Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 314 fois
  • 23 J'aime
  • 4 Commentaires

Jouer à la bonne

Chapitre 1

Travesti / Trans

Bonjour ceci est la traduction par mes soins d’un récit paru sur le site fiction mania par l’auteur :Gail Blue


Jouer à la bonne


Comparé aux les maisons du coin, celle-ci était beaucoup trop grande pour être pittoresque, mais trop charmante pour être imposante. Placer sur un très grand terrain à trois heures au nord de San Francisco, juste a coté de la Napa Valley. Bien que ce soit un long trajet pour nous, ma femme Emma et moi travaillons depuis chez nous et nous avions des arrangement pour n’avoir a se rendre a San Francisco les mêmes deux jours par semaine.


Ce n’est que par chance que nous avions été en mesure de l’acheter. La maison a été mise en vente il y a quelque mois et a trouver presque immédiatement un acheteur. Un soir, a peu prés une semaine plus tard, j’ai remarqué qu’Emma avait passée au moins une heure a regarder des photos de cette maison. Nous blaguions a propos du trajet et comme cela allé être pratique, mais maintenant qu’il y avait un acheteur, on ne pouvait plus faire pas grand chose .


Quelque semaine plus tard, Emma fit la suggestion d’aller déguster les vins de la Napa Valley, et j’ai répondu que c’était une bonne idée. Bien sur, une des exploitations qu’elle voulait visiter était a seulement un quinzaine de kilomètre de la maison et nous avons fait un détour pour faire une pause et nous l’avons vus.


Le terrain autour d’elle été désordonné en restant jolie, mais inadapté pour

culture de la vigne, et grimper le long du chemin de terre faisait comme se promener

dans un parc naturel. C’était une grande demeure de trois étages qui avait réussi a être a la fois fantaisiste et accueillante . Il y avait un panneau de vente sur le devant, et comme il semblait n’y avoir personne, nous en avons profité pour faire le tour de la maison. Le devant était en principalement en pierre avec des plantes basses qui auraient été classés comme des mauvaises herbes dans les banlieues urbaines. L’arrière avait un large patio en pierre et un jardin fleuri a coté d’un grand chêne qui lui donnait un air de colline.


Nous avons entendus un voiture approcher, et nous avons pensés qu’il été mieux de dire bonjour and d’expliquer ce que nous faisions ; Emma me mit un petit coup de coude, et dit que nous devrions dire que nous savons qu’elle était déjà vendue. La voiture s’est avéré appartenir à un agent immobilier du nom de Betty. Elles était d’origine asiatique,la trentaine, carré mais pas en surpoids.


Elle nous expliqua que le nouvel acheteur n’avait pas obtenu son prêt et que le propriétaire été pressé de vendre car il déménageait a Londres et avait besoin d’argent pour réserver une maison là bas. Quand nous avons expliqués que nous étions intéressés par la maison et dit que nous étions pas sûr de le pouvoir, elle nous invita pour diner.


Quelques semaine plus tard, la maison était a nous. Il y eu quelque souci, comme internet qui n’était pas viable, mais nous avons un ami fou de technologie à San Francisco qui nous proposa d’avoir internet par ondes radio. Ça marche assez bien.


Une partie de la maison était pré meublé comme si l’ancien propriétaire été antiquaire. Aucun des meubles fournit n’avez une grande valeur, et la plupart d’entre eux été un peu abimé par endroit, mais ils rajoutaient un charme à la maison. La plupart des pièces des étages était vide, et nous décidâmes de faire nos bureaux ici. Comme la maison était beaucoup plus grande que notre appartement, c’était comme si nous avions transplanter notre ancien logement dans ces quelques pièces et que nous visitions le reste tel un hôtel ou un musée.


J’étais juste en train de sortir quelque affaire des cartons quand Emma débarqua dans la pièce. Son expression était comme celle d’une enfant devant l’arbre de noël.


« Hé Jules, devine ce que j’ai trouvée ? » me demanda t elle. Mon prénom est Julian.


« Je sais pas, un coffre plein d’or »


« Non » elle dit en souriant et en remuant sa tête ;


« Un corps?! »


Elle souffla « Non, soit sérieux »


« Je sais pas, c’est comme si le prix de la maison était trop bon pour être vrai. Il doit y avoir un problème quelque part. »


« Ok, laisse moi te montrer »


Emma me prit par la main et me tira vers le bout du couloir et dans notre chambre.


« Tu vois quelque chose ?»


« En dehors de la plus jolie fille dans le monde ? ...non » j’essaie de placer un compliment quand je le peux.


Emma rougi et sorti une lampe torche de sa poche et pointa avec le plafond. Il y avait un petit anneau en métal.


« Regarde ça » elle prit un longue perche en bois avec un crochet au bout et comme sorti de nul part un escalier descendit du plafond. « Tu as seulement vu la moitié du grenier »


Nous avons montés les escaliers et Emma alluma la lumière. Cette partie du grenier était a moitié fini par un solide plancher de planche, quelque chaise et un grand miroir contre un porte donnant sur un autre pièce. Elle ouvrit celle ci et découvrit ce qui devait être le plus grand dressing du monde.


La pièce sentait le cèdre surement pour garder éloignés les mites et contenait quatre portant de 3 m de long rempli de cintre. Sur chaque cintre une house avec un morceau de cèdre accroché au dessus et un coté en plastique transparent fait pour voir à l’intérieur. Les houses était toutes remplies de tenues extravagantes de femme.


« Ouah, chérie tu as tout un magasin là »


Son visage se transforma en sourire « Je sais ! Je me demande pourquoi ils ont laissés tout ça ici ? On dirait qu’il y en a pour une fortune »


« Peut être qu’elle a grossi et que plus rien ne lui allait. »


Le sourire d’Emma disparu et elle parut soucieuse « oh, j’espère que quelque chose va m’aller »


Je leva mes épaules « Essaye quelque chose et vois si ça te va »


Emma fit quelque pas vers le premier portant et tourna la tête de chaque coté . Elle attrapa une house et me poussa vers la pièce avec le miroir. Je ne l’avais jamais vu aussi pressée.


La house contenait une robe rouge fantaisiste dans le style western/saloon. C’était le type de robe que portait les filles de joie dans les vieux western. Elle se pressa avec excitations pour l’enfiler, et je l’aidait avec la fermeture au dos.


Elle se regarda dans le miroir pour s’admirer et fit un petit signe de tête puis réfléchi et dit «  Bon c’est pas parfait mais c’est pas trop trop mauvais, peut être juste une taille ou deux trop grand pour moi. C’est comme si j’essayais les vêtements de ma grande sœur »


« On dirait que c’est à ma taille »


« Ouais, je pense que ça t’irait . Ça aurait était trop beau pour être parfait, mais il vaut mieux un peu trop grand que trop petit »


Emma resta là le reste de la journée a essayer des vêtements. Je remontait de temps en temps pour voir ce qu’elle faisait et elle me disait juste quelque minutes de plus et me demandait de l’aider a enfiler une tenue.


« Tu sais chérie, il est huit heure. Je pense que tu as officiellement ratée l’heure du diner en essayage »


« Vraiment il est déjà si tard » elle avait une expression de surprise sur son visage


« Il seront toujours la demain . Qu’est ce qu’il y a avec toi et les essayage »


« Hé ben … c’est sacrément amusant. Tu ne t’est jamais amusé à te déguiser quand tu était enfant ? Tu sais essayer les affaire de ton père »


« Seulement quand je devais aller à des funérailles »


« Oh, que c’est triste. Tout de même, je pense que je me suis laissée un peu aller. Un peu comme toi et les jeux vidéo parfois »


« Je vois ça, juste un niveau de plus c’est ça »


Je l’ai vu regarder en l’air et penser un seconde « Tu sais ce que nous devrions essayer ? Juste de mélanger un peu tout ... »


« Non c’est quoi encore ça ? »


« Tu devrais essayer quelque chose »


Je fit un pas en arrière et ne dit rien .


« Mon dieu, désolé chéri. Je pensais pas que tu le prendrait comme ça. C’est juste des vêtements. Je pensais que l’on pourrait s’amuser un peu. »


« Peut être...Qu’est ce que tu as en tête ? »


Elle me tapota les fesses «C’est une bonne fille, attend une seconde que je trouve quelque chose »


« Super... » J’ai pensais courir en bas des escaliers pendant qu’elle était dans le dressing. Quelque minute plus tard elle émergea avec quelque chose de long et noir.


« J’ai trouvée ça. Sa semble victorien ou dans le genre. Un peu solennelle et formel, ça devrait pas être trop embarrassant. »


« On dirait que je peux porter ça pour des funérailles. » La robe était longue noir avec un col, et beaucoup de dentelles. Elle était droite, et ne semblait pas avoir une forme trop féminine. D’une étrange manière, elle me faisait penser a une robe de prêtre.


« Bien sur pourquoi pas ? Maintenant déshabille toi » elle montra de manière autoritaire mon pantalon.


Ce n’a pas été trop compliqué. J’ai juste retiré mes affaires et j’ai glissé dans cette chose sans trop y réfléchir. Emma guida mes bras dans les manches, ajusta le jupon, et commença a remonter la fermeture dans le dos. Jamais personne m’avait fait ça avant, et ce fut bizarre de penser que j’aurais beaucoup de mal a retirer cette robe sans son aide.


Elle attrapa l’arrière de ma queue de cheval quel défie, et joua avec mes cheveux quelques secondes avant de me tourner vers le miroir.


« Hum, J’ai l’air bizarre »


« Je dirai qu’une chose, la robe te vas bien. Excepter pour la poitrine. Tu n’en as pas. Tu est peut être un peu trop épais pour elle, mais juste un peu. »


« C’est drôle. Je déteste dire ça, mais c’est comme si ça me va. Non pas que je ressemble à un femme ou quoi que ce soit. »


« Comme un vraiment joli garçon dans une robe. Ton visage semble aller bien avec. Tu me ferais une faveur ? »


« Quoi ? »


« Descend à la salle de bain et rase toi de très près. »


Alors que je descendais les escaliers pour me raser, je remarquais comment la robe bougeait et volait autour de moi. La jupe était serrée et je ne pouvais faire un pas entier jusqu’à ce que je releva la jupe de la façon que j’avais vu les filles faire. Je m’aperçus ainsi dans le miroir du couloir et gloussa.


Dans la salle de bains, je me nettoya le visage et repassa le rasoir électrique, puis trouva mon rasoir à main, et re rasa encore jusqu’à ce que ma peau soi toute lisse au toucher. Je n’avais pas beaucoup de barbe, et me raser de cette façon fit presque disparaître l’ombre de ma barbe. Puis je remonta ma robe et retourna au grenier.


Emma m’attendait.


« Oh oui, c’est beaucoup mieux. La barbe et une robe ne vont pas ensemble. »


« Mais, j’aime bien un peu de moustache chez une femme. C’est mignon. » Plaisantais je


« Sérieusement, c’est intéressant de te voir comme ça. Ça me fait penser à pourquoi est qu’ils ne laissent pas les garçons mettre des robes tout le temps. »


« Tu pense que je ressemble à une femme ? »


« En quelque sorte, mais je continu de te voir comme un garçon. Peut être que je suis juste partial parce que je te connais. Tu as vraiment un visage pour ça ; ça marche dans tout les cas. » dit elle en remettant une de mes mèche sur le coté.


« Bon on ferait mieux de nettoyer et de diner. »


« Tu n’a pas déjà mangé ? »


« Non, je t’attendais. »


« Oh, que c’est gentil. Laisse moi te regarder une dernière fois et allons y. » Elle mit son bras autour de ma taille, serra nos hanche ensemble, et nous regarda dans le miroir. Je paraissais inconfortable mais Emma avait une expression sereine et joyeuse . Puis nous retirâmes nos robes et descendîmes manger.


Emma commença à se déguiser un peu tout les jours. Après quoi, elle se maquillait et descendait et trainait dans n’importe quel fantastique costume qu’elle portait. Il y avait un grand nombre de style différent même si le thème récurant était une sorte de faux style dix-neuvièmes siècle ou un peu moins.


On travaillait a San Francisco les mercredi et jeudi et passions le reste de la semaine a travailler à la maison. Emma était excitée de se déguiser environ une heure après être arrivé a la maison. Une semaine, elle m’attrapa par le bras et m’amena dans le grenier.


« Ça va prendre juste une seconde. Je veux essayer quelque chose. »


« Moi en robe ? »


« Hé ben oui, mais juste une seconde. Je pensais à comment tu était et veux essayer quelque chose. »


« Qu’est ce que tu as en tête ? »


« C’est juste que tu ne remplissais pas la robe comme il faut. Je veux faire un autre essai avec quelque arrangements. »


« Arrangements ? »


Emma me donna un soutien gorges noir en dentelle, et le passa autour de ma poitrine. Elle rempli les balconnets avec des sac de graines pour leur donner le poids de vrai seins et régla les bretelles. Après elle sortie une paire de mocassins et me les mit après la robe.


« Regarde comme c’est mieux »


« Ouais, mais c’est bizarre de me voir avec de la poitrine. Je pense que la robe va mieux. »


« Et les chaussures paraissent mieux que pied nus. »


« C’est comme si quelqu’un avait photoshopé ma tête sur un autre corps. »


« Allons essayer d’autres robes. » Elle me fit mettre la robe rouge style western qu’elle avait essayée initialement. Elle avait un décolleté et on voyait mon soutien-gorges. En tout cas, c’était un robe plus courte, et on voyais mes jambes poilus.


« Mes jambes paraissent vraiment poilus. »


« Oui, pourquoi pas les raser ? » demanda Emma en relevant son sourcil


« Ça commence a devenir étrange. »


« Ça va être marrant. Je t’aide. »


La maison avait un baignoire a l’ancienne. Elle était large et reposer sur quatre pieds. Emma rentra dedans avec moi et m’aida à me raser les jambes. J’allais sortir quand elle m’attrapa par l’arrière et rasa le reste de mes poils expliquant « pourquoi pas ? Faisons tout d’une fois. »


Nous retournâmes à la chambre, et j’essayais la robe encore une fois.


« Maintenant tu as l’air sexy. Mon dieu ! Regarde moi ces jambes. »


« Elles grattent un peu. »


« Oh oui, tu as surement besoin d’une crème pour ça. » Emma s’agenouilla devant moi et m’applique une lotion sur mes jambes. Elle dut aller sous ma jupe pour faire ça et quand elle arriva a mes partie nous étions tous les deux haletant. Elle me guida sur le lit, et nous fîmes l’amour avec Emma au dessus et moi toujours en robe. Je m’endormis un peu pour être réveillé gentiment par Emma.


« Qu’est ce que tu pense de ça ? »


« Pourquoi est ce que tu m’aime autant que ça en jupe ? »


« Je sais pas, c’est quelque chose de nouveau. C’est amusant de jouer avec toi comme avec une poupée. »


« Tu me transforme en ton travestie personnel n’est ce pas ? »


« Tu parais aimer ça. C’est pas comme si c’était un style de vie. Juste quelque chose a essayer. C’est pas comme si quelque pouvait te voir ici n’est ce pas ? Je suis sur que nous allons nous en lasser et passer a autre chose, mais tu sais ce que l’on dit a propos des regrets ? » Emma commençais a jouer avec le bord de ma jupe.


« Ça vient avec les dentelles ? »


Elle fit courir ses mains le longs de mes jambes et doucement attrapa mes orteils, « Tu regrette ce que tu fait pas, pas ce que tu fait. »


On refit l’amour et je m’endormis en robe.


* * *


Un samedi, je revenais de faire des courses en ville, et quand j’arrivas je trouvas une femme dans une robe de satin noir avec des ornements blancs nettoyant la maison. En regardant de plus près, j’ai vu que c’était Emma. Elle portait même une coiffe de bonne et portait des bas avec des petits nœuds a l’arrière. La robe elle même était au niveau des genoux avec des manches longues. C’était frivole et sexy, mais ce n’était pas de la lingerie et semblait pouvoir être porté confortablement toute la journée.


« Quand avons nous pris un bonne ? »


Emma sourit. « J’ai trouvée cet uniforme il y a une heure. Ca semblait rendre le ménage plus...intéressant. »


« Tu t’amuse au moins ? »


« C’est embarrassant, mais à chaque fois que je m’aperçois dans le miroir ça m’excite un peu. »


« Bon, je vais certainement aimer ça. Sent toi libre de porter ça quand tu veux. Je me sent coupable de pas demander, tu as besoin d’aide ? »


« C’est gentils. Non, mais pourquoi tu n’irait pas préparer le diner. En plus je t’ai laissée quelque chose dans la chambre. »


« Oh, vraiment ? »


Je l’aurai parié, mais trouver un costume de bonne étendu pour moi sur le lit me surpris. Je rougis d’embarras, mais j’étais excité. Emma avait un petite note qui disait ’’juste pour s’amuser, prend le temps de découvrir ’’ et avait dessinée un petit cœur sous le mots avec un baiser au rouge a lèvres au milieu.


La robe ressemblait à celle d’Emma sans être exactement pareil. Je commençais avec les sous vêtements, mettant le soutien-gorges et un porte jarretelles en dentelles blanches. Les bas était une nouvelle expérience, mais je les déroula sur mes jambes, comme j’avais vu Emma faire ; et je les attacha au porte jarretelles. L’uniforme était en deux pièces : une robe noir en base et un tablier en dentelles blanches. Heureusement la robe ne se boutonnait pas derrière, donc je n’ai pas eu besoin d’aide pour ça, mais j’ai eu quelque difficulté avec le tablier, essayant de le nouer derrière moi.

Je sentis une sueur froide me remonter le long du dos quand je mis la coiffe, suivi par une sensation de chaleur qui m’ envahi. Je mit mes mocassins et descendit me montrer à Emma.


Elle plissa les yeux, mais ne dit rien. A la place, elle prit une minute pour remettre en place mes bas et refaire le nœud de mon tablier jusqu’à ce qu’il soit parfait. Puis elle recula.


« Regarde toi ! »


« Tu aime ça ? »


« Tu est parfait ! Merci beaucoup pour avoir mit ça. Tu n’étais pas obligé. Nous ressemblons a des servantes dans une propriétés. »


« C’est la chose la plus étrange que j’ai jamais faite. »


« Allons, étrange mais marrant. Dans tout les cas, pourquoi ne pas commencer à la cuisine. Je dois juste finir de faire le sol. »


C’était difficile de cuisiner sans faire attention à ce que je portais. Les bas tiraient gentiment sur mes jambes dés que je marchais. Emma fini et je l’entendit monter prendre une douche rapide. Quelque minute plus tard, elle redescendit portant un léger peignoir rose.


« J’ai fini mes corvées, et donc je pensai que je pouvais juste descendre prendre une pause et te regarder travailler un peu. »


« Me regarder travailler ? »


« Hé ben, ouais. Tu est tellement mignon » dit elle caressant le coté de sa poitrine. « Comme ça je peux prétendre être une riche lady avec un bonne et tout . »


« C’était ton plan depuis le début n’est ce pas ? »


« Peut être... » dit elle passant son doigt juste sous ses lèvres .


On ne pris pas ça trop au sérieux, mais elle me garda en robe de soubrette jusqu’à que l’on aillent au lit . Elle faisait référence a elle même par Madame, utilisant la troisième personne, jusqu’à ce que je commence a l’appeler Madame aussi.


  * * *

La semaine d’après, en rentrant de San Francisco, Emma avait un paquet.


« Qu’est ce que c’est ? »


« Tu verras. » c’est tout ce qu’elle dit jusqu’à que l’on soient a la maison.


Une fois arrivés, elle m’entraina dans la chambre.


« Chéri, souviens toi quand nous avions cette vraiment mignonne bonne la semaine dernière ? »


Je roulais mes yeux. « Oui, qu’est ce que Madame veut cette fois ? »


« Je pensai juste, nous nous amusons tout les deux, pourquoi pas aller un peu plus loin...C’est excitant. »


Elle ouvra le paquet. Au début je n’ai pas réalisé ce que je regardais, mais j’ai vu du maquillage et ce qui ressemblais à de faux seins.


« Ce n’est pas un peu trop. »


« C’est le cas n’est ce pas ? Nous rigolions a propos de devenir un travesti mais je pense que nous savons tout les deux où ça va nous mener et je pense que nous aimons tout les deux cette idée. Dans tout les cas est ce que tu voudrait essayer d’aller un peu plus loin ? » il y avait comme un sourire diabolique sur ses lèvres.


« Est ce que ça fait de moi un gay ? »


« Pas nécessairement, mais ça fait de toi ma petite soubrette n’est ce pas ? » Elle me regarda avec ses yeux de chiens battu. « Tu aime ça n’est ce pas ? Maintenant va te raser. »


Encore un fois, je retournais vers la salle de bains et rasais tout mon corps. Emma m’attendait quand je suis sorti, tenant la pair de faux seins. Elle vaporisa un adhésif dessus et me les colla. Elle tira les coté de ma poitrine pour former un décolleté et combla le reste des balconnets avec du silicone. Après quelque minutes de séchage, elle me fit sauter pour être sur qu’ils aient bien adhéré. Honnêtement, je pensais pas pouvoir les retirer si je le voulais, mais elle me rassura en disant que la colle partirait dans la nuit.


On me mit les bas et le porte jarretelles, mais cette fois Emma fit en sorte d’être sur que j’avais bien compris comment les mettre.


Ensuite elle me fit mettre un culotte rembourrée qui faisait ressortir mes fesses. elle offrait un rembourrage de plus et curieusement confortable quand je m’asseyais.


Après je mit la robe, Emma m’aida en me montrant comment nouer le tablier par moi même. Nous n’avions pas encore mit la coiffe qu’a la place elle m’amena dans la salle de bain où elle commença mon maquillage. En premier une couche de fond de teint liquide puis du blush et de la poudre.


« Je mourrais d’envie de te voir comme ça. » elle sourit. « Il n’y a même plus une trace de barbe, et ton visage paraît vraiment lisse. »


Elle commença par m’expliquer tout ce qu’elle faisait et essaya de garder un maquillage simple pour mes yeux pour que je puisse le refaire si je voulais, mais elle craqua et y appliqua tout, poudre, liner et mascara.


Elle sortie une petite bouteille rouge.


« Qu’est ce que c’est ? » demandais je


« C’est pour du rouge à lèvres. »


«  Je n’ai jamais vu du rouge a lèvre comme ça avant. »


« Oh, j’ai pris ça pour que tu n’est pas a te soucier de le voir partir. »


« Est ce permanent ? »


« Se serait bien? C’est juste du longue tenue. Tu devra utiliser du savon si tu veux le retirer. »


Elle me montra comment mettre mes lèvres et passa l’applicateur dessus. Quand elle eu fini, elles était d’un profond rouge bordeaux.


Elle colla de faux ongles sur les miens et les vernis de la même couleur.


« Oh. Je viens juste d’avoir une idée. Nous aurions du faire ça au départ, mais c’est ok. » Emma attrapa son fer à cheveux et commença a travailler mes cheveux. Quelque minute pus tard, ils flottaient doucement .


Je passais une paire de chaussure noir et Emma m’amena devant un grand miroir. Le changement était incroyable.


« Je n’y crois pas de paraître aussi sexy. »


« Tu t’excite tout seul ? »


« Un peu. Je fais une sacrément sexy soubrette . »


« Non pas encore... » Emma se tourna vers moi et plaça la coiffe sur mes cheveux et la serra fermement. « Ca y est, tu est maintenant la sexy soubrette de Madame, Julie. »


« Tu ne vas pas être une soubrette aussi ? »


« Ha tu espérais ! Mais depuis que tu est devenu une bonne petite bonne tu peux aider Madame a s’habiller en attendant de faire tes corvées. »


  * * *


Nous rentrâmes dans un rythme où je m’habillais et devenait Julie au moins une fois par semaine. Il m’étais difficile de l’être plus de deux fois par semaine a cause du rush dû au rasage. Emma n’a jamais trouvée comment l’évitée et semblait souvent à cours de solutions quand je le mentionnais. Jusqu’à ce que pour notre anniversaire elle m’offrit une petite surprise.


J’ouvris l’enveloppe rose a coté de la cheminée du salon. « C’est un bon pour une épilation ? »


« Hé bien, tu sais tu te plains toujours à cause du rasage. J’ai entendu dire que tu pouvais les traiter au laser et en une ou deux fois ils arrêtent de pousser, regarde juste un peu la brochure pour voir si tu aimes ça. »


Nous partîmes un jour plus tôt pour San Francisco pour que je puisse aller à la clinique. Toute la procédure ne prenait pas plus d’une heure et demi, et me laissa la peau rouge et rugueuse. Je ne devais y retourner qu’une semaine plus tard, et mes poils partir, mais quand j’eus fini mon corps était lisse et doux comme celui d’une femme.


Après le second traitement, Emma avait une autre surprise pour moi. Quand nous sommes rentrés elle me montra une penderie remplie avec sept uniformes de bonne chacun dans un style et une couleur différentes.


Je restais là en silence, mais Emma me tapota du coude et dit, « Jolie, astucieux hum ? Un pour chaque jour de la semaine. Je pensais maintenant que tu n’a plus besoin de te raser peut être que tu pourrais rester Julie un peu plus, juste pour s’amuser. »



« Je ne sais pas quoi dire, c’est un peu irrésistible. »


« Dit juste oui ! Pense à ça comme un jeu, un challenge de voir combien de temps tu peux rester Julie. Qu’est ce que tu en pense ? »


« Comment ça marche ? »


« Tu sais, comme si tu jouais un rôle. Juste agis le plus possible comme ma bonne comme tu peux aussi longtemps que tu peux , et j’essayerais et agirais comme la maitresse de maison, renforçant la discipline et tout ça. Juste pour voir si on peux le rester, pour le fun. »


« A l’entendre, ça à l’air fun...mais je sais pas. Être Julie est un peu humiliant. »


« Oh, allons nous savons tout les deux que tu aime ça. »


« Peut être sexuellement oui... »


« Qu’est ce qui ne va pas avec ça ? » elle caresse mes fesses. « Est ce qu’avoir une semaine ou deux de jeux sexuel te dérange tans que ça ? »


« Une semaine ou deux ? »


« Oui ! Prenons la prochaine semaine en vacance, ou trouvons juste une excuse pour rester travailler à la maison. Ca pourrait durer aussi longtemps que ça. »


« Et si ça dure plus longtemps que ça ? »


« Oh ça serait pas mal ?’ » dit Emma en regardant ses ongles. « Actuellement, je suis un peu curieuse. »


« Comment ça curieuse ? »


« C’est juste que ça a été tellement facile de rentrer dans ces rôles. Je me demandais si nous pouvons nous habituer à eux, si nous pouvions nous sentir plus naturel... »


« Tu pense que je me sens naturel en étant ta bonne ? »


« Ne me fais pas rêver, mais je sens que nous pouvons aller dans ce sens. Et si on garde l’esprit ouvert et essayons de nous amuser, nous pouvons nous y accoutumer. Dés que l’un de nous ne s’amuse plus on peut arrêter. Regarde juste ça comme un sexy petite expérimentation. »


« Je veux bien tester, juste pour le fun, mais ça va être tout un changement de passer de mari à soubrette. »


« Je sais ! Et si nous décidons de vivre de cette manière qui pourrait nous en empêcher ? » dit elle en passant sa langue sur ses lèvres.


Elle m’aida à m’habiller. Elle passa la plupart de la semaine habillée comme une châtelaine dans toutes sorte de tenue. Un jour elle mit une tenue de cavalière. Tout les jours nous commencions avec moi qui m’habiller suivi par une inspection, et je l’aidais à s’habiller et je descendais préparer le petit déjeuner.


Mes corvées de bonne n’étaient pas trop difficile et ressemblait plus a un jeu qu’à autre chose. A chaque fois que je passais devant un miroir, je rigolais au début mais je me trouvais moi même enchanté par ma propre image. Si je n’essayais pas de voir un homme je n’en voyais pas du tout. Je continuais à faire mon travail à distance, bien que toujours en robe et talons. Emma m’aidait en me montrant comment agir de manière plus féminine, marcher avec les jambes serrées et remuer mes fesses, parler plus doucement et juste généralement être plus féminine et obéissante. A quelque occasions je dus téléphoner au travail et utiliser ma voie normal, aussitôt que je raccrochais nous éclations de rire.


Emma jouait à être de plus en plus demandante et autoritaire. Elle n’était jamais méchante ou cruel mais pendant que je faisais mes corvées elle prenait un air hautins avec moi, ce qui nous honnêtement nous excitaient tous les deux.


Bien évidemment le jeu fini lorsque l’on dut retourner à San Francisco pour le travail. Ce fut un voyage en voiture silencieux au début, mais Emma commença .


« Bon Jules. Je pensais a propos de notre petit jeu, et en regardant sur internet je pense que l’on a développés un mignon petit coté fétichiste. »


« Je dirai que c’est une saine supposition. » Ce fut dur pour moi de ne pas finir cette phrase par ’Madame’.


« Bien, j’espérais...J’ai vu qu’il y avait quelque club fétichiste en centre ville et je pensai, si tu est d’accord avec ça, nous aurions put en essayer un. Tu sais juste pour voir à quoi ça ressemble. »


« Tu veux que je sorte en Julie ? » Demandais je nerveusement.


« Je pense que nous serions plus à l’aise si nous allions à ce club en tant que Madame et bonne. Restons jusqu’à vendredi, essayons de s’habiller, et d’aller devant un club et nous verrons selon l’ambiance. Si on se décide à y rentrer, sinon nous aurons qu’à rentrer à la maison. »


« Est ce que nous avons nos habits avec nous ? »


Elle caressa mon genou. « oh je les aient mit dans nos bagages. »


On resta dans un hôtel différent qu’a l’accoutumé et avant de le quitter nous nous préparâmes. Emma m’avait pris un uniforme de soubrette en satin noir et pour elle une robe victorienne du même type. Je me faufilais jusqu’à la voiture et Emma allât payer l’hôtel.


Nous avons fini par conduire devant un club appelé ’’ Bondage Bizarre*’’ et nous garâmes en double file pour quelque instant, a regarder les gens qui entraient dans ce club. La plupart d’entre eux étaient habillés de vinyle noir et brillant ou de latex, et après avoir vu plusieurs travesti rentrer, je donna mon accord pour sortir de la voiture.


J’étais conscient que les gens me regardaient de partout, mais tout le monde semblaient approuver.


« Sérieusement chéri, je doute que beaucoup de ces gens sachent que tu est un homme. » Emma susurra à mon oreille. « Je devrais faire faire cela à ma bonne, mais je vais aller nous chercher des verres. Attend ici. »


Emma disparut dans la foule et en émergea quelques minutes plus tard avec deux gin tonic et deux filles habillées de latex. L’une d’entre elle portait un bâillon.


« Sandra et kim voici Julie, ma bonne. Julie voici Sandra et Kim. » Kim étant celle qui était bâillonnée.


« Bonsoir Julie, heureuse de te rencontrer. Voici mon animal de compagnie, Kim. » dit Sandra et se tourna vers Emma pour discuter.


« Ça fait longtemps que vous êtes ensemble ? »


« Oh, j’ai commençais à voir Julie il y a un peu plus d’un mois, mais ça n’est devenu régulier que depuis quelques semaines. »


« Régulier ? »


« Oui, nous habitons un peu ensemble maintenant. »


« Je vois une alliance ; est ce que votre mari participe ? »


« Oh ça c’est marrant. Julie est ce qui reste de mon mari Julian. »


Les yeux de Sandra s’ouvrir en grand, et me regarda plus attentivement. « Et bien, vous avez fait un travail merveilleux je n’aurai jamais sus que c’était un homme si tu me l’aurais pas dit. »


« Oui, elle a un vraiment bon visage pour ça. Ce qui le plus amusant, c’est qu’aucun de nous n’a été dans les trucs de domination avant. On a juste commencées il y a un mois de cela, mais elle a l’air de vraiment apprécier. N’est ce pas chérie ? »


J’ai été surpris que ce soit a mon tour de parler. Je réfléchis a ce qui été appropriée de dire pour une bonne, « Oh oui Madame, c’est très amusant. »


« oh, que c’est mignon. »


Sandra demanda, « Comment est ce que tu l’entraine ? »


« Hé bien, elle l’est devenu comme ça. Ça a commencé par un jeu et a évolué jusque là. »


« Amusant comment les chose se font. » Sandra caressa Kim sur la tête. Kim se frottait contre ses jambes et commençait a ronronner.


Emma parla avec Sandra pendant une heure ou plus et lui parla d’un groupe de fétichiste qui se regroupait tout les quinze jours. Emma lui parla de notre maison et leur proposa de venir parfois. Elles finirent toutes très alcoolisées, et je finis ma soirée en ramenant tout le monde.


* * *


Le jour suivant, je me demandais si je devais redevenir Julie ou pas, après notre pause à San Francisco. La réponse fut simple quand je découvris que toutes mes affaire de garçon avaient disparus et qu’une petite note disait ’ demande si tu les veux de retour, Maintenant habille toi et prépare le petit déjeuner.’


Je trouva un nouvel uniforme dans l’armoire, il était en en vinyle et ne résista que quelque seconde avant de le mettre. Emma était en bas habillé d’un robe longue en latex.


« Je suis contente que tu aimes ton nouvelle uniforme. J’ai fais quelques emplettes au club. »


« Oui Madame. C’est magnifique. »


« Devine quoi ? »


« Quoi ? »


« Sandra et Kim viennent nous voir le prochain week-end. Je les ai invitées et elles ont acceptées. »


J’étais un peu perturbée qu’elle ne m’est consultée avant, mais je le garda pour moi même. Je supposa que c’était une partie du jeu. « Oui Madame. Avez vous besoin d’autre chose ? »


« Prépare juste la chambre d’amis dans quelque jours. Mais de suite tu viens là et fait briller ma robe. Il y a de quoi sur le comptoir. »


* * *


Le vendredi nous étions tout les deux dans nos costume attendant que les filles arrivent. Je portais mon uniforme bleu et Emma portait sa tenue de cavalière avec un veste de velours rouge, un pantalon blanc et des bottes remontant au genoux.


Les fille arrivèrent sans leur costume. Elles s’excusèrent en expliquant que c’était plus confortable pour voyager ainsi. Kim ressemblait a une goths en sweat, et elles décidèrent de ne se préparer que le lendemain. Je jouais à la bonne et leur servi à diner. Kim me regarder comme si elle ne croyait pas à ce que je faisait. Elle suggéra plusieurs fois qu’Emma me fassent signer un contrat de travail, mais Emma ne semblait pas emballée par l’idée.


Le jour suivant Sandra sortit de la chambre dans une combinaison en cuir, et Kim a quatre pattes habillée avec une combinaison de chat en vinyle rose. Elle portait de petite mitaine en forme de patte qui l’empêchait de se servir de ses doigts, quelque chose dans sa bouche qui l’empêchait de parler et des attache autour de ses jambes qui l’empêchait de se lever, et un collier autour de son coup avec une laisse qui était tenue par Sandra.


Je les invitée à prendre leurs petit déjeuner, et Sandra me demanda un bol de lait pour Kim.


Emma jubila quand elle vu Kim. « Elle a l’air totalement différente en chat. »


Sandra répliqua, « Oui, je pense qu’elle pas heureuse en humain, elle aime être un chat. Ça lui va bien. » Sandra se pencha et gratta en jouant le cou de Kim. « C’est bien, c’est ma petite chatte, n’est ce pas que tu aime être un chat, oui tu aimes. »


« Je pense que c’est un peu la même chose avec Julian et Julie. Comprend bien que j’aime Julian, mais Julie adore être ma bonne. N’est ce pas Julie ? C’est ok tu parler. »


« Oh, Je continus de voir ça comme un jeu, et c’est embarrassant mais j’aime ça, et c’est vraiment excitant. »


Sandra me demanda si je pouvais faire faire une promenade à Kim, ce que je fit. Ce fut un expérience étrange mais aucun de nous sorti de son rôle. Je n’avais pas pensais à ça, mais généralement on ne promène pas un chat. En tout cas, Kim avait l’air d’apprécier ça.


Emma raconta l’histoire des vêtements du grenier, nous sommes allées y jeter un coup d’œil. Sandra essayât quelque vêtements, mais il ne semblaient ne pas lui aller, sa poitrine était trop grosse et sa taille trop fine. Les vêtements aller aussi bien à Kim qu’à moi.


Sandra eut l’idée d’habiller Kim en soubrette, ce que nous fîmes, même si Kim paraissait préférée rester un chat. Elle était lunatique et un peu frustrée, mais aida à la cuisine, et nous fîmes un grand diner ce soir là suivi par quelque verres et Emma fini un peu grisée.


« Oh j’ai une idée ! » Emma s’exclama en me regardant.


« Quoi donc ? » Demanda Sandra.


« Je pensais que puisque les uniformes de Julie vont si bien a Kim et bien peut être que le costume de chat de Kim pourrais aller a Julie ? »


« Je sais pas, ce costume est un peu personnel . Nous devons demander a Kim... »


« Actuellement, j’aimerais bien voir ça » répliqua Kim


Emma se tourna vers moi.


« Alors Jules, veux tu devenir ma petite chatte ? »


Je rougis.  «  Je sais pas. »


« Allons, juste pour voir comment ça te va ? »


Kim nettoya et poudra l’intérieur du costume et m’aida à rentrer dans la base du costume une combinaison en PVC rose avec le ventre blanc. CA semblait un peu trop serré à l’entre jambes, mais Emma m’aida à mettre mon sexe en arrière, et ferma la fermeture éclair dans le dos. Elle accrocha un petit cadenas qui joignait la fermeture à la base du cou.


« Qu’est ce que c’est amusant ! » s’exclama Emma.


Ensuite Kim montra à Emma comment mettre les mitaines sur mes mains. Elles étaient serrées et m’obligeais à bouger tout mes doigt comme un seul de façon à se que je ne puisse pas vraiment attraper quoi que ce soit. Deux petits cadenas les sécurisait en place. Les oreilles se mettaient de la même manière que mes coiffes de bonnes. Elle furent aussi cadenassées en place, mais laissaient mes cheveux libre dans le dos.


« Comment tu te sens ? »


« C’est vraiment serré. »


« Mais c’est vraiment mignon. » Emma me tapota la tête, me fit mettre a quatre pattes et attacha les liens aux jambes et les sécurisa ce qui fit que je ne pouvais me lever.


« Ok chérie, maintenant je vais te mettre le baillons ça n’est pas trop serré pour que tu puisse faire quelque bruit mais essaye juste de ronronner. » Elle attacha quelque chose derrière ma tête et du caoutchouc mou rentra dans ma bouche.


« Oh...regarde cette mignonne petite chatte ! » elle se baissa et me dessina des moustaches et un museau de chat avec du maquillage, puis inclina le miroir pour que je puisse me voir.


Nous passâmes le reste de la soirée en bas a regarder la télévision. Kim, toujours en bonne, servant des verres aux maitresses et un bol de lait pour moi. Je passa mon temps au sol contre les pieds d’Emma ronronnant tandis qu’elle me caressait la tête.


* * *


Après que Sandra et Kim soient partie, Emma vint vers moi à grand pas alors je nettoyais en bonne, encore un fois.


« Devine Quoi ? » Emma demanda sur un ton joyeux. « Ce week-end avec Sandra et Kim m’a donnée quelque idées et je pensais que l’on pourrais pousser ça un peu lus loin ? »


« Encore plus loin ? Tu veux que je deviennent ton chat maintenant ? »


« Juste le samedi, ça va être marrant, tu vas adorer ça...juste réfléchi y chérie, J’ai d’autre chose en tête. »


* * *


Un soir, nous étions sur la terrasse a regarder le soleil couchant. Ma tête reposait sur son épaule et Emma caressait mes cheveux en regardant au loin.


« Je me demandais jusqu’où on pouvait te faire ressembler à une femme. »


Je m’assis et la regarda.


« Le prend pas mal tu ressemble déjà incroyablement à une fille. Je me demandais juste si on pouvais pousser ça un peu plus loin pour que personne puissent deviner quand tu est habillée, même en regardant bien. Elle caressa le bas de mon dos. « Je reste à rêver a propos de ça, et je deviens de plus en plus curieuse. Je pense que l’on devraient essayer et te faire perdre un petit peu de poids. Tu est fin pour un garçon mais je me demande a quoi tu ressemblerais si tu devenais plus maigre, tu sais comme les acteur pour certains rôles ? » elle tira légèrement sur ma blouse.


« Tu pense que je dois être maigre jusqu’où ? »


« Tu est juste un taille de trop pour la plupart des vêtements du grenier. Ils te vont, mais ne tombent pas bien. Je pensais que tu devrais perdre un taille et demi, jusqu’à’ ce qu’ils t’aillent bien. Peut être cinq a huit kilos. »


« Je vais devoir manger de la soupe de légume ? Je déteste les régimes. »


« Non, si nous réduisons un peu tes portions, et que tu arrête de boire du soda, ça devrait aller. De plus je pensais que tu devrais commençais à porter un corset. Rien de trop contraignant, juste de quoi rentrer un peu ton ventre et rendre le régime plus facile. »


« Je pense que je peux faire ça. Où est ce que cela va nous mener ? »


« Et j’ai une autre idée... »


« J’ai peur de demander... »


« Je pensais que pour t’affiner en bas tu devrais changer tes exercices. Fait de l’aérobic et arrête de muscler ta poitrine. Le haut du corps est la partie la plus révélatrice et si on pouvais réduire un peu tes bras, juste un peu, ça ferait une énorme différence. »


« Donc tu voudrais que je deviennent un gringalet ? »


Ça la fit sourire, « Je n’utiliserais pas ce mot, mais je pense que tu as raison. Malgré tout il est facile de reprendre du poids, si tu le désir. En plus, je pensais a quelque changement pour moi aussi. »


« Ah ouais ? »


« Et bien la plupart des vêtements sont juste un peu trop grand pour moi, donc je pensais que peut être je pourrais manger plus et essayer de gagner un peu de muscle. Tu fais la plupart du travail, donc ça pourrait être intéressant que ce soit à mon tour. »


Quelque jours après, Emma commençais à m’aider a mettre un corset le matin. J’ai réduit mes repas et commencées a faire du vélo d’appartement environ une heure par jour pendant qu’Emma levait des poids et mangeait plus. »


Mes uniformes commençaient à m’aller mieux et quand nous repartîmes à San Francisco, je remarqua que mes vêtements de travail étaient un peu trop large . Emma aimer être plus forte et fréquemment me montrer ses muscles ? Nous faisions un concours hebdomadaire de bras de fer et mon avantage commençais à s’évanouir.


Puis finalement, vint la semaine où Emma me battis. Nous étions tout les deux dans la cuisine dans nos vêtement de travail, ruisselant de sueur. Le regard d’Emma ressemblait à celui d’un boxeur qui vient juste de mettre à terre un adversaire. Je regardais mes bras et me semblait incroyablement maigre.


« Je connais quelque chose qui va te remonter la moral. » Emma murmura. Elle fit le tour de la table et entoura ma taille de ses bras. « Je vais prendre ma douce petite bonne pour l’amener dans la chambre et je la maintenir couchée et lui faire l’amour et il n’y a rien qu’elle puisse faire contre, parce que Madame est plus forte qu’elle. »


* * *

« Regarde comme ça te va mieux. »


C’était le matin suivant et je portait mon uniforme jaune et blanc. Emma portait souvent des tenues de cavalière dans différent style tous avec pantalons et bottes, elle continuait de paraître féminine, mais elle paraissait plus forte et sur d’elle même.


« Je suppose que ça y est.» gloussais je nerveusement. « Je pense que l’on a atteint nos objectif ? »


« Tu veux dire que tu puisse passer à cent pour cent pour une fille ? Nous en sommes proche. Tu commence à ne plus ressembler a un mec. »


« vraiment ? Comment ça ? » Je me sentais concernée.


« C’est juste que tu est trop maigre. Ça fait comme si tu avait un trouble de l’alimentation ou dans le genre, mais ne t’inquiète pas à San Francisco il y a plein de gars plus maigre que toi. Malgré tout, il y a quelques personnes qui sont surprise que tu soit mon mari. »


Je remuais ma tête et la regarda.


Elle gloussa. « Juste quelque une de mes collègues pensaient que tu étais un pote gay ou quelque chose comme ça. Elles n’ont pas été choquées où quoi que ce soit, juste un peu surprise. Mais retour a toi ressemblant a une fille. »


« Oui ? »


« Il y a un truc en plus que je voudrais essayer, si tu joue le jeu, mais je veux que tu y pense attentivement. Je pensais que ça aiderait beaucoup si ton nez était redressé et un peu réduit. »


« Me refaire le nez ? »


« Ne t’inquiète pas j’y ai déjà pensée. On va pas te faire un nez de fille, juste le rendre un peu plus...androgyne. Juste le réduire et le raccourcir un peu. Il est un peu de travers dans tout les cas. C’est pas quelque chose que tu remarque en tant que gars, mais quand tu est une fille aussi jolie que toi, la plus petite imperfection... »


Je rougis quand elle m’appela jolie fille et me tourna vers le miroir, plus sûr de mon nez. Je n’est pas vraiment vu grand chose, mais elle avait marqué un point. Quelque semaine plus tard et j’étais de retour en ville pour me faire refaire le nez pour le rendre plus fin et me faire enlever cette révélatrice masculine inclinaison. Ça me prit une semaine pour récupérer, je passais la plupart de mon temps au lit. Emma prenait soin de moi et la plupart du temps, juste pour le fun, été vêtue d’un uniforme d’infirmière.


Curieusement, le reste du temps je l’entendais déplacer des meubles et un jour un camion de livraison arriva. Des hommes portèrent des chose en haut des escaliers. Elle me demanda de rester dans la chambre tout ce temps, me disant que ça allait être une merveilleuse surprise. Elle garda la plupart des pièces fermé a clé jusqu’à ce que l’on reviennent de me faire enlever les atèles de mon nez à San Francisco . Quand nous somme rentrées, elle me fit une grande révélation.


La maison est une grande maison avec six chambre et seulement trois d’entre elle sont réellement utilisée, une chambre et un grand bureau pour chacun de nous. Emma a combinée nos bureau ensemble, ce qui n’est pas vraiment un problème, et toutes les quatre autres chambres son maintenant meublés avec un lit double, une armoire, une table, des chaises et plusieurs articles d’artisanat local.


« C’est pour faire quoi tout ça ?»


« C’est pour notre prochain jeux ! Oh tu semble tellement aimer ça, en plus on va faire une peu d’agent. » Elle me regarda de coté. « en fait, c’est pour ça que je te voulais plus féminine... »


« Nous allons louer des chambre ? »


« Exactement ! En quelque sorte en tout cas. C’est juste que nous avons une tellement grande maison et nous somme en pays vinicole et tout prés de l’autoroute. Je pensais pourquoi pas ouvrir une chambres d’hôtes. Juste pour le week-end pour commencer. On va lui donner un thème victorien. Chérie...maintenant essaye d’être une bonne pour de vrai. »


« Je sais pas, je passe facilement maintenant, mais je suis pas trop sûr à propos de ça. »


« Pense y un peu si nous faisons ça. De nouvelle personnes tout les week-end, des gens qui vont pas seulement te voir comme une femme, mais comme une bonne. » Elle sourit malicieusement et me fit un clin d’œil. «  Et c’est ce que tu seras. Je serais l’hôtesse et la gérante. Ici j’ai une autre surprise pour toi. »


Emma m’amena dans le grenier et me montra six sac de nouveau vêtements. Trois paires de nouveaux uniformes, ils semblaient plus professionnel que mes autres uniformes. La jupe descendait en dessous du genou et les dentelles étaient plus subtile. Il restaient fantaisiste, tout en étant serrées et montraient mon corps mais ils paraissaient plus réel, pas pour jouer un rôle de bonne, mais pour être une bonne.


Comme je disais il y avait trois pairs d’uniforme pour que je n’ai pas à les laver à chaque fois. Une paire noir et blanc pour nettoyer l’intérieur de la maison, une paire jaune pour la cuisine, et une pairs bleu clair appropriée si j’avais besoin de travailler à la réception.


« Qu’est ce que tu en pense ? » demanda Emma, appartement folle de joie


« Donc maintenant je vais devenir une vrai bonne ? »


« Je sais oui ?! N’est ce pas extravagant ? Si tu aurais su qu’acheter cette maison allait te faire passer la plupart de ton temps en jupe et talons pense tu que tu l’aurai fait ? » Au début, je cru à une question rhétorique, mais elle me regarda brusquement, anticipant ma réponse. »


« Si ça avait été dans le contrat d’achat non probablement que je l’aurais pas fait. »


«  Regarde toi maintenant petite chose. » Elle me fessa. « Tu passe tes journées en soubrette, avec des dessous en dentelles et du maquillage. Tu est tellement maigre même pour une fille. » Dit elle agrippant mon poignet et me montrant qu’elle pouvait en faire le tour avec son pouce et son index. « Et maintenant... » Elle dit en me touchant doucement le nez, « Ton visage est tellement féminin, tu n’as plus à passer un autre jour, une autre seconde encore en garçon. »


Elle plaça ses mains autour de ma taille, me poussa contre le mur, frotta son nez contre le mien, murmura « game over* », et m’embrassa.


fin

Diffuse en direct !
Regarder son live