Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 13 490 fois
  • 72 J'aime
  • 4 Commentaires

Le journal intime d'Alexandra

Chapitre 1

Inceste

Ma jupe flottait au gré du vent, les quelques brises qui se glissèrent en dessous me fessaient le plus grand bien. Le thermomètre avait encore grimpé de quelques degrés pour atteindre les 29 degrés. En tournant au coin de la rue de Charlotte, une voiture s’arrêta à ma hauteur, à son bord, quatre jeunes me braquèrent du regard. Celui qui était au volant, sortit et me bloqua le chemin. Imposant et parfumé de la tête aux pieds, il me dévisagea, prit la cigarette qui était placée derrière sur oreille et se mit à la fumer et expira toute la fumée sur mon visage. Son compère sortit à son tour de la voiture et se plaça derrière moi. Sans un mot, il plaça sa main sur mon épaule et se fendit d’un large sourire. Une rafale vint soulever ma jupe, j’eus le temps de la maintenir, mais les vociférations des garçons me firent comprendre qu’ils avaient entraperçu la dentelle de mon string. Je sentis une main se glisser le long de ma hanche, passer sous ma jupe pour terminer sur ma fesse droite. Ce merdeux me tripotait ma fesse droite. Un grincement de pneus me fit sursauter. Les garçons s’alarmèrent et reculèrent d’un pas en arrière. Le jeune homme derrière moi lâcha un juron. Le père de Charlotte l’avait attrapé à la gorge et l’avait plaqué contre la haie. Figés, les autres regardèrent la scène sans vraiment comprendre ce qui se passait. Sans réfléchir, je continuai ma route d’un pas pressé en direction de la maison de Charlotte. Une fois devant la villa, je vis le père de Charlotte regagner sa voiture et les jeunes s’enfuir au bord de leur voiture. J’entrai et me mis à appeler Charlotte pour l’avertir de ce qui venait de se produire. Sur l’écran de mon GSM :

« je suis chez Thomas, je viens de voir ton message, j’arrive dès que j’ai fini ici bisous … »


La porte s’ouvrit et le père de Charlotte m’attrapa et me serra contre lui. Le souffle haletant il m’observa longuement pour s’assurer que je n’avais rien. Son t-shirt était couvert de quelques taches de sang, mais ce n’était pas le sien. Il s’installa dans le divan, je me pressai à la cuisine remplir un verre d’eau fraiche. Entre-temps il m’avait rejoint dans la cuisine torse nu. Il vida le verre d’une seule gorgée et me remercia. Au fond de moi, je me sentais redevable pour ce qu’il avait accompli. Il s’apprêta à sortir de la cuisine quand je me mis à le serrer contre moi. Il était en sueur et avait du mal à retrouver une respiration normale. Tout en glissant ses mains sur mes fesses, il me fixa de son regard ténébreux et me dit :


« Personne ne touche à ces fesses-là, personne ».


Au fond de moi, j’explosai de joie et j’avais qu’une envie l’embrasser, mais il m’emboita le pas en posant ses lèvres sur les miennes. La différence de taille se fit ressentir, il m’attrapa par les hanches et me souleva du sol pour me déposer sur le plan de travail de la cuisine. Il commença à m’ôter le haut et d’une seule main, dégrafa mon soutien-gorge. Je me sentis très gênée de cet empressement. Il plaça son visage entre mes seins et se mit à lécher mes tétons qui entre-temps avaient durci. Je le repoussa, descendis du plan de travail et lui pris la main et le dirigea dans le salon. Il était tellement excité qu’il ne put s’empêcher d’arracher ma jupe avec précipitation. Je le poussai des deux mains dans le divan. Le fixant du regard, je me mis à masser mes seins sensuellement. Il déboucla sa ceinture et enleva son jeans. Les évènements prirent une tournure que je n’avais pas envisagée. Charlotte pouvait rentrer d’un moment à l’autre, je fis un signe de la tête et me précipitai en haut tout en ramassant mes vêtements, il me suivit d’un pas pressé. Arrivé dans sa chambre, il me lança sur le lit et se mit à se masturber devant moi. Son sexe avait triplé de volume, inconsciemment je repensais au sexe de Thierry qui était beaucoup moins imposant que le sien. Le visage du père de Charlotte affichait un rictus quasi extatique. Il m’allongea avec une certaine fougue bestiale. Sa langue traça un sillon humide sur mon ventre, depuis mes seins jusqu’à mon pubis. Il m’écarta les cuisses et se mit à lécher mon vagin comme un enfant se jetant sur sa glace. Ses grandes mains me malaxèrent les seins pendant qu’il lâchait un râle de plaisir. La veine de son front palpitait encore plus vite. Il écarquillait les yeux pour ne rien perdre, dévoré par l’excitation. Son étreinte dominatrice m’empêcha de faire le moindre mouvement. Mon dieu qu’est-ce que j’aimais cela.


La porte d’entrée claqua, je me relevai et courus me cacher dans le placard. Son sexe en érection, il s’installa confortablement sur le lit et alluma la télévision. Mon œil inspecta la pièce depuis la légère ouverture du placard, mon cœur battait la chamade et je suais abondamment par le stress, par l’excitation et par la chaleur. De ma position, je réalisai avec ébahissement que la taille de son sexe était tout de même largement supérieur à la moyenne. Charlotte fit irruption dans la chambre et ne fut pas étonnée par la nudité de son père, elle sauta sur le lit et vint s’installer à côté de lui, elle ne détacha pas ses yeux de son sexe. Elle affichait un léger sourire.


« Tu regardais un porno, avoues ! »

« Non, pas du tout, j’avais chaud … » il attrapa un cousin et vint le placer sur son sexe. Charlotte se leva du lit et réajusta sa jupe, tira sur son décolleté et se mit à s’admirer dans le miroir, elle contempla son père par l’intermédiaire du miroir et au bout de longues secondes, elle dit :

« Alexandra, n’est pas passée ? » Sans attendre de réponse de sa part, elle se jeta de nouveau sur le lit et s’empara du cousin. Elle plaça sa main sur son ventre et contempla son sexe avec avidité.

« tu aimerais que je te branle, je le sais »


Agacé par son attitude, son père se leva et l’attrapa par le bras et la ficha dehors et verrouilla la porte à clé. Au fond de moi, je savais que Charlotte avait des rapports ambigus avec son père et sur le moment je culpabilisais et de plus je serais verte de jalousie si elle fessait quelque chose avec Thierry. Mais mon excitation avait repris le dessus, je sortis, il eut à peine le temps de me chuchoter quelque chose à l’oreille, que je m’agenouillai et me mit à la hauteur de son sexe. D’une main hésitante, j’attrapai son sexe et l’inspectai sous toutes ses formes. Il comprit aussitôt qu’avec un tel maniement, je n’avais jamais eu de réelles expériences avec un sexe. Agréablement surpris par mon intervention, il se laissa faire et se détendit. Je n’avais jamais fait de fellation auparavant. La taille démesurée de son sexe me freina quelque peu. Je me mis à le lécher timidement, mes lèvres vinrent se poser sur son gland. Je pris son sexe de mes deux mains et décida de sucer tout ce qui dépassait, même si mes mains n’étaient pas spécialement grandes, au moins 10 cm dépassait, je me mis donc à le sucer délicatement pour éviter de lui faire mal avec mes dents. La sensation n’était pas désagréable, tout d’un coup, il ôta mes mains de son sexe et me prit par les cheveux et fit des va-et-vient dans ma bouche. Je failli m’étouffer, mais son emprise sur moi, m’empêchai de dire quoi que ce soit. Il continua de longues secondes, quand il sortit son sexe, un filet de bave dégoulina au sol. Je repris tant bien que mal ma respiration et j’étais en état de choc, car il venait de m’assujettir, faire de moi son jouet sexuel, j’étais finalement prise à mon propre jeu. Complètement dépassée, je me laissai faire sans me poser de question et tenta tant bien que mal de savourer l’instant. Les informations arrivèrent toutes en même temps à mon cerveau et ce dernier eut bien du mal à les recevoir et à les traiter. C’est comme si j’étais dans une attraction forte et que tout mon corps subissait les sensations extrêmes. Même si tout ceci était nouveau pour moi. Il m’agrippa les seins et y plaça son sexe entre, celui-ci était enduit de ma bave et ne pouvait être plus tendu. Il compressa ma poitrine pour que mes seins écrasent son sexe, bien que ma poitrine soit généreuse, elle ne suffisait pas pour dissimuler son sexe. Pendant qu’il s’évertua à réaliser la branlette espagnole possible, j’examinai son regard. Il était parti dans un délire purement sexuel et rien ne put l’en sortir. Le GSM dans mon sac se mit à vibrer. Consciente que je devais accélérer la cadence pour ne pas laisser Charlotte seule, je lui saisis son sexe et de mes deux mains, me mit à le masturber vigoureusement. J’avais énormément de mal à le maintenir, son bassin s’agita dans tous les sens. Il m’attrapa sauvagement mes cheveux et se mit à lâcher des mots crus. Je me mise à le sucer de plus belle, il enfonça son sexe le plus loin possible dans ma bouche. Il dirigea ma main qui était placée sur sa cuisine, vers ses testicules. Il me fulmina de les triturer avec ardeur. Je n’étais plus certaine de ce que subissait mon corps, j’étouffais, mais je fis d’énormes efforts sur moi-même pour répondre à ses moindres caprices. Son corps se raidit, il se cambra en arrière et du liquide chaud gicla dans le fond de ma gorge, je ne pus le contenir plus longtemps dans ma bouche, je le recrachai et son liquide continua à éclabousser mon torse. Je m’empressai à continuer à le masturber jusqu’à la dernière goutte. J’en avais un peu partout, c’était un mélange de son sperme avec ma salive. Il s’étala sur le lit et me signe de partir. Je me rhabillai tant bien que mal tout en essuyant au maximum la semence qu’il avait laissée sur et dans moi. J’avalai une partie pour en connaître le gout.


10 min plus tard.


Je sortis discrètement de la maison de Charlotte. Devant chez elle, je me mis à l’appeler pour l’avertir que j’arrivai. Quelque temps après, nous nous retrouvâmes dans sa chambre.

« Quand je suis rentrée, j’ai surpris mon père se masturber, il en a une grande, tu n’as pas idée … » J’acquiesçai d’un léger sourire, mais à l’intérieur de moi, je me disais « oh bien évidemment que j’ai une idée ».


[Suite]

Diffuse en direct !
Regarder son live