Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 22 092 fois
  • 141 J'aime
  • 5 Commentaires

La jumelle aux petits seins

Chapitre 3

Inceste

Envies dévoilées


A quinze heures, comme convenu, Sarah réveille son jumeau. Trois petits coups à la porte. Elle s’est assurée avant par la vitre sans tain qu’il était toujours à poil. Elle ne saurait dire pourquoi mais la vue de son frère dans le plus simple appareil éveille ses sens.


— Juju, c’est trois heures, si tu veux te baigner c’est maintenant.


Elle le surveille toujours derrière la glace, observant sa réaction.


— Oui, oui, j’arrive.


Julien se lève d’un bon, son sexe rose en vue et va vers la porte. Il sort nu dans le couloir.


— Tu ne mets pas de maillot ?


Demande Sarah ton le regard ne se porte pas sur les yeux mais bien plus bas.


— Pourquoi faire, on en met jamais à ce que je sache !

— Oui, je suis idiote, je m’endormais sur mon portable.

— Pas grave, quitte ta chemise, t’en as pas besoin non plus. Et on est quand même habitués à se voir sans rien tous les deux.


Sarah ne comprend pas... elle hésite, elle sent bien que sa chatte demande encore du plaisir mais que ce n’est ni le lieu ni le moment. Elle a peur que cela se voit. Malgré tout elle laisse tomber le tissu et se dévoile dans toute sa splendeur à son jumeau.

Julien regarde et se tourne rapidement. A la vue si proche de sa sœur, sa queue s’est levée à vitesse grand V. Tendue comme un bambou elle se se dresse vers le plafond lumineux.


— Tu es si pressé ?


En fait ça arrange bien la jumelle dont les tétons sont bandés aussi et ça, ça se voit.


— Dis moi Juju... comment dire... tu n’as jamais pensé que le manque de compagnie finirait par nous faire peine ?


Elle parle d’une voix douce, minaude, rougit.


— De quoi tu parles ?


Ils ont passé de longs couloirs éclairés d’une douce lumière verte, arrivent devant la piscine où l’eau, telle celle d’un lagon est d’un bleu intense. Julien a réussi à contenir son érection mais sa bite reste quand même plus grosse qu’à l’ordinaire.


— Ben... tu n’as jamais d’envies ?

— Si, j’ai envie de nager tu vois.


Répond Julien dans un rire forcé.


— Non, d’autres envies !


Sarah insiste, elle a besoin de savoir.


— Si aussi, j’ai envie d’aller au cinéma comme quand nous étions plus jeunes et qu’on passait des après-midi supers à regarder de beaux films en mangeant des pop-corn .


Le garçon a bien compris où veut en venir son double. Mais il n’a pas envie de répondre, pour lui, tout cela lui semble déplacé et ça ne la regarde pas.


— Tu es con quand tu t’y mets mon pauvre Julien.


Et Sarah plonge jambes écartées dans l’eau à vingt-quatre degrés. Julien a eu le temps de voir sa chatte ouverte et bon Dieu il rebande.

Sans tenter quoique ce soit cette fois, il plonge à son tour en priant que ça suffise à mettre fin à son érection.


— Je ne vais quand même pas me branler dix fois par jour pour éviter de bander.


Les jumeaux nagent, font des longueurs. Ils prennent plaisir à faire travailler leurs muscles bien développés par les séances de sport qu’ils s’imposent chaque jour.

Il faut avouer que la salle de sport est, comme tout le reste, spectaculaire, luxueuse. Les jumeaux peuvent y faire tous les exercices, ils peuvent même par le biais de l’informatisation, avoir l’impression d’être en extérieur. Ils adorent ces moments où des parfums d’autrefois s’élèvent, se mêlant à l’odeur de leur transpiration.

Après plusieurs minutes d’une nage intensive, ils jouent comme ils le font souvent.

Julien prend Sarah dans ses bras, la soulève, les seins de la jumelle sont à hauteur de sa bouche... il la tient un long moment, regardant cette petite poitrine si alléchante qu’il sucerait volontiers si elle n’avait pas était sa sœur.


— Bon... tu me lâches ?


Rappelait à l’ordre, il balance Sarah un peu plus loin dans l’eau où elle manque de boire la tasse.


— Petit con, j’ai failli m’étouffer.


Elle a de la fureur dans les yeux, elle n’a jamais aimé cela.


— Viens là sœurette que je me fasse pardonner !


Il nage jusqu’à sa sœur et arrivant derrière elle, la serre dans ses bras, évitant volontairement d’approcher de ses mains et de ses avant-bras les tétons dardés de Sarah.


— Tu as une jolie nuque avec ce petit duvet brun qui court jusqu’à la base de ton dos.

— Pas la peine de faire des compliments, j’ai avalé de l’eau avec tes conneries.


Julien s’écarte un peu, il bande à nouveau devant la chute de reins à faire pâlir de jalousie les plus belles femmes qu’il a pu voir sur l’ordinateur. Le cul de sa sœur est merveilleux, parfaitement dessiné, musclé à souhait, ferme et étroit, des idées folles lui traversent l’esprit... Il se doit de réagir.


— C’est bon, je vais me sécher et je vais au bureau, j’ai des trucs à faire.

— C’est ça oui, j’ai bien une idée des choses que tu as à faire.

— De quoi tu parles ?

— T’inquiète, je me comprends.


Julien pique un fard.


— Tu es bien la seule, je ne vois pas et je m’en fous.


En colère à son tour, il sort de la piscine, et file dans sa chambre où il s’installe à son bureau.

Sarah le suit de peu. Une petite faim le tenaille le ventre. Elle passe par la cuisine, tapote sur la tablette murale.


— Un thé et un biscuit ça ira bien pour tenir jusqu’à ce soir.


Deux secondes, le plateau arrive, thé fumant, biscuit encore chaud aux pépites de chocolat.


— Je ne sais plus qui a inventé tout ces trucs, mais franchement c’est génial. Ils étaient doués dans le temps nos anciens.


Une fois rassasiée, elle va à son tour dans sa chambre sur son ordinateur et tente de chercher les différentes relations entre jumeaux, rien... impossible d’accéder à la documentation. Elle cherche alors dans "relations entre frère et sœur"... là encore échec !


— Putain, c’est quoi ce bordel ? On a jamais eu de panne !


La jumelle insiste, tente plusieurs autres documents portant sur ces sujets, mais impossible d’y accéder. Elle file dans la chambre de ses parents, ouvre l’ordinateur imposant et qui occupe une grande partie de la pièce, commence les mêmes recherches, sans plus de résultat. L’inconvénient du matériel informatique installé dans le bunker, c’est que les dossiers ouverts sur un poste ne peuvent pas l’être en même temps sur un autre.


— C’est pas vrai ! Il n’a quand même pas ouvert toutes ces sources d’information ? Ou alors il a les mêmes fantasmes que moi.


***


Julien à son bureau, fait effectivement les mêmes recherches... Il bande en voyant sa sœur, il bande en touchant sa sœur, il bande en pensant à sa sœur. Y a un truc qui ne va pas. Il sent bien que ce n’est pas normal. Il tape :


"Relations entre frère et sœur"

La réponse n’est pas convaincante :

"Les relations entre frère et sœur aident à grandir. Ils s’adorent, se chamaillent, c’est une excellente occasion de se mesurer aux autres"...

Sans refermer le dossier, il cherche autrement :

"Relations entre un jumeau et sa jumelle"

C’est encore pire, les fichiers qu’il trouve parle de la fusion entre les jumeaux, de ce lien invisible qui les unit. Puis des tas de situations et d’histoires bien belles, mais qui n’apportent pas de réponse à cette attirance physique qu’il a pour Sarah.


Décidé à trouvé un explication plausible, et bien que le temps passe à une vitesse folle, il tape :

"Excitation en voyant ma sœur"

Toujours rien qui puisse apporter une explication ou des éclaircissements. Les commentaires psychiatriques ou psychologiques sont plus ou moins clairs.


— Bon... je bande quand elle est proche de moi, c’est donc sexuel, je vais voir ça.


"Excitation sexuelle en voyant ma sœur"

Mis à part une information sur l’inceste, rien de probant si on excepte que l’absence parentale, l’absence d’autres liens et que le rapprochement entre frère et sœur peut se faire naturellement pour dialoguer sur des sujets intimes. Ça il n’avait pas besoin de le lire, il s’en est rendu compte depuis belle lurette.


— Toujours pas plus renseigner le Juju. Ils n’ont pas prévu le coup les parents. Étonnant avec tout ce qu’ils ont mis en place.


Vexé de ne rien avoir trouvé de particulier, Julien décide de visionner un film porno. Il tombe sur extrait où une des filles ressemble étrangement à sa sœur.

Étendue nue, elle se fait prendre par tous les trous par plusieurs mecs qui la baisent et lâchent leur sperme, l’un dans la bouche, l’autre dans la chatte... Mais ce qui fait le plus bander Julien, c’est celui qui s’occupe du cul de la fille. A grand coups de boutoir il semble prendre un pied extra et elle en redemande. Comment une si grosse queue peut-elle entrer dans un si petit trou.

Le jumeau passe la vitesse supérieure et se masturbe. Il jouit en même temps que le mec qui à l’écran laisse partir son jet. La fille finit de le sucer, sa langue lèche le gland, suce et pour finir avale tout le foutre du type. S’il n’était pas assis, le jumeau en tomberait sur le cul.


— Et merde... je ne peux quand même pas reprendre une douche !


Julien s’essuie comme il peut, ouvre doucement la porte. Il écoute. Pas de bruit, Sarah doit encore être dans sa chambre. Il passe sa chemise en prenant soin qu’elle ne se colle pas sur les restes de sperme et file à la cuisine.


— C’est chiant cette histoire de douche. J’ai pas intérêt à me faire chopper en train de me laver la queue dans l’évier.


Il ne risque pas... Sarah est trop occupée à fouiner dans la chambre de ses parents. Depuis qu’elle a trouvé la boîte à trésors de sa mère, elle découvre des jouets sexuels dont elle ignore pour certains complètement l’utilisation.

Elle sort de la boîte secrète une longue tige en acier, fine à la base et s’épaississant de plus en plus.

Elle s’allonge sur le lit et se l’enfile dans la chatte...


— Bof, ça fait rien ce truc c’est certainement pas pour ça.


Elle change de trou et doucement se l’enfonce dans le cul. Elle n’a pas plus d’effet. Déçue, elle continue sa fouille. Un petit guide papier explique en substance l’usage de ce gode particulier.

Sarah commence la lecture, elle ne serait pas sur le lit elle tomberait le cul par terre. On y explique à grand renfort d’images, comment introduire l’engin dans l’urètre du sexe mâle en érection. Jamais elle n’aurait pensé que cela était possible. "Pour le plus grand plaisir de l’homme"... Elle a bien du mal à comprendre quel plaisir l’homme peut tirer d’une telle pénétration.

  Elle se dirige à nouveau vers l’ordinateur, cherche un film porno introduisant cette pratique, quand la voix du père retentit par les murs.

"A table les jumeaux, et brossez vous les dents après"


— Déjà dix-neuf heures ? J’ai pas vu l’après-midi passer.

Diffuse en direct !
Regarder son live