Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 066 fois
  • 105 J'aime
  • 3 Commentaires

Joséphine et les Génies

Chapitre 1

Hétéro

Cette Histoire est la suite de "Un fantôme dans le grenier", n’hésitez pas à y jeter un œil afin de mieux comprendre et savourer ce chapitre et ceux qui viendront dans cette histoire. 


- Mhmmm… Mhmmm… Hannn… Mhmmm- Ahhh, mon amour ! Je viens ! 


Dans un grognement proche des aigus, Dorian éjacule dans le vagin de sa chérie, Joséphine. Comme d’habitude, cette dernière ne prend pas de plaisir pendant le sexe avec son compagnon. Elle a souvent essayé de parler avec son chéri, qu’elle aime de tout son cœur, mais ce dernier n’a jamais vraiment écouté la petite sorcière, trouvant qu’ils ont une bonne sexualité.


 Joséphine reste dans son lit, les bras derrière sa tête à rêvasser. Depuis quelque mois, sa vie est vraiment devenue étrange. Elle est formée par Elettra pour contrôler ses capacités magiques, sa vie avec Dorian est devenue monotone, mais cela ne dérange qu’elle alors elle ne peut pas avoir une vraie discussion avec lui. Et il y a Salazar aussi. Depuis qu’il est mort, elle n’a plus joui. Même ses doigts ne lui suffisent plus. Alors, comment entendre raison à son chéri ? Par la magie ? Non, pas ça. Cela équivoque à de la manipulation et elle n’est pas comme son ancien performant amant.


— Bébé, tu es dans ton monde ?

— Hein ?! 


Joséphine tourne la tête pour voir son bel homme lui sourire tendrement. À la vue de ce sourire, elle est toujours submergée d’amour. Mais cela ne suffit plus malheureusement et il ne peut plus compter sur ces quelques détails. Dorian est habillé, les cheveux mouillés. Il vient de revenir de la douche et Joséphine n’avait même pas remarqué qu’elle était perdue dans ses pensées depuis aussi longtemps. Une bonne quinzaine de minutes !


 - Tu vas bien ?

— Oui, oui. J’étais juste dans mes pensées…

— Ça, j’avais remarqué ! 


Il vient s’installer sur le lit et embrasse tendrement sa belle et tendre. Vu qu’elle n’a pas pris soin de se couvrir, il peut librement faire glisser ses doigts sur ses petits seins, les faire parcourir son ventre tonique qui frissonne avec ce doux contacte avant de les laisser s’aventurer sur son sexe bien taillé.


— J’espère que cette fois, c’est la bonne.

— Oui… Moi aussi... 


 Dorian fait référence à leur envie de bébé. Il essaie depuis plusieurs semaines de mettre sa chérie enceinte. Mais cette dernière continue de se protéger avec la pilule malgré qu’elle lui ait dit le contraire. Elle ne veut pas d’enfant dans ces circonstances. Elle n’est pas heureuse comme ça. Elle décide de lui parler de son mal être quand il prend la parole en premier, encore…


— Dis ma chérie, pourquoi as-tu arrêté de te lisser les cheveux ?

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Heu… Je ne sais pas. Je reste naturelle ces derniers temps. Tu n’aimes pas ?

— Je n’ai pas dit ça. Mais avant, tu voulais toujours les avoir lisses. Tu disais que cela te rendait plus sérieuse.

— Oui, c’est vrai. Mais en ce moment, j’aime bien les garder bouclées. Ça me donne un petit côté sauvage.

— Oui. Mais je te préfère avec ton côté sage et posé. 

Salazar, lui, aimait quand mes cheveux me donnaient un air de tigresse, de sauvage. Il aimait aussi me baiser sauvagement !


— J’aimerais te parler du sexe mon cœur.

— Oui ?

— Je ne prends plus autant de plaisir qu’avant…

— Tu voudrais qu’on innove ? Qu’on essaie de nouvelles positions pour pimenter notre sexualité ?

— Non, ce n’est pas un problème de routine, mais de temps.

— De temps. Je ne comprends pas…

— Et bien… Tu ne me laisses pas le temps de prendre mon pied.

— Attends… Je n’ai jamais été super endurant, mais avant, ça ne te dérangeait pas…

— Oui, bah les temps ont changé Dorian. Je n’y peux rien si j’ai besoin de plus de temps. Et puis, j’ai l’impression que tu dures moins qu’avant…

— Oui, mais enfin… Tu aimes quand même ce que l’on fait ?

— Dorian ! Cela fait six mois que je n’ai plus joui ! 


 Dorian bloque à l’écoute de ces propos. Si Joséphine a été dure, c’est qu’il ne veut pas l’écouter et toujours minimalisme le problème. Mais le plus triste dans l’histoire, c’est que quand Joséphine dit n’avoir plus joui depuis six mois, elle fait référence au dernier coup avec Salazar. Son dernier orgasme avec son homme, remonte à plus d’un an…


— Mon amour. J’ai l’impression que ton plaisir passe avant le mien… Et ça me rend triste…

— Je… Je n’avais pas remarqué… Je suis désolée. Je ferais des efforts ma Jo.


Il l’embrasse encore, avec plus de passion. Joséphine est soulagée d’avoir enfin eu une vraie discussion avec lui. Mais elle sait aussi que sa bonne volonté ne changera rien. S’il n’arrive pas à être endurant, il n’y peut rien…



L’après-midi de cette journée continue de manière différente pour les deux amoureux. Dorian est parti à son boulot, après une matinée posé pour passer du temps avec sa chérie. Cette dernière étant en ‘vacances’. Contrairement à Dorian, elle ne vit pas son travail comme une folle.

Premièrement, car elle est devenue sorcière alors sa tête à autre chose à faire, mais ensuite, car elle aime avoir beaucoup de liberté. Grâce à la magie, elle a fait croire à ses collègues qu’elle travaillait alors qu’elle restait chez elle. Pas très morale tout ça… mais la somptueuse jeunette s’en fiche.

Elle aime sa vie de sorcière et à un objectif bien en tête : Devenir une vraie sorcière accomplie ! Avoir la maîtrise de tous ses pouvoirs afin de réussir sa vie à sa manière. C’est-à-dire : en restant chez soi. Sans oublier qu’elle ne restait pas chez elle pour ne rien faire. Elle travaillait avec son ancêtre magique. La sublime Elettra.


L’air de rien, elle est revenue à son boulot la semaine dernière, afin de demander ses congés payés. Personne n’a remarqué qu’elle n’était plus ici depuis deux mois. Sa force magique a considérablement augmenté pour réaliser cela. Mais elle ne compte pas arnaquer le monde, mais là, il s’agissait d’une nécessité.


 Son entraînement avec Elettra devait se passer tous les jours, mais avec le boulot et la présence de Dorian à la maison, cela était très difficile. Mais quand elle pouvait s’entraîner, elle s’y donnait à fond. Finissant en sueur, les muscles endoloris par l’effort, de grosses migraines à cause du manque de travail quotidiennement. Pour vraiment bien réussir, elle devait avoir du temps. Et c’est ce qu’elle a eu avec cet ‘arrangement’. Mais une fois que cela sera passé, elle retournera travailler ou alors elle démissionnera afin de rester chez elle et de vivre grâce à sa magie. 

Mais si cela arrive, Dorian devra soit être ensorcelé, ce qu’elle n’aime pas trop ; soit le m’être au courant, et elle a peur de sa réaction. Mais cela n’est pas encore pour tout de suite contrairement à l’entraînement qu’elle réalise. Entraînement auquel elle ne parvint pas à être performante.


— Jo. Tu n’arrives pas à travailler aujourd’hui !

— Excuse-moi Elettra…

— Cela fait plusieurs jours que tu es moins performante. Qu’est-ce qu’il se passe ?

— C’est Dorian… souffle la belle Jo

— Je m’en doutais ma belle. Tu n’y arrives plus ?

— Je l’aime. Vraiment, je veux être sa femme pour toujours, mais s’il n’est pas capable de me faire l’amour correctement… Je n’y arrive vraiment pas Elettra. Mon manque d’orgasme me pourrit la vie. 


Pendant qu’elle parlait, Joséphine dénoue ses cheveux jusque-là maintenus en gros chignon afin laisser sa crinière humide balayer son dos. Elle retire sa brassière de sport, son shorty, se retrouvant nue comme au premier jour devant Elettra. Cette dernière regarde sa descendante et héritière en se disant qu’il s’agit là d’une somptueuse créature. Elle enfile ensuite une petite robe d’été.


— Je savais que l’après-Salazar serait difficile, mais là, ça va vraiment trop loin !

— Que veux-tu au juste. Qu’il ait un plus gros sexe ? Comme lui ?

— Le sexe de Salazar fut le plus beau de ma vie sexuelle, mais non, ce n’est pas cela le problème. Sa bite n’est pas nulle. Ce qu’il me faut, c’est de l’endurance. Il fait bien l’amour normalement, mais il est trop, trop précoce. Encore plus qu’avant !

— J’ai peut-être une solution. Enfin deux, mais la seconde est loin d’être la meilleure, mais elle sera la plus efficace…

— Tu mets du suspense là… Commençons par la première…

— D’accord. Je vais t’apprendre un sort pour rendre ton homme plus résistant.

— Ce serait super ! 


La demi-heure qui suivit fut consacrée à ce nouveau sort. Dès que Dorian franchira cette porte, il ne sera plus le même homme. Enfin, seulement au lit.


 La journée devient la soirée et Joséphine prépare ce qui va être le renouveau de leur histoire d’amour, la nouvelle étape de leur couple, la réussite de leur futur. Sur la table basse du salon, elle prépare deux verres de vin rouge ainsi que des chandelles. Quelques bougies sont entreposées dans la maison afin de l’éclairer. L’atmosphère qui règne est une atmosphère érotique, sensuelle. De son côté, Joséphine enfile un ensemble en dentelle noire magnifique, avec un string fendu pour le garder durant le coït.

Ça aurait fait bander Salazar… Enfin, il bandait tout le temps…


 Elle enfile par-dessus une robe de la même couleur que sa lingerie. La petite robe embrasse à merveille ses formes et rend son fessier rebondi à croquer ! Mais ce n’est pas tout. Sa crinière ondulée bien coiffée et son visage maquillé avec du maquillage sombre rendent le tout simplement irrésistible. Joséphine est littéralement sauvage et c’est cela qui la rend incroyablement attirante.


 La clé de Dorian s’enfonce dans la serrure, elle se tortille puis ouvre la porte. Il pose un pied dans la maison et se sent d’un coup bizarre. Comme s’il venait de bloquer pendant quelque seconde. Mais il se sent bien, vraiment bien. Il remarque alors sa maison dans l’obscurité et la lumière des flammes des bougies. Il avance pour trouver sa chérie… Ce qui le laisse sans voix.


— Bonsoir mon amour…

-…

— Tu viens prendre un verre de vin ?

-… Oui, bien sûr mon amour… 


Il vient vers elle et sa compagne lui donne son verre. Ils trinquent et boivent en même temps sans se perdre du regard. Elle récupère son verre pour le reposer, avec le sien, sur la table. Elle pousse sensuellement son homme pour qu’il se détende sur le canapé et vient l’enjamber.


— Tu es tellement différente ce soir… C’est… woah…

— Je suis contente que cela te plaise mon amour. Ce matin, tu m’as dit préférer mon côté sage à mon côté sauvage alors je me suis dit qu’il fallait que je te montre à quel point mon côté sauvage pouvait être sexy. Dit-elle en lui donnant un doux baiser avant de lui mordiller sa lèvre inférieure.

— J’admets avoir eu tort...


 Joséphine se met à l’embrasser avec passion, à pleine bouche. Tous en se roulant la pelle de leur vie, ils se caressent avec beaucoup de sensualité. Joséphine descend ensuite entre les cuisses de son homme pour s’adonner à sa pratique préférer : la fellation !

 Il y a quelque temps, elle pouvait sucer comme une folle Salazar, mais Dorian est trop sensible. Mais pas ce soir, plus ce soir. Une fois son sexe bandé sorti, elle le prend en bouche sans plus de douceur. Elle le pompe, le branle, gobe les testicules, le suce encore et encore. Elle vient ensuite se gifler le visage sous le regard décontenancé de son petit ami avant de le reprendre, mais cette fois-ci, en entier ! Une gorge profonde des plus intenses est réalisée par la jeune sorcière. Avec un petit sourire, elle savoure le fait de ne pas se faire gicler dans la gorge. L’ancien Dorian aurait joui d’un coup ! Mais avec ce sort, ce n’est plus le cas.


— Je sens que l’on va passer une soirée exceptionnelle mon amour ! 

 Elle se relève d’un coup sec, retire sa robe avec beaucoup de dextérité et vient s’empaler sur le pénis de Dorian, qui n’a rien vu venir. Il découvre vraiment la Joséphine sauvage. Et cette folle de sexe et loin de lui déplaire. Elle s’agite sur la bite de son homme, en gémissant et en l’embrassant. Ils sont en feu ce soir et la pièce pu désormais le sexe. Leur amour et leur excitation ne font plus qu’un, pour la première fois depuis longtemps, leur partie de jambes en l’air est ‘parfaite’.


— Tu aimes ma petite chatte ? Hann !

— oh oui mon cœur !

— Tu veux me dominer mon amour ? Hann

— Oh oui ! Tout ce dont tu veux mon ange !

— Viens me baiser en levrette ! Hann! Hann !


 Joséphine vient se mettre à quatre pattes à même le sol, ce qui surprend Dorian qui s’attendait à rejoindre la chambre ou à continuer sur le canapé. Après avoir repris ses idées, il enfonce sa queue dans son amour de femme qui balançait ses fesses d’impatience. Il lui prend bien la taille et lui assène des coups de boutoir. Mais cela n’est pas assez pour l’ancienne amante de Salazar.



 - Baise-moi fort !!! Allez !!! Tire-moi les cheveux !

— Tu… t’es sûr…

— Tire-moi-les, putain ! 


S’en réfléchir, il s’exécute et attrape sa chevelure pour les tirer gentiment, mais cela ne lui convient pas. La sorcière est exigeante ce soir.


— Non ! sois plus dure avec moi. Baise-moi comme une chienne ! Tire plus fort, baise plus fort !

— …

— Ah ! Ah ! Oui ! Comme çaaaaa ! Ouiii ! Ouiii ! 


 Salazar n’aurait pas manqué de saisir une occasion comme celle-là et Joséphine le sait bien. Alors elle se sent soulagée quand Dorian parvient enfin à comprendre ce qu’elle veut, mais surtout, à le lui donner. Il tire sur ses cheveux, lime sa petite chatte en serrant les dents. Et Joséphine prend son pied.


Enfin ! Oui, c’est super bon. Enfin il me baise bien ! Je vais pouvoir jouir avec mon amour, depuis le temps que j’attendais ça.

 Pour la première fois, Dorian prend des initiatives. Il se retire de son vagin et prend Joséphine par les bras pour la mettre sur la grande table. Elle est ravie et folle d’excitation qu’il se prête aussi bien au jeu. Une fois bien installé, il la pénètre d’un coup et continue de la limer en caressant sa poitrine menue. Joséphine laisse résonner sa jolie voix, et elle jouit…



Je jouis… Enfin je jouis… Mais… Je jouis… Mais c’est nul ? Mais, pourquoi ?


 Alors que les parois de son vagin se resserrent fermement autour de cette queue, alors que la jeune sorcière reçoit enfin un orgasme de la part de son homme. Elle a l’impression d’avoir un trou dans le cœur. Un manque, qui l’empêche d’être vraiment satisfaite… Perdue dans ses pensées, elle revient à la réalité quand elle sent son utérus se remplir de petites salves de sperme dans un grognement bestial de son homme.


— Putain mon amourrrrr ! C’était tellement bon ce soir !

— Oui… C’était bon…

— Après mure réflexion, ton côté sauvage est bien le meilleur. Rigole Dorian

— Je te l’avais bien dit tout à l’heure. Il fallait que je te montre. J’ai beaucoup aimé en tout cas.

— Moi aussi Jo. J’avoue que ça m’a fait bizarre quand tu m’as demandé de te tirer les cheveux et de te prendre fort, comme une chienne. Mais j’ai vraiment aimé.

— Oui, moi aussi... 

 Joséphine redescend de la table et s’enfile une nouvelle fois sa jolie petite robe. Son chéri récupère également son pantalon et ferme sa chemise tout en matant sa douce et belle femme. Il est content d’avoir réussi à la satisfaire après avoir été contrarié par la discussion de la matinée.


— On mange ? J’ai préparé des lasagnes.

— Hum, cette soirée est décidément parfaite mon cœur.


Là où il culbutait son amour sauvagement et passionnément, il déguste à présent son mets qu’elle a préparé pour lui. Ils discutent de tout et de rien, avec de la sensualité dans leurs regards. Joséphine est heureuse en cet instant présent, elle a aimé le sexe avec son copain, mais son orgasme fut différent de ce qu’elle avait l’habitude d’avoir avec le fantôme.

Mais pourquoi ce fut différent avec Dorian ? Le sexe était sympa, mais l’orgasme ne fut pas à la hauteur. Pourquoi les orgasmes de Salazar me faisaient perdre la tête, me faisait transporter vers un autre monde alors que ceux de Dorian sont… décevants ?

Diffuse en direct !
Regarder son live