Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Lue 13 341 fois
  • 72 J'aime
  • 2 Commentaires

julie

Chapitre 6

Zoophilie

La matinée avait plutôt bien commencé, j’aurais voulu rester avec maman, mais je devais aller au lycée et que surtout, j’avais de nouveau un rendez-vous à 17 h. De retour à la maison, avec 2 heures de retard, ma mère préparait le dîner, maintenant je la voyais autrement, elle était très belle, un corps parfait légèrement bronzé, elle portait une nuisette très courte de couleur noire, la transparence de cette nuisette m’indiqua qu’elle ne portait pas de culotte, je soupçonnais qu’elle avait mis cette tenue pour moi.

Je n’avais plus besoin de lui mentir, expliquant que mon retard était dû à un nouvel arrêt dans la cave, et que comme toutes les fois, ils étaient beaucoup et que ça me plaisait énormément, que j‘avais encore le goût de leurs spermes dans la bouche, comme pour s’en assurer, elle m’embrassa, sa langue fouilla chaque recoin de ma bouche.

Mais tu sais lui dis-je, il y a une bite que je voudrais bien goûter en lui montrant le chien qui était allongé sous la table.

Son joli sourire me persuada que le moment était proche, mais pour l’heure nous devions dîner, le temps de faire un brin de toilette et me changer, je décidais de porter comme elle une nuisette et pas de culotte. Assise de chaque côté de la table, nous discutions de chose et d’autre, mais surtout, elle voulait en savoir plus sur mes rendez-vous dans cette cave, je rentrais donc dans les détails, lui précisant que les mecs, pour la plupart de la cité voisine du lycée, étaient de tous âges, aux origines ethniques de tout genre et qu’à chaque fois, ils me remplissaient la bouche de sperme, que c’était drôlement bon. Elle répliqua qu’avec mon physique, je devais les faire bien bander, en effet, si les jeunes fantasmaient pour ma ressemblance avec l’actrice Miley Cyrus, les vieux par contre c’est mon jeune corps qui leur plaisait, mais tous se réjouissaient de mes talents de suceuse. Pendant qu’elle m’écoutait, elle avait glissé une main sur sa chatte et commençait à se masturber puis s’arrêta, mais continuait à gémir.

Par curiosité, je regardais sous la table et je vis le chien lui lécher la chatte, elle n’avait plus besoin de se cacher, jambes écartées, les genoux prenant appuis sur le bord de la table, elle s’offrait.

Quel beau spectacle, ce matin je n’avais vu que des images mais là, c’étais du réel, tendant le bras sous la table, je cherchais sa bite mais tombais sur une belle paire de couilles que je m’empressais de caresser. J’aimais bien les sentir dans ma main, tendant l’autre main, je les pelotais à deux mains, me baissant un peu, je pouvais les voir. Me glissant sous la table, je m’agenouillais derrière lui et amenant ses couilles vers ma bouche, je commençais à les lécher, quelle sensation bizarre rien à voir avec un homme, son odeur, ses poils qui me frottaient le visage, vraiment j’appréciais beaucoup.

M’introduisant une couille dans la bouche, je l’aspirais puis je passais à l’autre, j’aurais voulu y mettre les deux mais ma bouche n’était pas assez grande. Mon nez à plusieurs reprises avait frotté son anus, il me paraissait propre, mais même s’il ne l’était pas, n’avais-je pas à plusieurs reprises léché le cul des mecs plutôt sale. Ma langue caressa les abords de son cul, puis doucement j’y introduisis ma langue, le chien continuait de lécher maman, aucune réaction de sa part, ce qui m’encouragea à aller plus loin et l’attrapant par ses pattes arrières pour le bloquer, appuyant ma bouche sur son trou, ma langue l’encula le plus loin possible, je fouillais l’intérieur comme une folle ramenant un peut de matière que je m’empressais d’avaler, je recommençais plusieurs fois cette opération, lui pratiquant d’une certaine manière un lavement anal. Maman savait-elle ce que j’étais entrain de lui faire, le devinait peut-être, car elle me demanda si je voyais sa bite, mais elle n’était toujours pas là, ajoutant qu’elle la fera sortir tout à l’heure, en attendant elle me pria de rejoindre le chien entre ses jambes et de la lécher également. Je me retrouvais ainsi entres ses jambes. Le chien et moi étions là à lécher sa belle chatte, nos langues se touchèrent, j’en profitais pour avaler les quelques traces de bave qui coulaient de sa gueule, la position de maman me permettait de lui doigter le cul, elle était aux anges, bloquant nos deux tètes sur sa chatte, elle cracha son jus dans un orgasme puissant, je laissais son jus au chien, pour le remercier de m’avoir si gentiment laissé fouiller son cul tout à l’heure.

Débarrassant la table rapidement, afin de passer à la suite des festivités, en ouvrant le réfrigérateur, un magnifique concombre trônait dans le bac à légumes, l’idée de me le mettre dans le cul me vint tout de suite, un examen rapide de mon anus m’indiqua qu’il s’était légèrement refermé malgré la séance que j’avais eue ce matin, mais ma rondelle avait gardé toute son élasticité. Je me retournais vers ma mère, le concombre à la main et me le mis dans la bouche en imitant une fellation, ce qui la fit rire aux éclats, nous étions toutes les deux très excitées, nous savions que dans quelques instants, nous allions nous partager le chien. Mais pour l’heure, je voulais cet engin entre mes petites fesses.

Je lui tendis le concombre et debout les jambes légèrement écartées, le haut du corps penché en avant, je lui présentais mes fesses que je maintenais écartées entre mes mains. Evidement, elle comprit tout de suite, couvrant d’huile le concombre ainsi que mes fesses, le présenta devant mon anus et commença une introduction douce, j’avais enfin quelque chose qui ressemble à une bite dans le cul et j’adorais, mon cul obéissait à tous mes désirs, s’élargissant sans trop de souffrance, maman caressait mon corps d’une main et de l’autre continuait de m’enfoncer le concombre. Elle appela le chien, et plaça sa tête entre mes cuisses, sans tarder, il s’occupa de ma chatte, quel bonheur, je me faisais enculer par maman et lécher par le chien. Sa langue rappeuse faisait des merveilles sur ma petite chatte imberbe, mon premier cunni canin et sûrement pas le dernier. La moitié du concombre était dans mon cul, jugeant l’expérience réussie, elle retira l’engin et le reposa après l’avoir nettoyé avec sa langue et m’embrassa de nouveau tendrement, ce qui me prouva qu’elle aussi avait ressenti du plaisir à m’enculer.

Aussitôt après, elle prit le chien et l’allongea sur le sol, joua avec quelques instants, ses mains parcouraient son corps en insistant sur ses parties génitales, elle lui caressait les couilles, que j’avais déjà reçues dans ma bouche, impatiente, maman m’entendait dire « Je veux voir sa bite ».

A suivre

Diffuse en direct !
Regarder son live