Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 31 626 fois
  • 495 J'aime
  • 50 Commentaires

Lady Klit.

Chapitre 1

Une éducation pas comme les autres.

Inceste

Ma maman est une personne tout à fait ordinaire, en tout cas en apparences. Cependant elle est une très belle femme pourvue d’une visage aux traits fins, avec des yeux vert-bouteille, et aux manières aristocratiques alors qu’elle n’est pas de noble naissance. Sa silhouette est encore fine à l’aube de sa quarantaine, ce qui fait immanquablement remarquer sa grosse poitrine puisqu’elle doit faire un bon 90D pour 1 mètre 60, bien qu’elle ne la mettre pas en valeur parce qu’elle la dissimule toujours pudiquement derrière du tissu. 


 Elle a des cheveux auburn, autrement dit roux-foncé avec des reflets bruns et des accents cuivrés, qui sont soit relâchés lui arrivant en bas du dos soit nattés à l’arrière du crâne, ainsi que le teint de peau clair qui va avec. Elle ne met jamais de verni à ongles ni aux mains ni au pieds, et ne se maquille qu’en de rares occasions.


 Tout le monde s’accorde à dire que je lui ressemble, ce qui n’est pas faux étant donné que la description que je viens de faire pourrait également me correspondre, mais avec une génération d’écart.


χ χ


 Ce qui l’est moins par contre, ordinaire, c’est la manière dont elle nous a élevés mes frères et moi, vu qu’elle nous a dès le début de notre scolarité éloignés de notre lieu de naissance alors qu’elle y est restée, afin de nous envoyer dans des écoles privées tout en s’arrangeant pour rester proche de nous. Je vais bien entendu vous expliquer comment, le pourquoi viendra pas la suite, mais avant toute chose je vais nous présenter :


 Pour commencer il y avait mon père, François Pasteur, qui à l’âge de 38 ans a séduit une très belle jeune femme, Fantine Joubert, qui en avait 20 de moins que lui autrement dit 18. Ils se sont mariés peu de temps après, et un an plus tard est venu au monde leur premier enfant, Lucas. Puis se sont écoulés douze nouveaux mois avant l’arrivée d’un deuxième fils qu’ils ont prénommé Léo, un an a encore passé et il y a eu la naissance d’un troisième garçon qui s’appelle Louis. Ce qui peut faire sourire, mais était alors à la mode. Pour terminer je suis la dernière de ma fratrie avec toujours la même différence d’âge, et étant donné que contrairement aux autres enfants de la famille Pasteur je suis une fille, mes parents m’ont baptisée Pauline.


 Je n’ai pratiquement aucun souvenir de mon géniteur, pour la bonne raison qu’il est décédé d’un accident de la circulation en 2006, alors qu’il allait sur ses 45 ans et que je n’en avais que 3. Donc mis à part pour l’avoir vu sur des images numériques, ce qui me permet de dire qu’il était un bel homme, je n’ai pendant des années rien su d’autre que ce qu’on a bien voulu me raconter à son sujet. J’ai longtemps cru que la décision de nous envoyer en pension mes frères et moi était une des conséquences de sa disparition, mais j’ai appris par la suite qu’elle avait été prise avant et par nos deux parents, dans le but de nous protéger.

 

 Vous êtes très certainement en train de vous demander de quoi il fallait nous protéger ? Ce François Pasteur était-il un dangereux criminel ? Un espion ? L’opposant politique d’un dictateur ? Le gourou d’une secte religieuse ? Le but de ce récit est de vous l’apprendre, mais pour l’instant nous dirons juste qu’il était tout simplement le chef d’une entreprise, et que sa femme a repris le flambeau lorsqu’elle s’est retrouvée veuve.

 

χ χ


 Je n’ai pas été malheureuse d’avoir été élevée de cette manière, car non seulement l’établissement scolaire dans lequel j’ai été envoyée n’avait rien d’un bagne, mais en plus c’était la seule vie que je connaissais. Je ne vous en raconterai pas plus à ce sujet car cela ne s’appelle pas une école privée pour rien, mais sachez tout de même que si ma mère n’est pas énormément riche, j’y fréquentais des filles de millionnaires voire plus, et même celle d’un émir du golfe persique. Un an après les avoir quittées je suis d’ailleurs toujours en contact avec certaines d’entre elles, qui sont au fil du temps devenues mes amies. 

 

 Je n’étais pas dans la même pension que mes frères car la mienne était réservée aux filles et la leur aux garçons, ce qui a certainement été plus facile pour eux étant donné qu’ils étaient trois et moi seule. Mais nous nous voyions tous les mercredis après-midi sous la surveillance d’une nounou, qui venait nous chercher et n’avait rien d’un cerbère, étant au contraire toute en douceur. Même si elle appliquait à la lettre les consignes de notre mère, ce qui la rendait incorruptible, et nous empêchait de faire tout ce que nous avions envie lors de nos sorties hebdomadaires. Néanmoins nous l’adorions, parce qu’elle nous laissait pas mal de libertés.

 

 Quant à notre M’man comme nous l’appelons elle venait malgré l’éloignement nous voir tous les week-end en avion, et tant pis pour la planète, elle nous emmenait dans de bons restaurants ou alors cuisinait pour nous dans un appartement qu’elle avait acheté sur place, et faisait dans ces moments tout son possible pour combler l’absence que la distance nous causait. Elle n’a jamais manqué un seul de nos anniversaires, faisant si nécessaire des exceptions au sujet de ses visites hebdomadaires lorsqu’ils tombaient en semaine.


 À ces occasions venaient également nos grand-parents maternels, les seuls que nous connaissions puisque notre père était orphelin. Ce Papy et cette Mamie sont les êtres qui ont le plus manqué à mon paysage pendant mon enfance, mais ils avaient contrairement à mes frères et moi l’air de comprendre parfaitement pourquoi notre mère se comportait de cette manière, et nous étions régulièrement en contact avec eux que ce soit par téléphone ou grâce à internet, dont nous n’étions pas privés, même si des restrictions propres à tous les enfants et les adolescents étaient établies. 

 

 Malgré qu’elle soit la plupart du temps absente notre M’man nous a dispensé beaucoup d’amour, ce qui fait que nous l’adorons tous les quatre. Et pendant les vacances, êtes-vous probablement en train de vous demander ? Eh bien elles nous étaient entièrement consacrées, et nous partions en voyage à l’étranger de préférence dans des endroits assez sauvages, si bien qu’à l’aube de mes 18 ans si j’ignorais encore pas mal de choses et en particulier en ce qui concerne la sexualité, j’avais pratiquement fait le tour du monde. 

 

χ χ


 Notre mère n’était pas particulièrement stricte, même s’il y avait entre nous des tabous comme par exemple la nudité. Elle s’habillait d’une manière que je qualifierais d’en même temps classique et féminine, mais qui dévoilait au minimum son corps comme si elle était atteinte d’une allergie de la peau, ou d’une pudeur qui aurait plus eu cours au 19eme siècle que de nos jours. Il y avait pourtant un détail qui contrebalançait cette rigueur, étant donné que quand elle se retrouvait dans un maillot de bain immanquablement d’une seule pièce, qui couvrait toujours plus que l’essentiel, on pouvait tout de même voir deux tatouages faisant entièrement le tour du haut de ses cuisses. 


 Il s’agit puisqu’elle les a toujours de deux bandeaux horizontaux d’environ trois centimètres de haut, parfaitement symétriques mais inversés, et artistiquement réalisés étant donné qu’on a l’impression d’avoir affaire à deux jarretières, destinées à retenir des bas qu’elle n’a pas encore mis où déjà retirés. 


 Elles sont d’un vert délavé qui devait au départ être identique à celui de ses yeux, et ornées de boutons de roses qui pour leur part étaient très probablement du même auburn que sa chevelure. Ces bandeaux seraient si ils étaient réels attachés à l’arrière chacun par un nœud papillon, dont les lacets épais de cinq millimètres et de la même teinte, descendent le long de ses cuisses sur environ cinq centimètres en étant torsadés. De plus, un troisième tatouage mais celui-là presque entièrement dissimulé, apparaissait dans les mêmes occasions au milieu de son dos.

       

 Bien entendu ces marques indélébiles attiraient régulièrement notre curiosité à mes frères et moi, mais la réponse invariable à notre questionnement était qu’ils s’agissait d’erreurs de jeunesse, qui ne pouvaient pas être effacées. Ce qui bien entendu ne nous satisfaisait pas, parce que la finesse de ces peintures et le réalisme qui en découlait, ne pouvaient dans notre esprit guère laisser de place au remord. Pourtant, nous avons dû nous contenter de cette explication pendant des années. 


χ χ


 La seule fermeté dont notre mère a réellement fait preuve à notre égard, a été quand l’un d’entre-nous lui demandait pourquoi nous vivions de cette manière, et pas de la même façon que les gens que nous considérions comme étant normaux. Elle ne s’est cependant jamais énervée, et nous expliquait calmement que nous comprendrions plus tard.


 Ma vie a changé à ce moment-là, il y a un an, ce qui n’a pas vraiment été une surprise puisque j’avais vu mes frères quitter leur école privée les uns après les autres, quand ils ont atteint leur majorité. Bien évidemment en terminant avant l’année scolaire en cours, pour ensuite aller poursuivre des études à Aix-En-Provence, qui est la ville universitaire la plus proche de la petite commune dans laquelle se situe notre seul et véritable foyer.

  

 Bien entendu ces disparations successives m’ont attristée sans pour autant me rendre vraiment malheureuse, d’autant plus que leur comportement vis à vis de moi a changé à ce moment-là. Comme s’ils étaient devenus subitement des adultes en atteignant l’âge de 18 ans, alors que dans ma tête ce n’était qu’un cap symbolique à franchir, et cela a créé entre nous une distance qui n’était pas que géographique. Même si la tendresse qu’ils ont continué à porter à leur petite sœur que je suis, est restée intacte et bien présente. 


 Puis en bonne dernière est venu mon tour, et comme pour mes frères quand ça leur est arrivé ce n’est pas ma M’man qui est venue me voir mais moi qui suis allée à elle, ce qui a été pendant toutes ces années les seules entorses à ses visites hebdomadaires. Car je dois préciser, qu’elle a toujours joui d’une santé de fer. 


 Je vais maintenant passer au présent dans ma narration, dans le but de vous plonger plus complètement dedans, même si les évènements que je vais vous raconter ont eu lieu il y a un peu plus d’un an.  


χ χ


 Cette année le 03 Avril, date de mon anniversaire, tombe la veille de Pâques autrement dit le samedi d’un week-end de trois jours. Mais nous sommes encore vendredi en fin d’après-midi, lorsque je débarque à l’aéroport de Marignane après un vol qui a duré moins d’une heure, et M’man m’attend aux arrivées toujours aussi classy, dans une belle robe qui descend jusqu’à ses mollets. La seule touche sexy dans sa tenue étant une paire de sandales assorties à son vêtement, et qui ont des talons aiguille d’une dizaine de centimètres de haut. Bien entendu elle ne porte pas de chaussettes ce qui serait une faute de goût, ses beaux petits pieds étant la seule chose qu’elle dévoile aux yeux d’éventuels voyeurs.

 

 Étant donné qu’elle est rehaussée grâce à ses chaussures et que pour ma part je porte des tennis, elle me domine en taille alors qu’en réalité elle mesure deux centimètres de moins que moi. Nous nous enlaçons au lieu de nous faire la bise, car la tendresse ne fait pas partie de ses tabous, puis tandis que nous nous dirigeons vers sa voiture après que j’aie refusé qu’elle prenne ma valise à roulettes, elle me demande :


 ― Bon anniversaire avec quelques heures d’avance, ma Petite Caille. Tu as fait bon voyage ?

 ― Oui M’man, merci. Et toi, tu vas comment ?

 ― Pour ne rien te cacher je suis un peu nerveuse, comme à chaque fois qu’un de mes enfants devient majeur. 

 ― Pourtant tu n’es pas encore vieille, car tu as à peine 40 ans. Et si tu t’étais remise en couple après la mort de P’pa, tu aurais encore la possibilité d’avoir des petits. 

 ― C’est très gentil de ta part, mais pour moi il n’y a jamais eu qu’un seul homme capable de m’en faire, et c’étaitjustement ton père. Si je suis stressée ce n’est pas à cause du temps qui passe, ou alors pas pour les raisons que tu imagines. Mais il se trouve que c’est quand tes frères ont eu 18 ans,que je leur ai expliqué pourquoi je vous ai élevés de cette manière. Et à présent, c’est tout tour.

 ― C’est si terrible que ça ? Je vais apprendre que tu as vendu de la drogue pour payer nos écoles, ou que tu as tué des gens ?

 ― Non ma Petite Caille. Je ne suis pas une criminelle, et mon activité est tout à fait légale. Si je ne vous en ai pas parlé avant, c’est parce que je voulais attendre que vous soyez assez grands pour comprendre. Et si je vous ai éloignés, c’était pour être certaine que vous ne l’apprendriez pas par d’autres. Ce qui étant encore des enfants puis ensuite des adolescents, aurait pu vous faire du mal et même vous traumatiser.

 

χ χ


 Inutile de préciser que cette entrée en matière a fortement attisé ma curiosité, c’est pourquoi une fois que j’ai posé mes fesses dans son Q5 et qu’elle s’est installée derrière le volant, je lui demande :


 ― Puisque maintenant je suis assez grande, je t’écoute, raconte-moi tout.

 ― Nous ne sommes pas au bon endroit pour ça, ma Petite Caille, alors il y a deux solutions. Soit comme c’était prévu je t’emmène dans un bon restaurant, et tu patienteras jusqu’à ce que nous soyons rentrées.Soit on va directement à la maison, où je te déballerai toute l’affaire pendant qu’on se fera un petit pique-nique improvisé.

 ― À présent que tu as sorti l’os, il faut me le donner à ronger. Car sinon, je vais baver tant que tu ne te seras pas décidée. 


 Cette réponse très imagée la fait sourire, et après avoir allumé le moteur de son carrosse elle m’annonce :


 ― Alors on rentre chez nous. J’espère quand-même que tu vas arriver à te retenir, et que tu ne vas pas me sauter dessus pour l’attraper, cet os. 

 

 Pendant tout le trajet qui ne dure pourtant qu’une trentaine de minutes, je suis sur des charbons ardents. Car ma M’man va enfin m’apprendre pourquoi dans mon enfance puis mon adolescence je n’ai pas eu une vie comme celles des autres, et l’imminence de cette révélation me rend encore plus nerveuse qu’elle. Son état d’esprit actuel ne l’empêche pas de conduire avec prudence, comme il en a toujours été et en tout cas depuis l’accident de mon père. Même si je serais prête à parier qu’avant cela elle ne se prenait certainement pas pour une pilote de rallye, car ce n’est pas dans son tempérament. 


 Nous finissons par arriver devant notre belle Villa avec piscine, dont je n’ai guère profité pour le moment bien que je la considère comme étant mon seul véritable foyer, et une fois garées devant nous descendons pour entrer dans la maison, tandis que je traîne toujours ma valise. 


χ χ


 C’est une fois dans l’entrée que M’man m’annonce très calmement, même si je peux constater dans son regard, qu’elle n’a plus la grande assurance dont elle a toujours fait preuve jusqu’à présent :


 ― Il faut avant toute chose que tu comprennes, que la vie est faite de choix. Les tiens t’appartiennent, et il revient à ceux qui t’aiment de les respecter. Tout comme tu te dois de respecter les leurs, bien que certains d’entre eux puissent te déplaire. 

 ― Là, tu me fais un peu flipper, M’man. 

 ― Tu n’as pourtant aucune inquiétude à avoir, car quelles que seront les décisions que tu prendras quand tu sauras réellement qui je suis, cela ne changera rien à l’amour que je te porte. 

 ― Ça, ce n’est pas non plus pour me rassurer.

 ― Et si je te dis par exemple, que tes trois frères ont parfaitement accepté ma manière de vivre. Que Lucas et sa femme Manon l’ont même adoptée, et que Louis est sur le point de faire comme eux.Tu te sentiras mieux ? 

 ― Franchement, oui. Car si ils sont entrés dans ton jeu, ça veut dire que ça ne doit pas être si terrible que ça. 

 ― Tu les a trouvés changés, une fois qu’ils ont eu chacun leur tour 18 ans ?

 ― Ils sont devenus plus réservés vis à vis de moi, mais j’ai jamais pensé qu’ils m’aimaient moins. 

 ― Ils ne se sont pas vraiment éloignés de toi, mais voulaient tout simplement préserver mon secret, jusqu’à ce que tu sois toi aussi en âge de l’apprendre. 

 ― Mais tu vas finir par me le révéler, ce secret, ou tu as juste décidé de me faire tourner en bourrique ?

 ― Bien entendu que je vais tout te dire, car cette vérité je te la dois. Mais nous allons procéder par étapes, et pour commencer nous allons nous affranchir d’un tabou, qui est la nudité.

 

χ χ


 Étant donné que j’ai été préservée dans mon école privée je ne sais rien ou pas grand-chose du corps masculin, et encore moins de la sexualité. Mais lorsqu’on se retrouve dans une pension pour jeunes filles, ne serait-ce que quand on va sous la douche où la pudeur est traitée par de la moquerie, on se la met vite dans la poche même si à ce moment-là on n’en a pas. Et puis après on s’habitue à la nudité des autres, et par conséquent à la sienne.

 

 C’est pourquoi ce n’est pas de la gêne mais de la surprise que j’éprouve, lorsque ma M’man se déshabille sans se presser devant moi. Premièrement en constatant qu’elle ne porte aucun sous-vêtement sous sa jolie robe, ce qui ne correspond absolument pas à l’image qu’elle donne dans ses tenues irréprochables. Ensuite il y a ses tatouages que je découvre pour la première fois dans leur intégralité, et qui semblent l’habiller alors qu’elle est en train de se dévêtir. 


 Pour commencer il y a les deux jumeaux inversés dans leurs motifs en haut de ses cuisses, qui ressemblent plus que jamais à des jarretières de trois centimètres de haut tant ils ont été réalisés avec finesse, mais également celui qui se situe sous son buste. Il est plus large étant donné qu’il compte dans les cinq centimètres, et pas un seul instant je n’avais pensé même si ça me semble à présent logique, qu’il puisse faire lui aussi un tour complet.

 

 Lorsque je le vois il me fait penser à un mini-corset, vu qu’il doit commencer en haut ce qui m’est caché juste en dessous de ses gros seins pendants, mais toujours superbes, pour remonter entre eux qui sont légèrement écartés l’un de l’autre, dans le but de former un petit trapèze de tissu imaginaire. Sur le derrière je le constate lorsque M’man se tourne pour accrocher sa robe au porte-manteaux qui se trouve là, il est plus fin étant donné qu’il s’est progressivement rétréci pour ne mesurer comme les deux autres plus que trois centimètres. Il a un nœud papillon identique à ceux qui sont plus bas juste au milieu de son dos, et si ses lacets torsadés ont la même largeur soit cinq millimètres d’épaisseur, ils sont plus longs vu qu’ils doivent faire dans les dix centimètres. 


 Bien entendu ce nouveau bandeau est lui aussi orné de boutons de roses autrefois auburn, sauf que la fleur qui se trouve comme imprimée sur le trapèze est elle bien ouverte, et criante de vérité.


χ χ


 Pourtant ce n’est pas le plus surprenant puisque ces ornements je connaissais déjà leur existence, même si j’en ignorais tous les détails. Mais à présent que M’man me fait face uniquement chaussée de ses sandales à talons aiguille de dix centimètres de haut, je me rends compte que ses tétons cylindriques de cinq millimètres de diamètre, entourés par des aréoles bien délimitées faisant un centimètre et demi de rayon, le tout du même rose foncé que les miens, sont percés chacun horizontalement et traversés par une courte tige terminée à chaque bout par des boules en métal qui viennent s’appuyer contre, et probablement en or vert. Ces dernières maintiennent en place une petite bague assortie, faisant tout le tour de ses pointes de chair.

 

 Et ce n’est pas tout, car sous son ventre qui contrairement au mien est légèrement bombé par les années qui ont passées, se trouve son sexe parfaitement lisse mais couronné d’une toison pubienne aux poils du même auburn que sa crinière, laissés à la longueur d’environ un centimètre, et taillés en forme de lyre. Mais je devrais plutôt dire, taillés en cornes qui ont la forme d’une lyre. Son sexe proprement dit est composé de grandes lèvres qui sont de simples bandes de chair bombées, cachant tout le reste de son intimité sauf en haut de la fente qu’elles forment en se rejoignant, puisque dépasse le capuchon de son clitoris. Mais là encore, je sais que nous sommes faites pareil.

 

 Ce dernier alors qu’il est du même rose que ses tétons, autrement dit d’une teinte plus foncée que ses babines qui pour leurs parts ont une couleur identique au reste de sa peau, semble retroussé par une nouvelle bague du même métal qui le transperce en haut et en bas, ce qui fait dépasser son pistil rose-vif, lui-même traversé horizontalement par un anneau lui interdisant toute retraite. À condition qu’il en ait envie. Ce qui implique qu’il doit être de sortie en permanence, et pourrait expliquer l’absence d’une culotte qui l’agacerait en permanence. 


 En définitive, le corps de ma M’man est pour des raisons que j’ignore encore devenu une véritable œuvre d’art, alors qu’il était déjà à la base bien plus beau que ceux de beaucoup d’autres femmes, et parfaitement accordé à son visage aux traits fins. Je suis bien évidemment scotchée de découvrir une coquine alors que je l’ai toujours connue très sage, mais pas choquée pour autant, ce qui ne m’empêche pas de devenir écarlate lorsqu’elle me demande, après m’avoir laissée patiemment la détailler :


 ― Alors ma Petite Caille, pas trop déçue de découvrir que ta vieille maman que tu croyais sérieuse, est en réalité une cochonne qui adore se faire prendre par tous les trous ?


χ χ χ


Vous aimez cette histoire et vous voulez la suite ?

Alors montrez-le !

Comment ?

En cliquant sur j’aime ! 

De plus, si vous voulez savoir quand le prochain épisode arrivera, cliquez sur « S’abonner aux histoires de Conteuse ».

Diffuse en direct !
Regarder son live