Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 203 fois
  • 121 J'aime
  • 9 Commentaires

Laureen au grand jour

Chapitre 7

Les vacances

Travesti / Trans

Suite du récit...



Le lendemain, le réveil est difficile. La veille, nous avons bien bu, et nous nous sommes couchés tard avec Sandra. Il est presque midi lorsque nous sortons du lit. Nos visages encore maquillés n’ont rien à voir avec ceux de la soirée. On file rapidement sous la douche, nécessaire le lendemain d’une folle soirée. Sandra passe en première pendant que je décuve encore devant mon café, toujours en nuisette. Puis vient mon tour. Je peux toucher mon corps encore lisse. C’est beaucoup plus agréable que les poils quand on a goûté les deux. Lorsque je me lave, je n’arrive pas à m’empêcher de titiller mon petit trou. La sensation du plug me manque.



Je sors enfin de la douche. J’ouvre l’armoire et redécouvre tous ces vêtements uniquement féminins. Je ne sais pas si je vais tenir 2 semaines complètement dans la peau d’une fille. Je choisis un string assez large, le minuscule d’hier n’était pas le plus confortable de ma collection naissante. Puis prends un soutif. C’est dimanche, en temps normal, j’aurais pris mon sweat et jogging large, mais aujourd’hui, je ne peux pas.


— Tu t’es habillée comment ? dis-je à Sandra.

— J’ai mis un legging et un petit haut simple !



Je décide d’en faire autant. J’enfile donc un legging noir et un petit top blanc et rose. Je retourne mettre la perruque, je me sens beaucoup plus féminine avec. Puis essaye de me maquiller seul, et légèrement, juste pour effacer mes traits de visage masculin.


— On va au McDo ? Y a pas grand-chose à manger et le lendemain de fête c’est le rituel ! me propose Sandra.

— Euh... D’accord, mais on va au drive, j’ai pas envie d’être en public comme ça.

— Mais chérie, tu vas vivre 2 semaines en femme. Tu crois qu’on va rester enfermer toutes les vacances ? En plus j’ai faim, on mange sur place !

— Oui je sais, mais... après tout tu as raison.

— Et je te laisse pas le choix, ou tu te fais des pâtes, mais moi j’y vais !



Elle prend son sac, ses clés et sort de l’appartement. Je récupère mon sac à main de la soirée et la rejoins, j’ai grave envie d’un McDo aussi là !



Une fois sur place, on commande aux bornes. Sandra n’arrête pas de me toucher les fesses. Je suis gêné, mais en même temps, j’apprécie ses caresses. Elle va même jusqu’à tirer sur mon string travers le legging. Je réussis à finir la commande et l’on s’installe à une table, en attendant qu’il nous apporte la commande. On en profite pour reparler de la soirée d’hier.


— Alors cette soirée, tu t’es bien amusé, Laureen ?

— Oui, ça a été, tes copines sont cools, même si Nina a un peu chaud au cul non ?

— Effectivement, mais je trouve que tu l’as un peu aussi toi dans ton nouveau corps !!

— Pardon ? Pourquoi ? J’ai fait quoi ?

— Tu as vu ta tenue d’hier ? Très très osée pour une première fois en fille. Et quand tu marches, on dirait que tu veux attirer tous les regards sur ton cul tellement tu le fais balancer dans tous les sens ! Et je pense que tu as aimé porter ton nouveau bijou.



Je rougis, ne sachant pas trop comment me défendre.


— Euuuh... Bah j’aime quand les femmes portent ce type de robe en tant qu’homme, donc je pense que naturellement, je me suis intéressé à celle-ci...

— Et pour mon petit bijou ?

—... Je vais te dire la vérité, c’était super chelou au début, mais après, c’était grave agréable et excitant.

— Je savais que tu allais adorer, vu comment tu as apprécié notre jeu au lit la dernière fois coquine !

— Tu as eu ça où d’ailleurs ?

— C’est Nina qui m’en a parlé une fois. Et quand tu m’as montré ton goût pour le plaisir anal, j’en ai acheté un pour te le faire essayer.

— Je te trouve aussi très excité par tout ça toi aussi ! Tu peux parler de moi !

— Je m’aligne à toi ma chère, nous sommes un couple je te rappelle.



Nous avons mangé notre repas, puis on est revenu à l’appartement pour le reste de l’après-midi. On a regardé des séries le reste de la journée, n’ayant plus d’énergie pour faire quelque ce soit, surtout un dimanche. A l’heure du coucher, je regarde dans l’armoire quel pyjama je vais bien pouvoir porter ces prochains jours. Mais Sandra, me voyant fouillé, décide de prendre cette décision pour moi. Évidemment, elle ne choisit pas le moins sexy. Elle me donne une nouvelle nuisette, très girly, plutôt courte, courant à peine mes fesses.



Dans le lit, on s’embrasse, la température commence inévitablement à monter. Sandra ne tarde pas pour constater l’état de mon sexe, durci dans son string.


— Demain, je vais me renseigner pour régler ce problème d’érection.

— Tu n’as qu’à t’occuper de moi, et avec ta bouche, ça serait encore mieux, lui dis-je espérant une fellation.

— T’es une femme, je te rappelle, une femme, ça n’a pas de bite ! Mais un petit trou très sensible.



Dans le même temps, elle approche sa main, de mon propre trou. Je ne peux pas résister, et ce n’est pas mon intention. Je veux revivre ça !


— Tu as envie que’on s’amuse toutes les deux comme deux salopes en chaleur, dit Sandra avec un regard et une voix sexy.

— Fais-moi découvrir tes envies, chérie !

— Très bien, mets-toi sur le dos, je vais te préparer à vivre un moment fantastique.



Une fois en place, Sandra m’écarte les jambes et me demande de les tenir en l’air avec mes mains. Mon trou est complètement à sa portée. Elle lubrifie ses doigts, et commence à me doigter le cul. Je ferme les yeux pour me concentrer uniquement sur les sensations. Je suis totalement soumis à ses envies. Très vite, je me dilate. Je ne sais pas combien de doigts elle fourre dans mon cul, mais j’adore. Elle continue de jouer avec moi plusieurs minutes, jusqu’à ce qu’elle s’arrête et me demande :


— Tu en veux encore plus ma chérie ?

— Oui ! dis-je immédiatement, sans même réfléchir.


Elle sort du lit et me dit de ne pas bouger. Puis elle revient quelques secondes plus tard avec un objet que j’ai déjà vu. Il s’agit du gros gode rose avec lequel je l’ai baisée la veille en rentrant de la soirée. Sauf que moi je ne sais pas si je vais pouvoir assumer un tel calibre dans mon cul quasiment vierge. Toujours sur le dos, les jambes relevées, et tenu par les genoux, Sandra vient m’embrasser. Elle me remets quelques doigts pour me montrer que je suis totalement ouvert et extrêmement excité. Puis elle lubrifie généreusement le gode de 20 bons centimètres. Le présente devant mon anus préparé et commence à pousser. Je le sens à l’entrée, il est vraiment très gros. Il rentre petit à petit, avec délicatesse. D’un coup, je sens, il est en moi, pas totalement, mais la base. J’ai réussi à le prendre. Sandra continue de légers va-et-vient en l’enfonçant toujours un peu plus profondément en moi. Puis elle dit :


— Ça y est ma coquine, tu l’as pris complètement dans dans cul.

— Il est entièrement dedans ? je lui demande.

— Oh oui ! Et il est rentré assez facilement d’ailleurs !

— Je peux te demander quelque chose ?

— Tu en veux plus ? Je suis sûre.

— Oui, prends-moi en levrette s’il te plaît !


Je me retourne, me mets à quatre pattes sur le lit. Sandra me rassure et me dit de profiter à fond. Puis elle recommence à pénétrer le gode dans mon cul, en variant les allures. Jusqu’au moment où elle commence à y aller vraiment fort. Elle me défonce littéralement le cul avec le gode. Je tiens à peine à quatre pattes sur le lit. Je ne ressens absolument aucune douleur, juste un plaisir, qui grandit à chaque seconde. D’un coup, une sensation comme un orgasme, mais encore plus fort s’empare de mon corps, je crie, je hurle :


— OH OUI VAS-Y VAS-T STP ACCÉLÈRE C’EST TROP BON !!!! DÉFONCE-MOI ENCORE ALLEZ !!!!!!!!!!!!!!!


Je me suis littéralement écroulé sur le lit. Le cul toujours plein du gode.


— Merci ma chérie, dis-je à Sandra, je n’avais jamais ressenti ça avant !

— Je savais que tu allais adorer te faire prendre ma belle. T’es une sacrée salope, on va vraiment s’amuser ensemble !

— Oh je sens que l’on peut vraiment s’éclater ma chérie !


Nous nous endormons, plus amoureux que jamais à la suite de ce moment de sexe merveilleux.


Le lendemain, au réveil, j’ai mal au cul. Le plaisir a été fort, mais le lendemain, on ressent les effets secondaires du plaisir anal. Je prends donc une douche pour me remettre de mes émotions et commencer une nouvelle journée en tant que femme. Je m’habille d’un string, soutien-gorge, petite jupe pour changer et petit pull léger. Sandra me félicite de ne pas avoir choisi à nouveau un jean plus passe-partout. Sauf qu’après mangé, je commence à avoir froid aux jambes, je ne suis pas habitué à avoir les jambes et les fesses à l’air. J’en fais part à Sandra, et lui dis que je vais aller mettre un jean à la place. Elle me stoppe et me dit :


— Ma chérie, si t’as froid en jupe, il y a une solution : mettre des bas ou des collants.

— Tu as en aussi ?

— Une fille a toujours ce genre de chose dans son armoire, c’est la base !


Elle fouille dans l’armoire et en sort une paire de bas, accomapgnée d’un drôle de vêtement.


— J’ai ça à te prêter. J’ai aussi des collants, mais ce sont des collants d’hiver, tu vas avoir trop chaud pour sortir après, donc enfile ça !

— Et c’est quoi ça ? en pointant du doigt ce qu’elle a en main.

— Ça c’est des bas et un porte-jarretelles, tu verras, en plus d’être sexy, c’est super agréable à porter. Enlève ta jupe et ton string !

— Pourquoi mon string ? Je ne le garde pas ?

— Si, mais laisse-moi te montrer et t’expliquer.


Je me déshabille pour suivre les directives de Sandra. Elle passe le porte-jarretelles autour de ma taille et l’attache dans le dos. Elle me montre ensuite comment enfiler des bas. Elle fait la démonstration pour la jambe gauche et me demande de faire la droite. Une fois les bas en place, mon apprentissage reprend avec l’attache au porte-jarretelles.


— Maintenant, tu peux remettre ton string ! Comme ça si tu dois aller aux toilettes, tu n’auras pas à tout détacher.

— AAh, je comprends mieux, ce n’est pas bête comme solution.

— Allez, on va se balader, le soleil sort des nuages, profitons-en !


Nous passons une partie de l’après-midi à nous balader en centre-ville. Nous faisons les boutiques sans rien acheter, juste pour regarder entre filles ce qu’il y a. On prend même un petit verre en terrasse. Sandra avait raison, je n’ai ni trop chaud ni trop froid habillé de bas. En revanche, je suis un peu inquiet que la lisière des bas se voie lorsque je marche ou que je m’assois. En terrasse, Sandra m’annonce :


— Message de Nina, elle a reçu le fameux maillot de bain pour le pari que tu as perdu au bowling !

— J’avais complètement oublié ça... On va vraiment aller à la plage ?

— Oui en fin de semaine, les températures explosent jusqu’à 25 degrés, faut se jeter sur l’occasion !

— Bon, je dois tenir ma promesse, il est comment ce maillot de bain ?

— Tu verras ça chérie, je vais chez Nina dans la semaine le récupérer. La seule chose que je peux te dire, c’est que c’est un deux-pièces.

— Oui ça je m’en doutais un peu...

— D’ailleurs en parlant de Nina, me dit Sandra, nous avons convenu d’un autre accord dont on a pas parlé encore ma chérie.

— Euuuuh... je ne savais pas du tout où me mettre, oui je suppose que tu es au courant...

— Bien sûr, on va organiser cela rapidement, tu ne seras pas déçu Laureen !


Une fois les verres terminés, on rentre à l’appartement. La soirée s’est déroulée normalement, ainsi que les jours suivants. Nous continuons à jouer à tour de rôle avec nos fesses et les différents godes de Sandra. Nous avons chacun des orgasmes durant ces jours. Je commence à prendre mes habitudes et presque oublier que je suis un homme. Cela fait plusieurs semaines que je n’ai pas porté de boxer, et plusieurs jours que je vis totalement comme une femme.



Sauf que demain, c’est grand soleil, et jour de plage avec les filles...

Diffuse en direct !
Regarder son live