Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Lue 15 951 fois
  • 155 J'aime
  • 3 Commentaires

julie

Chapitre 4

Hétéro

Tout en me rappelant ces moments si délicieux dans la cave, mon œil ne quittait pas le trou de la serrure. Ma mère me fascinait, sa façon de sucer notre chien montrait à quel point elle pouvait aimer la bite et surtout son jus car à ce qu’il me semble voir, c’est pour son jus qu’elle le pompe ainsi.

Pour ma part, je n’étais pas en reste, six jours après ma première beuverie particulière, mon ami m’attendait à quelques mètres du lycée à sa vue mon cœur battait plus vite, j’allais encore me délecter de son merveilleux sperme et peut-être a t’il amené des amis comme la dernière fois, à cette idée je m’en léchais les lèvres, j’étais devenue une accro et lui mon dealer. Il me dit que pour aujourd’hui ce n’était pas possible mais par contre pour demain il aura la quantité qu’il me faut, il m’expliqua aussi que ma tenue gothique excitait les mecs, de voir ainsi vêtue me donner un air fragile et ma jeunesse accentuait leur désir. Déçue de ne pas reçu son bon sperme dans la bouche mais pensant au lendemain, je retournais vers la maison.

Il était 16 heures quand le lendemain, je me retrouvais devant la porte de la cave, me souvenant de ce que mon ami m’avait dit sur ma tenue, je m’étais habillée d’une manière plus gothique que jamais, mes jambières montaient juste au-dessus des genoux, ma jupe courte laissait apparaître dix centimètres de peau blanche et douce et mes yeux bleus étaient soulignés d’un maquillage noir dans l’idée bien égoïste de surexciter les mecs ce qui me procureraient encore plus de sperme.

J’ouvris la porte, reçue par mon ami par un tendre baisé qui m’obligea à me mettre sur la pointe des pieds, il me présenta les hommes qui l’accompagnaient, physiques très ordinaires, ils en avaient de tous ages, le plus vieux devait avoir 60 ans et de toutes origines. Ceux qui étaient présent la dernière fois y étaient de nouveaux, ce qui ne me déplaisais pas car j’avais fort apprécié leur goût. J’en dénombrais huit, neuf avec mon ami, au milieu de la cave, on y avait mis un banc, à ma question mon ami répliqua que ce banc était là pour me mettre à l’aise, il me demanda si son choix me plaisait et qu’il leur a demandé de garder les couilles pleines pendant cinq jours, je lui répondis que la diversité ethnique était une bonne idée cela me permettrait d’évaluer au mieux le goût de chacun et que cinq jours d’abstinence étaient inespérés. Ma réponse le fit rire, que malgré mon jeune âge j’étais devenue une adoratrice de la dégustation du sperme et devait en éprouver une certaine fierté car c’est bien grâce à lui que j’en étais arrivée là, mon attitude me valut un second baisé.

Je me plaçais au milieu de la cave pour que chacun puisse me regarder, je voulais prendre tout mon temps, les faire monter. Ils ne me quittaient pas des yeux, admirant ma tenue, j’en rajoutais en mettant un pied sur le banc, laissant découvrir une partie de mes cuisses toutes blanches, à travers leur pantalon, je pouvais voir leurs bites prendre de l’ampleur. Ils étaient bien prévenus, me caressaient, me léchaient comme ils le voulaient, mais leur bite, ils devaient la mettre que dans ma bouche.

Mon ami se décida à enlever son pantalon, suivi immédiatement par les autres, neuf bites dressés devant moi, de couleurs différentes, mes yeux n’étaient pas assez grands pour admirer un tel spectacle. Je m’approchais d’eux, ne quittant pas du regard leur bel organe, comme hypnotisée, toutes ces bites pour moi toute seule, quelle chance à mon age de pouvoir plaire à des hommes si bien montés.

J’ai tout de suite voulu commencer par le black, pensant que cela devrait plaire aux autres de voir une petite blanche le sucer, je me suis accroupie à ses pieds, je pris ses couilles des deux mains et commençais à leurs donner des petits bisous d’amour, puis ma langue remplaça les bisous, léchant la moindre parcelle de son anatomie si convoitée. Je lui dis d’écarter les jambes et sous l’étonnement général, me glissa dessous pour lui lécher la naissance de sa bite débordant parfois sur son anus, revenant sur ses couilles, je m’en introduis une dans la bouche, que je devais ouvrir grande tellement elle était grosse et l’espérant, bien remplie.

Je fis exactement la même chose aux autres et surtout je ne voulais pas qu’ils jouissent tout de suite. Ils devinaient ce que j’attendais d’eux et n’ayant pas à faire à des gamins, ils savaient se retenir.

Une fois que tout le monde eu son nettoyage de couilles, l’un d’eux me dirigea vers le banc et m’allongea sur le dos, il me chevaucha et me donna sa bite à sucer, ce que je fis avec joie, un autre me retira ma petite culotte et commença à me lécher la chatte. C’est la première fois qu’on me la léchait, comme promis il n’essaya pas d’y introduire sa langue, mais se contentait de lécher le clito et de sa grande bouche aspirait carrément ma petite chatte, la bite d’un mec dans la bouche et un autre qui me léchait la chatte, c’était merveilleux.

Tout le monde se relaya sur moi, certains préférant un léchage de bite tout en douceur, d’autres préférant m’attraper la tête et me prendre la bouche comme s’ils le feraient pour une chatte j’étais comblée, en état second je léchais tout ce qu’on me donnait, un mec eu l’idée de me présenter son cul, bien entendu j’obtempérais à ses désirs et lui titilla l’anus tout en le branlant, n’hésitant pas à un moment de lui écarter les fesses afin d’introduire ma langue le plus loin possible dans son cul. Ceux qui plu aux autres car tous me donnèrent leur cul et à tous j’enfonçais ma langue dans leur anus, si certains étaient plutôt sales, j’en éprouvais dans ce cas un plus grand plaisir. Chacun en firent de même pour moi, pendant que deux mecs m’écartaient les jambes vers le haut, ils se relayèrent pour me lécher le cul et également enfoncer leur langue, parfois le doigt, dommage que mon cul soit trop étroit pour leur bite, car ce jour là j’aurais bien accepté qu’on me prenne le cul.

Un signe de mon ami et je compris que le moment ou j’allais enfin avoir ma dose, était venu. Je m’assoyais sur le banc et dans un premier temps je choisissais trois belles bites de couleurs différentes qui étaient présentes et pensant à leurs jours d’abstinence, je me préparais à boire une sacrée quantité de sperme. Ils me tendirent leur bite et moi tout en suçant et branlant les trois en même temps, attendais le premier qui m’enverrait son contenu dans la bouche. Au premier avertissement j’ouvris la bouche, elle se remplissa très rapidement, continuant à le branler afin de bien l’essorer et aspirant la dernière goutte qui perlait de sa bite. J’ouvris la bouche devant le groupe, pour leur montrer le contenue et me mis non pas à boire, mais plutôt à mâcher tellement j’avais faim. Les deux autres suivirent immédiatement après, m’aspergeant parfois la joue mais que je ramenais aussitôt vers ma bouche, que cela fus bon.

Rester les six autres dont mon ami à vider, mettant poser la question sur la quantité de sperme que j’avais pu boire la semaine dernière, je sortis un verre de mon cartable que j’avais dérobé à la cantine du lycée et demanda aux mecs s’ils voulaient bien le remplir de leur sperme, chose qui sur le coup les étonnèrent mais à y réfléchir, ils étaient bien curieux de voir ça, félicitant mon ami devoir trouver une fille comme moi. Tous se masturbèrent, même mon ami qui se prêta au jeu, je les encourageais en leur caressant les couilles et les suçant un après l’autre. Au premier jet, je regardais avec délectation la bonne sauce blanche et crémeuse qui s’écoulait dans le verre, suivi d’une autre coulée, puis d’une autre…

Je n’en revenais pas, le verre était presque à moitié, je le portais sous mon nez pour humer ce nectar, je trempais mon doigt dedans pour en évaluer la consistance puis le léchais ensuite.

Au moment ou j’allais prendre le verre pour avaler cette bonne pâte crémeuse, mon portable sonna, c’était ma mère, elle s’inquiétait, je lui dis que j’étais chez une amie pour mes devoirs et que j’arrivais tout de suite, et par malice, je rajoutais juste le temps de boire mon verre (évidemment elle était loin de savoir de quoi était composé le verre) et raccrocha.

Les mecs avaient un petit sourire, peut être que certains pensaient à l’éducation de leurs filles, mais ils voulaient surtout me voir prendre ce fameux verre. Je le pris lentement, appréciant à sa juste valeur chaque gorgée, mes lèvres et la pointe de mon nez étaient recouvert de sperme, mon jolie minois prenait des airs de petites salopes et j’adorais ça.

Diffuse en direct !
Regarder son live