Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 156 fois
  • 81 J'aime
  • 0 Commentaire

Julie s'offre à moi

Chapitre 3

Début le l'initiation de Julie

Hétéro

Je sentais son corps qui tremblait légèrement. En bougeant, elle avait imperceptiblement desserré ses cuisses. J’en profitais pour reprendre mon exploration. Lentement, je fis passer ma paume sur son sexe de bas en haut. Instinctivement, elle se prêta à cette caresse en écartant franchement ses cuisses m’ouvrant le passage.


D’un doigt, j’écartais le frêle morceau de tissu censé protéger sa petite fente déjà bien humide. Mon majeur se fit plus précis en passant entre ses petites lèvres, titillant au passage son petit bouton d’amour qui se gorgeait de sang et montrait le bout de son nez. Progressivement, ma caresse se fit plus précise en écartant encore un peu plus ce petit abricot qui devenait de plus en plus liquide.


Les premiers effets se firent sentir. Ma belle Julie se mit à onduler du bassin en se calant sur le rythme de mon doigt. Quelques petits soupirs s’échappaient maintenant de ses lèvres entre-ouvertes. Ma pénétration s’accentua encore, cette fois, mon doigt nageait dans un grand bain de cyprine. Je glissais un deuxième doigt en accélérant la cadence. Les mouvements ondulatoires du bassin de la jeune femme se firent plus désordonnés, elle se mit à trembler de tout son corps en frétillant sous mes caresses. Elle s’arc-bouta en prenant appui sur ses talons tout en lâchant un râle puissant. Au même moment, elle resserra fortement ses cuisses sur mes doigts. Elle venait de connaître son premier orgasme.

Pour lui donner le temps de récupérer, je mis mes doigts gorgés de ses sécrétions entre ses lèvres afin de lui faire goûter son jus. Elle suça consciencieusement son nectar tout en me fixant les yeux remplis de reconnaissance.


Me relevant, je vins m’installer à genoux entre ses cuisses pour lui enlever son string devenu inutile. Sa vulve m’apparut dans toute sa splendeur, dégoulinante de cyprine, son petit bouton d’amour était rouge vif après avoir été mis si longtemps à contribution.


Cette fois-ci, Julie ne se fit pas prier pour écarter complètement ses jambes. Quel spectacle fascinant ! Sa petite chatte épilée de près était une invite à l’amour. Je m’allongeais devant ce fabuleux trésor, ma langue pénétra avec bonheur ce temple de l’amour encore inviolé. Je lapais comme un petit chat lapant son lait, ne laissant pas de côté son clitoris qui se dressait tel un obélisque vers le ciel. J’en profitais pour glisser un doigt en faisant des allers-retours bien au fond de son antre. J’étais enivré par son odeur un peu musquée de femelle en chaleur, le goût un peu salé de la cyprine me rendait fou.


Après cette belle entrée en matière, Julie fut beaucoup plus démonstrative et coopérative. Elle plaça ses deux mains sur ma tête pour me guider vers les zones les plus érogènes. Son bassin ondulait de plus en plus vite, laissant présager d’une jouissance prochaine. Elle connut son deuxième orgasme en criant franchement de bonheur.


Julie venait de découvrir les délices de l’amour, maintenant qu’elle avait conscience des réactions de son corps, il était temps pour elle de découvrir l’anatomie masculine. J’étais tellement tendu dans mon boxer que j’en ressentais une douleur terrible.


Ce fut à mon tour de m’allonger. Je fis assoir ma jolie partenaire près de moi. Elle me fixait, interrogative. Je pris sa main et la posai sur mon sexe toujours prisonnier dans le boxer. Encore une fois, je ne devais pas la brusquer. A travers le tissu, je lui fis prendre conscience du volume de sa future friandise. Sentir le contact de sa main sur ma queue me rendait fou.


Je décidais de me débarrasser de mon boxer. L’engin lui apparut dans toute sa splendeur. Encore une fois, je guidais sa main, la plaçant sur ma hampe dressée. Elle ne quittait pas des yeux mon sexe tendu, peut-être était-elle impressionnée par la taille de l’engin. (Attention, je ne me prenais pas pour Rocco Siffredi, mais ma queue était tout de même d’une taille acceptable). Je lui fis commencer un lent va-et-vient pour qu’elle puisse prendre conscience de la vigueur de ma poutre. Le gland était trempé et elle n’eut aucune difficulté à faire coulisser la tige de chair entre ses doigts.


Sentir sa main directement autour de ma queue faillit me faire décharger dans l’instant. J’avais dû faire un effort surhumain pour résister. Je fermais les yeux et savourais cette douce branlette. D’instinct, elle trouva le geste idéal en accélérant et en ralentissant la cadence.


Soudain, sans que je lui demande, je sentis sa langue venir laper les gouttes de liquide préséminal qui sortaient de mon gland. Prenant d’elle-même l’initiative, elle referma des douces lèvres autour de ma queue congestionnée et elle entreprit un lent mouvement montant et descendant.

En ouvrant les yeux, j’ai eu l’agréable spectacle de la bouche de Julie qui s’appliquait à me sucer avec application. Ses gestes étaient hésitants, mais prometteurs. Elle continuait sa branlette tout en pompant comme une reine. Pour l’encourager, j’en profitais pour glisser deux doigts dans sa fente qui ne demandait que ça. J’étais tellement excité que ce traitement vint rapidement à bout de ma résistance. J’éjaculais une bonne dose de foutre dans cette bouche virginale. Elle fut un peu surprise par le premier jet, mais elle se força à tout avaler.


— Tu as été formidable mon chat, lui dis-je. Pour une première fois, tu as été exceptionnelle.


Elle vint se coucher contre moi en m’offrant sa bouche. Elle avait encore l’odeur et le goût de mon sperme sur la langue. Je lui enlevais même une goutte qui était restée sur le côté de sa bouche.


Il était temps de passer à la dernière étape de son initiation. Je la fis s’allonger et je me saisis d’un préservatif que j’avais préparé avant son arrivée. Nous ne devions pas courir le risque qu’elle se retrouve enceinte. Nos deux vies s’en seraient trouvées complètement fichues. Elle m’observa mettre en place le condom. Elle semblait un peu nerveuse à l’approche de l’échéance, elle me faisait penser à un petit animal pris au piège, attendant l’heure de sa mise à mort. Je la pris dans mes bras en la berçant doucement comme un petit enfant.


(A suivre ...)

Diffuse en direct !
Regarder son live