Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 659 fois
  • 50 J'aime
  • 2 Commentaires

Laisser-aller

Chapitre 1

Erotique

Je m’appelle Véronique, j’ai 31 ans. Je suis une vraie blonde, 1m65, yeux bleus, poitrine généreuse.

J’ai un beau succès auprès de la gent masculine, je le vois très clairement par leurs regards et les petites phrases que l’on peut me dire quand je suis seule dans la rue. Je suis très exclusive et très fidèle à mon mari. Cela fait plus de 10 ans que nous sommes ensemble maintenant.


Je dois bien avouer que nous sommes progressivement tombés dans une certaine routine et qu’il n’y plus vraiment de saveur nouvelle dans notre relation amoureuse. Bien sûr je l’aime, mais l’amour et le sexe sont deux choses complètement différentes.


Mon corps a besoin de ressentir des choses et je ne les trouve plus en étant avec mon mari. J’ai trop d’amour pour lui pour lui avouer ces choses et les lui dire ne ferait que le peiner ou lui faire du mal. J’en ai l’absolue certitude et je préfère ne rien lui dire.


Je dois vous avouer que j’ai craqué et j’ai cédé à la tentation. Laissez-moi vous raconter comment cela s’est passé.

Cela faisait des mois que je me torturais pour trouver une solution et arriver à lâcher prise avec les conventions, les normes sociales de la petite vie bien rangée, de l’épouse parfaite qui fait le dîner et entretient la maison. Une partie de moi allait exploser si je continuais dans cette voie.


J’ai donc pris l’initiative de m’inscrire sur un site de rencontre, Meetic, pour ne pas cacher son nom.

Rédigeant une annonce qui serait suffisamment ambiguë pour éventuellement me justifier si je devais être reconnue par quelqu’un de mon entourage, j’ai simplement annoncé que je voulais faire de nouvelles connaissances pour développer mon cercle social.


Les quelques photos avantageuses que j’y ai mis ont vite attiré de nombreux messages dans ma boite Meetic qui s’est mise à clignoter et à ne plus s’arrêter. Un vrai arbre de Noël.

Je recevais de tout, mais j’ai vite trouvé ce qui m’excitait. Les messages des parfaits inconnus qui n’avaient pas du tout de photos dans leur profil.

Le fait de ne pas savoir à qui j’avais affaire me procurait des sensations internes fort plaisantes.

Une vraie sélection s’est alors opérée parmi ceux-ci, j’ai beaucoup discuté sur ce qu’ils recherchaient, sur leurs fantasmes, sur leur caractère.

J’ai fini par choisir un de ces inconnus qui était de caractère dominateur et qui aimait donner des ordres. Je ne lui demandais rien d’autre en particulier sur lui, je ne voulais pas savoir son âge, son ethnie, ou autre chose. Je voulais qu’il reste le plus anonyme possible car c’est ce qui m’excite, c’est mon fantasme de l’inconnu. Je me surprenais d’ailleurs souvent pendant l’acte avec mon mari à penser à un scénario avec un parfait étranger. C’est ma perversion, je le reconnais volontiers.


Je me suis donc arrangée pour transmettre mes seules " conditions " à l’inconnu de Meetic qui répondait sous le pseudonyme de Xfacteur666.

Il fallait qu’il vienne seul, en n’ayant pas eu de rapports sexuels ni de masturbation pendant 1 semaine complète, et enfin qu’il vienne avec un masque sur sa tête. Il fallait qu’il reste pour moi un inconnu complet.


Xfacteur666, appelons-le "666", m’avait alors dit qu’il acceptait à l’unique condition que je me soumette aussi au fait que je devais arrêter de prendre la pilule et me donner les dates de mon cycle menstruel. " C’est ma perversion à moi de te savoir fertile face à moi " avait-il dit.


La situation m’excitait. Pendant quelques semaines nous avons continué à discuter ensemble, et 666 posait beaucoup de questions sur moi, alors que moi je m’appliquais à ne rien lui demander et lui rappelait même expressément de ne rien me dévoiler de lui. Je sentais que la pression montait. Il ne cessait aussi de me complimenter sur ma beauté physique et me demandait des photos plus osées en privé, ce à quoi j’avais toujours refusé de répondre par l’affirmative.


En même temps, la période n’était pas non plus spécialement favorable ; j’étais en effet au milieu de mon cycle et mon mari très présent à la maison. Néanmoins, une opportunité s’est découverte pile dans les bonnes dates : mon mari m’avait dit qu’il partait mercredi de la semaine prochaine, après le repas du soir, avec son meilleur ami au casino et qu’ils allaient faire un poker jusqu’à très tard dans la nuit.


J’ai donc contacté 666 sur Meetic en lui disant que c’était le bon moment pour se rencontrer.

Je lui ai donc donné un créneau horaire et une marche à suivre : " Viens à 19h30 précise, mon mari aura mangé et sera parti de la maison pour toute la soirée. Voici l’adresse. La porte sera déverrouillée. Tu montes à l’étage, je t’y attendrai dans la chambre. "


Tout se passa comme prévu : à 18h00 le repas fût servi et mon mari eût vite fait de tout manger. Son meilleur ami sonna à 18h30 et après m’avoir embrassée, me souhaita une bonne fin de soirée en me rappelant qu’il rentrerait sûrement tard car le poker de tournoi au casino çà prend du temps !


Avec une heure environ devant moi, je suis donc montée prendre un bain bien chaud et j’en ai profité pour m’épiler de manière impeccable sur les jambes et sous les bras. Il était déjà 19h20. Plus que 10 minutes ! Encore toute nue, j’ai rapidement enfilé une nuisette et je me suis dirigée vers la chambre.


J’ai pris soin de mettre une lumière tamisée, ouvrir le tiroir de la table de chevet où sont entreposés les "jouets" et de rapidement prendre un masque spécial de carnaval qui occultait les yeux et m’empêchait donc de voir.


Il fait très calme dans la maison. Si calme que j’entends clairement la porte d’en bas qui s’ouvre, puis se referme. Il est là. Je le sais.

Je sens que l’adrénaline monte en moi ainsi que la tension dans mon bas-ventre. Je suis toute excitée.

J’entends les marches de l’escalier qui craquent. Il monte comme prévu. Je suis debout dans la chambre, à côté du lit. Je ne vois rien.

Mes sens sont tous en éveil. Je sens un léger coup de vent qui me fait comprendre que la porte de la chambre vient de s’ouvrir.

J’entends sa respiration, j’ai des papillons dans le ventre à ce moment-là.

Il m’adresse alors la parole : " Tu es encore plus belle en vrai. " Sa voix est grave, très masculine. Je ne saurais donner un âge à cette voix.

J’ai une hésitation. Il m’a semblé que la voix avait un léger accent africain. Je ne saurais en être certaine à ce stade.

Ses mains se posent sur mes épaules, il les fait parcourir sur mes bras, puis touchent mes mains. Je sens que ses mains sont sèches et calleuses, un peu rugueuses. Il a de grandes mains, il doit certainement faire 1m80 à 1m90, d’ailleurs je devine son visage bien plus haut que le mien en entendant sa respiration. Ses mains sont maintenant sur mon dos et elles passent très vite sur ma poitrine. Mes seins s’emballent.


Je ressens une montée de plaisir et mes tétons durcissent instantanément.

Il me fait me tourner et il est maintenant dans mon dos. Ses mains vont se remettre sur mes seins, il les palpe un moment. La nuisette est le seul rempart entre moi et lui. Il le sait certainement, il n’a pas eu de contact avec un soutien-gorge. Il pose d’ailleurs une main sur mes fesses comme pour vérifier si je porte une culotte. Je n’en ai pas, donc il sait parfaitement que je suis nue sous ma nuisette.


Ses 2 mains se dirigent vers le seul ruban qui retient ma nuisette. Il le défait et je sens qu’elle commence à glisser de ma peau. Il l’aide à la faire tomber sur le sol et je me retrouve complètement dévoilée devant lui en un instant. Je le sens derrière moi et, de ses mains, il me dirige vers le lit.


Il me fait me pencher et mettre en levrette. Il ne se passe rien un court moment. Il doit certainement admirer mon cul. Je mouille de plaisir. Je l’entends fouiller dans le tiroir de la table de chevet. J’entends ensuite un bruit de braguette qui s’ouvre.


Il n’est pas long pour que j’entende ensuite le bruit du gel lubrifiant qu’il presse. Il n’en aurait pas besoin tant je suis mouillée mais il l’utilise.

Il est rapide, je devine qu’il est pressé et que je l’excite aussi très fortement. Après tout, çà fait aussi une semaine qu’il se retient.

Il me reparle enfin et j’identifie encore ce petit accent africain mais je me focalise immédiatement sur ses paroles : " Tu vas remplir ton rôle de femelle blonde parfaite et tu seras fécondée. Tu m’excites, salope."


Sur ces paroles je sentis pour la première fois une queue autre que celle de mon mari me pénétrer. Elle était clairement plus épaisse et longue. J’aime çà. Des décharges parcouraient tout mon corps et j’étais déjà très proche du premier orgasme. Cet inconnu s’insérait en moi et j’adorais çà.


Il a commencé par se positionner de manière à saisir mes seins de ses grosses mains rugueuses et le pilonnage démarra.

J’ai senti sur mon anus le plug anal que j’avais rangé dans le tiroir. Il l’a enfoncé dans mon cul alors que sa queue était en train de me saillir.

Les vibrations électriques du plug ont commencé et j’ai eu pour la première fois de ma vie la sensation d’une double pénétration.

J’ai joui en 5 secondes mais cela ne l’a pas freiné dans ses coups de boutoir. Les vibrations du plug dans mon cul m’excitaient davantage.

Il a accéléré sa cadence infernale et je l’ai encore sentie grossir en moi, progressivement se raidir et puis commencé à palpiter dans mon ventre. Il était clair qu’il allait jouir à son tour.

Ses mains se sont crispées sur mes seins et il s’est arrêté net. J’ai alors senti sa bite éjaculer tout son foutre dans ma chatte. Je sentais de longs jets puissants me remplir mon vagin et inonder mon utérus. J’en ai perdu le compte. Comment était-ce possible d’éjaculer autant ? Son sperme gluant et collant devait tapisser tout mon appareil reproducteur.


Je sens sa queue qui se retire, j’aurais voulu qu’il reste encore en moi. La sensation de plénitude qu’on ressent avec une bite en soi est divine.

Il me repositionne sur le dos et met un coussin de manière à surélever mon bassin. Ses dernières paroles ont été les suivantes : " Tu vas rester comme çà pendant la nuit et te laisser féconder par mon sperme. Je vais me supprimer de Meetic. Adieu Véronique. "


Je lui ai obéi et je suis restée en position dans le lit, sous la couette. Mon mari est rentré vers 3h du matin et est venu discrètement se mettre dans le lit. J’avais enlevé toutes les preuves de ce que j’avais fait, le plug et le gel étaient rangés.


Il a posé sa main sur mon ventre et s’est rapidement endormi. Les dizaines de spermatozoïdes de mon amant inconnu se baladant dans ma plus secrète intimité. 2 mois plus tard le test ne mentait pas : j’étais bel et bien enceinte.


La seule question que je me pose actuellement c’est qu’est-ce que je vais bien pouvoir dire si l’enfant à naître, comme je le pense, est de couleur noire ?


J’ai 7 mois pour y réfléchir.

Diffuse en direct !
Regarder son live