Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 264 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

Jouer la servante

Chapitre 1

Divers

Être exhibée dans un menu costume aux tissus transparents... Aux coupes trop courtes... Et aux côtés échancrés... Revêtir la peau d’une vraie servante et tout faire pour répondre aux moindres désirs de Monsieur, à ses moindres caprices, ainsi vêtue, le cul exposé aux regards, pendant qu’il reçoit des amis... Devoir faire le service, nécessairement être très polie et courtoise à l’égard des invités de Monsieur... Être humiliée de la situation, rougir de gêne et sentir ma chatte qui coule... Avoir honte d’être excitée de la sorte... Tout faire pour éviter qu’il s’en aperçoive... Et qu’il me qualifie de salope avant de me traiter comme telle...


J’imagine facilement l’amusement qu’il prendrait à échapper un quelconque objet par terre et à me demander de le ramasser, m’obligeant ainsi à me pencher vers l’avant et à montrer mon cul dans sa totalité. J’imagine son plaisir au moment où je viendrais pour me relever et, que d’une main robuste, il me contraindrait à rester penchée, poussant sur ma tête pour m’obliger à rester pliée en deux. J’entends déjà les rires de ses invités qui se rinceraient l’oeil, leurs commentaires à mon égard. Je sens même la mouille qui coule entre mes cuisses mais ça c’est vraiment réel et présent au moment où j’écris ces mots :)))


Et puis la voix d’un invité qui dit son envie pressante d’aller uriner, le regard de Monsieur qui s’illumine et ses mots qui tombent et qui me nouent la gorge...

— Va ! T’es ici pour servir... Alors va avec lui... Détache son pantalon... Et tiens son sexe pendant qu’il urine !

La peur mélangée à la honte qui m’envahit... Me retrouver ainsi seule dans une pièce fermée avec un inconnu... L’humiliation de la position dans laquelle je vais me commettre. Je me vois agenouillée dans la salle de bain entrain de sortir ce sexe mou de sa prison... Maladroite et tremblotante, je vois la silhouette derrière lui et je l’entends me dire de faire attention et de bien diriger le jet dans le bol, ce qui ne fait qu’accentuer ma nervosité... Le jet fuse et, par maladresse de ma part, vient atterrir sur le sol... Je lis la colère dans ses yeux et j’entends dans le trop calme de sa voix son mécontentement... Il empoigne mes cheveux fermement, me tire vers l’arrière et me dit que je devrai tout nettoyer. Il m’oblige à me mettre à quatre pattes et à lécher l’urine sur le carrelage...

— Lèche !!! Nettoie comme il faut et totalement !!! Salope... Cochonne... Souillon !!!

Une pluie d’insultes vient couronner la mauvaise posture dans laquelle je me trouve. L’humiliation qui me remplie, la honte et la peur... Être ainsi invectivée en public et pourtant être excitée comme ca n’est pas permis ! ...Je lèche le carrelage, m’appliquant pour faire disparaître la moindre trace... Monsieur m’abandonne à mon sort, allant rejoindre ses invités... Je n’ose pas revenir... Morte de gêne et de honte... Craignant d’accentuer sa colère par ma simple présence... Je l’entends rire... Je reste seule dans les toilettes pendant une durée de temps qui semble s’éterniser, ne sachant plus quoi faire... Et n’osant surtout pas attirer son attention ou faire quelque bruit que ce soit.


Quand je lève les yeux, Monsieur est devant moi, imposant par sa stature, imposant par son regard... Regard de glace ! Visage déserté de sourire...

— À genoux salope !

J’ai envie d’uriner mais cette fois, je ne risquerai pas de salir la céramique !

— Ouvre la bouche et bois !!! Si tu perds ne serais-ce qu’une seule goutte, tu serviras d’urinoir à tous ceux qui auront envie ce soir, je te jure !!!

C’est le coeur battant la chamaille que je m’agenouille, que j’ouvre la bouche et tends la langue pour recevoir son urine... Urine que je bois, urine que je suce pour ne rien perdre, de peur d’être contrainte à en boire toute la soirée... Enfin un sourire sur son visage me rassure un peu... Puis il me dit de le rejoindre au salon, m’abandonnant encore une fois...


C’est la tête baissée et le regard fuyant que je les rejoins, me faisant la plus petite possible pour ne pas être remarquée, pour être inapercue... Mais sa voix plus forte que la musique retentit !

— ?a mérite une correction salope ! Tu as manqué à ton devoir envers un invité !!! À plat ventre sur mes cuisses et cul relevé !!!

J’hésite, osant espérer qu’il n’est pas sérieux, qu’il blague... Mais non !

— TU PR?FERES QUE JE ME LèVE ET QUE J’AILLE CHERCHER LE FOUET PEUT-ÊTRE ?

J’obéis immédiatement, me retrouvant à plat ventre sur ses jambes...

— RELèVE TON CUL !

Aussitôt une main vient se glisser entre mes cuisses... Ses doigts découvrent instantanément ma chatte... Diluvienne... Monsieur me présente ses doigts enduits de ma mouille...

— Qu’est-ce que c’est ca ?

Je bredouille, ne sachant que répondre...

— SALOPE !

Monsieur me fesse sans ménagement... Je sens les claques pleuvoir sur mon cul... Je sens mon fessier en feu... Je me confonds en excuses, l’implorant d’arrêter... Puis il m’ordonne de servir le souper... Ce que je m’applique à faire minutieusement... Après avoir déposé la dernière assiette sur la table, Monsieur me regarde, sourire aux lèvres... Je connais ce sourire en coin, signe qu’il n’a pas terminé avec moi ! Je baisse les yeux, cherchant un peu d’indulgence et j’entends...

— Prends la chandelle dans le tiroir !

Je vais chercher la chandelle... M’en voulant amèrement de n’avoir pas pensé à la mettre sur la table pour le souper... Au moment où je m’apprête à l’allumer et à la glisser dans le chandelier...

— NON !!! TU vas nous servir de chandelier ! Allez ! À quatre pattes, à côté de la table, le cul bien cambré... Tu t’insères la bougie dans le cul et je vais me faire un plaisir de t’allumer !

Tous s’esclaffent de rire... Tout le monde sauf moi bien entendu... Néanmoins, j’obéis redoutant de ternir la bonne humeur qui semble habiter Monsieur... Accroupie, le cul bien relevé, j’introduis la bougie...

— Plus profond ! Allez pousse un peu !!!

Puis il vient allumer la mèche... Je sens les regards amusés qui me fixent... La cire qui dégouline jusqu’à mon anus... Je reste silencieuse et immobile... Le souper semble s’éterniser... Je sens mes genoux engourdis... Mes bras s’affaiblissent... La chaleur de la flamme se rapproche dangereusement de mon cul... Et pourtant, une seule envie obsède mes pensées : l’envie de me masturber encore et encore !


Diffuse en direct !
Regarder son live