Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 359 fois
  • 37 J'aime
  • 8 Commentaires

Un job d'appoint

Chapitre 30

Un majordome au Garde-à-vous (1ère partie)

Hétéro

Je me demande si Alexandre se souvient de son souhait de mardi soir, après m’avoir observée avec Benoit.


J’ai très envie de me soumettre à toi, tu sais ?

Vendredi soir ? Ils partent en week-end chez leurs parents, tous les trois. Nous serons seuls, toi et moi.


J’ai regardé plusieurs de vidéos pornographiques dans lesquelles un homme se soumettait de bonne grâce à une femme. Mais la majorité m’ont déplu et je ne les ai pas regardées jusqu’au bout : l’homme y était humilié et violenté. Me souvenant avec des frissons de la soirée au « Club », je ne souhaite d’imposer ce genre de traitement à Alexandre. Ces vidéos, contrairement à d’autres, ne m’ont pas du tout excitée mais plutôt écœurée. J’ai donc cherché des vidéos plus « soft », mais je n’en ai trouvé que très peu et encore, de mauvaise qualité.


Je m’ennuie en attendant que les frères s’en aillent. Alexandre est encore avec Marc. J’ai comme la désagréable impression qu’il cherche à le retenir, à l’empêcher de venir me retrouver. Pourtant, ses frères et lui ne doivent pas prendre la route trop tard s’ils veulent être à l’heure pour dîner avec leurs parents. Je prends mon téléphone portable, attendant désespérément un message d’Alex me confirmant son arrivée. Il me vient alors une idée : pourquoi ne pas démarrer le jeu tout de suite ? Je commence à saisir un message, me demandant ce que je vais exiger. Quelque chose de simple, facile à faire en réunion.


Ça y est !


[SMS, Alexandre, Marion]

> Envoie-moi une photo de toi.

< Je ne peux pas, je suis en réunion avec Marc.

> Maintenant !


Je crains d’être allée un peu trop vite mais quelques secondes plus tard, j’entends le discret bip de mon téléphone. Je regarde l’écran et vois la photo d’Alexandre. Il a réussi à se prendre en photo en contre-plongée, sans doute avec son téléphone sur sa cuisse. Sa cravate enserre délicatement son col de chemise. Son menton volontaire est bien mis en valeur alors que son regard est discrètement baissé sur l’objectif.


[SMS, Alexandre, Marion]

> Plus sexy. Desserre ta cravate.

< Mais on travaille, là.

> Trouve une excuse et fais-le !


Quelques instants plus tard, nouveau bip. Cette fois Alexandre apparaît sous le même angle mais son nœud de cravate est desserré. Et en bonus, les deux premiers boutons du col de sa chemise sont défaits. Il est incroyablement sexy comme ça.


[SMS, Alexandre, Marion]

> Quand tu auras terminé avec Marc, anvoie-moi une photo torse nu !

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Un nouveau bip se fait entendre. Je hoquette de surprise en voyant que l’expéditeur du message est... Marc.


Oups... la boulette...


[SMS, Marc, Marion]

< Cessez de déranger Alexandre. Il passera à la pharmacie plus tard.

> Veuillez m’excuser.


Je jette mon téléphone sur le lit, comme s’il m’avait brûlé les doigts. Je me demande si Marc se doute de quelque chose. Je crains toujours qu’il ne se mette entre nous, faisant jouer son autorité sur nous.


À la pharmacie ? Qu’est-ce qu’il lui a raconté ?


Heureusement qu’il n’a pas pris le téléphone d’Alex pour me répondre. Je n’ose pas imaginer sa réaction s’il l’avait fait.


Pour apaiser mon angoisse et mon impatience, je monte dans ma chambre, afin de choisir une tenue pour ce soir. Il me faut quelque chose de sexy. Après avoir sorti trois robes, mon choix se porte sur une robe rouge, dont le bustier est en forme de cœur. Indécemment moulante et courte, ornée d’une longue fermeture éclair sur le devant. Elle me semble parfaite avec des bas noirs autofixants. Alors que je la dépose sur le lit, je vois l’écran de mon portable s’allumer. Je l’attrape. Mes lèvres s’étirent en voyant mon amant, dans une pose sensuelle, chemise ouverte, une main glissée dans la ceinture de son pantalon. Son regard noisette est profondément sexy, comme s’il m’envoyait une invitation indécente. Je m’en mords la lèvre de plaisir.


[SMS, Alexandre, Marion]

< J’en ai encore pour 30 mn. Une douche et je suis tout à toi.

> Dépêche-toi !

< Oui, m’dame.


Jetant à nouveau mon téléphone sur le lit, je me précipite sous la douche pour me préparer avant qu’il ne soit prêt.


Je le cueillerai à sa sortie de la douche.


Alors que je sors de la douche, emmitouflée dans mon peignoir, j’entends deux petits coups à ma porte. Me demandant qui cela peut être, je me précipite pour l’ouvrir. À ma grande surprise, je découvre Anne et Élise, mortes de rire en me tendant une petite boîte.


— Un petit cadeau pour vous deux, glisse malicieusement Élise.

— Je suis certaine que vous allez bien apprécier, ajoute Anne. D’autant... que ton esprit s’est ouvert à bien des pratiques.

— Mais... que... pourquoi ? Balbutié-je.

— On vous laisse la maison pour vous tous seuls, me murmure Anne à l’oreille.

— Fais-en bon usage, me susurre Élise de l’autre côté.


Les deux jeunes femmes éclatent de rire avant de partir, leurs sacs en main. Je les regarde descendre les escaliers. Quelques instants plus tard, j’entends la porte claquer et la voiture d’Anne démarrer.


Elles sont adorables.


Je m’assois sur le rebord de ma fenêtre et ouvre la boîte. Je sens mon visage chauffer lorsque je découvre ce qu’elle renferme : un double gode avec un fin harnais, deux paires de gants en vinyle et du lubrifiant.


— Oh, mon Dieu ! Lâché-je. Même si je me suis ouverte à beaucoup de choses, je ne suis pas prête pour ça.


Je prends le gode entre les mains et le caresse délicatement. Le silicone est doux sous mes doigts. Par endroits, je sens quelques nervures, censées imiter les vaisseaux de la verge. Je ne doute pas prendre du plaisir avec mais j’ignore si je serai capable d’en donner à Alexandre. Pourtant, l’idée est très, très excitante. Dominer un homme en le sodomisant doit être une expérience incroyable.


J’ai très envie de me soumettre à toi, tu sais ?


Est-il soumis à ce point ? J’aurai tout le week-end pour le découvrir. Je sors ma tablette à la recherche d’informations pour préparer un homme... à la sodomie. Rien qu’à cette pensée, mon visage s’empourpre à nouveau. Je sélectionne un site de Domination/soumission dans mes favoris. Je l’ai trouvé peu de temps après mon arrivée ici. Il est sérieux et clair. Les articles et les conseils donnés sont plutôt bien.


Les voix des trois frères dans la cour me tirent de mes réflexions obscènes. Je sors sur la terrasse, accueillie par la fraicheur de la fin d’après-midi et jette un œil en bas. Je regarde Marc, Hugo et Benoit monter en voiture pour rejoindre leurs parents pour le week-end. Quelque part, je me sens soulagée de les voir partir. Je suis même heureuse de me retrouver seule avec Alexandre. Plus ça va, plus je me rends compte que finalement, même si je prends du plaisir avec chacun d’entre eux, c’est avec Alexandre que j’en prends le plus et que je me sens le mieux.


Ce soir, c’est à moi de te faire sentir bien !


Dès que je vois la voiture s’engager dans l’allée, je retourne dans ma chambre pour me préparer. Je pose la boîte entrouverte sur mon chevet et enfile mes bas noirs, bordés de dentelle puis ma robe rouge. J’apprécie la douceur du tissu sur ma peau. Je laisse glisser mes mains sur le vêtement qui épouse les courbes de mon corps à la perfection. Mes doigts suivent les contours du bustier, du décolleté plongeant qui met en valeur la rondeur de mes seins. J’attrape une longue étole noire que je noue autour de mon cou.


Je pourrai lui attacher les mains avec.


Dans mon esprit commence à se dessiner le scénario du déroulement de la soirée. Mes lèvres s’étirent en un sourire de satisfaction et de plaisir anticipé. Sourire qui s’agrandit lorsque j’entends la porte de la chambre d’Alexandre s’ouvrir et se refermer. J’enfile mes Salomé et sors discrètement de ma chambre.


Le tapis étouffant le bruit de mes pas, je m’approche de la chambre d’Alex. La porte est fermée. Le plus silencieusement possible, je l’ouvre et me faufile à l’intérieur. La porte de la salle de bain est légèrement entrebâillée. Je glisse un coup d’œil discret à l’intérieur. Je devine la silhouette athlétique d’Alexandre en ombre chinoise derrière le rideau de douche. Il se lave les cheveux. Je réfrène mon envie de l’y rejoindre.


Même si je sais que ce n’est pas bien, je profite d’être seule pour visiter sa chambre. Elle est assez simple. Un grand lit trône au milieu de la pièce. Le pied et la tête de lit sont en fer forgé, avec des barreaux sobres mais élégants. Un pan de mur est occupé par une grande bibliothèque. Je suis ébahie de la quantité de livres qu’il possède. Je me demande s’il a déjà pris le temps de les lire tous. Mon doigt parcourt distraitement les tranches des livres : des romans policiers y côtoient des récits historiques, des thrillers. Je suis même surprise d’y trouver deux romans dont j’ai fait la traduction. Je les sors de leur rangée et les regarde avec tendresse. J’ai adoré travaillé dessus.


J’espère qu’ils lui ont plus.


Je tends l’oreille : la douche semble s’être arrêtée de couler. Il ne va pas tarder à revenir. Je remets rapidement les deux livres à leurs places et m’installe sur le bord du lit. Je croise les jambes et pose mes mains sur le matelas souple pour me donner un air détendu.


Il sort de la salle de bain. Je retiens mon souffle en le voyant apparaître. La taille ceinte d’une courte serviette, le torse encore ruisselant d’eau, il s’essuie les cheveux. Mon regard ne peut plus se détacher de ce corps de dieu grec. J’ai toujours du mal à croire que cet homme aussi sexy que gentil soit toujours célibataire et surtout qu’il s’intéresse à moi. Tout en s’essuyant la nuque, il relève la tête et marque un temps d’arrêt en me voyant. S’il est surpris, il le cache bien derrière son splendide sourire qui ferait fondre un iceberg.


— Je ne suis pas prêt, dit-il simplement.

— Bien assez pour moi, réponds-je en me levant.


Son regard glisse sur mon corps comme une caresse délicieusement excitante. Je m’approche lentement de lui, tandis qu’il pose sa serviette sur ses épaules. Me collant contre lui, j’enfouis mon nez dans le creux de son cou et respire le parfum de son savon, léger et frais.


Un délice des sens.


Mes bras se glissent spontanément dans son dos pour l’enlacer. L’humidité de sa peau fraîchement lavée traverse le fin tissu de ma robe.


— Tu vas être toute mouillée, me murmure-t-il.

— C’est bien le but, non ? Tu es tout à moi, maintenant.


Je n’en reviens pas de mon audace. J’attrape le bord de la serviette pour le tirer contre moi. Je laisse ma langue glisser le long de sa gorge, puis de sa clavicule avant de lui mordiller l’épaule, sur laquelle mes dents laissent une délicate marque rouge. Sa peau se couvre aussitôt de frissons, plaisants à voir. Je tourne autour de lui, laissant mes mains se promener sur son torse, sur son ventre. Maintenant derrière lui, je laisse mes lèvres parcourir chaque centimètre carré de sa peau, épousant les reliefs de ses muscles dorsaux. Je l’entends soupirer de plaisir quand la pulpe de mes doigts caresse ses tétons qui se dressent lentement. Les sentant enfin durs, je les saisis du bout des doigts pour les pincer.


— C’est toi qui me l’as demandé, non ? Lui murmuré-je à l’oreille, en pinçant un peu plus fort.


Je relâche ses tétons pour reprendre mes caresses. Collée contre son dos, je perçois une légère accélération de sa respiration lorsque mes mains caressent le haut de ses cuisses à travers sa serviette humide. Mais je fais en sorte d’éviter son sexe : je veux le titiller, faire monter progressivement son excitation. C’est alors que je sens ses mains commencer à me caresser à travers ma robe. Je défais mon foulard.


— Oh, non, jeune homme.


D’un mouvement rapide, je lui lie les poignets ensemble. Je saisis la longueur de tissu en trop et l’entraîne au pied de son lit, lui ordonnant de ne plus bouger. Il se contente de hocher la tête, se demandant sûrement ce que je vais lui faire. Je n’ai pas spécialement de plan et fais selon l’inspiration. Je lui attache les poignets à un barreau vertical, l’obligeant à fléchir les genoux. Lorsque je reviens devant lui, je croise les bras sous ma poitrine, la faisant bomber dans mon décolleté et le regarde des pieds à la tête, me délectant de chaque partie visible de son corps que protège encore la serviette, maigre rempart à mes désirs.


Je me rapproche de lui pour effleurer ses lèvres du bout de mes doigts. Il les entrouvre pour laisser échapper son souffle chaud. Je me rapproche de lui pour l’embrasser. La hauteur de mes talons me permet de me mettre à son niveau. Alors que ma langue se glisse dans sa bouche, je laisse courir mes ongles sur sa peau, y laissant de légères marques rouges. Ils s’arrêtent sur son téton pour le pincer à nouveau. Ma langue étouffe son gémissement alors que je le pince un peu plus fort.


Mes ongles continuent leur voyage sur son torse puis sur son ventre suivant le contour de ses abdominaux si finement dessinés. Loin d’être aussi musclé qu’Hugo, il n’en est pas moins tonique et athlétique. Je tourne un peu ma tête pour changer d’angle et caresser sa langue de la mienne, tandis que ma main arrive à destination : le bord de sa serviette.


Tu es de trop, toi.


D’un geste sec, je la lui retire et la laisse tomber à nos pieds. Mes doigts poursuivent leur descente à la racine de son sexe. Je les laisse se promener sur son pubis, autour de la racine, me contentant de le frôler. Une nouvelle vague de frissons déferle sur sa peau. Ma main remonte le long de son ventre et de son thorax, jusqu’à sa gorge pour continuer sur le contour de son menton. J’approche mes lèvres de son oreille.


— Nous avons notre temps, lui murmuré-je, tout notre temps.


Il me répond par un profond soupir. Ma main droite redescend le long de son torse tandis que la gauche lui caresse les fesses, l’une après l’autre. Elles sont fermes, musclées. Sa peau est si douce que j’en suis presque jalouse. Ma main droite dessine des cercles de plus en plus petits autour de sa verge qui se tend. Elle glisse sur ses testicules qu’elle titille par de petites touches avant d’en pincer délicatement la peau. Ses muscles se contractent, le faisant fléchir un peu.


Sous mes yeux, son membre se gonfle de plus en plus. Ma main s’en empare, l’enveloppant complètement. J’exerce alors une succession de pressions, progressivement plus intenses, accueillies par un grognement de plaisir. Je le sens palpiter sous mes doigts. Je m’accroupis alors devant lui, en laissant courir ma langue sur son corps jusqu’à son sexe tendu. Je le lèche lentement, étalant ma langue sur la largeur de son sexe, remontant du gland à la racine. Elle dessine des arabesques le long de son corps tendu pour venir en agacer le frein. Je le sens frémir lorsque mes lèvres s’emparent de son gland, pour le suçoter avant de coulisser le long de sa hampe. Plus mes lèvres remontent vers la racine, plus elles se resserrent pour le stimuler.


Je n’ai jamais pensé que je pourrais prendre autant de plaisir à faire une fellation. C’est tellement enivrant de contrôler la situation. D’une certaine façon, j’ai le pouvoir de le faire jouir rapidement ou de le torturer de plaisir aussi longtemps que je le souhaite. Est-ce que c’est cela que recherche Marc dans la domination ? Est-ce qu’Alexandre cherche dans la soumission le moyen de lâcher prise, de laisser à l’autre les commandes ? Les deux positions sont tellement excitantes que finalement, je ne sais pas où me situer.


Un gémissement de plaisir d’Alexandre me tire de mes réflexions : ce n’est pas le moment de philosopher sur mes désirs. Je sens son sexe palpiter sur ma langue. Après un dernier aller-retour, j’exerce une intense succion sur son gland avant de le relâcher. Alexandre manifeste sa désapprobation par un grognement de frustration. Fronçant les sourcils, je me redresse en me frottant contre lui. Je glisse ma main le long de sa gorge et lui saisis fermement le menton, le levant un peu vers moi.


— C’est moi qui décide, aujourd’hui, déclaré-je avant de l’embrasser.


Ma langue force le passage de ses lèvres et s’enfonce dans sa bouche, étouffant un gémissement naissant. De ma main libre, je lui attrape les poignets et tire dessus pour le faire s’agenouiller à mes pieds. Heureusement que je les lui ai attachés sur un barreau vertical. Le nœud coulisse doucement vers le bas alors qu’il s’exécute. Le voir à mes pieds, à genoux, les mains liées, entièrement soumis, plonger mes yeux dans son regard noisette enfiévré par le désir font naître une sorte d’ivresse au fond de mon esprit.


Ne te laisse pas emporter. Garde le contrôle !


Je m’agenouille à mon tour, sensuellement, sur ses cuisses. Son visage se plaque contre mon corps, suivant la moindre courbe. Je remonte doucement ma robe pour me permettre de m’installer sur lui, son sexe dressé, pressé contre le mien, humide et palpitant. En d’autres circonstances, je me serais empalée lentement sur lui mais pas ce soir. Je me contente d’onduler du bassin pour maintenir son excitation, sans trop l’augmenter.


— Tu me mets à la torture, me dit-il dans un souffle.

— Je sais... mais quelle douce torture, non ?


Sans lui laisser le temps de répondre, je l’embrasse à nouveau avant de me redresser. Je tire sur le curseur de ma fermeture éclair et la fais glisser tout doucement pour l’ouvrir jusqu’au nombril. Le bustier s’ouvre et offre mes seins au regard d’Alexandre, dont les lèvres s’étirent en un sourire.


— Que souhaitez-vous de moi, madame ?


Je fronce le nez : ‘madame’ me fait sentir bien vieille.


— Ne me vouvoie pas, ne m’appelle pas madame.

— Tout ce que tu voudras, Marion.

— Sois un bon garçon, et régale-toi, lui dis-je en portant mon sein à sa bouche.


Ses lèvres le saisissent sans se faire prier plus longtemps, l’aspirant avec force, comme s’il en avait été privé depuis longtemps. Une décharge de plaisir se répand dans mon corps à partir de ce petit bout de chair. J’entends le lit grincer alors qu’Alexandre tire sur son lien pour s’en défaire. Je lui attrape les cheveux pour lui faire lever le visage vers moi. Le regard qu’il me lance est émouvant : un mélange de tendresse et de désir qui me chavire le cœur. J’esquisse un sourire en lui caressant la tête.


— Pas tout de suite.


Je me penche un peu en avant pour approcher le curseur de sa bouche. Il semble comprendre mon intention car il l’attrape entre ses dents. Tandis qu’il le maintient avec force, je me redresse : la fermeture éclair de ma robe finit de s’ouvrir entièrement, lui dévoilant complétement mon corps. La robe tombe sur le sol. Je suis en train de jouer une scène incroyable : nue, au-dessus d’Alexandre, je m’apprête à lui ce que je veux. C’est vraiment grisant. J’hésite un instant : dois-je continuer à le torturer délicieusement ou doit-il me donner de plaisir avant ?


Hésitant toujours entre les deux options, je balance le poids de mon corps d’un pied sur l’autre. En-dessous, je vois le regard de mon amant rivé sur mon sexe.


— Tu as envie d’y goûter à nouveau ?

— S’il te plaît, oui.


Je me rapproche de lui, au point de coller mes jambes contre son torse et le laisse se redresser. Bientôt, sa bouche vient au contact de mes lèvres qui n’attendaient que ça. Il dépose de légers baisers sur ma peau, sur mes grandes lèvres en en dessinant les contours avec délicatesse. M’attendant à un plaisir intense, je pose mes mains sur le dernier barreau du lit pour m’y agripper en cas de besoin.


Je sens sa langue chaude et humide se frayer un chemin entre mes lèvres. Je ferme les yeux pour profiter entièrement de cette caresse pour laquelle il est si doué. Spontanément, mon bassin se met à onduler, augmentant la pression de sa langue qui glisse lentement vers mon clitoris pour y dessiner de petits cercles avant de redescendre sur mes lèvres. Je laisse mes gémissements s’échapper sans aucune retenue : nous sommes seuls, personne pour nous entendre, personne pour nous voir... juste Alexandre et moi.


Alors que je sens la pression monter dans mon bas-ventre, je m’immobilise pour la calmer : je ne veux pas jouir trop vite. Un peu d’air chaud me caresse le agréablement le clitoris. Baissant les yeux, je vois le nez d’Alexandre plaqué contre mon Mont de Vénus. Chaque fois qu’il expire, son souffle excite délicatement ma peau. Sa langue se faufile entre mes lèvres m’arrachant un cri lorsqu’elle commence son exploration. Ayant fait plusieurs fois le tour de ma vulve, il la ressort et, me léchant avec application, remonte sur mon clitoris.


— Oooh, Alex, ne t’arrête pas. Fais-moi jouir comme ça.


En guise de réponse, il aspire mon clitoris, en faisant écrire à sa langue de petits cercles autour de mon bouton. Je me sens chavirer, ivre de plaisir. Je dois m’accrocher au lit pour ne pas m’écrouler. Sa langue accentue la pression, m’amenant presqu’à l’orgasme, quand il la fait redescendre entre mes lèvres. Ma respiration est de plus en plus saccadée. Le sang bat comme un tambour à mes tempes.


— C’est toi qui me tortures maintenant, murmuré-je.

— Tu aimes, non ? Demande-t-il en relevant la tête, le menton humide de cyprine.

— Oh, oui. Ahhhh !


Il me surprend en aspirant mes petites lèvres l’une après l’autre, les mordillant avant de retourner sur mon clitoris pour le téter. C’est la caresse ultime qui vient à bout de ma résistance. Mon corps se cambre alors que de ma gorge s’échappe un long gémissement. Je sens ma liqueur s’écouler dans sa bouche, chaque contraction qu’il développe pour avaler mon nectar. Mes mains se crispent sur le barreau du lit alors que je me plaque encore plus sur sa bouche. Sa langue me pénètre encore et encore.


— Ooooh, Alex.


Mes jambes tremblent alors que mon corps est pris de spasmes. Très lentement, je me laisse glisser contre lui. Mes lèvres trempées retrouvent le contact de son membre, toujours dressé. Je ne peux pas résister à l’envie de le sentir en moi. Je me redresse un peu. Son gland vient se plaquer contre ma vulve. Contrôlant mon excitation à son apogée, je le laisse me pénétrer par à-coups, alternant contraction et relâchement de mes muscles. Regardant son visage, je le vois au supplice. Tout comme moi, il n’attend que ça. Un dernier relâchement, et me voilà à cheval sur lui, son membre profondément enfoncé en moi.


Les mains toujours agrippées au lit, je ne bouge plus, profitant de cet instant si particulier. C’est comme si le temps avait suspendu sa course, mon regard plongé dans le sien, brillant, fiévreux.


— Je suis tout à toi, me lâche-t-il. Tu peux faire de moi tout ce que tu veux.


À ses mots, mon bassin se met à onduler sur le sien, très lentement au début puis progressivement de plus en plus vite. Mes mains lâchent le barreau du lit pour s’accrocher à ses épaules. Mes muscles se contractent autour de son sexe, augmentant notre plaisir à tous les deux. Même si je le souhaitais, je ne pourrais plus m’arrêter. Nos gémissements rauques, nos bruits mouillés envahissent la chambre jusqu’à la délivrance, dans une explosion de plaisir. Ses fesses et ses cuisses se contractent brutalement alors que mon corps se tend tout aussi intensément et que mes ongles s’enfoncent dans sa peau. nos cris s’entremêlent pour rebondir sur les murs. Je suis au bord des larmes lorsque je me laisse tomber contre lui.


Nos respirations anarchiques résonnent à mes oreilles. Son sexe palpite encore en moi. mes bras l’enlacent, ma tête se pose sur son épaule. Il tourne son visage et dépose un baiser sur mon front.


— Merci, me dit-il simplement.

— Ce n’est que le début, réponds-je en lui détachant les mains.


Si j’ai une vague idée de ce que j’ai envie de lui faire, je n’ai rien programmé. Ses bras m’enlacent pour me serrer contre lui. Nous restons ainsi plusieurs minutes, profitant du parfum l’un de l’autre, savourant chaque minute de cette intimité qui ne nous est que très rarement accordée. Je profite de ce moment, me demandant si je serais capable de le prolonger.


Malheureusement, cet instant de félicité est brutalement interrompu par...


... le grognement de mon estomac.


En l’entendant, Alexandre ne peut pas s’empêcher d’éclater de rire. Par réflexe, je lui griffe les pectoraux.


— Non, mais dis-donc !

— Pardonne-moi. C’était... si inattendu. Tu as faim ?

— Moui... ça commence.

— J’ai commandé des sushis.

— Ooooh, oui, il y a longtemps que je n’en ai pas mangé.

— Livraison pour vingt heures.


Mue par la gourmandise et la faim, je me lève et attrape sa chemise sur le dossier de sa chaise. Son sexe se dégage de moi dans un léger bruit de succion. Il reprend sa serviette et la pose sur le lit avant de prendre ses vêtements. Alors que je boutonne sa chemise, baignant dans son eau de toilette, j’arrête son geste de la voix :


— Non, reste comme ça. Je veux te regarder tel que tu es.

— Très bien, me répond-il avec un sourire.


Je le laisse passer devant moi, l’admirant de tout mon saoul.

Diffuse en direct !
Regarder son live