu de cette remarque et je finis de déshabiller la jeune Anaïs. Je lui retirai donc sa jupe longue qui cachait des jambes magnifiques. Elle portait une culotte rose de coton. Comme les enfants. Je m’empraissai de la retirer, en en profitant pour caresser son vagin au passage. Elle était plus timide encore que Florence. Je lui pris donc la main et l’ammenai vers Laurence. Celle-ci lui dit: ’tu vas voir, tu vas aimer ça... mais dit-moi, es-tu encore vierge soeurette?’ Anaïs lui dit que oui! QUELLE JOIE! j’allais dépuceler une jeune fille ! Je lui pris la main droite et la dirigeai vers le sein de Laurence. Je lui indiquai de le caresser. Laurence semblait apprécier. Puis, Anaïs prit l’intiative seule et elle caressa les 2 seins de sa soeur . Son plaisir augmentait car elle les massait de plus en plus vivement. Je me placai derrière cette jeune vierge et je lui empoignai les seins. Elle rit et dit qu’elle aimait ça. Je lui pinçai les mamelons, les tortillai... Je les tirais aussi, pour lui faire sentir qu’elle avait une belle poitrine! Je lui glissai à l’oreille de faire la même chose à sa soeur que ce que je lui ferais... Mes mains commancèrent à descendre vers son nombril. Je lui caressai un peu les fesses. Anaïs faisait de même pendant que Laurence lichait les seins de sa soeur.Puis, subitement, je glissai mes mains vers sa chatte. Je descendis un peu et lui écartai les jambes. Elle était donc à genoux, sur le lit, les jambes légèrement écartées et elle continuait de faire subir à sa soeur le même traitement que je lui réservais. Je trouvai son clitoris assez aisément. Elle semblait excitée car il pointait vivement.Il était tout dur! Je commançai par jouer avec sa petite boule. Je le pinçais et le faisait bouger dans tous les sens. Elle avait chaud et son entre jambe était humide. Florence, elle, souriait. Elle appréciait ce moment de fantasme enfin réalisable! Lentement, j’introduisi un doigt dans la fente d’Anaïs... HOooo, c’est bon! Je faisais des vas et viens délicats... puis plus rigoureux. Elle mouillait de plus en plus. J’introduisis alors 2 doigts. Elle avait un peu mal car elle était tout de même vierge... Je lui fis sucer un de mes doigts de l’autre main pour ensuite lui introduire dans le cul... mes doigts se rejoignaient en elles. Elle disait qu’elle avait mal mais que c’était bon. Ecore encore encore qu’elle criait! Florence me fit un clin d’oeil lourd de sens. Nous allions jouer un joyeux tour à Anaïs. J’arrêtai subitement de la pénétrer et je la couchai sur le lit, sur le dos. Elle dit:’ mais c’était bon, encore, j’en veux encore! ’ et Laurence s’empressa d’ajouter: ’oui ma belle, encore, tu vas en avoir encore’!. Laurence vint se placer à genoux sur le sol... elle tira sa soeur vers elle de façon à ce que la chatte d’Anaïs soit juste sur le bord du lit, sous le nez de Laurence. MOi, je me plaçai à la tête de ma jeune pucelle. Laurence dit à sa soeur: ’ je savais pas que t’étais si cochonne ma belle. On va pouvoir s’amuser à la maison le soir alors... et sur ce, elle écarta fortement les cuisses d’Anaïs. Elle commança à licher le clito de sa soeur. Celle-ci dit: ’t t’es sure que c’est bien? C’est douloureux au juste? ’ mais elle s’interrompit de jaser quand elle sentit rapidement une vague de chaleur l’envahir. Elle poussa alors un HOooooo oui!!!! Je m’attaquai personnellement à ses seins... De ma main droite, je masurbais son sein alors que de l’autre, je titillais son mamemlon très raide! Avec ma bouche, je mordais litéralement le mamelon de son autre sein...Elle criait de joie! Haaaaaa hooooooo haaaaaaa OUIIIIIIIIIiiiiiiiiii!!!!!! Laurence était plutôt habile! Elle titilliait le clito sauvagement. Elle écartait les lèvres furieusement de coups de langue! Elle pénétrait sa propre soeur avec sa langue très habile! Puis, fatiguée, elle me demanda de la remplacer. Elle prit ma place . Enfin, elle s’assit litéralement sur la face de sa soeur pour qu’elle la liche. Elle s’exécuta et la licha du mieux qu’elle le pouvait. La chatte d’Anaïs était toute collée et mouillée. Je la pénétrai un peu avec 2 doigts, puis 3. J’avais envie moi aussi d’action. Alors je collai ma chate rugeuse contre sa chatte lisse. On se frottait. MOn clito était en éveil. C’était très bien. Les deux soeurs, pour me remercier de leur avoir fait connaître les joies lesbiennes, s’attaquèrent à ma chatte.Anaïs se coucha sur moi, la face sur le début de ma chatte alors que Laurence s’agenouilla à terre et avait la vue sur mes lèvres et ma fente. Anaïs me brouta donc le clito et le masturba très très sauvagement avec ses petites mains alors que Laurence s’évertuait à m’écarter les lèvres et à me faire jouir avec sa langue. Je jubilais ! Mes cris étaient puissants! Exténuée, je les suppliai d’arrêter mais elles continuèrent! Laurence me fourrait sa langue dans la chatte! Puis elle glissa 1 doigt. puis 2, 3, 4... ha non, pas encore sa main entière! OUiiiiii haaaaa ça y était... j’avais toute sa main dans ma chatte juteuse... elle la retira et vint s’assoeir à côté de moi. Elle m’embrassa et je pus gouter mon jus de plotte. Anaîs vint nous rejoindre et nous tombèrent toutes les 3 endormies après ce fantastique effort...

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder