Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 18 421 fois
  • 78 J'aime
  • 1 Commentaire

Karine

Chapitre 9

Zoophilie

Karine sentit de petites tapes sur les fesses qu’elle prit pour un encouragement venant de sa partenaire, mais l’instant d’après, elle sentit une lourde charge se poser sur ses hanches. Elle tenta de se retourner pour observer ce qui était en train de se passer dans son dos, mais Johanna la maintenait plaquée contre son corps. Dans cette position, la jeune maman avait la chatte encore occupée par la langue de la métisse, mais la raie de ses fesses était grande ouverte en raison de la cambrure de son corps. Continuant à la maintenir dans cette position, Johanna lubrifia son index dans la chatte de Karine et le fit se rapprocher du petit trou de la jeune femme, chevauchée à ce moment-là par le seul mâle de la pièce.

— Qu’est-ce que tu es en train de faire ?

— Ton chien n’a pas eu sa dose, il doit encore se vider dans un trou et tu es dans la bonne position pour te faire casser le cul !

— QUOI ?! Mais t’es complètement folle ! Personne n’est jamais passé par là et c’est sûrement pas un chien qui va me prendre ma virginité anale !

— C’est ce qu’on va voir !

Johanna décala le string fendu de Karine et enfonça immédiatement son doigt ainsi lubrifié entre les fesses de la jeune femme tout en profitant de la proximité du sexe de Filou pour le mettre dans sa bouche et ainsi avaler un peu plus du liquide qui en sortait mais aussi et surtout pour lubrifier cette partie du corps du chien qui allait bientôt dépuceler le petit trou de sa propre maîtresse.

— Aïe.. arrête, ne fait pas ça !

— Parce que tu m’as laissé le choix avant de venir vider ta chatte sur ma bouche ?

— Aïe... C’était pas pareil, je t’ai pas forcée moi ! Ce que t’es en train de faire c’est du viol !

— Pas du tout, c’est pas moi qui vais t’enculer c’est ton chien, empêche-le si t’y arrive mais saches que c’est un violant et qu’il va te défoncer !

— NON ! Arrête Johanna, lâche-moi je veux pas qu’il entre par là !

Karine n’était plus du tout excitée par la situation, son sexe ne ruisselait plus, ses pensées étaient redevenues claires et sa position cambrée, les cuisses grandes ouvertes, faisait s’écarter ses fesses ouvrant le passage vers son petit trou dont le maigre rempart de tissu n’était plus positionné pour empêcher l’intrusion. Le sexe de son chien était en train de glisser entre ses fesses et elle savait que ce n’était qu’une question de temps avant que son orifice ne soit envahi par l’énorme membre de l’animal. Elle avait déjà eu du mal à faire sortir le sexe canin une fois et savait que par derrière elle ne pourrait jamais se libérer sans douleur.

— AIEEEEE ! OH PUTAIN ! IL EST TROP GROS ! ARRETE !

— Tu vas te faire enculer profondément et je vais être aux premières loge pour profiter du spectacle !

Johanna avait une vue imprenable sur le sexe de la jeune maman, et la position qu’elle occupait lui permit d’empoigner le membre de l’infatigable amant pour le positionner directement dans le trou qu’il cherchait.

Karine était en train de se faire sodomiser par son labrador et ce à cause d’une gamine immature, son string fendu ne lui servait plus à rien, sa chatte avait été remplie par du sperme canin sans qu’elle ne le veuille vraiment, elle avait léché le sexe d’une femme pour avaler la semence de chien qu’il contenait et maintenant elle se faisait ouvrir les fesses par ce même animal avec lequel elle ne désirait qu’un petit passage de langue sur son clitoris.

Filou était en train de s’en donner à cœur joie dans les entrailles de sa maîtresse, le trou dans lequel il s’activait était plus petit que ce qu’il avait connu jusqu’à présent, aussi il ne réussit pas à y faire rentrer son nœud tout de suite.

Karine prit petit à petit conscience de ce qui lui était arrivé en moins d’une heure, et le fait de se rendre compte qu’elle avait recueilli la semence de son chien à travers tous ses orifices, fit revenir son instinct animal à la charge, elle recommençait à ruisseler de plaisir pour le plus grand bonheur de Johanna qui se rua entre les cuisses de la jeune femme pour rattraper avec sa langue les petites perles de liquide qui recommençaient à suinter.


A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live