Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 43 769 fois
  • 658 J'aime
  • 22 Commentaires

Julie, féministe et soumise

Chapitre 1

Le jeu

Avec plusieurs hommes

Julie ne pouvait s’empêcher de penser à son propriétaire, à des passages de ses lettres, en particulier ses exigences, tandis qu’elle se soumettait une nouvelle fois à l’une d’elle.


Elle était embarrassée en songeant que l’esthéticienne qui s’affairait sur son maillot s’en rendait peut-être compte, comme si sa chatte allait se mettre à briller, trahissant son excitation. Si tel était le cas, la jeune professionnelle qui s’occupait d’elle en ce moment n’en montrait rien. La dextérité avec laquelle elle maniait la cire et son regard perdu au loin indiquaient qu’elle en avait vu d’autres, et des plus humides.


Pour Julie en revanche c’était une grande première. Elle s’était déjà rasé certes, mais seule, uniquement le bord du maillot et les jambes avant de cesser toute lutte contre l’invasion capillaire depuis plus d’un an, depuis la monté en puissance de ses convictions féministes.


Un an, cela correspondait plus ou moins avec l’extinction du désir dans son couple. Longtemps, elle et Bertrand avaient lutté contre cette évidence en tentant de faire semblant, en baisant encore de temps à autres avant d’y renoncer, par flemme. Alors ils firent semblant à nouveau, mais de ne pas s’en rendre compte, cette fois-ci. Naturellement, à 23 ans, ils continuaient à désirer, mais leurs envies avaient migré clandestinement vers d’autres personnes. Prétendant investir leur énergie dans leurs études et dans diverses causes, ils adoptaient l’un pour l’autre et pour leur entourage des attitudes studieuses et politiquement engagées et se branlaient dans leur coin ou convoquaient largement leur imaginaire les rares fois où il leur arrivait encore de baiser, ce qui revenait au même.


Julie, ardente militante féministe, était de tous les débats et de tous les combats concernant la cause des femmes. A mesure que son discours se durcissait, se rapprochait des positions les plus intransigeantes, son fantasme se déplaçait d’autant, vers la soumission et l’humiliation.


Ayant d’abord tenté de faire correspondre son désir avec son idéologie, elle avait essayé de satisfaire ses pulsions naturelles en rêvant pendant qu’elle se caressait à des hommes ou des femmes des cercles qu’elle fréquentait, des personnes intellectuellement compatibles avec elle, des personnes avec qui elle s’imaginait des actes sexuels respectueux et honorables. Mais son désir suivait une autre pente et ce n’est qu’en s’imaginant dans des situations de contrainte, sous la coupe d’horribles machos qu’elle parvenait à l’orgasme. Elle recourut à ces affreuses pensées d’abord par flashs, intercalés comme accidentellement dans les scénarios ennuyeux qu’elle se projetait pour se branler, avant de se résoudre à les laisser prendre toute la place.


Elle y parvint en aménageant ses convictions afin de leur permettre de cohabiter avec ses fantaisies de dégradation. Elle chercha et trouva quantité d’intellectuelles féministes défendant le droit à l’ambivalence, et finit par se convaincre qu’un strict cloisonnement entre réel et imaginaire lui permettrait de se laisser aller à ses fantasmes chéris sans avoir à rendre de compte à personne.


Julie se laissa donc aller à s’imaginer systématiquement soumise à des connards dans diverses situations toutes plus dégradantes les unes que les autres et elle y prit beaucoup de plaisir, sans plus en éprouver la moindre culpabilité.


Bertrand avait fait à peu près le même chemin de son coté mais s’était montré plus éclectique dans ses choix fantasmatiques, plongeant volontiers dans les sites pornographiques, fouillant dans la multitude de catégories comme dans un coffre au trésor. Il revenait cependant souvent vers deux d’entre elles : les cocus et les gangbangs. Souvent, il imaginait sa copine dans les bras de ces types et elle lui redevenait alors attractive. Parfois il s’identifiait aux gars qui profitaient de la fille mais plus fréquemment, c’est en se mettant à la place du cocu qu’il trouvait son plaisir le plus vif.


La vie du couple changea le jour où Julie surprit Bertrand en train de se palucher devant son ordi. Il le claqua précipitamment mais des gémissement de fille continuèrent de s’en échapper pendant qu’il tentait de cacher son érection.


Ignorant tout des fantasmes de sa copine, ne connaissant d’elle que sa face exposée au soleil, il ressenti une honte et un désespoir profonds tandis que s’élevaient de son ordi des insultes en anglais se superposant aux cris de plaisir de la fille.


Julie insista pour qu’il lui montre ce qu’il regardait. Bertrand, mortifié, assista à l’invraisemblable collision, tant redoutée, entre sa copine férocement féministe et les images obscènes sur lesquelles il se branlait avec passion à défaut de la baiser.


Julie garda un visage impassible tandis que sur l’écran s’affichait une scène qu’elle aurait pu imaginer. Cinq ou six types baisaient brutalement une femme en robe de mariée tandis que son époux assistait à la scène impuissant, attaché aux pieds du lit.


Julie qui n’avait jamais osé regarder du porno, déguisa l’excitation qui la submergea, faisant mine d’être profondément choquée.


Son amoureux consacra de longues minutes à s’excuser, prétendant que c’était la première fois qu’il allait sur ce genre de sites, qu’il l’avait fait par curiosité, qu’il n’y retournerait plus tant il trouvait cela dégueulasse.

Julie profita de la tirade pour revenir au calme et pensa que c’était peut-être l’occasion pour tenter de relancer l’érotisme dans leur couple.


Dans toutes ses fantaisies un personnage de leur entourage revenait régulièrement : leur propriétaire, un quinquagénaire bedonnant aux regards lubriques. Souvent elle s’imaginait devenir son jouet, à lui et à ses copains dégoûtants qu’elle avait un jour aperçus en lui rapportant une clé.


Alors elle soumit à Bertrand l’idée qu’il pourrait peut-être jouer un rôle, endosser par exemple l’identité du proprio vicieux et faire pression sur elle pour en obtenir des faveurs sexuelles. Ce mois-ci par exemple, leurs parents tardant à leur virer de l’argent, ils étaient comme souvent en retard de loyer.

Bertrand pourrait créer une fausse boite mail, se faire passer pour le proprio et la faire chanter en contrepartie d’un délai...


Elle s’arrangea pour faire porter à son copain la responsabilité de ce jeu qu’elle ne lui proposait que contrainte par les circonstances, pour sauver son couple, surmontant le dégoût que l’idée lui inspirait à elle.


Bertrand ne répondit rien mais se blottit dans les bras de son amoureuse qui dès le lendemain reçut pour la première fois un mail de son bailleur.



Mademoiselle V,


Je m’adresse à vous plutôt qu’à votre compagnon car vous me semblez la plus raisonnable des deux. Je voudrais attirer votre attention sur les multiples retards de paiement de loyer et étudier avec vous comment remédier à cette situation. Si vous rencontrez des problèmes financier, nous pourrions peut-être trouver un arrangement qui nous donne satisfaction à tous. Sans quoi, je me verrai obligé d’engager des poursuites afin de faire respecter mon droit.


Cordialement,


Alain R.



Julie ne se rendit compte qu’après avoir lu ce mail qu’une de ses mains avait glissé à son insu entre ses cuisses pendant qu’elle le parcourait. Elle se branla en le relisant plusieurs fois et en y répondant de sa main libre.



Monsieur R,


Je suis si confuse et honteuse de vous imposer ces retards de paiement que je serais prête à tout les sacrifices pour réparer le préjudice. Si vous pensez à quelque chose que je puisse faire pour vous n’hésitez surtout pas à me le demander. Je vous supplie bien humblement de nous pardonner, je vous en supplie à genoux



Votre obligée,


Julie V.



C’est ainsi que commença une correspondance qui amena rapidement Julie à expédier des selfies de plus en plus osés. D’abord, elle fit semblant d’être choquée, coupa court, puis revint, implorante, et accepta bientôt de montrer son corps, dans le détail et dans des positions toujours plus suggestives.


Dès les premiers échanges, son interlocuteur imposa ses règles. Elle continuerai à le vouvoyer et à l’appeler monsieur tandis qu’il la nommerait lui comme bon lui semblait, le plus souvent par des insultes. 

Là encore Julie se rebella pour la forme, ravi de cette initiative de Bertrand qui semblait enfin sur la même longueur d’ondes. « Chiennasse féministe » revenait souvent, alternant avec « connasse végan » (alors qu’elle adorait le fromage et la charcuterie) au milieux d’injures plus banales.


Julie se régalait et se serait volontiers laissée aller à une bonne partie de baise avec Bertrand si ce dernier ne s’était pas autant appliqué à tenir son rôle de cocu ignorant de la double vie épistolaire de sa copine, restant en dépit de leur jeu torride aussi distant que d’habitude.


Julie se demanda s’il y prenait autant de plaisir qu’elle, s’il se branlait devant les vidéos qu’elle lui envoyait, vidéos où elle-même caressait sa chatte ouverte et en jouissait comme jamais, en particulier depuis qu’il lui avait envoyé une photo de sa bite. Enfin, pas tout à fait de sa bite, justement. Bertrand avait manifestement trouvé sur le web une queue qui eut pu appartenir à son personnage, au proprio de leur appart : un énorme membre parcouru de veines proéminentes, surmonté d’un ventre imposant et très poilu.


Le contraste avec la véritable queue de Bertrand rendait plus excitante encore la vision de cette bite aux dimensions intimidantes. A sa réception, elle cala l’image figée sur l’écran de sa tablette près de son visage et se branla passionnément face webcam, embrassant régulièrement la bite à l’écran comme une icône sacrée.


À la réception de cette nouvelle vidéo, le proprio indiqua qu’une fille capable de faire ça est plus proche d’une actrice de porno que d’une militante féministe et qu’il lui faudrait maintenant assumer son statut de « salope soumise », « d’adoratrice de la bite ».


En conséquence, il réclamait qu’elle épila tous ces « vilains poils » et se fit faire une teinture de « pouffiasse blonde » et qu’elle lui envoya enfin une nouvelle vidéo où, tout en embrassant à nouveau l’image de sa bite, elle s’enfonça un gode dans le cul.


Julie délibéra un bon moment avant de se décider à rassembler ses économies pour répondre à ces exigences. Ignorante des tarif des esthéticiennes autant que de ceux des coiffeurs, elle fut surprise par la somme à débourser qui correspondait plus ou moins aux économies réalisées par le couple pour leur participation à un festival altermondialiste qui devait avoir lieu cet été-là dans le midi.


Elle cassa cette tirelire, se convainquant que le sauvetage du couple valait bien de laisser à d’autre le soin de sauver la planète du « péril capitalistico-machiste », tel que ses camarades de lutte aimaient le désigner.


Si l’épilation, en hiver, ne lui posait aucun problème vis à vis de ses copines, la coloration représentait en revanche un sérieux obstacle à la suite de leurs relations. Il fallait s’attendre à une polémique. Julie se dit qu’elle serait toujours à temps de recouvrir de henné ses cheveux avant de reparaître devant elles, ainsi, il lui fallait juste éviter de croiser l’une d’elle dans la rue après sa transformation.


Après que celle-ci eut lieu, Julie ne pu s’empêcher tout au long du chemin du retour, dès quelle passait devant une vitrine, d’admirer son reflet. D’amples boucles blondes encadraient son visage discrètement maquillé par l’esthéticienne, ondulant dans le vent et bondissant à chaque pas comme dans une publicité. Elle ne s’était jamais trouvée aussi belle ni aussi vulgaire et n’avait jamais croisé de regard, tant masculins que féminins, aussi insistants.


Arrivée à la maison, elle souhaita tester tout de suite l’effet de sa transformation sur Bertrand et s’approcha de lui tandis qu’il s’affairait à son ordinateur, lui tournant le dos.


– Mon chéri ?…


L’apercevant enfin, Bertrand se métamorphosa à son tour, portant le plat de ses mains sur sa figure décomposé, ressemblant soudain au Cri, le tableau de Munch.


– Tu… tu n’aimes pas ?


– Mon Dieu mais… Julie, qu’est-ce que tu as fait ?


– Allez, arrête de tenir ton personnage de petit copain innocent ! Devient le féroce proprio à grosse bite, attrape-moi par les cheveux, fais de moi ta chose !


– Putain, mais… mais de quoi tu parles ???


À cet instant, un doute effleura la conscience de Julie mais il disparu aussitôt, son esprit préférant l’option qui lui causait le moins de soucis. Comprenant qu’elle n’obtiendrait pas de son amoureux qu’il tomba le masque, Julie se retira dans leur chambre, ferma le verrou et repris son rôle de jeune fille soumise au chantage d’un vieux salaud.


Elle déclencha sa webcam, alluma sa tablette sur laquelle elle figea à nouveau l’image de l’énorme queue et se déshabilla en s’observant dans le miroir.


Son corps entièrement glabre ne lui avait jamais semblé aussi nu, aussi... disponible. Elle découvrait face à elle une jeune fille qui ressemblait beaucoup à celle de la vidéo porno que Bertrand matait tantôt, une fille qui prenait simultanément trois bites tandis que son mari attaché au lit était condamné à regarder.


Julie sortit de son sac un gode très réaliste dont elle venait de faire l’acquisition, un gode aussi proche que possible de celui qui figurait à l’écran disposé près d’elle.


Elle l’appuya un instant contre sa joue, adoptant un air candide à la manière de Marilyn Monroe, puis posa une pluie de petits baisers sur son extrémité avant de s’adresser à la caméra.


Encore pétrifié par l’apparition, Bertrand n’osait frapper à la porte de la chambre, se tenant devant, hagard et désemparé. L’oreille tendu vers l’intérieur, il entendit distinctement son amoureuse s’exprimer d’une voix enfantine, sur un ton boudeur :


– Vous voulez bien prendre mon cul, monsieur... S’il vous plaît ?



A suivre ?



Merci de cliquer sur « j’aime » si c’est le cas.

Diffuse en direct !
Regarder son live