Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 368 fois
  • 177 J'aime
  • 7 Commentaires

Un job d'appoint

Chapitre 24

Soirée très hospitalière

Histoire médaillée
Hétéro

J’attends avec anxiété des nouvelles de Benoit.


Ce soir, en rentrant de cours, il a fait un malaise avec perte de connaissance. N’ayant pas réussi à le réveiller, j’ai appelé les pompiers en urgence et les ai suivis jusqu’à l’hôpital privé, dirigé par Jacques, l’ami médecin de Marc qui m’a examinée... en profondeur.


Après plusieurs heures d’attente, je vois Jacques sortir de la chambre de Benoit et venir vers moi pour me donner des nouvelles. Je me lève et je rejoins.


— Ah, Marion. » me dit-il en souriant. « Bon, ne vous inquiétez pas. Benoit ne souffre que de surmenage.

— Ouf, merci.

— Tous ses examens sont normaux. » me dit-il en consultant son dossier. « Nous allons le garder en observation cette nuit. Il a besoin de se reposer. Je sais qu’il traverse une période difficile, avec les concours qu’il prépare. Mais il va devoir de lever le pied.

— Très bien. J’y veillerai.

— Parfait. Vous pouvez aller le voir.

— Merci docteur.


Il me salue avec un sourire lubrique, regrettant sûrement les circonstances de notre nouvelle rencontre. Mais, j’imagine qu’il ne me toucherait pas sans en avoir d’abord parlé à Marc. Question de respect entre amis.


Je pose la main sur la poignée et toque à la porte avant d’entrer. Benoit est couché sur le lit, la couverture remontée jusqu’à la poitrine. J’entre en silence et tire la chaise près du lit. Il ouvre les yeux et esquisse un sourire.


— Tu es de meilleure mine. » lui dis-je, soulagée. « Tu m’as fait peur.

— Ça va. C’est juste un peu de surmenage. Ce n’était pas la peine de m’amener à l’hôpital.

— Je ne savais pas quoi faire d’autre. » lui réponds-je, plaintive.

— Merci, Marion.


Il parle d’une petite voix qui rend sa sincérité adorable. Je lui souris, mais il me retourne un sourire inquiet.


— Tu es fatiguée. Tu devrais te reposer. Moi ça va, alors ne t’inquiète pas.

— Je vais rester jusqu’à ce que l’un de tes frères arrive.


Plusieurs jours se sont écoulés depuis ma réconciliation avec Marc, dans son bureau. Comme sur un accord tacite entre eux, aucun des trois frères n’a cherché un contact physique avec moi. Si les deux ainés ont su garder le contrôle de leurs pulsions, pour Benoit, ça a été plus difficile. Il a sûrement partagé ses journées entre ses cours, ses masturbations devant les vidéos de surveillance de la maison, qu’il a piratées sur l’ordinateur de son frère, et une hyperactivité sportive. Bilan de cette frustration : surmenage et épuisement au bout de cinq jours.


Comme s’ils voulaient me laisser récupérer. Attendent-ils que je fasse le premier pas vers eux ?


Il pousse un profond soupir en me regardant m’asseoir. Son regard glisse le long de mes jambes et semble se faufiler sous ma jupe. Un sourire coquin se dessine sur ses lèvres.


— Tu sais ce qui me ferait du bien ?

— Oh non, jeune homme. » lui réponds-je en devinant ses pensées obscènes. « Tu dois te reposer.

— Allez... » dit-il en prenant ma main et en la glissant sous sa couverture. « Ça va me détendre. Le médecin a dit que j’en ai besoin.


Je sens son sexe tressaillir sous ma main. Je jette un œil inquiet à la porte.


— Si on ne fait pas trop de bruit, ça devrait le faire. Allez, Marion, s’il te plaît.


Je cède à sa demande. Ma main glisse le long de son sexe. Benoit gémit doucement alors qu’il se durcit sous mes doigts. Sa réaction rapide me fait plaisir et réveille mon désir. Je me lève et me penche au-dessus de lui. Je retire la couverture et remonte sa blouse.


— Oh, Marion, oui.


Tout en le masturbant, je commence à le lécher de la racine au gland. Je sens sa main glisser le long de ma cuisse et remonter sur mon entrejambe. Ses doigts caressent mes lèvres à travers le tissu de mon string et les pincent doucement. Mes lèvres se posent sur son gland lisse et l’aspirent. J’enfourne entièrement son sexe dans ma bouche. Son corps se cambre sous ma caresse buccale.


— Oh, punaise... Quelle pipe !


Je fais de mon mieux pour qu’il apprécie. En de longs et lents va-et-vient humides, je fais glisser ma langue sur sa peau. Je sens ses doigts passer sous mon string et entre mes lèvres. Il le fait coulisser lentement, m’arrachant des gémissements étouffés par sa queue dans ma bouche. Benoit m’arrache mon string qui se déchire dans un grand craquement.


— Oups... désolé.

— Pas grave.


La jupe relevée sur la taille, les fesses à l’air, plusieurs doigts qui me pénètrent, le sexe de Benoit dans la bouche.


Quelle perverse je suis devenue ! Mais j’aime tellement ça maintenant.


Je grimpe sur le lit et m’empale sur son sexe dressé. Ses gémissements sonores m’encouragent à continuer. Je laisse mon bassin onduler sur lui en écartant mes lèvres du bout de mes doigts. Mon index se promène sur mon clitoris. Mon petit bouton gonfle et se dresse doucement.


— Aaah... » laissé-je échapper.


Benoit se contracte violemment entre mes cuisses et jouit beaucoup trop tôt à mon goût. Je n’ai pas eu le temps d’en profiter. Déçue et frustrée, je me laisse retomber sur son sexe qui se détend. Il me regarde, navré. Je me contente de secouer la tête.


— Si ça t’a fait du bien, c’est le principal. » réponds-je en souriant avec bienveillance.


Le claquement brusque de la porte nous fait sursauter.


— Qu’est-ce que ? » crié-je, surprise.


Je me redresse pour découvrir Marc, debout devant la porte fermée. Les bras croisés sur la poitrine, il nous lance un regard sévère. Je me fige, toujours empalée sur Benoit. Je sens ses doigts se crisper sur mes hanches.


— Tiens. Alors, voilà les nouveaux soins proposés ici ?

— Je...

— C’est ma faute. » dit Benoit. « Je lui ai ordonné de m’aider à me détendre.


Marc avance jusqu’au lit. Je n’ose même plus bouger. Que doit-il penser en me voyant dans cette position sur son petit frère ? Il me tend un petit sac papier.


— Hugo m’a appelé pour me dire qui tu étais ici. Il m’a aussi dit que tu as oublié de prendre un repas pour ce soir.


Il commence à tourner les talons. Maladroitement, je me dégage de Benoit, le recouvre et rejoins Marc. Je lui attrape le bras. Je le remercie. Je suis touchée, mais je dois surtout lui demander de me pardonner. Mais les mots ne veulent pas sortir. Devant mon silence gêné, il soupire et se dégage de mes mains.


— Je m’en vais. » dit-il. « Nous réglerons ça plus tard.

— Non, Monsieur, attendez ! » Je le rappelle désespérément alors qu’il va quitter la pièce. « Je te laisse, Benoit. Dors bien.

— Ça va aller, je crois.


Je récupère mes affaires, redescends ma jupe et retrouve Marc dans le couloir. À ma grande surprise, il empoigne mon poignet et m’entraîne brutalement dans une chambre vide, dont il verrouille la porte. Je vais pour protester. Mais un baiser sauvage étouffe les mots qui allaient sortir. Sa langue entraîne la mienne dans une danse sensuelle, qui me vide un peu à peu de mes forces. Je gémis. Son baiser est si long et si intense, que j’en perds le souffle. Eperdue, je lève les yeux vers son visage creusé par le froncement de ses sourcils.


— Comment as-tu pu faire ça ici ? Dans ces conditions ? Tu n’arrives pas à te donner du plaisir toute seule ?


Alors que je m’apprête à m’expliquer, Marc écarte mes jambes de son genou, me coupant le souffle. Son genou se met à frotter entre mes jambes. J’ai beau essayer de me retenir, un plaisir coupable, mais envahissant me fait gémir de volupté.


— Non, mais... il faut peu pour faire gémir une dépravée comme toi. Mon frère ne t’a pas suffi ? Tu en veux encore, c’est ça ?

— Non, Monsieur... Ce n’est pas ce que vous croyez...



Chaque fois que j’essaie de nier, un spasme de plaisir me coupe la parole. Il me plaque violemment contre le mur. Ses mains remontent ma jupe.


— Même ici, tu te balades le cul à l’air. Tu aimes ça, hein ? » Sa main se force un passage entre mes cuisses et me pince les lèvres, m’arrachant un cri. « Ça t’excite, hein ?

— Oooh... Monsieur... Aaaaah ! » crié-je tandis que ses doigts me pénètrent sans aucune douceur.


Il est furieux et me le fait payer. C’est comme si toute sa colère se concentrait dans sa main. Ses va-et-vient sont brutaux et douloureux et pourtant... et pourtant ça me plaît.


— C’est comme ça que tu l’aimes, non ?


Je glisse de plus en plus contre le mur, tombant à genoux, à ses pieds. Il me surplombe de toute sa hauteur, me relevant la tête d’une main ferme. Ses yeux ne lâchent pas les miens, me mettant au défi de nier mon plaisir. Je baisse le regard, résignée.


— Tu n’en as plus envie ?

— Si... » bégayé-je.

— Alors, supplie-moi !

— Pardonnez-moi pour ce que j’ai fait avec votre frère. » lui dis-je, le regard planté dans le sien. « Punissez-moi comme vous l’entendez.


Je le veux lui, tout ce qu’il consent à me faire subir. J’aime sa bestialité, sa domination, l’emprise qu’il a sur moi. Je suis prête à faire tout ce qu’il veut.


— Tu sais ce que tu as à faire.


Alors lentement, je lui obéis, portant les mains à la boucle de sa ceinture. Le cliquetis résonne dans la chambre, et sa virilité se dresse bientôt devant mes yeux. Délicatement, j’enroule mes doigts autour. Je le sens gonflé à mesure que je monte la main le long de son membre, et quand j’entrouvre les lèvres, il le pousse dans ma bouche. Je le vois fermer les yeux, signe que malgré sa froideur, il prend du plaisir lui aussi. Ses mains s’emparent de ma tête pour l’appuyer contre lui.


— Avale !


J’exerce plusieurs déglutitions forcées sur son sexe. Il aime ça. Ma langue qui le comprime et relâche, en un mouvement de vague. Il y a pris goût.


— Encore !


Je recommence. J’espère qu’il ne va pas jouir trop tôt, juste pour me punir. Il connaît et contrôle bien son corps.


— C’est bon ça suffit.


Mettant à mal mes espoirs, le ton glacial de Marc tombe sur moi comme un couperet. Docilement, je lâche son sexe. Je le regarde s’allonger sur le lit, le sexe droit comme un I.


— Monte.

— Quoi ?

— Fais-moi la même chose ! Et tourne-moi le dos.


Il tient à me montrer qu’il fera le moins d’efforts possible. Pourquoi me donne-t-il des ordres s’il n’en a pas envie ? J’obéis et grimpe sur ses hanches en lui tournant le dos. D’une main, je guide son sexe jusqu’entre mes lèvres. Seul témoin de désir de Marc, son sexe dur et tendu s’enfonce en moi sans difficulté. Je pousse un soupir de satisfaction quand son sexe me remplit entièrement. Je commence à onduler et à faire des allers-retours, glissant parfaitement sur lui.


— Plus vite. » ordonne-t-il.


M’empoignant par les hanches, Marc me soulève et me fait retomber sur lui à un rythme soutenu. Les sensations m’assaillent avec violence et je me cambre pour les mieux les accueillir.


— Comment veux-tu que je sente quelque chose si tu vas si lentement ? Sans compter que c’est comme ça que tu le préfères toi aussi, n’est-ce pas ?


La sévérité de son ton tranche avec la volupté des sensations que chaque coup de hanche m’envoie dans le corps. Mes propres émotions aussi entre la joie et le reproche, me tendant avec plus d’avidité encore vers le plaisir charnel.


Je sens son pouce presser mon anus contracté. Je fais de mon mieux pour me détendre, mais je n’y parviens pas. Je grimace de douleur alors qu’il en force le passage et s’enfonce totalement. Je me fige en le sentant bouger en moi. Son pouce appuie contre ma paroi, augmentant les sensations que je ressens. La pression augmente, m’entraînant plus vers la jouissance.


— Qui t’a dit d’arrêter ?


Je reprends mes mouvements alors que son pouce coulisse en même temps que son membre. Ce n’est pas aussi intense qu’une double-pénétration, mais mon cerveau se délecte de ce plaisir.


Je jouis plus vite que je ne l’aurais cru. Mais Marc n’en a pas fini avec moi. Il retire son pouce et me repousse pour me faire mettre à quatre pattes. Sans attendre, il me pénètre brutalement l’anus, m’arrachant un cri que je tente d’étouffer dans le drap. Le lit grince anormalement sous nos corps. Je sens mon jus couler abondamment sur mes cuisses. J’aime quand il me soumet comme ça. Un nouvel orgasme s’empare de moi alors qu’il éjacule en grognant comme un animal. Dans sa jouissance, il m’assène deux claques sur les fesses, m’arrachant un cri nouveau cri.


Il se dégage de moi, me laissant effondrée sur le matelas, les jambes écartées.


— Dépêche-toi de te rhabiller. On rentre.


Cinq minutes plus tard, nous sortons de la chambre, sous le regard étonné d’un aide-soignant. Avec autorité, Marc lui dit d’aller changer les draps dans la salle de repos. L’aide-soignant me regarde. Je suis rouge de honte. Il se met à sourire en se léchant les lèvres. La tête basse, j’emboîte le pas de mon patron pour gagner le parking et rentrer.


Une fois à la demeure, il me fait comprendre qu’il ne veut plus me voir de la soirée. La tête basse, mais satisfaite, je regagne ma chambre pour prendre une douche.


Il n’a pas fini de me le faire payer, c’est sûr.

Diffuse en direct !
Regarder son live