Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 134 fois
  • 1 J'aime
  • 0 Commentaire

Karla Châtiée

Chapitre 1

Hétéro

Certaines femmes sont absolument délicieuses. D’autres restent inaccessibles, quoique l’on fasse. On doit certes être bon joueur et ne pas insister lorsqu’une femme nous fait bien comprendre que l’on est pas du tout son type. Et quand elle ponctue cette information en nous signalant qu’elle est en plus lesbienne, on change de cap simplement en se disant que c’est bien dommage.

Karla était de ces femmes exceptionnelles que l’on ne voit que dans les films américains et dès le premier regard, elle me fit l’effet d’une décharge électrique dans tout le corps. Elle promenait sur les gens un regard sombre et dominateur, comme si tous les gens présents autour d’elle lui appartenaient et l’on ressentait, presque instantanément, l’envie d’être à elle. Sans doute ne se rendait-elle pas compte de ce pouvoir qu’elle exerçait sur les autres. De plus, comme elle se plaisait davantage en la compagnie des femmes, cela me semblait étonnant qu’elle m’eut allumé juste pour me faire du mal car je sais qu’elle m’aimait bien.

Elle apprit par un pote à moi que j’en bavais pour elle et c’est alors qu’elle me pris à part pour m’avouer son orientation sexuelle. J’étais déçu, tellement déçu. Je crois bien que j’étais amoureux fou d’elle mais bon, puisqu’elle ne craquait pas pour les mecs, que pouvais-je y faire.

Je désertai peu à peu le gym où elle enseignait. Karla, comme toute athlète sérieuse, possédait un corps divin, extraordinairement bien ciselé et un petit cul bombé de danseuse qui me faisait frissonner juste à y poser les yeux. Comme je n’allais plus au club qu’une fois par semaine (avant la révélation, j’y étais chaque jour.), Karla me fit signe de la suivre dans son bureau un soir d’octobre.

— Dis-moi Cyril, c’est à cause de moi que tu ne viens plus au gym ?

— Euh, ben c’est pas toi, c’est moi plutôt. Disons que j’ai un peu de mal à te voir. Enfin, je préfère, tu vois. Karla, ne pose pas de questions ok !!

Et là dessus je partis sans dire au revoir, j’étais au plus mal. Dans la voiture, je me demandais comment j’avais pu m’enticher de cette déesse alors qu’elle ne m’avait jamais laissé croire que je puisse nourrir quelque espoir à son égard. Je rentrai chez moi, anéanti en me promettant de ne plus jamais mettre les pieds dans ce gym mais bien sûr, la semaine suivante j’y étais.

J’arrivais toujours assez tard le soir, vers 20 heures, et je quittais ensuite vers 22 heures, à la fermeture. Ce soir là, je vis Karla disparaître dans son bureau au moment même où j’entrai dans la salle et les autres usagers partirent presque aussitôt. Un grand black que je n’avais jamais vu au gym vient vers moi et me prit le bras pour me mener à l’office de Karla. Il me poussa dans la pièce et verrouilla derrière moi.

Il faisait noir, la lueur d’une seule bougie projetait une faible clarté dans un coin de la pièce qui était fort grande. Je ne voyais pratiquement rien mais je percevais un souffle derrière moi. Un doux gémissement me fit me retourner. J’aperçus Karla, attachée à une table de torture, et je restai béat, complètement bouleversé de la voir ainsi prisonnière. Mais prisonnière de qui ???

— Karla ?? Mais que fais-tu liée à cette planche ??

— Je t’attendais !!

— Attachée ?

— Oui.

— Mais pourquoi ? Je ne comprends pas.

— Pour ne pas te faire de mal !

J’étais interloqué. Totalement paumé ! Je lui demandai de m’expliquer. Elle me répondit simplement :


— Vas-y Cyril, baise-moi puisque c’est ce qui te tourmente depuis le début.

— Tu crois donc que je n’en veux qu’à ton cul, belle Karla ?

— Les mecs ne s’intéressent pas à moi pour autre chose.

— Et si j’étais différent ?

— Les mecs ne sont jamais différents, vous répondez tous au même maître : votre zob !

— Mais c’est n’importe quoi ce que tu dis, je suis pas comme ça moi !


Et tout en défendant ma cause, de voir Karla offerte et consentante pour le sexe, je ne pouvais m’empêcher de bander comme un malade. Je me haïssais et je ne parvenais pas à contrôler mon corps. Tout cela me faisait chier au-delà de tout.


Diffuse en direct !
Regarder son live