Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 19 529 fois
  • 127 J'aime
  • 11 Commentaires

Le journal de ma transformation.

Chapitre 1

Première semaine

Travesti / Trans

Jour 1 :

Bonjour,

Je ne sais pas encore si ce journal va être tenu à jour longtemps, ou si la honte finira par me le faire supprimer. Mais j’ai besoin de parler à quelqu’un de ma découverte du jour. Et vu que je n’ai pas envie de passer pour un fou, un journal me semble être la meilleure idée.

Donc, tout a commencé en fin de matinée. Après avoir pris mon petit-déjeuner et ma douche, je suis retourné dans ma chambre. Mon père était parti assez tôt à son boulot, et ma mère est partie à la douche après avoir déposé mes vêtements propres sur mon lit. Sauf que, parmi tous mes boxers, se trouvait une culotte blanche à pois noirs. Et sans trop savoir pourquoi, j’ai voulu l’enfiler pour l’essayer. Et c’est là qu’il s’est produit quelque chose de bizarre. J’ai bandé. Mais pas qu’un petit peu, c’était la première fois que je bandai aussi dur. Et je fus encore plus dur lorsque j’ai entendu ma mère sortir de la douche. J’ai vite enfilé un pantalon et un tee-shirt avant de ranger toutes les affaires qui traînaient.

La journée s’est déroulée tranquillement, toujours avec la culotte de ma mère sur moi. Parfois, j’oubliais sa présence, mais je finissais par la ressentir à chaque fois. Et à chaque fois que je la ressentais, cela m’excitait.

Là, je suis en pyjama, toujours avec la culotte sur moi. Je sais que c’est bizarre et que je ne devrais pas, mais je ne peux pas résister.

Une seule nuit avec, et je la lui rends demain matin.



Jour 2 :

Bonjour,

Après avoir passé une très très bonne nuit, je me suis réveillé, toujours dans la culotte de ma mère. Je suis directement allé me doucher afin de relâcher "la tension de la nuit", ce qui m’a fait jouir bien plus que d’habitude. Et pendant que ma mère prit sa douche, je suis allé discrètement remettre sa culotte dans sa chambre.

Sauf que j’y ai vu beaucoup d’autres culottes de plein de couleurs différentes, et de matières différentes.

J’ai réussi à y résister, mais l’envie d’en prendre était très forte.

Toute la journée, elle revenait dans mes pensées. Notamment une qui était rouge, entourée d’une dentelle noire. Elle m’obsède, j’ai envie d’aller la prendre et de l’essayer, mais mes parents dorment dans la chambre, et je préfère mourir que de les savoir au courant de ma dernière trouvaille.


Jour 3 :

Bonjour,

Tout s’est accéléré aujourd’hui.

En descendant dans le salon, j’ai trouvé un mot m’indiquant que mes parents sont partis tous les deux pour le week-end. Ce qui veut dire que je suis seul pour deux jours.

Je n’ai même pas pris le temps de prendre ma douche, je suis directement parti dans leur chambre afin de récupérer la culotte que j’ai vue hier. Malheureusement, elle n’était plus là. Il y en avait quelques autres qui n’était pas mal, mais aucune qui soit à sa hauteur. Je suis donc parti prendre ma douche. Et après être sorti, j’ai vu qu’il y avait quelques vêtements dans le panier à linge sale, dont une culotte rayée blanche et bleue. Je n’ai pas résisté plus que ça et je l’ai prise.

La journée s’est passée sans encombre, je suis même sorti m’acheter de quoi manger, toujours avec la culotte. Je ne pense pas que qui se soit s’en est rendu compte.

Mais en fin d’après-midi, une nouvelle idée m’a traversé l’esprit. Juste sous la culotte se trouvait une jupe noire, l’une des préférés de ma mère. Et j’ai encore craqué.

J’ai donc passé la fin de soirée avec une culotte et une jupe, ainsi qu’en bandant comme jamais.

J’ai pris une nouvelle douche, juste après m’être masturbé en jupe. Mais lorsque j’ai voulu la reposer dans le panier à linge sale, une nouvelle culotte a attiré mon œil.

Celle-là était toute blanche, dans une sorte de dentelle, avec juste une ficelle à l’arrière. J’ai trouvé ça étrange, mais j’ai compris l’intérêt en l’essayant. La sensation de la ficelle dans le cul est géniale.

Là, je m’apprête à aller dormir, et je sens encore la ficelle, et c’est quelque chose que j’aimerais sentir tous les jours.


Jour 4 :

Bonjour,

C’est bon, c’est officiel, je suis allé trop loin, j’ai atteint le point de non-retour.

Ce matin, j’ai été réveillé par Anna, ma voisine. Elle savait que j’étais seul tout le week-end, et m’a donc proposé de sortir faire les boutiques ensemble. Je n’avais rien contre, et sortir me ferait du bien. De plus, j’ai toujours bien aimé ma voisine. Elle a la trentaine, soit une dizaine d’années d’écart avec moi, mais pourtant, avec son corps athlétique, ses cheveux châtains et ses yeux verts, elle pourrait passer pour une personne de mon âge.

Je lui ai demandé de me laisser prendre une douche vite fait, mais elle ne m’a même pas accordé ça. Selon elle, "Tu as déjà pris une douche hier soir, j’ai vu la lumière, et ce n’est pas bon d’en prendre trop souvent".

Nous sommes donc partis tous les deux, direction le centre commercial, toujours en sentant la ficelle entre mes fesses. Et le pire reste à venir.


Le premier magasin que l’on vit fut un magasin de maillots de bain. Elle me demanda mon avis sur les maillots de bain, et sur mes préférences entre les unes pièces et les deux-pièces. J’ai choisi un deux-pièces, et elle est partie les regarder. Elle m’a quand même demandé d’en choisir un une-pièce, car elle les trouve plus confortables. "Lorsque j’utilise la piscine du jardin, je préfère mon propre confort plutôt que flatter le regard des autres", m’a-t-elle dit avec un grand sourire. Malgré ça, elle n’a rien acheté dans le magasin.

On a mangé tranquillement en terrasse avant de reprendre nos courses. Elle m’a dit qu’il y avait un magasin qui l’intéressait fortement, et nous y sommes donc allés. Sauf qu’elle m’avait caché que le magasin dont elle parlait était un magasin de lingerie. À peine arrivée, elle m’a mené du côté des culottes et m’a redemandé d’en choisir une. Je me suis senti devenir tout rouge et lui bégayer que c’était trop intime pour que je puisse lui en choisir un. Elle s’est approchée de mon oreille afin de me chuchoter un "C’est pour toi" avant de continuer son chemin dans les rayons, me laissant sans voix au milieu du magasin. Je l’ai rattrapée assez rapidement pour lui dire que je ne porte pas ce genre de tenue, mais sa main passa au niveau de mes fesses afin de tirer la ficelle de mon string tout en me disant "C’est vrai, celle que tu portes est bien plus osée. Je crois qu’elles sont dans le fond du magasin". Elle me prit la main dans la sienne et me força à avancer. J’ai résisté, je voulais lui dire que tout ça n’était qu’un malentendu, mais elle s’est retournée et m’a dit "Un malentendu ? Tu veux dire le même genre de malentendu qui se produirait si je montrais cette photo à ta mère ?". Et j’ai vu une photo de moi sur son portable, contemplant un maillot de bain, avec la ficelle du string visible.

Elle m’a laissé arpenter seul les rayons, me disant que tant que je l’écoutais, tout irait bien, mais je n’ai jamais eu aussi honte de moi.

Au bout d’une dizaine de minutes qui parurent me durer une éternité, perdu dans mes pensées, elle revint vers moi. Elle me demanda si j’avais fait mon choix, mais rien ne sortit de ma bouche. Elle prit la culotte sur laquelle mon regard s’était perdu, et partit en direction des caisses. Je la rejoignis dehors, sans dire un mot, et nous rentrèrent tranquillement en voiture.

Maintenant, je suis dans ma chambre, la culotte encore dans le sac, caché sous mon lit, et j’ai peur de savoir ce qu’elle compte faire avec cette photo en sa possession.



PS : Cette histoire est un journal intime fictif que je vais essayer de mettre à jour chaque semaine. N’hésitez pas à me communiquer vos idées et/ou envies.

Diffuse en direct !
Regarder son live