Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 16 126 fois
  • 126 J'aime
  • 3 Commentaires

Laura et le club libertin

Chapitre 2

Les désirs aveugles

Avec plusieurs hommes

Les cours à la fac ont commencé depuis deux semaines et, comme je m’y attendais, ce n’est pas de tout repos. Je n’ai pas de mal à suivre, au contraire, les cours se passent même très bien, mais les différents travaux que nous devons faire à côté pour chaque cours prennent tout de même pas mal de temps. Je passe donc mes trois premières semaines en tant qu’étudiante à travailler, que ce soit à la fac ou dans ma chambre. Évidemment, je n’ai pas pu retourner au club depuis.


Heureusement, les discussions quotidiennes avec Paul par sms m’aident à décompresser. Nous discutons de tout et n’importe quoi en échangeant nos points de vue avec intérêt, mais c’est surtout sur le sexe que se portent nos conversations. Lui me parle surtout de ses expériences (et purée qu’est-ce qu’il en a eu !), et moi je lui fais surtout part de toutes les choses que j’ai envie d’essayer. Le seul souci avec ces échanges, c’est que j’ai à chaque fois envie de le faire juste après, mais étant seule, je dois me contenter de me caresser. Il me faut donc presque tous les soirs me remémorer les sensations de son sexe en moi, ses caresses sur mon corps et la force de ses coups de reins, même le goût de son sperme me manque ! Bien que j’aime avaler, je ne me suis jamais attardée sur le goût, mais le sien avait été un véritable délice.


    Je suis sur le point d’aller me coucher après avoir un peu calmer mes ardeurs, quand je vois un nouveau message de Paul :


— Tu comptes venir à la soirée du club de vendredi ?

— Je comptais plus passer le samedi après m’être reposée, j’ai besoin de force pour tenir ton rythme, tu sais.

— Je sais, je l’ai bien vu. Vendredi est une soirée à thème, c’est pour cela que je te demande.

— Je n’étais pas au courant, quelle sera le thème de cette soirée ?

— Si je te le nom de la soirée, accepterais-tu de jouer le jeu et de ne pas aller voir sur le site du club ?


    Mais quelle peut bien être cette soirée ? C’est malin, je suis maintenant partagée en deux ! D’un côté, j’ai une furieuse envie d’aller voir sur le site de quoi retourne la soirée en question ; mais d’un autre côté, je commence à bien cerner Paul et je sais que jamais il ne me proposerait cela s’il y avait le moindre risque que ça ne me plaise pas. Bon, je vais dans ce club pour faire des expériences après tout, je lui envoie donc ma réponse après quelques minutes de réflexion :


— Je te promets de jouer le jeu.

— Parfait ! Mais pour titiller l’imagination de la jeune aventurière que tu es, je ne te dirais que le nom de la soirée.

— Et qu’est-ce que c’est ?

— Les désirs aveugles.


Les désirs aveugles ? La seule idée qui me vienne en tête est une soirée de questions-réponses où l’on tente de se découvrir de nouveaux plaisirs avec l’aide d’un partenaire. Cela me paraît cohérent, surtout que Paul aime beaucoup parler pour charmer, en tout cas ça à fonctionner avec moi. Pendant que je réfléchis, il m’envoie un autre message :


— Alors, tu es tentée ? Tu n’es pas allé voir sur le site au moins ?

— Non pas du tout, j’essayais de deviner ce que cela pouvait être.

— Très bien, mais garde tes idées pour toi, je n’aimerais pas te donner des indices par inadvertance en te répondant. Il serait dommage que tu puisses entrevoir ne serait-ce qu’une partie de la soirée qui t’attend.

— Je ne vois pas comment tu pourrais, tu maîtrises très bien ta langue. Je peux le confirmer.

— Petite coquine. Tu pourrais remettre le même ensemble que la dernière fois, j’ai adoré.

— Si tu veux. Je vais aller me coucher, je dois me lever tôt. Bonne nuit Paul.

— De même, plein de bisous partout.


    Les cinq jours qui me séparent de vendredi sont longs, très longs. Je suis attentive en cours et je bosse bien mes quelques travaux à faire, mais Paul a attisé ma curiosité, et je dois me faire violence pour tenir ma parole. Je ne sais pas pourquoi, mais je suis persuadée, au fond de moi, que si jamais je tente de me renseigner sur cette soirée, il le saura d’une manière ou d’une autre. Je prends donc mon mal en patiente, et me concentre le plus possible sur mes cours pour réprimer mes envies. Puis viens finalement le vendredi.


    Je termine mes cours à dix-sept heures, et le club ouvre à dix-neuf. La veille, Paul m’a demandé de venir exprès à l’ouverture, j’ai donc un peu plus d’une heure pour me préparer. Je prends une bonne douche, m’attache les cheveux en queue-de-cheval après les avoir séchés, et enfile mon ensemble de lingerie noir en dentelle. Un petit coup d’eye-liner pour faire ressortir mes yeux et je suis prête.


    Arrivée au club, je suis accueillie par la gentille gérante.


— Bonsoir mademoiselle, dois-je comprendre que votre précédente visite vous a satisfaite ?

— Oh que oui, j’ai vraiment été très satisfaite.

— Votre nom, c’est bien Laura n’est-ce pas ?

— Oui pourquoi ?

— Sans trop vous en dire, à la demande de Paul, les femmes qui viennent à la soirée des désirs aveugles doivent être accompagnées.

— Je… Je ne savais pas.

— Pas de soucis, Paul m’a tout dit et est déjà à l’intérieur. Voici votre serviette, et si jamais la soirée vous met mal à l’aise, n’hésitez surtout pas à venir me voir.

— Pourquoi la soirée me mettrait mal à l’aise ?

— On ne sait jamais. Je cherche juste à prendre soin de tous mes clients et clientes.


    Je remercie la gérante et pars en direction des vestiaires. Pendant que je me change, je me sens de plus en plus tendue, même si je sens bien que ce club est très encadré, et que cette brave femme n’avait pas de mauvaises intentions. Mais une boule commence à se former dans mon ventre. Je sors du vestiaire avec la serviette enroulée autour de mon corps, couvrant mes sous-vêtements, puis je rejoins Paul assit au bar en train de boire un verre. Lui aussi ne portait que sa serviette, mais laissait son torse bien fichu bien en évidence, ce qui n’était pas pour me déplaire.


— Bonsoir Laura, tu es toujours aussi belle.

— Merci beaucoup.

— Tu as l’air un peu tendu, je me trompe ?

— Disons que le thème de la soirée m’échappe encore et que je ne sais pas à quoi m’attendre.

— Je comprends ne t’en fais pas. Mais regarde-moi dans les yeux.


    Je m’exécute et plonge mon regard dans le sien. Je n’y vois aucune mauvaise intention, ni même quoi que ce soit de malsain, mais au contraire le même regard charmeur et plein de gentillesse qui m’a fait craquer trois semaines plus tôt. Je peux également y voir un brin d’excitation, contrairement à moi, il sait comment va se passer la soirée. Il l’a même certainement planifié du début à la fin.


— Tu me fais confiance ? Me demande-t-il après quelques instants.

— Oui, je sais que tu ne veux que mon bien.

— Exactement, mais tout d’abord, parle-moi un peu de tes débuts de vie d’étudiante. Comment se passent les cours ?


    Je commande à mon tour un verre, puis lui raconte mes débuts à la fac : les premiers cours, les premiers devoirs, le rythme à prendre ainsi que des premiers camarades avec qui je partage les amphis. Il n’en perd pas une miette, il est sincère quand il dit vouloir en apprendre plus sur moi, pas une seule fois il a détourné le regard. Je me sens vraiment bien en sa présence, je peux vraiment discuter de tout et, sans m’en rendre compte, je monopolise la parole pendant près d’une heure. Jusqu’à ce que je voie quelque chose d’étrange.

    Je n’y ai pas fait attention au début, mais une bonne partie des femmes qui rentrent dans le club ont les yeux bandés, et sont guidées par leur partenaire. Ce n’est qu’après un moment de réflexion que j’ai enfin compris le sens du thème de la soirée.


— C’est toi qui vas diriger toute ma soirée n’est-ce pas ?

— Bingo, tu as compris. Je vais te placer ce bandeau sur les yeux, et dès l’instant où tu l’auras sur le visage, interdiction de l’enlever jusqu’à ce que je t’y autorise.

— Voilà la raison de toutes ces questions par sms. Depuis que nous nous sommes rencontrés la dernière fois, tu voulais m’emmener à cette soirée ?

— Non pas dans l’immédiat, l’idée m’est venu il y a neuf jours, quand j’ai compris au bout de quelques échanges que, tout comme moi, tu es une aventurière. Tu veux découvrir de nouveaux plaisirs et de façon amusante, alors j’ai pensé que cette soirée était parfaite pour toi.


    Je suis un véritable livre ouvert pour cet homme, il m’a très vite cerné et je ne peux nier que, en m’imaginant les yeux bandés et à sa merci, je sens de plus en plus l’excitation gagné mon corps.


— Tu veux toujours essayer ? Je te promets de ne pas aller plus loin que tu ne pourrais en supporter, et si jamais je dépasse les limites, tu me le dis et on arrête tout immédiatement.


    Je me lève alors de mon tabouret et, tout en le regardant dans les yeux, laisse tomber ma serviette pour lui dévoiler mon corps mis en valeur par mes sous-vêtements, qu’il a très certainement attendu ces derniers jours. Ce corps qui, pour le reste de la soirée, va être totalement à lui. Une fois la serviette au sol, je me contente de lui répondre :


— Qu’attendons-nous pour commencer ?


    Il m’adresse un grand sourire, puis vient délicatement serrer le bandeau autour de ma tête, tout en me caressant délicatement le visage au passage. Me voilà donc totalement aveugle, ne pouvant me repérer qu’au son de la voix de Paul et à sa main tenant fermement la mienne, et il est très doux. Nous nous déplaçons lentement pour ne pas me brusquer, et heureusement, car je perds vite tout repère, n’arrivant plus à me situer dans cette pièce que je voyais il y a encore quelques secondes. C’est déroutant, mais en même temps terriblement excitant.

    Au bout d’une bonne minute à tourner en rond, sûrement pour être sûr que je ne sache pas où l’on est, je le sens se placer derrière moi, et se placer dans mon dos. Je peux sentir sa peau contre la mienne et le début d’une érection contre mes fesses, il en veut ce soir le coquin.


— Nous sommes juste devant le jacuzzi et il n’y a encore personne. Veux tu te détendre un peu en ma compagnie ?

— Les autres clients du club peuvent nous voir ?

— Oui, nous sommes dans la salle principale, si tu ne veux pas il n’y a pas de problème.


    Il ponctue sa phrase d’un baiser appuyé sur mon cou, il sait comment me faire craquer, je suis un livre ouvert pour lui. Jamais je ne me suis retrouvée nue devant plusieurs personnes, cela m’intimide un peu malgré mon côté très ouvert. D’un autre côté, je sais que le club est très bien géré et avec Paul, je ne crains absolument rien.


— Enlève-moi mes sous-vêtements s’il te plaît.

— Avec plaisir.


    Mon sens du toucher est aux aguets depuis que je suis privée de la vue, et sentir les mains de Paul se balader sur mon corps alors qu’il me déshabille provoquent des frissons partout sur mon corps. Une fois nue, je cache un peu mes seins par réflexe jusqu’à ce que nous soyons dans l’eau, il me fait m’asseoir juste à côté, ma jambe droite est collée à la sienne. L’eau et les bulles cachent en partie mes seins, dont les tétons commencent déjà à témoigner de mon excitation.


— Tu es bien là ? Me demande Paul.

— Ça va. Pour être honnête, je ne sais pas si j’aurais dit oui avec un autre.

— C’est très gentil ce que tu dis Laura. Ça mérite une récompense.


    Je le sens se pencher sur mon cou et commencer à me l’embrasser. Je pousse un léger soupir quand l’une de ses mains vient également se poser sur mon genou pour remonter lentement jusqu’à effleurer mon entre-jambe. Son autre main passe derrière ma tête et caresse mon cou et la naissance de mes seins, mon corps frissonne de partout, et je ne tarde pas à être mouillée.


— Touche-moi plus s’il te plaît… Je veux plus.

— Je ne peux pas, on ne touche pas les parties intimes dans le jacuzzi, pour des mesures d’hygiène.

— Tu es cruel Paul !

— Je sais. Mais je sais aussi que tu aimes ça.

— Ce n’est pas faux, j’aime quand…

— Oh salut Damien ça fait un moment !


    Damien ? Alors que je me demande de qui Paul parlait, je sens l’eau bouger. Quelqu’un d’autre est entré dans le bassin. Instinctivement, je me colle contre Paul.


— Ne t’en fais pas Laura, Damien est un très bon ami et quelqu’un de très gentil.

— Enchanté Laura, tu es vraiment ravissante.

— Euh… Merci.


    Paul tend alors doucement ma main en avant hors de l’eau, pour que je puisse serrer celle de Damien. Contrairement à Paul, elle était large, et ses doigts semblent plus gros également, mais il est très doux. En revanche, et même si elle est pleine de sympathie, la voix de Damien est plus grave. Couplé à la taille de sa main, j’imagine Damien comme un homme de grande taille assez carré. Pendant que les deux hommes discutent, Paul continue de me caresser la jambe, et de déposer à intervalle régulier des baisers sur mon cou. Je suis entièrement à sa merci, et la présence de son ami ne change rien du tout à mon excitation. Au contraire, je le suis encore plus.


— Je te laisse Damien, on se retrouve plus tard, j’ai à faire avec mademoiselle.

— Pas de soucis, à plus Laura.

— Oui à plus, ravi de te connaître.


    Paul me sort du bain et me passe ma serviette autour de mon corps. Puis il me murmure à l’oreille :


— Maintenant on va s’amuser.


    Il me guide alors au sous-sol du club, vers les cabines, enfin ! Je suis toute excitée et je sais que ma chatte est inondée, il n’aura pas besoin de beaucoup forcer pour aller au plus profond de moi. En ouvrant la porte d’une cabine, il me donne pour instruction de faire six pas en avant, puis de me mettre à genoux. J’obéis docilement et me retrouve alors à genoux, attendant que Paul me donne son engin surement au garde-à-vous. La porte se ferme, j’entends un bruit de serviette, puis ses mains viennent se poser sur ma tête pour attirer mes lèvres sur sa queue.


— A toi de jouer maintenant Laura.


    Je ne me fais pas prier et gobe sa bite dans ma bouche, je ne m’attendais pas à ce qu’elle me manque autant, mais force est de constater que ma bouche adore le goût de Paul. Je la prends entièrement en bouche, puis fais de longs et lents allers-retours tout le long, je veux savourer et prendre mon temps. A chaque fois que j’arrive au niveau de son gland, ma langue vient le lécher lentement et je sens les palpitations de son corps.


— L’âge n’est vraiment qu’un nombre, tu suces bien mieux que certaines femmes qui ont le double de ton âge.

— Merci beaucoup.


    J’accélère alors la cadence, cherchant de nouveau le goût de son sperme, mais c’est à ce moment que je sens quelque chose d’étrange. J’ai l’impression d’avoir quelqu’un derrière moi, d’être observé. Je ne fais pas attention au début, pensant que Paul m’avait emmené dans l’une des salles où l’on pouvait être observé, mais cette impression était de plus en plus forte. C’est alors que, dans mon dos, je sens une autre paire de mains se poser sur mes épaules. Forcément je sursaute.


— Calme toi Laura tout va bien.

— Qui est-ce ?

— C’est moi, Damien. Je ne voulais absolument pas te faire peur.

— Mais depuis quand tu es là? Je n’ai rien entendu.

— Il nous a suivis à ma demande à la sortie du jacuzzi. Pour moi, Damien est l’homme idéal pour réaliser ton fantasme.


    Mon fantasme ? Oh ! Purée, j’ai enfin compris le véritable but de Paul. Pendant les trois semaines qui viennent de s’écouler, nous avons beaucoup parlé de mes fantasmes, notamment mon numéro un : un plan à trois avec deux hommes. Il m’a posé beaucoup de questions, comme la façon dont j’aimerais que mon fantasme se réalise, mais un peu naïve que je suis, je n’ai pas du tout compris pourquoi il me demandait tout ça. Même si je dois avouer être très surprise par ce retournement, me retrouver avec un total inconnu juste derrière moi m’excite encore plus.


— Si vraiment tu ne veux pas je peux partir, je ne t’en voudrais pas.

— Non ne t’en fais pas. Je dois avouer que…j’ai bien envie d’essayer. Mais je ne l’ai jamais fait avec deux hommes en même temps.

— Ne t’en fais pas, tu n’auras pas grand-chose à faire.


    Je sens alors les mains puissantes de Damien m’agripper par-derrière pour me soulever, et je ne peux m’empêcher de pousser un petit cri mêlant à la fois la surprise et l’amusement. Il me pose alors doucement sur un lit, et je sens les deux hommes se poser chacun d’un côté de mon corps, et deux mains différentes commencer à me caresser. Je ne retiens pas mes gémissements, c’est tellement bon de sentir autant d’attention porter à mon corps et mon plaisir. La main fine de Paul caresse vigoureusement ma chatte, et la main épaisse de Damien palpe tendrement mes seins et mes tétons.


— Hum, si je suis au paradis laissez-moi s’il vous plait. Continuez !

— Tu avais raison Paul, elle est très coquine.

— Oui c’est une jeune femme avec un très gros appétit. Donne-lui de quoi la satisfaire.


    Je sens alors l’un des deux glisser sa langue le long de mon corps jusqu’à manger ma chatte, tandis que l’autre se met sur moi, juste au-dessus de mes seins, et tend sa queue que j’avale aussitôt. C’est celle de Damien, elle est différente de celle de Paul, un peu moins longue mais également plus épaisse. Le goût aussi est différent, mais me plait tout autant. Je le suce avidement, entrainée par le plaisir que me procure la langue de Paul. Je mouille tellement que ça coule jusqu’à mon cul.


    Paul descend alors encore sa langue jusqu’à l’atteindre et commence à le lécher. Heureusement que je suis une adepte de la sodomie et que je l’ai bien nettoyée avant de venir, car je pense avoir compris ce qu’ils ont en tête. Je suce encore plus vite Damien, en profite pour caler sa bite entre mes seins, il se fait bien plaisir avec cours. Je le sens alors commencé à donner de léger coup de reins, faisant rebondir ma poitrine à chaque aller-retour. Quant à Paul, il me prépare comme il se doit.


    Il enfonce d’abord un, puis deux doigts recouverts de vaseline avant de me les enfoncer lentement dans le cul. C’est bien ça, ils veulent me prendre en double pénétration et cela m’excite comme jamais ! Je ne l’ai encore jamais fait ! Il enchaîne en entrant rapidement un troisième doigt, et je commence à gémir de plus en plus fort, la bite de Damien toujours dans ma bouche.


— Je crois que tu es prête, fini-t-il par dire après quelques minutes de ce traitement. Laura, nous allons chacun choisir un de tes délicieux trous, et tu devras deviner dans lequel nous sommes. Si tu te trompes, on arrête tout pour ce soir.

— Quoi ?! Tu n’es pas sérieux ?!

— Bien sûr que si, tu le sais pourtant que je suis très joueur. Et puis, je ne te le proposerais pas si je ne te savais pas capable de nous différencier. Allez Damien, comme on a dit.

— Avec plaisir.


    Damien s’enlève alors de moi, et les deux hommes restent quelques instants éloignés de moi pour me troubler. Ils viennent finalement me soulever, l’un se met en dessous de moi et commence à titiller mon cul avec sa queue, tandis que l’autre commence déjà à rentrer son gland dans ma chatte. Hum, cette sensation d’être prise entre deux hommes est tout bonnement géniale, je les sens chacun à l’intérieur de moi de tout leur long. Jamais je n’ai ressenti ça, au point que pendant quelques instants, j’ai oublié qu’un pari est en cours.


    Ils s’arrêtent alors de bouger, attendant très certainement ma réponse pour continuer ou se retirer. Je me concentre alors sur le corps qui est allongé sous mon dos, mais je ne sens pas grand-chose à part quelques abdos. Ne connaissant pas le corps de Damien, je préfère ne pas risquer une réponse hâtive, alors je choisis de me baser sur autre chose : leur queue. Celle de Paul est plus fine que Damien, mais ce dernier en a une plus épaisse. C’est bon, je sais.


— Damien est dans ma chatte et Paul dans mon cul.


    Silence. Pas un des deux ne dit un seul mot.


— Alors ? J’ai raison ?

— Bien joué ma grande, me dit Paul dans mon dos. Tu as gagné, alors nous allons te donner ta récompense.


    Les deux commencent alors à me pilonner l’intérieur, chacun à un rythme différent. Paul va profondément en moi, mais de manière assez lente au début, puis accélérant progressivement au fil des vas et viens, et de l’élargissement de mon cul. Damien lui est une véritable machine qui y va de toutes ses forces dès le début, ses hanches claquant contre mes cuisses à chacun de ses allers-retours.


— Oh putain que c’est bon ! J’adore, continuez s’il vous plaît, continuez !


    Je prends le plus gros pied de ma vie ! La différence de rythme entre mes deux orifices me procure de prodigieuses sensations. Je les sens cogner de plus en plus fort en moi, ce qui me fait crier davantage que la première fois avec Paul. C’est pour ce genre d’expérience que je suis venu dans ce club.


— Hum, prenez-moi ! Baisez-moi !

— A ton service ma belle.


    Ils se retirent tous les deux d’un coup, et se dépêchent de me mettre à quatre pattes sur le lit. Je sens alors la queue de Damien revenir dans ma chatte inondée et Paul dans mon cul bien élargi, à la différence près que ce dernier va bien plus fort que tout à l’heure. Je cherche le visage de Damien avec mes mains, et je jette mes lèvres sur les siennes. Il faut que je couvre mes cris, sinon on risque de m’entendre dans tout le club. Quand je suis au bord de l’orgasme, je n’arrive pas à contrôler l’intensité de ma voix


— Je vais jouir les garçons, vous me faites jouir !


    Je cache alors ma tête dans le cou de Damien pour essayer de contenir l’intensité de mon cri de jouissance. L’explosion de plaisir se propage dans tout mon corps et je m’écrase de tout mon poids sur Damien, mon corps se met même à trembler tellement l’orgasme est intense. Epuisée, je m’allonge de tout mon long sur le lit, entre Paul et son ami qui continuent de faire balader leurs mains sur mon corps.


— C’était…waouh ! Merci à tous les deux !

— Ce fut un réel plaisir pour nous aussi ma belle, mais je vais devoir te laisser avec Paul. D’autres personnes m’attendent, et la soirée ne fait que commencer.

— Attends, est-ce que je peux au moins…


    Trop tard, il quitte la pièce en fermant la porte, sans même m’avoir laissé l’occasion de voir son visage.


— Ne t’en fais pas, il vient souvent, alors tu finiras par le recroiser. Et il a raison tu sais, la soirée ne fait que commencer.


    Sans attendre de réponse de ma part, Paul sauta sur moi pour commencer à me masser le corps, puis nous avons remis ça une nouvelle fois. J’ai passé tout le reste de la soirée les yeux bandés, et je ne l’ai enlevé qu’en quittant le club en fin de soirée. Décidément, ce Paul semble me réserver encore bien des surprises.

Diffuse en direct !
Regarder son live