Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 18 588 fois
  • 167 J'aime
  • 9 Commentaires

Justine et son papounet.

Chapitre 1

Délire d'une de mes fans.

Inceste

J’écris cette histoire avec une de mes fidèles lectrices, essayant de faire coïncider nos deux points de vue et de rester cohérents. J’ai dû partiellement retoucher son texte en prenant soin de ne pas trop le dénaturer. Votre serviteur qui dans cette histoire est Papounet.



Justine :


Bien que je sois dans ma dix-neuvième année, je surnomme mon père papounet car je sais que ça l’énerve et j’adore ça. Mais vous verrez que je suis encore plus perverse.

En cette fin de cours, mon moral est à zéro, les garçons sont décidément tous pareils, leur seul intérêt est pour les gros seins !


Malheureusement, la nature ne m’a pas du tout gâtée de ce côté-là. Je me présente, je me nomme Justine, 1m60 pour 44 kilos, brune aux cheveux longs qui descendent sur mes seins trop petits à mon goût puisque je n’ai qu’un petit 85b en forme de poire surmonté par des mamelons assez proéminents, j’ai un petit cul assez ferme et une petite chatte bien lisse. J’aime mon corps, mais mes petits seins n’attirent visiblement pas les garçons !


A vrai dire, il y a quand même un homme beau et très attentionné avec moi depuis toute petite qui est toujours là pour prendre grand soin de moi, de me faire comprendre que je suis une jolie fille et cet homme c’est mon papa (papounet pour moi).


Papounet donc est un homme de 52 ans, divorcé, grand avec un corps sculptural et d’une douceur infiniment tendre avec moi, et depuis son divorce avec maman il y a quelques années, j’ai toujours refusé de le quitter.


Nous avons une vie merveilleuse tous les deux et il m’a fait découvrir les joies de la vie naturiste dès ma plus tendre jeunesse. Nous le pratiquons même au quotidien à la maison, d’abord l’été avant de l’étendre pratiquement douze mois par an. Au début cela me complexait d’être toujours nue à la maison, mais ça m’a très vite passé finalement, car j’en avais pris l’habitude au camp de naturistes et ça ne me déplaisait pas. Et aujourd’hui, j’adore cette sensation de liberté, la caresse de l’air sur mon corps !


Pour Papounet, bien qu’il n’ait jamais eu un geste inapproprié avec moi, il aime aussi la vue que je lui procure. La réaction de sa teub qui est ma foi monstrueusement énorme par rapport à celle de ces petits connards est pour moi magnifique, je vais peut-être dire des bêtises, mais je dirais qu’elle fait un bon 22 centimètres de long pour un diamètre de six centimètres au moins. Enfin quand elle est en érection maximum, car oui mon Papounet ne cache pas que je lui fais de l’effet quand nous sommes nus au quotidien et quelquefois, j’assiste à la croissance exponentielle de sa verge qui se dresse comme la barrière d’un passage à niveau après le passage du train.


Papounet m’a toujours dit : "Ma puce, vivre nue ne doit pas te priver de céder à tes pulsions en ma présence, si tu ressens l’envie de te caresser, ne te gêne pas. Tu verras que tu t’y habitueras et découvriras le plaisir extrême de t’exhiber sans pour autant en vouloir plus. Moi en tout cas je ne serais pas gêné pour le faire devant toi ma puce si j’en éprouve le désir. En revanche tu ne dois jamais parler de notre mode de vie à la maison, cela doit rester entre ces murs ".


Bien sûr, Papounet est un homme avec des besoins et il rentre quelquefois du travail avec une partenaire pour des plans cul et les voir et les entendre m’excite énormément. Il vous en dira plus, car oui nous écrivons ce récit ensemble.


Donc aujourd’hui la seule chose à laquelle je pense, c’est de finir mes cours dans quelques heures pour rentrer et retrouver mon Papounet, l’homme que j’aime le plus au monde et me confier à lui sans aucune barrière de mes déboires amoureux avec ces petits connards.



Papounet :


Ma puce est devenue une vraie femme. Ma pierre précieuse, mon saphir. J’ai vu son corps se transformer, son bassin s’élargir, ses seins prendre de l’ampleur. Je suis assez content de sa poitrine. Si les femmes préfèrent avoir de gros seins quand elles sont jeunes, elles le regrettent amèrement en prenant de l’âge et que leur poitrine s’affaisse comme un soufflé. Ces longues années de naturisme ont fait d’elle une jeune femme libérée sans tabou. De mon côté, je ne lui cache rien quand je ramène une conquête à la maison et je sais que depuis quelque temps, ma puce ne se prive pas pour m’espionner. D’ailleurs quand je trie le linge pour la lessive, je retrouve souvent ses petites culottes avec des auréoles très significatives. Elle mouille sacrément ma puce...


De plus en plus souvent, elle prend des poses très subjectives, me dévoilant son pubis et ses lèvres intimes qui ont elles aussi pris l’ampleur d’une vraie femme que je ne peux m’empêcher de bander. Mais comme ce n’est pas la première fois qu’elle me voie comme ça, je ne m’en cache pas.


L’autre jour, elle a ramené un (petit copain) et ils se sont isolés dans sa chambre. J’ai vite entendu des gémissements de plaisir et quand je me suis approché de sa porte entrouverte, comme une invitation, j’ai vu mon bébé qui ne l’est plus depuis belle lurette en train de faire de l’équitation sur le corps de son copain. Elle a tourné la tête et m’a aperçu, m’a souri sans pour autant arrêter de chevaucher la teub de son partenaire. Je voudrais bien être dans sa tête pour écouter ses pensées.



Justine :


L’autre jour en chevauchant un copain que j’avais ramené à la maison, je me suis aperçue que mon Papounet nous regardait et cela m’a rendue ma foi heureuse et encore plus chaude, hummm !


Je le voyais, sa grosse bite à la main et sans le lâcher du regard, je redoublais d’intensité sur la petite bite de mon copain Aurélien qui criait en me remplissant la chatte sans que pour autant je me calme, mmmhhh !


Il a voulu me baiser ici en sachant que mon Papounet était à la maison, mais ce n’est pas sûr qu’il assumerait la présence de mon Papounet qui nous espionnait...


Sentant le sperme remplir ma petite chatte, je reprenais mes chevauchements sur sa petite bite, bien qu’il gueulait de plaisir dû à sa jouissance et à la sensibilité de sa teub qui doucement perdait de sa dureté, mmmmh !


Je faisais un signe à mon papounet d’amour espérant le voir nous rejoindre et glisser sa bite énorme dans la bouche d’Aurélien pour qu’il comprenne les conséquences d’avoir osé me baiser qui plus est dans la maison de mon papa d’amour qui se retirait discrètement.



Papounet :


Il y a un mot que Justine ne semble pas avoir assimilé dans son vocabulaire, c’est le mot pudeur. Il faut dire que depuis toujours, elle adore se balader à poil à la maison et que notre façon de vivre n’a rien fait pour s’y opposer. Maintenant qu’elle est grande, elle continue se sentant plus libre sans vêtements et c’est beaucoup mieux comme ça.


Je ne peux pas dire que ça me gêne. Mais c’est juste que la petite fille mignonne a beaucoup grandi et est devenu une vraie femme avec de belles formes que même un papa ne peut ignorer et elle a maintenant un beau corps que je ne peux qu’admirer. L’homme qui mettra son nez entre ses deux seins ne pourra être que comblé, quant à son petit cul, il est d’une rondeur parfaite qui n’attend que les caresses. L’impression de féminité qui se dégage de son corps ferait bander un eunuque.


Depuis un certain temps déjà, elle me provoque et vient me mettre tout ça sous le nez en se postant devant moi dans des postures plus érotiques les unes que les autres, me rendant fou de désir. Je ne dois pas céder, mais que c’est dur de rester insensible à tant de beauté.


L’autre jour, je l’ai trouvée endormie sur le divan, sans culotte, allongée, les jambes grandes écartées, la position ne cachant rien de son intimité, sa jolie foufoune baillant sans la moindre pudeur, je suis resté quelques secondes pour l’admirer.


Ce n’est pas la première fois que je vois son minou, mais je peux le voir dans le détail, une minuscule toison en ticket de métro ne peut cacher les lèvres charnues de sa vulve qui est de belle taille, proéminente. Après être resté un moment comme ça à la regarder, je suis parti sur la pointe des pieds.


Je n’arrête pas de penser maintenant à ce jeune minou même en faisant l’amour à une amie de passage. C’est vraiment un comble !


Depuis que je l’ai matée discrètement avec son petit copain, je suis admiratif et fier de sa beauté et de son assurance. Elle m’a fait bander cette petite salope et il m’a fallu résister pour ne pas les rejoindre, mais c’est un pas que je me refuse à franchir. Je le lui ai d’ailleurs dit :


— Ma chérie que tu continues à te promener toute nue je l’accepte, mais arrête de m’échauffer sans arrêt et tu y es allée fort l’autre jour avec ton petit copain !


Sa réponse m’a estomaqué :


— Je ne comprends pas où est le problème, tu ne te caches pas avec tes poufiasses et tu joues au papa choqué. Mais je suis certaine que ça ne te déplaît pas de me voir toute nue, d’ailleurs c’est très visible certaines fois.


Justine y est même allée un peu plus fort la nuit dernière. Il y a eu un orage carabiné avec éclairs et coups de tonnerre, mais je n’ai rien entendu. Elle a toujours craint l’orage et elle venait petite se réfugier dans notre lit. Elle m’a expliqué ensuite qu’après un violent coup de tonnerre, elle est venue dans ma chambre et s’est glissée sous la couette comme quand elle était petite. Elle s’est blottie contre moi et a posé sa tête sur mon torse, profitant de l’instant avant de tomber elle aussi dans les bras de Morphée.


Je ne sais pas ce qui m’a réveillé, l’orage, son corps alangui sur le mien ou cette impression d’avoir ma bite prise dans un étau ? En bougeant dans le lit, elle se réveille aussi et je lui demande ce qu’elle fait là.


— Je n’arrivais pas à trouver le sommeil, tu sais que je crains l’orage papa, tu veux bien que je reste cette nuit dans ton lit ?


— D’accord ma chérie, mais tu ne devrais plus avoir peur de l’orage à 18 ans révolus, et c’est juste que tu devrais lâcher ce que tu tiens...


Elle reste tétanisée, sa main relâche enfin ma verge qui repose maintenant sur mon bas-ventre. L’orage se calme, je vais me rendormir quand soudain, doucement Justine pose à nouveau sa main sur ma teub, la caresse, l’effleure, la masse. Progressivement, le traitement fait de l’effet et mon sexe se gonfle, se redresse et se tend. Justine en profite alors pour entourer mon chibre de ses doigts et commence un lent va-et-vient. Je me réveille alors et l’apostrophe :


— Justine qu’est-ce que tu fais ?

— Laisse-moi faire et profite papa. Je tiens pour la première fois de ma vie la bite énorme de mon Papounet.

— C’est très agréable, mais tu ne devrais pas faire ça, comme tu l’as dit, je SUIS TON PERE.

— Ne me dis pas que ça ne t’excite pas ! Tu bandes comme un taureau et tu en as les couilles !

— Ce n’est pas la question Justine. Ou tu arrêtes tout de suite et on se rendort, ou tu regagnes ta chambre !


Certes je bande dur, je n’aime pas lui parler comme ça. Mais elle m’a tellement excité que si je n’y mets pas le holà, bientôt je n’aurai plus la force de résister et je vais lui sauter dessus...



A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live