Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 7 462 fois
  • 69 J'aime
  • 1 Commentaire

De Julien à Julia

Chapitre 3

La belle blonde

Travesti / Trans

Le temps passe, et avec Maureen, on se perd un peu de vue, on continue surtout à se parler. Je n’ose pas lui parler de mes aventures nocturnes seul dans ma chambre. Elle se trouve un nouveau copain et je disparais peu à peu de sa vie. Cependant, je n’ai pas arrêté de me transformer en Julia de temps en temps. J’entretiens ma peau épilée avec envie et désir.


Et mon compte Facebook devient un peu un repère de travestis en tout genre, homme pervers et j’adore m’amuser en caméra. Je passe souvent toute la nuit à trouver le parfait homme qui pourra me dominer, m’humilier et bien plus. Je n’ai pas envie de passer à l’acte seulement, je me trouve belle pour le moment et excitante. L’été arrive rapidement après mon bac (que j’ai réussi parfaitement). Avec Maureen on se perd de vu et je me retrouve donc seul face à ma nouvelle passion. Cet été, j’ai trouvé un petit boulot très classique dans un fast-food de ma petite ville de campagne. J’ai dix-huit ans depuis mars et je travaille plutôt bien, c’est ce qu’on me dit. Et vous vous en doutez, il y a toujours une fille dans ces histoires. Elle s’appelle Camille, grande blonde fine, bien maquillée très féminine dans cet univers de graisse. Forcément, je tombe amoureux dès la première fois que je la vois, mais bon jamais elle ne s’intéressera à moi.


Le premier mois passe et en effet je la regarde en coin de temps en temps, heureusement j’ai une technique, je me lie d’amitié avec un de ses meilleurs potes. Et un jour, je ne sais pas trop pourquoi, mais ce pote, David, commence à faire des blagues, je le suis et on s’amuse, ma chère Camille entre dans le jeu et la discussion commence entre nous deux. Tous les soirs, pendant deux semaines, on parle de tout de rien, on ne s’arrête jamais et j’adore ça, j’en oublie ma nouvelle passion et je suis heureux de ça.


Je n’ai pas encore dormi chez elle pour le moment, mais j’en rêve. Son anniversaire arrive bientôt, mais je n’ai pas d’argent, alors dans une conversation, je lui dis que pour son anniversaire, je lui offre trois souhaits, ce qu’elle veut. Et forcément, j’ai une idée qui commence à germer en tête. Elle me dit qu’elle ne sait pas trop quoi me dire et je lui donne plein d’idées parmi lesquelles, celle de devenir sa poupée vivante. Et vous vous en doutez, cela passe crème et me revoilà la veille de ma venue à m’épiler entièrement le corps pour elle avec photo à l’appui. Je fais attention à couper la photo pour qu’elle ne voit pas ma petite queue en érection totale.


Et me voilà, il est vingt heures, j’arrive chez elle. Elle est si belle ce soir, elle porte une robe rouge mi-cuisse et dos nu, des sandales à talons aiguilles, elle sent la rose et son maquillage me fait penser à une dominatrice. Je ne sais pas pourquoi je la regarde en la complimentant sur ses jambes. Elle rigole et sans m’en rendre compte, on s’embrasse rapidement.


Je n’y crois pas, la fille que je kiffe depuis un mois m’invite chez elle, s’habille très sexy, m’embrasse et me complimente elle aussi sur mes jambes épilées. On parle un peu, boit un peu et vient le moment que j’avais presque oublié, rêvé, elle me dit d’aller me changer. Elle me tend un sac et je me retrouve dans les toilettes seul.


En ouvrant le sac, je découvre un petit string en dentelle blanc que j’enfile sur ma petite que molle qui durcit à la vue des collants blancs sur ma peau. En haut, un croc-top blanc assez transparent dévoilant mes petits tétons légèrement. Et en bas une minijupe blanche très moulante qui ne cache rien de mes petites fesses. Et pour finir cet ensemble parfait des talons hauts blancs fermés. Mes talons claquent sur son parquet et elle m’entend, elle rigole en me voyant. Mais dans ses yeux, je vois un mélange de choc et d’excitation.


Elle s’approche sur ses sandales à talons, pose sa main sur ma cuisse, je sursaute doucement en soufflant. Elle sourit en me mordillant l’oreille.


— Wow, je ne pensais pas tu serais aussi sexy ma belle, ça donne des idées.


En disant cela, elle commence à passer sa main sur mes fesses comme le ferait un mec sur sa copine. Je souffle et rapidement ma petite queue se tend. Elle s’amuse à me parler au féminin, me toucher comme une fille. Je comprends mieux sa tenue très dominante comparée à moi toute en blanc, soumise. Après une quinzaine de minutes de maquillage où ses mains se baladent sur mon corps, mes cuisses, ou les compliments fusent sur ma féminité, où une tension sexuelle est palpable. Je la vois nue sous sa robe, elle en profite. Je ne refuse rien. Ni le vernis ni les faux bijoux. On se met à table face à face après ça, on parle comme si de rien n’était. Et elle me dit que ce n’était que le premier de ses trois souhaits. Et la voilà, commençant à jouer avec ses talons sur mes cuisses, face à moi. Je fais mine de ne rien sentir. J’ai si honte de ce qui se passe et ça m’excite énormément. Elle me regarde dans les yeux en clignant de l’œil.


— Si je te fais jouir comme ça, tu acceptes le dernier souhait quoiqu’il arrive et j’ai que cinq minutes, okay ?


Je la regarde, mes pupilles dilatées, je suis déjà très excité de la tenue, par elle et dans un soupir, je lui réponds :


— Humm oui Camille, tu n’y arriveras pas.


Derrière ces lunettes, je vois ses yeux s’illuminer, et son sourire grandir. Ses sandales à talons commencent à passer le long de mes cuisses, passer sur mon petit string blanc. Je la regarde, en soufflant, je bande déjà et elle le sait. Elle rigole et on parle de tout et de rien. Je suis parfois interrompu par des gémissements. Elle s’active. Ses talons font descendre mon petit string, je gémis quand elle fait ça, son talon appuie sur ma petite queue dure, je mouille déjà. Elle rigole. Elle accélère le rythme, en trois minutes, je suis déjà sur le point de jouir, elle commence à jouer sur mes petites couilles et je commence à fermer les yeux, gémir, je me laisse aller. Tant pis pour moi. Et en quelques secondes, je me lâche sur ses jambes. J’ai si honte, je rougis et la regarde, triomphante, souriante.


— Bravo Julien ahah tu es toute à moi maintenant.


Elle part se nettoyer les chevilles et revient en rigolant, posant ses mains sur mes épaules nues. En me susurrant à l’oreille de me préparer pour sortir en ville. Mes yeux deviennent blancs, je panique, la regarde. Mais avant que je puisse dire un seul mot, elle m’embrasse à pleine bouche. Le rouge à lèvres, l’excitation et sans trop vraiment comprendre ce qui se passe, me voilà dehors, sentant le vent sur mes jambes, nos talons claquant sur les pavés en direction d’un bar. Elle m’explique que ce soir, c’est soirée déguisée, et je vais devoir devenir sa cousine pour la fin de la soirée. Une heure, j’ai une seule heure à tenir comme ça.


Nous voilà toutes les deux face à face au bar. Tout le monde est déguisé et forcément qui dit petite ville, dit plein de gens que je connais. Mais avec Camille, ma tenue, sa tenue, personne ne semble me reconnaître. On va dire que l’alcool plus la nuit m’aident grandement. Et voilà que Camille commence à me parler, rigoler, sa main sur ma cuisse, je suis gêné, mais ça m’excite, je n’y crois pas. Je ne la pensais pas comme ça. Une demi-heure passe sans aucune encombre, l’alcool, l’excitation, la situation me plaît de plus en plus et j’en oublie ma situation. Quand je remarque que deux mecs approchent, des amis de Camille. Comparé à moi, ils font quand même beaucoup plus virils. Le premier déguisé en Tarzan l’autre en Action-Man.


Nous voilà les proies. Je n’ose plus bouger parler, je suis bien cambré dans ma chaise, Camille s’amuse à me titiller avec sa jambe. On est chacune à côté d’un mec. Et forcément très vite, les mains passent sur nos cuisses, je vois Camille en rire, me regardant, les papilles dilatées, je rêve ou ça lui plaît de me voir me faire draguer en fille. La main du mec parcourt ma cuisse nue à cause des bas. Je rougis, mais le laisse faire. Il me pince légèrement l’arrière des cuisses, se rapproche, je regarde Camille faire et l’imite. Elle est très tactile. L’alcool aide à me sentir bien. Je joue le jeu, j’ai trop peur de me faire cramer. Le bar va bientôt fermer, on se lève tous les quatre. Le mien s’appelle Victor, il a l’air plus timide que Thomas qui s’occupe de Camille en tentant de récupérer son numéro. Victor s’approche de moi, me complimente sur mes chaussures et mes jambes en passant sa main sur mes cuisses, qui se retrouve rapidement sur mes hanches et finalement sur mes fesses.


Je suis clairement à sa merci et ça ne me déplaît pas. Et sans que je comprenne ce qui se passe, je vois Camille embrasser Thomas et Victor qui commence le même mouvement, je ne sais pas quoi faire, mais me laisse aller.


Le temps s’arrête pour moi, je me retrouve travesti comme une petite salope en talons hauts et string, à côté de la fille que je kiffe, qui, je le rappelle embrasse un autre mec que moi et surtout j’embrasse un mec à pleine bouche. Après quelques minutes de baisers passionnés, je me retrouve sans voix et c’est Camille qui me sort de ma torpeur pour me tirer par le bras en envoyant aux deux mecs nos numéros de portables.


En arrivant dans son appartement, je souffle en m’asseyant sur le canapé, dans cette tenue, ma position est indécente et j’entends un flash et un rire. Camille s’approche et m’embrasse, me disant qu’elle a beaucoup aimé me voir gêné, légèrement humilié, embrassant un mec. Et en effet quand ma main passe sous sa robe, sa peau est chaude, frissonnante, et me voilà commençant à la doigter là, sur le canapé. La soirée est bien avancée, on fait l’amour assez sauvagement, moi toujours en fille. Ceci me plaît tellement. On s’endort tranquillement et le lendemain, me voilà perdu, avec cette fille.


Est-ce ma copine ou ma maîtresse ?


Diffuse en direct !
Regarder son live