Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 703 fois
  • 29 J'aime
  • 0 Commentaire

Karine

Chapitre 68

Zoophilie

— Aïe ! Ça fait trop mal Johanna arrêtes !

— Attends, son nœud n’est pas encore passé !

— J’ai plus envie ! Tant pis si il retourne avec Karine, j’en peux plus !

— Allez, un dernier effort et c’est fini !

La métisse était en train de faire en sorte que la première sodomie d’Alexandra soit complète. Filou ne bougeait même plus le bassin et se laissait docilement faire par Johanna en gardant un regard plein de tristesse vers sa partenaire. Dans un ultime mouvement, la belle blonde réussi à faire rentrer le nœud du chien à travers les fesses de la jeune fille.

— Voilà ! Maintenant tu sais ce que ça fait d’être une femelle !

— Haaaaaaaaaaa ! Elle est énorme ! Ça fait mal ! Haaaaaaaaaaa

— Profites ! Tu es la deuxième fille à qui il inaugure tous les trous !

— QUOI ?! La deuxième ?!

— Ha ! J’ai oublié de te dire que ma première sodomie c’était aussi avec lui, en fait j’ai été la première fille qui s’est faite inaugurer tous les trous par ce chien.

— Putain mais pourquoi tu me l’a pas dit ?!

— Parce que j’en ai marre que tout le monde profite de MON plan cul ! C’est MOI qui lui ai fait connaître les femmes et c’est avec MOI uniquement qu’il doit baiser ! Déjà Karine en profite assez comme ça et si j’avais laissé faire, il se serait aussi tapé Stacy et ta mère!

— Tu es complètement folle !

Le nœud de Filou était coincé dans les fesses d’Alexandra faisant ainsi s’échapper la semence qu’il avait déposé un peu plus tôt et qu’elle avait gardé précieusement dans son corps. Le mélange des deux amants était comme un puissant attractif pour les mâles et Johanna allait bientôt devoir payer le prix de sa méchanceté.

— Tu vois, Filou c’est comme mon mec, quand j’ai besoin de tirer un coup je n’ai qu’a écarter les cuisses pour qu’il comprenne et...

La belle blonde n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’elle fut projeté au sol sans en connaître la raison. Avant de pouvoir se retourner, elle sentit que quelque chose glissait entre ses cuisses.

— Putain mais il se passe quoi là ?

— Sultan !

— Sultan ? Mais d’où il sort ?

— J’en sais rien mais je l’ai déjà vu faire ça avec Stacy et je pense que toi aussi tu vas te faire prendre par derrière !

— Je crois pas, il a fait la même chose avec Karine la première fois qu’il se l’est tapé !

Filou compris instinctivement que sa partenaire ne prenait pas de réel plaisir, et il réussi à se libérer en prenant grand soin de ne pas trop faire souffrir sa femelle qui poussa tout de même un long gémissement de plaisir lorsque son mâle s’extirpa de ses fesses.

— Haaaaaaaaaaa ! Bon chien !

— Ça alors ! C’est la première fois que je le vois sortir aussi facilement !

— Oui et maintenant je vais m’assurer que toi aussi tu te fasses casser le cul, littéralement !

— Non ! Déconnes pas je suis vraiment pas capable de prendre toute sa bite ! J’ai déjà essayé par là !

Alexandra ne prêta pas attention aux objections de la métisse et elle se mit à son tour à guider l’énorme sexe du dogue allemand directement entre les fesses de la belle blonde.

— Aïe putain comme elle est grosse ! Fais-le bouger au moins !

Mais la blonde platine avait d’autres projet. S’assurant que le chien avait passé une bonne partie de son anatomie dans les entrailles de Johanna, elle se masturba afin de produire son odeur particulière et ainsi pousser le dogue allemand à faire passer son nœud en force.

— NON ! Arrêtes s’il te plaît fais pas ça ! Je m’excuses mais ne le laisses pas passer son nœud dans mon cul ! S’il te plaît !

— T’as voulu me voir en train de me faire prendre par derrière et bien maintenant c’est à mon tour !

Son sexe ne contenait plus une seul goutte de semence canine et elle n’eut pas besoin de produire beaucoup de cyprine avant que Sultan ne comprenne le message olfactif.

— Aïe ! Haaaaaaaaaaa ! PUTAIN ALEX RETIRES-LE ! Haaaaaaaaaaa !

— Non, tu as voulu profiter du spectacle mais finalement c’est toi qui l’a dans le cul !

Le dogue allemand ne poussait que dans un seul sens comme il le fit avec Karine, mais comme avec Stacy c’est en passant par derrière qu’il voulait entrer dans sa femelle. Dans cette position, Johanna ne pouvait qu’exprimer sa souffrance en sentant son orifice trop étroit s’écarter de plus en plus sous la pression colossale qu’exerçait le mâle.


A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live