Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 16 202 fois
  • 85 J'aime
  • 11 Commentaires

Laura

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Moi, c’est Laura, brune, 1m70, yeux verts, jeune fille tout ce qu’il y de plus normal qui venait d’avoir ses 18 ans. Ce jour-là, je rentrai du lycée et comme souvent, je passais voir mon copain Tim, qui m’avait dit le matin qu’il n’allait pas en cours à l’université aujourd’hui, ne se sentant pas très bien. Comme nous étions voisins en fait, et c’est comme ça que nous nous somme d’ailleurs connus assez jeune, je n’avais pas l’habitude de l’appeler avant de débarquer chez lui. Ses parents étant divorcés, il vivait avec son père Frank, qui était très gentil et me connaissait depuis très jeune aussi, quand j’étais encore une petite fille. Tim, qui avait 20 ans, et moi avions commencé a sortir ensemble il y a déjà 4 ans de cela et je n’ai eu que lui comme copain, mais j’en étais encore follement amoureuse, même si au début mes parents étaient un peu réticents et me demandaient si j’avais de vrais sentiments pour Tim, ou c’est juste parce qu’on était amis depuis tout petit, car même s’ils ne voulaient pas l’avouer, c’était le fait que je sorte avec un métisse qui les dérangeait un peu, qui en plus n’était pas très à l’aise niveau sou.


Il était environ 14 heures quand je sonnai à la porte. Frank vint m’ouvrir et me fit la bise comme d’habitude, mais me dit :

’Tim n’est pas encore rentré et il a dit qu’il ne serait là que vers 18 heures, mais entre’

’Mais il m’avait dit qu’il n’irait pas en cours aujourd’hui parce qu’il ne se sentait pas bien’, j’entrai en lui disant.

En entrant, je fus un peu surprise de voir 2 autres Blacks assis à la table du salon avec des cartes, des clopes à la main et leurs verres tout près. Je leur dis poliment bonjour et pendant que je m’asseyais sur le canapé, Frank me répondit :

’Oui, mais finalement, il s’est senti mieux vers 11 heures et a décidé d’y aller, tu veux quelque chose à boire ?’

’Un jus d’orange s’il vous plaît, si vous en avez, et vous vous ne bossez pas aujourd’hui ?’, lui demandai-je.

Il continua depuis la cuisine, ’Non, moi et mes potes sommes en repos aujourd’hui et on en a profité pour se faire un poker.

’D’ailleurs, je te les présente : Tony et Max’, me dit-il en revenant de la cuisine pour me donner mon verre.’C’est la copine de mon fils, Laura, alors faites gaffe les mecs’, leurs dit-il en souriant. Les deux me regardèrent en souriant, avec un ’enchanté Laura’, je fis pareil tout en buvant un peu de jus d’orange.


’Vous jouez à quoi’, leur demandai-je, même si j’étais presque sûr que c’était du poker. Ce à quoi Frank me répondit, ’Poker fermé, tu connais ?’

’Non, du tout’

’Bin vient t’asseoir à côté de moi, je t’expliquerai un peu.’


En passant près de ses potes pour m’asseoir à côté de Frank, je remarquais qu’ils puaient l’alcool et la cigarette, qui d’ailleurs étaient plutôt des pétards de cannabis, je crois. Frank aussi sentait pareil quand je m’assis à côté de lui. Il commença à m’expliquer un peu, mais je n’y comprenais pas vraiment grand chose.


Tony me proposa alors sa cigarette et quand je lui demandai ce que c’était, il me confirma que ce n’était pas du tabac. Mais avant que je puisse lui répondre, Frank lui dit, ’laisse tomber Laura ne fume pas’. Il avait raison, mais j’avais envie d’essayer juste pour y goûter, et je fis donc ’Mais j’aimerais y goûter juste une fois pour voir’, à la grande surprise de Frank qui écarquilla un peu les yeux. ’Mais fait gaffe, tu risques de t’étouffer ma petite’, me dit-il en souriant un peu.Je pris le joint et, il avait raison, après seulement une bouffée je toussa comme une folle et dis tout en toussant, ’Non... Hum... Hum... C’est... Hum... Pas pour moi ça, j’aime pas’. Ils rigolèrent tous en même temps, ce qui me fit sourire.


Je m’apprêtais à me lever pour rentrer chez moi et leur dire au revoir quand Frank me dit soudain, ’Je peux te parler une seconde dans la cuisine ?’. Je lui dis ’oui, bien sur’, et nous allâmes dans la cuisine sous le regard de ses deux compères.A la cuisine Frank me dit en prenant doucement mes mains dans les siennes, ’Laura, je n’aurais jamais pensé te demander ça mais je suis vraiment à sec, je suis en train perdre, pourrais-tu m’aider à me refaire un peu? Au poker, je veux dire’.


Perplexe, je lui fis : ’qui ? Moi ? T’aider au poker, mais je ne sais même pas y jouer Frank’.

’Mais tu pourrais peut-être m’aider en faisant des gages pour mes potes si je perds une partie, s’ils sont d’accord, mais je suis presque sûr qu’ils le seront’.

’Des gages ? Qu’est-ce que tu veux dire ? Des gages comme quoi ?’, lui dis-je vraiment étonnée de ce qu’il était en train de me demander.

Frank: ’ça, je ne sais pas, s’ils acceptent, ils verront eux-mêmes’.

J’étais un peu choquée et ne le comprenais pas vraiment, mais je considérais Frank un peu comme un deuxième papa, même s’il était black, et je voulais l’aider. Sans trop réfléchir et lui faisant vraiment confiance, je dis ’Ok, pas de soucis, si ça peut t’aider’. ’Merci, vraiment merci ma belle, tu me sauves la vie’, me dit-il avec un bisou sur la joue et pris ma main pour retourner dans le salon. Il dit à ses potes, ’Bon Laura accepte de m’aider, vous êtes d’accord si elle vous fait des gages en lieu et place des jetons si je perd ? ’Ses potes me regardèrent avec un sourire et un peu surpris de la question de Frank, mais Max dit, ’D’accord, moi j’accepte’.Et Tony qui répondit, ’ok c’est bon, ça marche’. Frank se pencha et me murmura à l’oreille, ’t’inquiète pas, je vais gagner’, avec un sourire confiant. C’est ce que j’espérais bien qu’il fasse et lui répondit donc, ’J’espère bien, mais je te fais confiance’ en souriant aussi. Effectivement, il gagna la partie qui suivit et exprima sa joie, ’tu vois, je te l’avais bien dit, t’inquiète, il n’y aura pas de gage pour toi Laura’.


Malheureusement après seulement quinze minutes, il avait déjà tout reperdu et jouait cette partie sans le sou, ce qui signifie qu’un gage pour moi était en jeu.Et comme je le redoutais,quand il abattit ses cartes, je compris à la tête qu’il fit qu’il venait de perdre à nouveau et que c’était Max le gagnant de cette partie, qui dit aussitôt, ’Alors, gage ou pas ma ptite?’, en me fixant des yeux. Après que Frank m’ait dit, ’Désolé Laura, il était trop fort sur ce coup-là’, sans trop savoir quoi répondre, je dis à Max,


’bahh... Ouais allons-y, tu veux que je fasse quoi alors ? ’.


’T’enlèves ta petite culotte et tu me la donne, tu peux faire ça ? ’, me répondit-il. Je restai clouée sur place, choqué et n’en revenant pas de ce qu’il venait de me demander, écarquillant grand les yeux en le regardant. Puis ne sachant si je devais vraiment m’exécuter ou s’il plaisantait, je me tournai vers Frank, qui lui dit,


’Max, tu ne crois pas que t’exagère un peu là ? ’.


’Mais c’est rien, je ne lui demande pas de montrer quoi que ce soi, juste de l’enlever et me la donner’, lui répondit Max. Mais pendant qu’il parlait, sans réfléchir, je pris mon string sous ma jupe pour l’ôter assez rapidement, sous le regard de ces mecs qui devaient avoir dans les 50 ans. Max me souriait quand je posai mon string sur la table près de lui en le regardant d’un air de défi et lui disant, ’voilà, content ? ’, ce à quoi il répondit, ’ouais parfait’. Et quand je regardai Frank, il me parut assez surpris et troublé. Même moi, j’étais un peu étonnée de ce que je venais de faire. La partie continua et après dix minutes, c’est Tony qui remporta la mise, et comme Frank était toujours à sec, Tony me dit avec un large sourire, ’Pourquoi tu ne viendrais pas t’asseoir sur mes genoux pour tenir mes cartes, tu veux ?’. Il me tendit sa main et quand je la pris, il me tira doucement vers lui puis, me tenant les hanches, m’assis sur ses genoux. Il garda ses mains sur mes hanches, ce qui me gênait beaucoup, surtout devant Frank, j’étais la copine de son fils après tout. Puis Tony me dit à l’oreille de prendre ses cartes qu’il avait déposées sur la table et de les tenir. Pendant que je fis cela, il me tira un peu plus sur ses genoux si bien que mon dos fût presque collé à sa poitrine maintenant. Frank me demanda,


’Laura, ça va ? Il n’en profite pas trop ? Sinon tu me le dis et je lui casse la gueule hein’


’Oh, je n’ai rien fait’, dit à son tour Tony sur un ton de plaisanterie. Même si j’étais toujours un peu gênée, je lui répondis assez doucement, ’Non ça va’. Mais je pouvais maintenant sentir l’érection grossissant de Tony dans son pantalon et cette fois, je fus tellement gêné que je me sentis rougir et jetai un regard vers Frank. Mais celui-ci était maintenant concentré sur ses cartes. Je pouvais aussi sentir la forte odeur d’alcool que dégageait Tony tandis qu’il me murmura quelles cartes échanger. C’est alors qu’il commença à me caresser les jambes à travers ma jupe. Puis il mit son nez dans mes cheveux pour les sentir, tout en remontant un peu sa main pour me caresser l’intérieur des cuisses maintenant.


Je tremblais un peu des mains quand Tony me mit son joint à la bouche en me disant, ’Vas-y, respire, mais doucement’. Comme ça ne m’étouffa pas cette fois, je ne le lui refusai pas. Mais, comme je pouvais le sentir à la taille de son érection, Tony était vraiment excité maintenant, et il m’embrassa le cou tandis que sa main montait encore plus haut le long de ma cuisse.


’Arrête s’il te plaît’, lui murmurai-je. Mais il me fit prendre encore une bouffée de son joint puis continua à m’embrasser le long du cou pour descendre jusqu’à mon épaule. Frank me regardait maintenant d’un air ébahi sans dire mot tandis que Max lui avait un large sourire sur son visage. Je commençai aussi à ressentir du désir et de l’excitation quand Tony glissa mon shirt avec col bateau le long de mes épaules pour révéler mon soutif, qui retenait mes seins assez généreux, tandis qu’il continuait à caresser l’intérieur de mes cuisses. Sans trop comprendre pourquoi, je fermai les yeux et commençai à doucement me frotter les fesses contre son énorme érection. Il tira ensuite ma jupe large jusqu’à le haut de mes cuisses et j’eus un petit sursaut quand sa main se posa sur ma vulve pour la caresser.



’Hmmm...nonnn...je t’en pris...Fait pas ça’, lui murmurai-je alors, pendant que je laissai tomber ses cartes sur la table. Tandis que Frank restait cloué sur place, peut-être se sentant coupable de la situation dans laquelle il m’avait mis ou regrettant ce qu’il m’avait demandé, Max lui se leva et essaya de m’embrasser, pendant que Tony me caressait le ventre avec son autre main.


’Non...mmm’, lui fis-je en détournant la tête même si je commençais maintenant à apprécier le plaisir que Tony me procurer avec ses deux mains, mais Max me prit le menton et m’embrassa en pleine bouche et cette fois-ci, je ne lui résistai pas et l’embrassai à mon tour, lui ouvrant grand l’accès pour que sa langue puisse trouver la mienne. Tony avait dû remarquer maintenant que je mouillais déjà pendant que ses doigts profitaient de mon sexe en feu, il mit alors un troisième doigt et commença à me doigter furieusement et de plus en plus fort.


’Hmmm...’, gémis-je pendant que Max continuait à m’embrasser et que Tony me doigtait. Mon corps ne pouvait s’empêcher de bouger de lui-même sur l’incroyable érection de Tony au même rythme des mouvements de ses doigts en moi. Max libéra alors mon sein droit de mon soutif et sa main me pressa doucement les seins pour ensuite les masser. Puis c’est sa langue qui enveloppa le téton pour me faire me cambrer de plaisir en arrière tandis que Tony me tourna la tête pour introduire sa langue dans ma bouche et je le lui ouvrai sans aucune hésitation. Mais soudain, mon téléphone que j’avais posé sur la table sonna, ce qui me fit revenir un peu à la réalité. Mais avant même que je n’eus le temps de bouger, Frank prit mon téléphone pour me la passer en me regardant droit dans les yeux et je crois que je pouvais déceler dans ses yeux un peu d’excitation aussi, même s’il y avait beaucoup de culpabilités et de regret. J’essayai de me lever avant de répondre, mais Tony me retint sur lui tandis que moi, j’étais trop excitée encore pour insister.Je vis alors que c’était Tim qui appelait et étant bien consciente de l’état dans lequel j’étais, je le laissai sonner en le gardant dans ma main.


C’est alors que Tony me fit, ’aller répond, qu’est-ce tu attends ?’


’Mais t’as vu dans quel état vous m’avez mise ? Je ne pourrai pas parler à mon mec comme ça’ lui répondis-je. Et je jetai un regard vers Frank, qui me fit non de la tête. Mais pendant que je regardai Frank, Tony avait appuyé sur la touche répondre.


’Oui chérii...’ Fus-je obligée de répondre, en regardant à nouveau Frank pendant que Max me malaxait toujours un sein et Tony me faisait jouir de plaisir avec ses trois doigts.

’Déjà rentrée ?’, me dit Tim.

’Oo...uii’, lui dis-je en essayant de respirer normalement et de ne pa gémir de plaisir mais toujours en regardant Frank avec mes yeux rempli de désir pendant que lui aussi me fixait d’un regard qui en disait long sur son étonnement.

’Finalement, je me suis senti mieux ce matin et suis aller en cours, mon père était là quand t’es passé ?’

’O..ui...oui, je...mmm l..ui ai ...um dis bon...hhh...jour’, répondis-je tandis que ces deux salauds ne me donnaient aucun répit, au contraire, ils y allaient encore plus fort et intensifiaient les mouvements de leurs mains et leurs langues, Tony me suçant et léchant à fond le cou avec ses doigts faisant du va-et-vient en moi pendant que Max s’occupait de mes seins avec ses mains et sa langue, mes deux seins étant maintenant à l’air même si je n’avais pas encore enlevé mon soutif.

’T’es chez toi ?’

’Ouiiiii....mmmm’, je ne pus m’empêcher de gémir de plaisir, car au même moment Max m’avait pincé le téton droit et avait mordiller la gauche, ce qui me fit me courber de plaisir encore une fois et j’eus la tête complètement en arrière sur l’épaule de Tony avec mes seins en avant, si bien que je ne regardais maintenant plus Frank mais le plafond, je fermai les yeux. Ma main gauche s’était posée sur la main de Max qui m’avait pincé le téton et le faisait maintenant tourner entre ses deux doigts et sa langue alternait entre ma poitrine gauche et droite. Toujours dans cette position de cambrure, je me remis à onduler mes fesses sur Tony.


’Laura, ça va ? Qu’est-ce qui se passe ? T’as fait un drôle de bruit-là, tu me fais peur’


’Non...mm...Ca va, tout...Ooh...va bien..hm’ lui répondis-je pendant que je sentis une autre langue se poser mon téton droit aussitôt que la main de Max l’avait quitté, pour les sucer et les lécher. Même si j’avais toujours les yeux fermés, je sus que c’était Frank qui s’était joint à la partie et me lécher maintenant un téton aussi, vu que la langue et la bouche de Tony n’avaient jamais quitté mon cou. Je mis ma main gauche dans les cheveux secs et frisés de Frank pour l’encourager à s’occuper de mon corps, tandis que Tim me parlait toujours au téléphone, ’Mais tu me parais vraiment bizarre là, bon moi je serai à la maison dans trois heures à peu près ’...

Diffuse en direct !
Regarder son live