Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 10 586 fois
  • 181 J'aime
  • 20 Commentaires

Lady Klit.

Chapitre 5

L'éducation sexuelle, deuxième partie.

Inceste

M’man se lève rapidement pour aller chercher dans un de ses placards un jouet sexuel, composé d’un côté par un membre probablement en latex qui mesure dans les vingt centimètres de long, et doit en faire environ quatre de diamètre. Il est pourvu de testicules même si je n’en vois pas l’utilité, et il y un deuxième faux sexe à l’opposé deux fois plus petit que le premier mais pas dans son prolongement, vu qu’il est plus bas autrement dit à la hauteur des bourses. Ils sont d’un bleu vif assez flashy, fixés à une petite plaque de la même matière mais noire et de laquelle partent des sangles d’une couleur identique,ce qui fait que l’ensemble est d’une seule pièce.


  M’man qui semble avoir fait ça toute ça vie, et peut-être que c’est le cas, asperge le plus petit modèle avec une bombe qu’elle a tirée du même meuble, sans se soucier de la moquette un peu plus bas, puis elle se l’enfonce lentement dans le vagin. Après avoir poussé un soupir que je suppose provoqué par la satisfaction, elle attache les sangles autour de son bassin avec des gestes assurés, puis elle arrose de la même manière le faux sexe qui a une taille beaucoup plus respectable, avant de m’annoncer l’aérosol toujours à la main :


 ― Normalement tu devrais déjà être à quatre pattes sur le lit, de manière à ce que je puisse venir me mettre debout derrière toi, ma Petite Caille. 


 Je lui obéis sans hésiter, mettant mes fesses à l’aplomb du bord parce que je pence que c’est l’endroit idéal, et après s’être elle aussi déplacée elle lubrifie également ma raie, qui s’est ouverte quand mes fesses se sont écartées l’une de l’autre, se focalisant sur mon anus avant de jeter la bombe sur le lit. Ensuite elle vient appuyer le gland du jouet contre mon œillet, elle m’attrape par la taille et elle pousse lentement.


 Au moment-où le membre en latex écartèle ma rondelle, ce que je sens parfaitement, je n’éprouve aucune douleur mais juste une impression étrange, étant donné que les seuls objets qui ont jusqu’à présent pénétré en moi de cette manière, étaient des suppositoires. Mais l’idée d’une profanation me quitte assez rapidement, car si la souffrance a été éliminée par un assouplissement artificiel de ma bague de chair, mes autres sensations sont ellesen train des’éveiller.


χ χ


 Tandis que M’man fait coulisser au départ prudemment le gode en moi je sens mon anus s’échauffer lentement, d’une façon qui n’est pas désagréable, car elle me rappelle ce que j’éprouve à l’intérieur de mon vagin quand je commence à être excitée. C’est la raison pour laquelle je suis totalement en confiance, et instinctivement puisque aucune directive ne m’a été donnée, je me mets moi aussi en mouvement balançant mon corps d’avant en arrière, de manière à accompagner celle qui est en train de me sodomiser. Mon initiative est d’ailleurs appréciée, puisqu’elle me dit :


 ― C’est très bien, ma Petite Cochonne. Car même si tu vas rester pucelle encore quelques temps, pas trop je l’espère, nous allons faire de toi une baiseuse de compétition. 


 Alors que j’ai commencé à geindre doucement sous l’effet du plaisir physique qui progressivement est en train de s’insinuer en moi, je lui fais remarquer non sans humour :


 ― Je croyais que quand il y a des sentiments, on ne baisait pas mais on faisait l’amour, Lady Klit ?

 

 Elle me répond très sérieusement :


 ― Ce sera effectivement le cas, tant que ça restera dans la famille. Alors disons qu’il s’agira d’une préparation, pour quand tu te sentiras prête à élargir tes horizons, Miss Klit. Et si tu es d’accord pour que tes frères participent, car je ne te cache pas qu’ils en ont énormément envie, tu auras le moment venu, le niveau des championnes de la baise. 


 À ma connaissance et du haut de mes 18 ans, il y a deux sortes d’incestes. Celui qui est réservé en exclusivité à l’un de ses proches, la plupart du temps en cachette des autres, et celui qui veut qu’on se mélange tous en fonction de nos envies et de nos besoins. Ma famille entrant dans la deuxième catégorie dans son intégralité, et étant donné que j’en ai accepté non seulement le principe mais également la pratique, cela implique bien évidemment que je me fasse prendre par Lucas, Léo et Louis. D’autant plus que les compagnes des deux premiers, le troisième étant célibataire, ne semblent y trouver aucun inconvénient. 


χ χ


 Pourtant je n’avais pas encore pensé à ça jusqu’à présent, et si l’idée que je devienne une championne de la baise me fait bien rire car je n’en vois pas intérêt, celle que ce pourrait être un de mes frères en train de me sodomiser en ce moment, augmente terriblement mon excitation. C’est pourquoi pour toute réponse je me mets à augmenter la vitesse à laquelle je bouge mon corps, ce qui imprime à mes gros seins puisque du haut de mes 1 mètre 62 je chausse du 85C, un mouvement de balancier amplifié ce qui me fait me sentir encore plus cochonne.


 M’man que le petit gode planté dans son vagin stimule également accélère   elle aussi la cadence pour suivre mon rythme, et elle me dit entre deux geignements :


 ― Mais ma parole, c’est que tu aimes vraiment ça, ma Petite Chienne ! J’ai l’impression, d’avoir éveillé un succube qui était en sommeil. 


 Je lui réponds, du tac au tac :


 ― Oui Lady Klit, j’adore me faire enculer par toi ! Et ce qui me stimule encore plus, c’est l’idée que mes trois frangins vont aussi m’enfiler les uns après les autres. 

 ― Je suis convaincue qu’ils seront ravis de l’apprendre, mais ton Papy va être jaloux. 


 Au comble de l’excitation et à deux doigts de l’orgasme, je lâche :


 ― S’il arrive à bander pour moi, il en aura aussi l’occasion. Car me faire enculer, surtout par quelqu’un qui m’aime vraiment, c’est le top du top !


 À peine j’ai fini de parler que la jouissance m’emporte, presque en même temps que ma M’man qui me suit de peu, et je m’affale sur son lit submergée par mes émotions ce qui fait ressortir le gode. Elle s’allonge à côté de moi, et une fois que j’ai repris mes esprits et que je sens mon anus se refermer lentement, très certainement pour redevenir tout fripé, elle me fait part de son sentiment en parlant doucement, tout en me caressant tendrement la joue :


 ― Tu sais ma Petite Caille, ce qu’on dit parfois dans le feu de l’action, ça ne compte pas. Alors tu ne seras obligée de rien avec les autres, et ça ne changera absolument pas l’amour que nous avons tous pour toi. 


χ χ


 Je lui réponds, très sérieusement :


 ― Tu sais, ma Petite Maman Chérie, ce que j’ai dit dans le feu de l’action je le pensais vraiment. Et maintenant que j’ai franchi le cap avec toi, sauf si tu t’y opposes, je ne vois pas pourquoi je ne le ferais pas avec les autres. Surtout que, j’ai très envie de me faire enculer par une vraie queue. 


 Elle éclate alors de rire, et je me joins à elle sans hésiter. Un fois que notre hilarité s’est calmée, M’man me demande en prenant dans sa main le gode toujours attaché à sa taille, alors que celui qui est resté planté dans son vagin, ne semble pas lui créer de désagrément à présent qu’il est devenu un intrus :


 ― Tu as envie que je te l’enfonce dans la gorge, ma Petite Caille ?

 ― C’est que...

 ― Si c’est le lubrifiant qui te dérange, il est alimentaire. Ce qui veut dire, qu’il ne représente aucun danger pour ton organisme.

 ― Non, mais en fait…

 ― Quant à sa taille, bien sûr il est plus gros que la moyenne. Mais il est dans les normes familiales, et je l’ai choisi par rapport à ça. Car je l’ai acheté exprès pour ton entraînement, vu que chez nous ce ne sont pas les vraies queues qui manquent.  


 J’ai parfaitement compris qu’elle s’amuse de mon embarras, car ce qui me gêne en réalité c’est le côté ass to mouth, étant donné que le gel je n’y pensais plus depuis déjà un bon moment. Quant aux dimensions moyennes d’un sexe masculin, qu’elles soient mondiales, nationales ou familiales, je n’en ai aucune idée. Ce que je sais par contre, c’est qu’elle a avalé sur la vidéo celui de mon père sans difficulté, alors qu’il m’a semblé bien plus gros. 


 Je décide donc de prendre mon courage à deux mains, d’essayer de cacher mon dégoût du mieux que je peux, et je finis par répondre :


 ― Bon OK, on va faire un essai. 

 ― Parfait. Dans ce cas, pour t’habituer à lui tu vas te mettre a genoux sur la moquette, et le sucer comme s’il s’agissait d’un vrai. 


χ χ


 Joignant le geste à la parole elle se lève, je viens me mettre en position devant elle, et elle commence par m’expliquer :


 ― La première chose qu’il faut que tu saches, c’est qu’une bonne suceuse doit regarder le plus souvent possible, l’homme dont elle s’occupe de la queue. Afin de bien lui montrer qu’il a toute son attention, et qu’elle n’est pas en train d’effectuer des gestes machinaux. Cela décuple son plaisir, car ça lui donne l’impression d’être le maître du monde.  


 Ensuite, elle me dirige :


 ― Tu vas le prendre en main afin de le maintenir, et lécher le gland sur toute sa surface. Comme tu le ferais avec une boule de glace. 


 Je lui obéis, et malgré ma réserve initiale je découvre que si son goût est âcre, il n’est pas écœurant comme je le pensais. C’est par conséquent rassérénée que je continue pendant environ deux minutes, jusqu’à ce qu’elle me dise : 


 ― N’oublies pas de la passer sur le méat, les hommes adorent ça. Et il te faudra également le faire sur le frein pour ceux qui ne sont pas circoncis, même si ici il n’y en a pas. 


 Pour avoir suivi des cours d’éducation sexuelle, car ma scolarité a tout de même été normale étant donné que M’man y a veillé, je connais les noms des différentes parties d’un sexe masculin. Par conséquent je n’ai aucun mal à comprendre ce qu’elle me demande de faire, et je m’exécute jusqu’à ce qu’elle annonce la suite :  


 ― Maintenant, tu vas lécher la hampe en essayant aussi de ne négliger aucun endroit, ce qui sera moins évident que pour le gland. Ensuite tu descendras jusqu’aux testicules, qui s’ils étaient vrais tu pourrais gober l’un après l’autre. Certaines goulues, arrivent même à les prendre en bouche les deux en même temps. 


 Je ne lui demande pas si elle en fait partie, et je m’applique jusqu’à ce qu’elle me fasse :


 ― Tu as bien léché, maintenant tu vas sucer. Mets le gland dans ta bouche, et essaies de recommencer à passer ta langue tout autour. Au début ce sera difficile, car tu n’as pas l’habitude d’écarter autant la mâchoire. Mais avec un peu de pratique, tu y arriveras sans problème. 


 Effectivement j’ai en peu de mal étant donné que je dois forcer, mais là encore je fais du mieux que je peux et M’man a l’air satisfaite, puisque la seule remarque qu’elle me fait à plusieurs reprises, est regarde-moi. Elle finit par me dire :


 ― À présent, tu vas aspirer comme si tu voulais faire venir le sperme à toi. 


 Je creuse les joues en m’efforçant de pomper le jus qui ne giclera jamais, puis une nouvelle directive arrive :


 ― Pour terminer la pipe classique, tu vas faire aller et venir ta tête le long de la queue, en t’arrêtant quand le gland arrivera au fond de ta bouche.


 Je m’active de cette manière pendant un petit moment, et en accélérant progressivement la cadence du fait que M’man a placé ses mains sur mes tempes, et m’impose son rythme non sans m’avoir conseillé avant de respirer par le nez. 


χ χ


 Ensuite elle me libère, et elle m’annonce :


 Je suis fière de toi, ma Petite Cochonne. Car je t’ai baisée la bouche, ce qui est déjà pas mal car toutes les femmes n’acceptent pas ce genre de choses, et à présent le vais faire pareil dans ta gorge. Pour ta première fois, le mieux c’est que tu t’allonges sur le lit et sur le dos, la tête dans le vide, de manière à ce que ta bouche se retrouve dans le prolongement de ton gosier. 


 Pendant que je change de position elle va dans sa salle de bain qui est attenante, pour en revenir avec un drap de bain ce qui n’est pas pour me rassurer. Comprenant mes craintes, elle me précise tout en le mettant sous le haut de mon crâne qui s’est retrouvé en bas :


 ― C’est juste au cas où, je te le rappelle. Pour que ça se passe le mieux possible, il faut que tu me fasses confiance et que tu te détendes. 


 Toujours dans sa préparation elle va chercher les oreillers, sur lesquels elle s’agenouille en face de moi de manière à être à la hauteur idéale, mais constatant que ce n’est pas le cas elle en retire un. Satisfaite elle présente le gland devant ma bouche que j’ouvre en grand, et avant de commencer elle me donne un précieux conseil :


 ― Tu vas poser tes mains sur mes fesses, et si tu sens que tu n’arrives plus à supporter, tu me donneras une claque. Où mieux, tu me pinceras pour que je réagisse plus vite. 


 J’obéis, elle ajuste sa position en avançant ses genoux tout en reculant ses fesses, de manière à pouvoir effectuer ensuite un mouvement de balancier, elle pose ensuite ses propres mains sous ma tête en me tenant fermement pour me soutenir et en même temps m’empêcher de bouger, puis elle commence à s’enfoncer lentement en moi.


χ χ


 Lorsque bout du gode vient s’appuyer sur l’arrière de ma langue, la même nausée qu’hier me reprend alors qu’il s’agissait de ses doigts et je me mets à saliver. Mais là encore j’arrive à le gérer, d’autant plus que je m’habitue à cette intrusion, et quand le gland pénètre dans ma gorge, étirant la paroi de mon conduit qui n’y est pas habituée, ce n’est pas non plus douloureux. La seule question que je me pose étant : comment je vais faire pour respirer ? 


 J’éprouve un bref instant de panique à l’idée que je risque d’étouffer, je suis sur le point de pincer une des fesses de M’man, mais comme elle a parfaitement compris mon interrogation bien qu’elle ne soit pas télépathe, elle m’explique : 


 ― Tu as fait le plus dur, ma petite Suceuse de Queues. Maintenant, le secret pour arriver à tenir la distance, c’est d’expirer quand le gland se retrouve dans ta bouche, et d’inspirer la fois d’après. Il ne faut pas chercher à vider ni à remplir tes poumons, car sauf si tu as affaire à un mouligas tu n’en auras jamais le temps, mais juste à avaler pour recracher ensuite une petite goulée, bien entendu par le nez. 


 Tandis qu’elle me parlait elle s’est enfoncée au plus profond de moi, si bien que mon nez vient s’appuyer contre le bas de la plaque en latex noire, et alors que ça n’a pas pris plus de dix secondes, elle revient en arrière toujours à la même vitesse. Ensuite elle me laisse le temps de faire comme elle a dit, et avant de replonger elle recommence à parler :


 ― Certaines femmes arrivent à le faire en apnée mais ça ne dure pas plus de deux minutes, trois au grand maximum, et après elles suffoquent. De toute façon, dis-toi que tu ne coures aucun danger, car à partir du moment où tu me feras savoir qu’il y a un problème, il me faudra environ deux secondes pour me retirer. Donc le pire qui puisse t’arriver, serait d’avaler de travers quand tu voudras reprendre ton souffle.  


χ χ


 Suite à ces affirmations je me retrouve en confiance, et me voilà en train de faire ma toute première gorge profonde, alors que je n’ai encore jamais vu de sexe masculin pour de vrai. Au début M’man bouge très lentement, accélérant peu à peu la cadence, cependant elle ne va pas jusqu’à me pilonner de manière à me laisser le temps de respirer. Si bien que mis à part que j’ai les larmes aux yeux et que ma salive s’écoule sur mes joues qui sont plus bas que ma bouche, tout se passe bien.


 Un problème survient tout de même au bout d’un petit moment, qui est que ma mâchoire n’étant pas habituée à être étirée de cette manière, surtout de façon prolongée, mes muscles commencent à me faire sentir leur présence. Ce n’est au départ qu’un élancement mais je devine qu’il va se transformer progressivement en véritable douleur, et pour montrer à M’man qu’il n’y a pas d’urgence, je tapote ses fesses pour lui signaler qu’il y a tout de même un petit souci. Une fois que ma bouche est vide, elle me lâche et me demande :


 ― Ça va, ma Petite Caille ?


 Je réponds, alors que j’ai tourné sur moi-même pour me mettre sur le ventre :


 ― Oui M’man. C’est juste que je n’ai pas l’habitude d’ouvrir la bouche en grand aussi longtemps, et j’ai voulu arrêter avant d’avoir une crampe. 


 Elle répond tout en épongeant ma salive et mes larmes avec le linge, qui finalement ne servira qu’à ça :


 ― Et tu as eu raison, car Marseille ne s’est pas faire en un jour. Maintenant, il s’agissait d’un bout de caoutchouc, mais avec une vraie queue tu auras deux manières d’accélérer les choses. La première, sera de déglutir au moment-où le gland passera de ta bouche à ta gorge, ou l’inverse. Il sera comprimé, par conséquent fortement stimulé, et le moment de l’éjaculation sera avancé à chaque fois. La deuxième est beaucoup plus rapide, mais moins conventionnelle. Car elle consiste à enfoncer un de tes doigts, dans le trou du cul de l’homme que tu es en train de sucer. 


 Je montre ma stupéfaction en écarquillant les yeux, et elle précise après avoir souri :


 ― Lorsqu’on les suce de cette manière ils sont convaincus d’être les rois du monde, d’avoir un contrôle total sur nous, alors ils sont tellement surpris que l’effet est immédiat, et qu’ils se vident comme des puceaux. Car sauf si tu as affaire à un bisexuel, ils ne sont pas habitués à être traités de la sorte. Pour un mâle hétéro, comme pour certaines femmes d’ailleurs, l’anus est un temple qu’ils considèrent comme étant inviolable. 


χ χ


 Mon entraînement étant terminé, nous allons prendre M’man et moi une douche ensemble dans sa salle de bain. Au départ ça me fait drôle qu’elle me savonne une fois que nous nous sommes mouillées, ce qui ne m’est probablement plus arrivé depuis ma petite enfance et je ne m’en souviens pas, mais elle se comporte avec une douceur toute maternelle que je ne tarde pas à trouver naturelle. Ensuite je lui rends la politesse, allant jusqu’à nettoyer sa vulve mais aussi son anus, dans lequel j’enfonce un doigt pour le faire coulisser quelques instants, comme ça m’est également arrivé un peu plus tôt.  


 Après nous être séchées là encore mutuellement nous nous habillons chacune dans notre chambre, et dans la mienne dans laquelle je n’ai pas encore mis les pieds sauf pour y emmener ma valise, je découvre dans l’armoire une quinzaine de boîtes à chaussures. J’en ouvre trois par curiosité, pour découvrir à l’intérieur des sandales neuves avec des talons d’un dizaine de centimètres de haut, ensuite des escarpins dont les stilettos ont la même longueur, et pour finir une paire de mules avec des pointes plus courtes, puisqu’elles doivent faire un peu plus de cinq centimètres. Comme sur ces dernières l’arrière du pied n’est pas tenu, je me demande comment je vais pouvoir arriver à marcher avec sans me casser la figure.  


 De toute manière je n’en suis pas encore à ce niveau, et ma maman le sait parfaitement puisque sur mon lit se trouve un paire de sandales vertes, qui si elles ont déjà été portées sont en très bon état, et qui me plaisent énormément même si je constate que les premières fuck-me-shoes que je vais enfiler à mes pieds, ont de modestes talons aiguille qui ne font pas plus de trois centimètres.     


 Je me sens passablement cochonne quand je vais retrouver M’man qui m’attend patiemment dans le hall, et me dépasse toujours d’environ cinq centimètres alors que pieds nus elle en fait deux de moins que moi. Elle sourit en voyant mes sandales, pourtant elle me fait remarquer en constatant que mon soutien-gorge est visible sous ma petite robe à bretelles, que j’ai choisie assortie à mes nouvelles chaussures :  


 ― Tu sais, à présent que tu es la digne fille d’une ancienne actrice et de la productrice de films de boules, pour toi porter des sous-vêtements est devenu facultatif. 


 Tandis que je rougis elle soulève son jupon pour me montrer qu’il n’y a rien dessous, et j’émets piteusement une objection :


 ― Mais… heu… et esthéticienne ?

 ― Parce que tu crois qu’Elsa, elle en met des culottes ?

 ― Comment tu peux le savoir ? Car j’imagine qu’elle doit avoir une blouse, pour faire son boulot.

 ― Effectivement, mais elle est nue dessous. 


 Cette réponse étant catégorique je n’insiste pas, même si je me demande comment elle peut être au courant de ça, et je retourne dans ma chambre pour enlever mes dessous. Quand j’en reviens M’man me caresse doucement les fesses à travers ma robe, et si je suis convaincue qu’elle le fait pour vérifier que je lui ai obéi, cela ne l’empêche pas de me dire avec gentillesse :


 ― Au début tu vas te sentir terriblement gênée, mais tu vas t’y habituer assez rapidement, et dans certaines situations tu seras même excitée. Car ça nous a à toutes procuré les mêmes sensations, et tu pourras en demander la confirmation à Manon et Emma, dont les souvenirs sont beaucoup plus récents que les miens.


χ χ


 Je ne doute pas un seul instant que mes deux belle-sœurs se baladent elles aussi à poil sous leurs vêtements, ce qui n’atténue pas le fait que je suis horriblement gênée lorsque nous grimpons dans le Q5 de M’man. Car je suis convaincue même si ce n’est pas logique, que dans la rue tout le monde va se rendre compte que j’ai les fesses à l’air. 


 Pourtant, lorsqu’elle soulève les siennes pour retrousser sa robe le plus naturellement du monde, afin de les reposer ensuite directement sur le cuir de son siège, même si j’en deviens écarlate je fais comme elle. Je trouve ce contact en même temps doux et excitant, car je me sens encore plus cochonne, et la morale est sauve puisque nos jupons recouvrent nos intimités et même une bonne partie de nos cuisses. Si bien que seul un observateur averti, pourrait se rendre compte que nous ne sommes pas assises d’une manière conventionnelle. 


 M’man m’accompagne jusque dans le salon probablement dans le but principal de m’insuffler du courage, ce qui ne l’empêche pas d’échanger quelques mots avec l’esthéticienne pour lui rappeler ce qu’elle doit faire en ce qui me concerne, avant de me laisser à ses bons soins. Je ne raconterai pas la séance, qui se résume par des aille, ouille, aille qui me font assez rapidement oublier ma pudeur, et lorsque je ressors encore plus nue sous ma robe, vu qu’il ne me reste qu’une touffe de poils auburn sur mon pubis, je vais rejoindre celle qui m’a mise au monde dans un bar voisin. 


 Cependant nous n’y traînons pas, et je dois avouer que je n’en ai pas envie car j’ai l’impression que tous les hommes présents m’observent, ce qui en même temps m’intimide et m’émoustille. Nous allons ensuite chercher mon gâteau d’anniversaire qui a été commandé à l’avance, mais également de la viande à griller, car le temps étant beau et étonnamment chaud pour ce début de printemps, il a été décidé que nous allons faire le tout premier barbecue de l’année.


 Ce sera donc à la bonne franquette ce qui me convient parfaitement, étant donné que comme tous les autres membres de ma famille, j’ai des goûts très simples.


χ χ χ


Vous aimez cette histoire et vous voulez la suite ?

Alors montrez-le !

Comment ?

En cliquant sur j’aime ! 

De plus, si vous voulez savoir quand le prochain épisode arrivera, cliquez sur « S’abonner aux histoires de Conteuse ».

Diffuse en direct !
Regarder son live